Lonnie Donegan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Donegan.
Lonnie Donegan

Lonnie Donegan, MBE de son vrai nom Anthony James Donegan, est un chanteur, banjoïste et guitariste de skiffle écossais, né le 29 avril 1931 à Glasgow, mort le 3 novembre 2002 à Peterborough (Angleterre).

"Skiffle" est l'un des termes américains utilisés pour désigner les groupes utilisant des instruments de fortune, tout comme "washboard band" (planche à laver grattée avec des dés à coudre, et utilisée comme instrument de percussion) ou "jug band" (cruche, dans laquelle on souffle pour produire un son). L'appellation "skiffle group" suggère aux États-Unis les musiciens les plus démunis, c'est-à-dire le plus souvent de descendance afro-américaine.

Surnommé « le roi du skiffle », Lonnie Donegan est en réalité un chanteur de musiques folkloriques de Grande-Bretagne qui a connu une influence des musiques folk des États-Unis, en vogue dans les années 1950 après le succès d'artistes américains comme Pete Seeger, Harry Belafonte, Leadbelly, Big Bill Broonzy ou Josh White. Il a eu une influence considérable sur les musiciens du rock anglais des années 1960. Auteur de nombreuses chansons qui connaîtront un grand succès entre 1956 et 1962, il classe plusieurs morceaux dans les meilleurs ventes de son pays à plusieurs reprises. Sa reprise énergique de "Rock Island Line" (un morceau du chanteur et guitariste américain Leadbelly accompagné par le Golden Gate Quartet dans l'enregistrement originel de 1940) lui donne accès aux émissions de télévision de la BBC alors en plein essor, et fait connaître Donegan en 1957. La chanson devient avec sa version "un des singles les plus populaires et les plus vendus en Grande-Bretagne avant l’avènement des Beatles, cette chanson lance le skiffle craze"[1]. John Lennon racontera que la version de Lonnie Donegan est la première chanson qu'il ait jamais apprise, contribuant à sa vocation de chanteur. Il l'interprèta lors de sa première prestation scénique aux côtés de Paul McCartney en 1957.

Parmi les titres de Donegan figurent en bonne place les compositions "Putting on the style", "Cumberland Gap", "Gamblin Man", "Does Your Chewing Gum Lose It's Flavour", "San Miguel", "Lost John" ou encore "Have a Drink on Me".

Ses apparitions scéniques laissent apparaître un chanteur joueur, jovial, plein d'humour et proche de son groupe de musiciens. Comme d'autres artistes des années 1950, il ne connaîtra qu'un faible succès dans la décennie suivante. Van Morrison lui rendra un hommage, en compagnie de Chris Barber, à travers un concert à Dublin qui donnera lieu à un disque, "The Skiffle Session" sorti en 1999. Diverses compilations retracent sa carrière musicale.

Durant les trente dernières années de sa carrière, il tournera avec les mêmes musiciens: Paul Henry (Guitare), Chris Hunt (batterie), Sticky Wicket (percussion), Eddie Masters (basse) et Peter Donegan.

Ses musiciens participeront également à un concert hommage en faveur de Lonnie Donegan avec des artistes comme Joe Cocker, Chris Farlowe, Rolf Harris, Roger Daltrey, Mark Knopfler, Van Morrison et Chris Barber.

Références[modifier | modifier le code]

Jeremy Price, "Lonnie Donegan, « Rock Island Line » et la corne d’abondance", Volume ! la revue des musiques populaires, no 7-2, Nantes, Éditions Mélanie Seteun, 2010.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Site officiel

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Price, 2010.