Loigny-la-Bataille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Loigny-la-Bataille
Carte de Loigny-la-Bataille et des communes limitrophes.
Carte de Loigny-la-Bataille et des communes limitrophes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Châteaudun
Canton Orgères-en-Beauce
Intercommunalité Communauté de communes de la Beauce d'Orgères
Maire
Mandat
Hugues Robert
2014-2020
Code postal 28140
Code commune 28212
Démographie
Population
municipale
222 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 26″ N 1° 44′ 02″ E / 48.1238888889, 1.73388888889 ()48° 07′ 26″ Nord 1° 44′ 02″ Est / 48.1238888889, 1.73388888889 ()  
Altitude Min. 123 m – Max. 139 m
Superficie 18,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Loigny-la-Bataille

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique de Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Loigny-la-Bataille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loigny-la-Bataille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loigny-la-Bataille

Loigny-la-Bataille est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fontenay-sur-Conie Tillay-le-Péneux Rose des vents
Orgères-en-Beauce N Baigneaux
O    Loigny-la-Bataille    E
S
Guillonville Terminiers Lumeau

Site[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (1757)

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Loigny.

Le village fut le lieu d'une bataille opposant près de 40 000 soldats français à 35 000 soldats des états allemands le 2 décembre 1870 et qui fit près de 9 000 victimes. C'est lors de cette bataille que le Général de Sonis ordonna au Colonel de Charette de déployer la bannière du Sacré-Cœur lors de la charge des volontaires de l'Ouest (anciens zouaves pontificaux).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Hugues Robert SE Vice-président de la Communauté de Communes de la Beauce d'Orgères.
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 222 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
342 335 365 318 363 372 391 381 389
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
412 430 435 409 437 440 483 508 528
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
454 426 415 382 374 356 351 400 350
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
344 287 238 202 178 174 218 222 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ensemble mémorial[modifier | modifier le code]

Le champ de bataille de Loigny est encore aujourd'hui constellé de monuments commémorant les durs combats des 1er et 2 décembre 1870 qui virent s'affronter dans la plaine de Beauce les armées françaises et allemandes. L'ensemble mémorial constitué par l'église, la chapelle mortuaire, la crypte, le musée et le chemin de mémoire fait de Loigny-la-Bataille le premier site mémorial créé en France en souvenir d'une bataille.

Château de Goury[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cet officier très pieux a combattu en 1870 à la tête des Zouaves pontificaux et des Volontaires de l'Ouest sous l'étendard du Sacré-Cœur de Jésus et la devise Miles Christi (soldat du Christ), aux côtés du futur général de Charette. Grièvement blessé lors du combat, il passa la nuit (-20°) sur le champ de bataille de Loigny à rassurer les soldats blessés eux aussi autour de lui. On lui amputa la jambe le lendemain de ce funeste 2 décembre 1870. Il est anobli par le pape Léon XIII et est titré comte romain et de Sonis en 1880.

Après l'occupation de Rome par les troupes piémontaises (septembre 1870), Charette embarque pour Marseille avec ses troupes. Il négocia avec Gambetta l'emploi des Zouaves français au service de la France contre l'Allemagne et fut autorisé à les organiser sous le nom de Légion des volontaires de l'Ouest, corps remarquablement discipliné qui fut attaché au 17e corps d'armée, et se battit bravement avec elle aux batailles de Patay et de Loigny (2 décembre), où il fut grièvement blessé, fait prisonnier, mais s'évada.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]