Longeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Longeaux
Image illustrative de l'article Longeaux
Blason de Longeaux
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meuse
Arrondissement Bar-le-Duc
Canton Ligny-en-Barrois
Intercommunalité Communauté d'agglomération Bar-le-Duc Sud Meuse
Maire
Mandat
Loup Knavié
2014-2020
Code postal 55500
Code commune 55300
Démographie
Gentilé Longovicien
Population
municipale
233 hab. (2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 51″ N 5° 20′ 28″ E / 48.6475, 5.341148° 38′ 51″ Nord 5° 20′ 28″ Est / 48.6475, 5.3411  
Altitude Min. 228 m – Max. 347 m
Superficie 7,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Longeaux

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Longeaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Longeaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Longeaux

Longeaux est une commune française située dans le département de la Meuse en région Lorraine.

Les habitants de Longeaux sont appelés les Longoviciens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village se situe au cœur du Barrois. La commune est établie sur les coteaux de la vallée de l'Ornain.

Située à 5 km au Sud-Est de Ligny-en-Barrois, la commune est traversée par le canal de la Marne au Rhin.

Les communes voisines sont Nantois, Menaucourt, Givrauval, Naix-aux-Forges et Hévilliers.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné dès le VIIIe siècle.

Cependant, le site est habité depuis l’époque gallo-romaine en raison de sa proximité géographique avec la ville gallo-romaine de Nasium, établie à la fin du Ier siècle av. J.-C. Par ailleurs, les vestiges d’un aqueduc gallo-romain ont été découverts sur le territoire de Longeaux.

Au début du XVIIe siècle, la famille de Cholet s'installe à Longeaux, héritant d'un manoir jusque-là propriété de la famille Hurault de Gondrecourt. La construction de cette bâtisse remonterait au XVe siècle, période à laquelle René Ier, duc d'Anjou, époux de Isabelle Ire de Lorraine, fille de Charles II de Lorraine, duc de Lorraine, hérita du duché de Bar et de Lorraine à la suite de la mort de son beau-père.

Cette maison forte, ceinturée de remparts et entourée de fossés de protection, abrita les descendants de la famille de Cholet jusqu'au XIXe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2014 Jackie Fonroques UMP Conseiller général du canton de Ligny-en-Barrois (1994-2001)
Professeur d'allemand (retraité)
mars 2014 en cours Loup Knavié    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 233 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
312 347 343 367 393 383 376 383 382
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
351 328 326 319 280 277 285 235 225
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
203 208 204 175 187 178 181 160 205
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
200 218 208 200 225 213 230 235 233
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église fortifiée Saint-Gengoult : Édifiée initialement au XIIIe siècle, l’église a été fortifiée en deux phases, la première au XVe siècle et la seconde à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle. Elle a conservé ses fenêtres de tir munies de corbeaux pour mantelets, ses meurtrières et ses archères.
  • Fontaine de Saint-Gengoult : L'eau de cette fontaine aurait la propriété de soigner les maladies oculaires ainsi que les maladies de peau.
  • Restes d'aqueduc souterrain gallo-romain

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011