Looper

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec In the Loop.

Looper

Titre québécois Looper : Les Tueurs du temps
Réalisation Rian Johnson
Scénario Rian Johnson
Acteurs principaux
Sociétés de production Endgame Entertainment
Ram Bergman Productions
DMG Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction
Sortie 2012
Durée 118 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Looper (ou Looper : Les Tueurs du temps au Québec) est un film de science-fiction américain écrit et réalisé par Rian Johnson, sorti en 2012.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 2044, Joe est un « looper », c'est-à-dire un tueur à gages exécutant des cibles envoyées du futur par une organisation criminelle qui choisit de se débarrasser des individus gênants en les envoyant vivants dans le passé pour que ces derniers soient exécutés et qu'il ne reste aucune trace de leur corps. En effet, dans le futur, la police retrouve les corps aisément.

Mais un jour, Joe a un sérieux problème : il doit tuer une version de lui-même venue de 2074, donc trente ans plus âgée, devenue « gênante » à son époque. Cette opération s'appelle « boucler la boucle », et le looper chargé de procéder à l'exécution de lui-même reçoit à cette occasion une « super-prime » de consolation. Mais le Joe-âgé parvient à échapper à Joe-jeune et à s'enfuir dans le présent de 2044. Il a un but : débusquer un enfant qui sera l'ennemi public numéro 1 dans 30 ans et qui contrôlera le voyage dans le temps à des fins criminelles.

Joe-âgé est traqué par la mafia du temps présent, tout comme Joe-jeune. Ce dernier, durant la traque, va trouver refuge chez une jeune femme qui élève un enfant doté d'étranges pouvoirs télékinésiques.

Le face-à-face va s'engager : Joe-âgé va vouloir tuer cet enfant, pensant qu'il s'agit du futur criminel, tandis que Joe-Jeune va vouloir protéger l'enfant et la femme, dont il est tombé amoureux.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légendes : Version française (VF) sur RS Doublage[4], AlloDoublage[5] et Voxofilm[6] ; Version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[7]

Production[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage du film a débuté en janvier 2011[8] en Chine[9] et dans La Nouvelle-Orléans en Louisiane[10].

Réception[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Looper a généré dans le monde entier plus de 166 millions de dollars de recettes, pour un budget de 30 millions[11].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Looper a reçu des critiques très positives de la part de la presse. Sur le site américain Rotten Tomatoes, 93 % des critiques de presse compilées sont positives, pour une note moyenne de 8,1/10, tandis que les utilisateurs du site donnent au film une moyenne de 4,1/5[12]. Le site Metacritic va dans le même sens : 42 avis positifs, 2 avis mitigés, et aucun avis négatif[13]. Sur le site Allociné, les internautes lui donnent la note moyenne de 3,8/5[14].

  • Dans Elle, Elodie Petit affirme que « Looper s'impose comme un nouveau mastodonte de la science-fiction. », estimant même que « la relève de Matrix est assurée ! »[15].
  • Dans Les Inrockuptibles, Par Jean-Marc Lalanne voit dans le film « un coup de maitre époustouflant », faisant l'éloge de « l’auteur complet de cet exploit, son réalisateur et unique scénariste » Rian Johnson, qui « après un tel coup de maitre, un film aussi ramassé, dense, habité, on jurerait presque nous aussi apercevoir son futur se dérouler sous nos yeux : pour sûr, l’avenir du cinéma américain lui appartient »[16].
  • Dans Paris Match, Yannick Vely écrit « attention, voici un petit bijou d'anticipation réalisé par un jeune cinéaste surdoué, Rian Johnson »[17].
  • Pour Écran Large, Mélissa Blanco concède que « Si Looper n'invente rien, il parvient à trouver l'essence des plus grands films de science-fiction ». Selon elle, « Looper n'est ni vraiment un blockbuster, ni un véritable film d'action mais plutôt une œuvre hybride et mélancolique, puisant comme L'Armée des douze singes avant lui dans les souvenirs de La jetée de Chris Marker. S'il souffre d'un léger manque de surprises et d'un côté petit malin, Looper n'en est pas moins une jolie réussite. Rian Johnson a tout d'un futur grand. »[18].
  • Dans Le Monde, Thomas Sotinel admire « Rian Johnson, qui a aussi écrit le scénario, atteint avec élégance cet équilibre entre fantaisie et profondeur qui caractérise quelques grands moments de la fiction populaire. »[19].
  • Dans Le Point, Florence Colombani trouve le film « Original et audacieux, le thriller de Rian Johnson réinvente intelligemment le film d'action. ». Elle ajoute « Pas de doute, l'intrigue est complexe. Mais, à l'écran, elle fonctionne formidablement, grâce à un vrai talent de mise en scène et une interprétation savoureuse. […] Looper est un thriller efficace qui prend une dimension supplémentaire en mettant face à face deux comédiens fascinants : l'un parce qu'il est une légende, l'autre parce qu'il a l'étoffe d'un grand »[20].
  • Dans Libération, Julien Gester concède que « bien qu'épris d'hypermaitrise, le film n'est pourtant pas dénué de troublants paradoxes et de séduisants aspects »[21].
  • Dans Télérama, Frédéric Strauss commente « Looper refaçonne la science-fiction […] grâce à la fraicheur du regard d'un cinéaste avide de nouveauté, aussi audacieux que franc-tireur. »[22].
  • Dans les Cahiers du cinéma, Florence Maillard tempère « En recherchant l'efficacité d'une série B pour dériver insensiblement vers l'équation morale, "Looper" peut certes intriguer. Mais on ressent surtout le manque de tenue de l'ensemble, bricolage narratif qui aurait mérité d'être plus investi pour atteindre la dimension à laquelle il prétend. »[23].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Forbes.com ; Mr China Hollywood Dan Mintz Page consultée le 07 mai 2013.
  2. Kaufman, Amy (September 27, 2012). "Animated 'Hotel Transylvania' to scare off 'Looper'". Los Angeles Times.
  3. « Looper », sur AlloCiné (consulté le 15 avril 2012)
  4. « Fiche de doublage VF du film » sur RS Doublage, consulté le 24 août 2012
  5. « Deuxième fiche de doublage VF du film » sur AlloDoublage, consulté le 24 octobre 2012
  6. « Troisième fiche de doublage VF du film » sur Voxofilm, consulté le 6 décembre 2012
  7. « Fiche de doublage VQ du film » sur Doublage.qc.ca, consulté le 5 octobre 2012
  8. (en) Dave McNary, « Emily Blunt set for Looper », sur Variety,‎ 1er octobre 2010 (consulté le 15 avril 2012)
  9. Constantin Lacombe, « Flopée de news autour du Looper de Rian Johnson avec Bruce Willis et Joseph Gordon-Levitt », sur Cinemateaser,‎ 20 janvier 2011 (consulté le 15 avril 2012)
  10. (en) Adam Chitwood, « Set videos from Rian Johnson’s Looper », sur Collider,‎ 20 février 2011 (consulté le 15 avril 2012)
  11. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=loopers.htm
  12. http://www.rottentomatoes.com/m/looper/
  13. http://www.metacritic.com/movie/looper
  14. http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=139291.html
  15. Voir la critique sur le site de Elle.
  16. Voir la critique sur le site des Inrockuptibles.
  17. Voir le rapport sur le site Allociné.
  18. Voir la critique sur le site d’Écran Large.
  19. Voir la critique sur le site du Monde.
  20. Voir la critique sur le site du Point.
  21. Voir la critique sur le site de Libération.
  22. Voir la critique sur le site de Télérama.
  23. Voir le rapport sur le site Allociné.

Liens externes[modifier | modifier le code]