Lokottaravada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lokottaravāda était une des vingt écoles du bouddhisme ancien. Selon des sources mahāyāna compilées par Bhavyaviveka, Vinitadeva et d'autres, c'était un sous-groupe des Mahāsanghika. Le 'Mahāvastu, le seul texte complet en sanscrit du courant Mahāsanghika qui nous soit parvenu, est attribué aux Lokottaravādins. Les Lokottaravādins affirmaient qu'il n'y de réel dans le monde que deux sortes de vide (śūnyatā), c'est-à-dire le "vide de soi" (pudgala-śūnyatā) et le "vide de phénomène" (dharma-śūnyatā). Le Bouddha est transcendant (lokottara), sa vie et sa manifestation physique sont une simple apparence.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Lokottaravāda signifie ceux qui suivent les enseignements supramondains (Skt. lokottara), ou transcendants[1]. Bien que cette école ait porté ce nom, toutes les sous-écoles des Mahāsāṃghikas semblent avoir acceptés des formes d'enseignements supramondains ou transcendants[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Śāriputraparipṛccha et le Samayabhedoparacanacakra suggèrent tous deux que les Lokottaravāda sont issus des Ekavyāvahārikas et des Gokulikas[2]. Alors que les Mahāsāṃghikas fleurissaient initialement dans la région entourant le Magadha, les Lokottaravādins sont connus pour s'être développés dans le Nord-Ouest[2].


Collections du monastère de Bamiyan[modifier | modifier le code]

Le moine bouddhiste chinois Xuanzang visita un monastère Mahāsāṃghika-Lokottaravāda au VIIe siècle ap. J.-C., à Bamiyan, en Afghanistan, et le site de ce monastère a été redécouvert par des archéologues[3]. Des manuscrits en écorces de bouleaux contenant les collections de textes de ce monastère, incluant des sūtras mahāyānistes, ont été découverts sur le site, et ils sont maintenant préservés dans la collection Schøyen. Les manuscrits et fragments issus de la collection de ce monastère qui ont survécu incluent les textes source suivants [3]:

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Williams, Paul. Mahāyāna Buddhism: The Doctrinal Foundations. 2008. p. 20
  2. a et b Baruah, Bibhuti. Buddhist Sects and Sectarianism. 2008. p. 47
  3. a et b (en) « Schøyen Collection: Buddhism » (consulté le 23 June 2012)