Lolita Morena

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lolita Morena

Description de cette image, également commentée ci-après

Lolita Morena par Erling Mandelmann

Naissance 15 octobre 1960 (53 ans)
Cantiano
Profession Comédienne, animatrice de télévision

Lolita Morena, née le 15 octobre 1960 à Cantiano (Italie) est une comédienne et animatrice de télévision suisse. Son véritable nom est Lolita Laura Fiorella Morena.

Biographie[modifier | modifier le code]

À l'âge de 3 ans, elle émigre en Suisse avec ses parents. Son père décède d'une crise cardiaque à l'âge de 26 ans. Sa mère, Antonia, s’établit à Bôle et travaille en équipe aux Fabriques de Tabac Réunies, à Neuchâtel, afin d'élever sa fille unique[1]. Lolita suit alors son école secondaire chez les sœurs de La Chaux-de-Fonds.

Elle est élue Miss Suisse en 1982 puis Miss Univers de Photogénie. Dès 1987, elle collabore avec la TSR dans des émissions comme Pique Notes ou 24 et gagne. Elle présente l'Eurovision en 1989 avec Jacques Deschenaux. Pour participer au concours national, elle doit renoncer à sa nationalité italienne ; elle retrouvera sa double-nationalité 27 ans plus tard.

Au début des années 1990, elle travaille sur des chaînes étrangères : la RAI en Italie et l'ARD en Allemagne. En 1994, elle se marie avec le footballeur allemand Lothar Matthäus mais le couple divorce deux ans plus tard. Elle anime sur la TSR les émissions Fort Boyard Suisse ou encore Potes à pattes

Elle présente depuis 2004 Les Coups de cœur d'Alain Morisod aux côtés de Jean-Marc Richard. Morena apparaît dans une série télévisée de la RTS (anciennement TSR) Les Pique-Meurons.

En 2005, elle fonde la société Lux Morgana SA, spécialisée dans les cosmétiques et reste très attachée au monde de la mode et des élections de Miss.

En 2009, Lolita quitte «Les coups de cœur» d’Alain Morisod et aussi son compagnon, l’avocat genevois Christian Lüscher, et s’installe dans le canton de Neuchâtel, où elle a grandi. La Miss Suisse 1982 se dit fatiguée des attaques sournoises et du traitement écœurant dont elle est victime en Valais[2].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]