Lone Wolf and Cub

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lone Wolf and Cub

子連れ狼
(Kozure Ōkami)
Type Seinen
Genre Historique, action
Thèmes Samouraï
Manga
Scénariste Kazuo Koike
Dessinateur Goseki Kojima
Éditeur Drapeau du Japon Futabasha
Drapeau de la France Panini Comics
Prépublication Drapeau du Japon Weekly Manga Action
Sortie initiale septembre 1970avril 1976
Volumes 28

Lone Wolf and Cub (子連れ狼, Kozure Ōkami?, littéralement « le loup qui accompagne son petit ») est un gekiga ou manga historique (jidai mono) sur lequel sont basés entre autres six films, quatre pièces de théâtres et une série télévisée. Le manga est l'œuvre de Kazuo Koike et Goseki Kojima et a été publié en France à partir de 2001 (publication des 28 tomes terminée en septembre 2010)

Lone Wolf and Cub fait la chronique de la vie de Ogami Ittō, l'exécuteur du shogun.

L'ambiance et le découpage de ce manga ont eu une forte influence, aussi bien sur les mangaka japonais que sur les auteurs occidentaux (l'exemple le plus évident est Frank Miller, qui a dessiné des couvertures pour la série).

Intrigue[modifier | modifier le code]

L'histoire se déroule durant le XVIIe siècle au Japon, pendant la période d'Edo (l'actuelle ville de Tokyo). Le Japon est encore une société féodale, divisé en Han (fiefs) et dirigé d'une main de fer par le Shogunat du clan Tokugawa. Ce pouvoir central très hiérarchisé exerce son contrôle sur tous les Hans du Japon par plusieurs biais :

  1. Le clan Yagyu, qui détient le poste prestigieux de maître d'armes de la maison Tokugawa mais aussi un clan d'assassins, très influent et puissant. Ce clan possède une face publique, le Yagyu Omote, et une face cachée, le Yagyu Ura. Il existe aussi des sous-clans ayant des fonctions bien spécifiques. Le chef incontesté des Yagyu est Yagyu Retsudo.
  2. Le clan Kurokuwa, un clan de Ninjas, épiant les Hans pour le compte du Shogun, les infiltrant pour étouffer dans l'œuf les rébellions contre le pouvoir central d'Edo.
  3. Le kogi kaishakunin, littéralement, «le second». C'est un Samouraï portant les armoiries du Shogunat, en charge de l'exécution à Edo des Daimyos (seigneurs des Hans) contestataires - plus exactement c'est lui qui est chargé de donner le coup de grâce une fois que le daimyo s'est fait Seppuku.

Ogami Itto est le Kogi Kaishakunin du Shogun, et jouit alors d'une réputation considérable. Cependant, le clan Yagyu parvient à massacrer son clan, exception faites de son fils Daigoro, et à le discréditer. Forcé de pratiquer le suicide rituel (Seppuku), Ogami choisit de ne pas se soumettre, et s'engage dans la voie du meifumado (voie des démons et des assassins, samouraï dès lors hors-la-loi) afin de venger son clan, sa femme et son honneur. Il emmène avec lui dans sa quête son très jeune fils qui sera le témoin des innombrables massacres qui jalonneront leur longue vengeance envers les Yagyu.

Principaux Personnages[modifier | modifier le code]

Le clan Ogami[modifier | modifier le code]

  • Ogami Ittō : Il était le Kogi Kaishakunin du Shogun, jusqu'à ce que le clan Yagyu, avide de pouvoir, complote contre lui. Ce complot le destitua de son titre. Ses armes fétiches sont un dotanuki, sabre de combat plus court et plus lourd que le katana classique, et des naginatas dissimulées dans l'armature de la charrette dans laquelle il transporte son fils.

Sous le pseudonyme de "Kozure Okami", le loup solitaire, il va louer ses services d'assassin pour l'énorme somme de 500 Ryō le meurtre (indépendamment du nombre de personnes à tuer). Sa maitrise de la koryu de kenjutsu, école de sabre, Suio Ryu (style de la mouette) et sa volonté inébranlable lui permettent de mener à bien toutes ses missions et de pouvoir défier le pouvoir des Yagyu. Il y a alors parallèlement une opposition entre koryu, Yagyu ayant leur propre art du sabre : Yagyu Shinkage Ryu et Yagyu Shingan Ryu.

  • Ogami Daigoro : Le fils de Ogami Ittō.

Le clan Yagyu[modifier | modifier le code]

  • Yagyū Retsudō : Il est le chef des yagyu et un membre très influent de la cour du shogun. Âgé de plus de 60 ans, il reste un des meilleurs sabreurs de sa génération et sa soif de pouvoir lui fait trahir le bushido, le code des samouraïs, à plusieurs reprises.
  • Ses fils : Yagyū Hyogo, Yagyū Kurando, Yagyū Gunbei et sa fille Yagyū Kaori sans oublier son fils illégitime Yagyū Hyoei. À la tête de leurs troupes d'élites, ils seront chacun envoyés combattre Itto.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

La série est transposée une première fois au cinéma en six films entre 1972 et 1974, avec Tomisaburo Wakayama dans le rôle d'Ogami Ittō. Kazuo Koike adapte lui-même son manga, exception faite du dernier épisode. Il participe également à une nouvelle série de films réalisés au début des années 90.

No. Titre français Année Titre Japonais Rōmaji
1 Baby Cart : Le Sabre de la vengeance 1972 子連れ狼 子を貸し腕貸しつかまつる Kozure Ōkami: Kowokashi udekashi tsukamatsuru
2 Baby Cart : L'enfant massacre 1972 子連れ狼 三途の川の乳母車 Kozure Ōkami: Sanzu no kawa no ubaguruma
3 Baby Cart : Dans la terre de l'ombre 1972 子連れ狼 死に風に向う乳母車 Kozure Ōkami: Shinikazeni mukau ubaguruma
4 Baby Cart : L'Âme d'un père, le cœur d'un fils 1972 子連れ狼 親の心子の心 Kozure Ōkami: Oya no kokoro ko no kokoro
5 Baby Cart : Le Territoire des démons 1973 子連れ狼 冥府魔道 Kozure Ōkami: Meifumando
6 Baby Cart : Le Paradis blanc de l'enfer 1974 子連れ狼 地獄へ行くぞ!大五郎 Kozure Ōkami: Jigoku e ikuzo! Daigoro

Sorti d'abord aux États-Unis, Shogun Assassin est un remontage des deux premiers épisodes, simplifiant l'intrigue et privilégiant l'action.

L'adaptation cinématographique influencera énormément Quentin Tarantino dans ses films. Dans Kill Bill 2, la mariée et sa fille regardent Shogun Assassin.

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Deux séries ont été produites à partir du manga.

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

En 1987, l'entreprise Nichibutsu sort un beat'em up fondé sur la série. Le joueur dirige Ogami Itto à travers une armée d'assassins tout en portant Daigoro sur son dos.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Prix Eisner de la meilleure édition américaine d'une œuvre internationale

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]