Longny-au-Perche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Longny-au-Perche
Le clocher de l'église Saint-Martin.
Le clocher de l'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton Longny-au-Perche (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Longny-au-Perche
Maire
Mandat
André Grudé
2014-2020
Code postal 61290
Code commune 61230
Démographie
Population
municipale
1 493 hab. (2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 49″ N 0° 45′ 07″ E / 48.530278, 0.75194448° 31′ 49″ Nord 0° 45′ 07″ Est / 48.530278, 0.751944  
Altitude Min. 145 m – Max. 242 m
Superficie 39,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Longny-au-Perche

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Longny-au-Perche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Longny-au-Perche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Longny-au-Perche

Longny-au-Perche est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Basse-Normandie, peuplée de 1 493 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Cours d'eau : la Commeauche, la Jambée, ruisseaux de l'Étang Chiot, la Robioche, du Vaugelé, de la Goudière, de la Fermée, de Breffin.
  • Forêt de Longny, bois de Faverolles.
  • Étangs des Gars, des Demoiselles.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Longny est une ancienne baronnie du Perche et la seule terre titrée de la généralité d'Alençon. Elle s'appelait d'abord Valenfred et reçut son nom de l'un de ses seigneurs, le sire de Longny. À la maison de Longny appartenait Louis, seigneur de Longny, conseiller et chambellan du roi, maréchal de France en 1412[1]. La seigneurie de Longny passa plus tard aux seigneurs de la Frette et au XVIIIe siècle à la famille Gagnat.

Longny-au-Perche fut chef-lieu d'une élection de la généralité d'Orléans créée après 1643, et supprimée en 1685. Une partie de sa circonscription fut alors rattachée à l'élection de Mortagne, de la généralité d'Alençon, et une autre à celle de Verneuil, également de la généralité d'Alençon.

Composition de l'élection de Longny-au-Perche :

  • a) Argenvillers ; Autheuil ; Berdhuis ; Boissy-Maugy ; Bretoncelles ; Brunelles ; Champrond-en-Perchet ; Coudreceau ; Coulonges-les-Sablons ; Dorceau ; Longny-au-Perche ; La Madeleine-de-Reno (dépendant de Saint-Victor-de-Reno) ; Male ; Monceaux ; Notre-Dame de Nogent-le-Rotrou ; Nocé ; Nonvilliers ; Préaux ; Le Ressort de Nogent ; La Rouge ; Saint-Cyr-la-Rozière ; Sainte-Gauburge ; Saint-Hilaire des Noyers ; Saint-Serge ; Souancé ; Trizay ; Vichères ; La Villedieu-Feuillet.

Ces 37 localités sont passées en 1685 à l’élection de Mortagne, généralité d’Alençon.

  • b) Brits ; Digny ; Écluzelles ; Saint-Martin-de-Losmes ; Malétable ; Marchainville ; Marville ; Moulicent ; La Lande-sur-Eure ; Saint-Jean-des-Murgers ; Theuvy ; la Ventrouze ; Villette-aux-Bois. Ces treize localités sont passées à l’élection de Verneuil, généralité d’Alençon, en 1685.

Sources : Dupâquier (Jacques), Statistiques démographiques du Bassin parisien, 1636-1720, Paris, Gauthiers-Villars, 1977 (p. 47-52 et 55-57).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Longny-au-Perche

Les armes de la commune de Longny-au-Perche se blasonnent ainsi :
Écartelé : au premier et au quatrième d'argent au chevron alésé de sable accompagné de trois croisettes du même, au deuxième d'argent aux trois fasces ondées d'azur, au troisième de gueules au lion d'or accompagné de trois maillets d'argent[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1981 mars 1989 Jean Vivarès    
mars 1989[3] mars 2008 Jacky Legault DVD Conseiller général
mars 2008[4] avril 2014 Danièle Lalaounis   Restauratrice
avril 2014[5] en cours André Grudé   Professeur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 493 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2006, 2011, 2016, etc. pour Longny-au-Perche[6]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
2 707 1 917 2 610 2 693 2 935 2 946 2 790 2 732 2 653
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 625 2 532 2 377 2 304 2 145 2 080 2 023 1 860 1 822
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 803 1 784 1 625 1 531 1 519 1 474 1 582 1 450 1 475
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
1 527 1 549 1 650 1 575 1 590 1 624 1 493 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Parc de loisirs et camping mobil-homes trois étoiles, ouvert toute l'année.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame de Pitié à Longny-au-Perche
La chapelle Notre-Dame-de-Pitié.
  • L'église Saint-Martin, construite au cœur du bourg, sur la grand-place contient de beaux autels latéraux provenant de l'abbaye du Val-Dieu, située à quelques kilomètres de Longny, détruite à la Révolution, dont il ne reste que les bâtiments d'entrée et quelques communs mais dont le site enchanteur mérite la visite (ouverte aux journées du patrimoine). L'église est aussi agrémentée de fenêtres flamboyantes, d'une belle tour carrée Renaissance, avec statues de cette époque. Sa voûte en bois décoré, qui était recouverte depuis le XIXe siècle d'un enduit, vient d'être restaurée grâce à une convention passée entre la commune et son maire, Jacky Legault, la Fondation du Patrimoine de Haute-Normandie et son directeur, Thierry Aveline de Rossignel et l'association Culture Art et Patrimoine et sa présidente Catherine Rouvier-Mexis. Son bel orgue ouvragé, d'une qualité de son exceptionnelle, a également été remis en état. Notons qu'un cadran solaire est toujours visible sur la face sud de la tour du clocher de l'église.
  • La chapelle Notre-Dame-de-Pitié est une des plus belles chapelles Renaissance du Perche. Construite en haut d'une impressionnante volée de marches au sortir de la ville, sur la route qui relie Longny à Mortagne (D8), elle est un lieu de pèlerinage pour les Anglais car la reine Marie Stuart est sans doute à l'origine de sa construction.

Ces deux églises sont ouvertes à la visite tous les jours de 9 à 19 heures. Les messes dominicales ont lieu à l'église Saint-Martin.

  • Le château, dont les communs sont du XVIIe siècle, a été détruit puis reconstruit à l'identique au début du siècle. Façade XVIIe classique avec fronton, terrasse, beau parc ombragé. Propriété privée, ne se visite pas.
  • L'hôtel de ville est construit sur l'emplacement d'un ancien hôtel-Dieu fondé en 1300 et rétabli en 1774 par M. Boisemont, baron de Longny au Perche, dont les armes figurant à la clé de l'arcarde centrale ont été adoptées par la ville de Longny. Les treize arcardes en plein cintre, reposant sur des piliers alternant brique et pierre, forment halle au rez-de-chaussée. Élevées au XVIIIe siècle, elles supportent un étage réaménagé en mairie et en salle des fêtes, le siècle suivant.
  • La villa Jumeau, construite en 1866 par Émile Jumeau, directeur de l'usine de Montreuil en région parisienne qui fabriqua les célèbres « bébés Jumeau », ravissantes poupées de porcelaine aujourd'hui encore connues dans le monde entier et très recherchées par les collectionneurs. Sa façade classique en pierres de taille, son toit à la Mansart décoré d'œils de bœuf ouvragés, son grand parc planté de beaux arbres, agrémenté d'une glacière, traversé par la rivière que surplombe un pont ouvragé en font un des monuments préférés des Longnyciens qui l'appellent le « château Jumeau ». Ouverte à une visite commentée lors des journées du patrimoine.
  • Des maisons anciennes à colombages sont visibles dans la rue Gaston Gibory et la rue de l'Église, ainsi que, rue de l'Église, une très belle maison en pierre de roussard. Le Vieux Logis, situé au bord de la Jambée, présente une architecture originale avec un escalier à double révolution (demander dépliant de visite du patrimoine, en vente à l'office de tourisme).
  • La Jambée parcourt la ville : une cascade de grande hauteur est visible rue du château : non loin de là elle alimente la roue d'un beau moulin ancien. Partout de vieux lavoirs ou de petits ponts qui relient les maisons aux rues par dessus la rivière rappellent sa présence.
  • Située au creux d'un vallon, Longny est entourée de champs et de bois. Elle est à 4 km de la forêt de Réno Valdieu traversée de multiples chemins balisés. Elle dispose aussi d'un complexe touristique, Monaco Parc, avec piscine, plan d'eau, pédalo, restaurant, etc. situé à la sortie de la ville sur la route Monceaux (D111).
  • De très beaux manoirs peuvent être visités aux environs (Pontgirard, Feillet, La Vove) ainsi que l'abbaye de la Trappe, à Soligny.
  • Longny est situé à 8 km de La Chapelle-Montligeon, où des pèlerins viennent du monde entier prier dans l'immense basilique de style gothique construite au XIXe siècle par un abbé soucieux à la fois de refaire vivre son village qui se désertifiait en créant une imprimerie et d'offrir un lieu de prière pour les âmes des défunts. À 30 km au nord-est de Longny se trouve Verneuil-sur-Avre et son célèbre beffroi, ainsi que le Center Parcs de Normandie. Au sud se trouve Chartres et sa magnifique cathédrale. À 19 km se trouve la très jolie ville ancienne de Mortagne. Par la N 12, une route nationale à quatre voies, Paris est à h 30 de Longny. La mer la plus proche de Longny est à Trouville, situé également à une heure et demie de route par l'A 28 ou les routes départementales. Longny est aussi située sur la route entre Paris et le Mont-Saint-Michel, une des merveilles du monde.
  • Le coteau de la Bandonnière est un lieu protégé, qui contient des trésors naturels, accès au nord de Longny par la D 918 (direction Sainte-Anne).
  • Le moulin de Rainville est situé au nord de la commune. Ce lieu est régulièrement ouvert pour des visites.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, afin de permettre les comparaisons entre communes selon une périodicité de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999, de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, outre les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement, que les années 2006, 2011, 2016, etc. et la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire Historique de la France, t. 2 (lire en ligne), p. 1158.
  2. « Longny-au-Perche Orne », sur GASO, la banque du blason (consulté le 23 octobre 2014)
  3. « Jackie Legault brigue un 4e mandat à Longny-au-Perche », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 23 octobre 2014)
  4. « Danièle Lalaounis succède à Jackie Legault », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 23 octobre 2014)
  5. « André Grudé est le nouveau maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 avril 2014)
  6. Date du prochain recensement à Longny-au-Perche, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]