Loos (Nord)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Loos-lez-Lille)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loos.
Loos
Hôtel de ville
Hôtel de ville
Blason de Loos
Blason
Loos (Nord)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Haubourdin
Intercommunalité Lille Métropole
Maire
Mandat
Anne Voituriez
2014-2020
Code postal 59120
Code commune 59360
Démographie
Gentilé Loossois
Population
municipale
20 819 hab. (2011)
Densité 2 996 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 36′ 46″ N 3° 00′ 52″ E / 50.6127777778, 3.01444444444 ()50° 36′ 46″ Nord 3° 00′ 52″ Est / 50.6127777778, 3.01444444444 ()  
Altitude Min. 17 m – Max. 49 m
Superficie 6,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nord

Voir sur la carte administrative du Nord
City locator 14.svg
Loos

Géolocalisation sur la carte : Lille Métropole

Voir sur la carte topographique de Lille Métropole
City locator 14.svg
Loos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loos

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loos
Liens
Site web ville-loos.fr

Loos (prononcé [lɔs]), est une commune française, située dans le département du Nord (59) en région Nord-Pas-de-Calais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Loos dans son canton et son arrondissement

Loos est située dans le département du Nord (59) et dans le canton d'Haubourdin. Loos est une commune du sud-ouest de la banlieue lilloise, localisée dans le Mélantois, à la frontière des Weppes en Flandre romane. Elle est traversée par la Deûle.

Loos fait partie de la première circonscription du Nord.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Loos
Sequedin Lomme
Haubourdin Loos Lille
Emmerin Wattignies

Toponyme[modifier | modifier le code]

Noms anciens : Los, en 1147, cart. dé Loos. Loz, Laus, Latoe, Lauc, Lo, 1273, cart. de FUnes. Lande , 1280, cart. de N.-D. de Condé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les chanoines de Seclin avaient l'autel de Loos, le pape Célestin III les confirma dans cette possession en 1182. Le chapitre nommait à la cure et avait deux gerbes de la dîme, qui était de neuf gerbes par cent verges. — Coutume particulière, accordée à Bruxelles par le roi d'Espagne, le 1 er juin 1565. [pas clair]

La poste de Loos et le stade municipal ont été inaugurés par Pierre Mauroy, maire de Lille à cette époque.

Un livre d’Henri D'Hoossche raconte l'histoire de Loos, des origines à la 1re République. Il était donné aux élèves dans les années 70 à l'occasion de l'obtention du BEPC.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au second tour des élections municipales de 2014, la liste « Choisir Loos » (LDVD) conduite par Anne Voituriez a obtenu 49,78 % des suffrages exprimés et 27 élus, la liste « 100% Loos » (LUG) conduite par le maire sortant Daniel Rondelaere 42,78 % et 7 élus, la liste « d'union locale divers gauche divers droite RBM » (LFN) conduite par Jean-Claude Puchaux 7,43 % et 1 élu. Le taux d'abstentions était de 41,36 %[1].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

En 2010, la commune de Loos a été récompensée par le label « Ville Internet @@@ »[2].

Liste des maires successifs [3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1793 Philippe Gilquin    
1793 1794 Floris Deroullers    
1794 1795 Jean-Baptiste Glorieux    
1795 1800 Pierre Vanhoofe    
1800 1803 Casimir Castellain    
1803 1813 Charles-Denis Platel    
1813 1830 Casimir Castellain    
1830 1831 François Guilbert    
1831 1834 Félix Masquelez    
1834 1843 Duburcq-Masurel    
1843 1848 Ernest Le Liepvre    
1848 1856 Charles Gilquin    
1856 1892 Edouard Billon    
1892 1893 Auguste Wacquez-Lalo    
1893 1925 Georges Potie    
1925 1929 Léon Thiriez    
1929 1935 Victor Vermesse    
1935 1944 Maurice Lejour    
1944 1945 Marcelle Vilette    
1945 1980 Eugène Avinee    
1980 1992[Note 1] Georges Dupont    
1992 5 avril 2014 Daniel Rondelaere PS  
5 avril 2014 en cours Anne Voituriez[4]   Avocate

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 20 819 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 040 1 007 1 061 1 160 1 564 1 891 3 404 4 117 4 082
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 169 5 172 5 702 6 333 6 706 6 617 7 753 7 924 8 770
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9 513 10 640 11 468 12 197 13 865 14 233 14 362 14 678 14 882
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
18 367 21 007 21 530 20 640 20 657 20 869 21 410 20 819 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Loos en 2007 en pourcentage[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,5 
3,3 
75 à 89 ans
8,9 
9,6 
60 à 74 ans
11,3 
17,1 
45 à 59 ans
18,2 
22,9 
30 à 44 ans
19,4 
27,9 
15 à 29 ans
23,7 
19,1 
0 à 14 ans
18,0 
Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[8].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,7 
4,6 
75 à 89 ans
8,2 
10,4 
60 à 74 ans
11,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,5 
21,0 
30 à 44 ans
19,9 
22,5 
15 à 29 ans
20,9 
21,5 
0 à 14 ans
18,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Eglise Notre-Dame de Grâce.
Genièvre de Loos.
  • L'établissement pénitentiaire de Loos : il a occupé, du début du XIXe siècle jusqu'en 2011, les bâtiments d'une abbaye médiévale cistercienne, l'abbaye Notre-Dame de Loos.
  • Le beffroi de l'hôtel de ville. Haut de 38m et typique du style néo-flamand développé en Flandre et dans l'ancienne Hollande[9], il a été construit dans les années 1880 du 14 janvier 1883 au 17 août 1884[9]) par l'architecte Louis Marie Cordonnier sur une ancienne prairie[9]. Il est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2005[9] et est aussi inscrit à l'inventaire des monuments historiques depuis 2001[10] [9] ;
  • L'église Notre-Dame-de-Grâce : la chapelle de Notre-Dame-de-Grâce, achevée et bénie en 1591, fut bientôt agrandie et consacrée par l'évêque Michel d'Esne, en 1611. Les archiducs Albert et Isabelle y vinrent en pèlerinage après leur entrée solennelle à Lille ; et leur exemple fut suivi. Cette chapelle devint, à la fin du siècle dernier, un domaine national et fut vendue ; elle ne fut détruite qu'après 1811 ;
  • L'église Sainte-Anne ; elle date du début du XXe siècle, gravement endommagée par un incendie d'origine criminelle le 7 mai 2007. Le coupable a été puni de trois ans de prison dont deux avec sursis le 11 octobre 2008 et un appel à contribution a été lancé pour sa reconstruction ;
  • La chapelle du château de Landas (6 avenue Kühlmann) ; elle date du XVIIe siècle, inscrite à l'inventaire des monuments historiques en 1984[11] ;
  • Usine chimique : Loos accueille depuis 1828 une plate forme importante de l'industrie chimique « Produits Chimiques de Loos » dit PC Loos, qui est le 6e des grands sites français (en termes de tonnage annuel) produisant encore du chlore avec le procédé à cathode de mercure (procédé qui date de 1927 et qui a par exemple permis de produire environ 18 000 tonnes/an vers 2005, via 36 cellules d'électrolyse)[12],[13]. Ce chlore est produit est consommé sur place, dans les ateliers de production de chlorure ferrique et d’eau de Javel et par société CHEMILYL[13]. En 1991, la présence de thorium et d'uranium a été détectée dans une lagune du site (lagune Vernay)[14]. « La préfecture du Nord assure un suivi du volet mercure de l’usine, elle a notamment demandé, en 2000, la réalisation d’une étude visant à évaluer, au plan de la santé, les conséquences des rejets de mercure autour du site »[13]. Le syndicat des professionnels du chlore et le MEDAD ont en 2003 négocié un accord qui vise aussi selon le Ministère chargé de l'écologie à appliquer la directive IPPC[15],[16], déclinée via un arrêté préfectoral d'octobre 2007, conforme à une circulaire (20 avril 2007) imposant un calendrier de réduction des émissions de mercure à respecter jusqu’en 2020[13].
  • Distillerie d'alcool ; la ville de Loos était également connue pour cette distillerie produisant du genièvre. Elle a été rachetée par une autre grande firme et démolie depuis.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Loos est la patrie de

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Loos (Nord).svg

Les armes de Loos se blasonnent ainsi : "De gueules à trois croissants d'or."

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Georges Dupont, maire, démissionne en 1992 pour raisons de santé.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Résultats de l'élection municipales 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 19 juin 2014).
  2. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 18/12/2009.
  3. Chronologie des Maires de Loos Consulté le 06/02/2012
  4. « La journée si particulière d’Anne Voituriez, élue maire de Loos », sur le site du quotidien La Voix du Nord,‎ 6 avril 2014 (consulté le 19 juin 2014).
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  7. « Évolution et structure de la population à Loos en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  9. a, b, c, d et e Mairie de Loos ; Le Beffroi de l'Hôtel de Ville
  10. « Notice no PA59000070 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Notice no PA00107733 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Arrêté de la préfecture du Nord, du 23 juin 2005, applicable à la société PC Loos, et qui est relatif à la mise à jour de son étude de dangers
  13. a, b, c et d Marc Sénant (2007), [Le Mercure dans l’industrie française de production de chlore : état des lieux et perspectives] ; FNE, Pôle Industrie Produits Services nov 2007, PDF, 43 pages (voir notamment p 27 : le chapitre 3.4 - Le site Produits Chimiques de Loos : Présentation du site
  14. Inventaire géographique des déchets radioactifs de l'ANDRA, édition 2004
  15. Maîtrise et prévention des pollutions (Directive IPPC) 16 décembre 2009 (mis à jour le 17 janvier 2011) -
  16. INERIS/AIDA, Directive n° 96/61/CE du 24/09/96 relative à la prévention et à la réduction intégrées de la pollution (JOCE n° L 257 du 10 octobre 1996) ; Texte abrogé par l'article 22 de la directive n° 2008/1/CE du Parlement européen et du Conseil du 15 janvier 2008 (JOUE n° L 24 du 29 janvier 2008)