Banque Lombard Odier & Cie SA

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Banque Lombard Odier & Cie SA

Description de l'image Logo Lombard Odier.svg.
Création 1796
Dates clés 1796[2], fusion en 2002
Fondateurs Henri Hentsch
Personnages clés Patrick Odier, Christophe Hentsch, Anne-Marie de Weck, Hubert Keller, Frédéric Rochat[1], Hugo Bänziger
Forme juridique société en commandite par actions
Siège social Drapeau de Suisse Genève (Suisse)
Activité banque privée
Effectif environ 2100 employés (2012)
Site web lombardodier.com

Fondée à Genève en 1796, Lombard Odier est l’une des plus importantes banques privées en Suisse et en Europe[3].

Dates clés[4][modifier | modifier le code]

  • 1796 : Fondation de Hy Hentsch & Cie par Henri Hentsch
  • 1798 : Création de la banque Henri Hentsch & Lombard par Henri Hentsch et Jean Gédéon Lombard
  • 1800 : Financiers de l’industrie minière
  • 1857 : Cofondation de la Bourse de Genève (20 ans avant celle de Zurich)
  • 1872 : Fondation par James Odier et Jules Darier-Rey de la première compagnie genevoise d’assurance-vie
  • 1880 : Participation au financement du réseau ferroviaire suisse
  • 1907 : Cofondation de la Banque nationale suisse
  • 1910 : Instauration d’un fonds de prévoyance pour les employés de la Maison
  • 1950 : Pionniers dans la création et la distribution de fonds d’investissement en Europe
  • 1951 : Première banque privée à s’implanter à l’étranger (ouverture d’un bureau à Montréal)
  • 1957 : Installation du premier système informatique de la Maison
  • 1979 : Premier établissement européen à acquérir un siège au New York Stock Exchange
  • 1993 : Participation à la mise en place de la Bourse électronique suisse
  • 1995 : Lancement du premier fonds sectoriel avec le concours d’experts scientifiques
  • 2002 : Naissance de Lombard Odier Darier Hentsch & Cie
  • 2011 : Nouvelle dénomination sociale : Lombard Odier & Cie
  • 2014 : Nouvelle forme juridique : Lombard Odier & Co Ltd, société en commandite par actions

Présentation[modifier | modifier le code]

Lombard Odier a été fondée en 1796 à Genève où se trouve le siège principal. La banque est dirigée par ses Associés qui représentent jusqu’à la septième génération de banquiers à la tête de l’entreprise. Ils sont à la fois propriétaires et gérants, impliqués aussi bien dans la stratégie et la gestion de l’entreprise que dans le service à la clientèle.

Présente sur les principales places financières du monde, la banque Lombard Odier s’étend sur un réseau de 26 bureaux, qui couvre 19 juridictions et emploie environ 2’100 personnes.

Il y a plusieurs années, Lombard Odier a décidé d’accélérer le développement de ses activités liées à la clientèle privée en Europe, en Asie et en Suisse, de renforcer son offre de gestion d’actifs et de mettre sa plateforme technologique à la disposition des professionnels de la finance.

Chiffre-clés[5][modifier | modifier le code]

Actifs totaux de la clientèle : 215 milliards de francs suisses Masse sous gestion : 161 milliards de francs suisses Rating Fitch : AA- Ratio CET1 à 22.6% selon Bâle III[6].

Activités[modifier | modifier le code]

Le groupe est organisé autour de trois domaines d’activité avec des actifs totaux de la clientèle de 215 milliards de francs suisses.

Clients privés[3]

Lombard Odier propose à ses clients privés une gamme de solutions patrimoniales telles que la gestion de portefeuille sur mandat discrétionnaire ou de conseil, la planification successorale, le reporting fiscal ou les services de dépôt.

Unité d’asset management[7]

À travers sa branche LOIM (Lombard Odier Investment Managers), Lombard Odier propose à ses clients l’allocation d’actifs basée sur le risque, les placements thématiques en actions, les obligations convertibles ainsi que les stratégies de rendements absolus[8].

Services technologiques et bancaires

Lombard Odier met sa propre infrastructure informatique et opérationnelle, ainsi que des services de global custody et de reporting, à disposition des clients de services bancaires et technologiques.

Références[modifier | modifier le code]