Loi de Duverger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En sciences politiques, la Loi de Duverger est un principe qui affirme que le scrutin majoritaire uninominal à un tour tend à favoriser un système bipartite.

La découverte de cette tendance est attribuée à Maurice Duverger, un politologue français qui a observé les effets de ce système de vote et les a décrits dans plusieurs articles publiés dans les années 1950 et 1960. Dans le cadre de nouveaux travaux de recherche, d'autres spécialistes de sciences politiques ont commencé à ériger l'effet décrit par Duverger en tant que « loi » ou principe. La loi de Duverger suggère l'existence d'un lien étroit entre un système politique et son système électoral. Selon cette loi, la représentation proportionnelle tendrait à un système de partis multiples, rigides, indépendants et stables (des mouvements passionnels pouvant toutefois bouleverser cette logique) alors que le scrutin majoritaire uninominal à un tour tendrait plutôt à un système dualiste, avec alternance de grands partis ou coalitions indépendants les uns des autres.

La réalité électorale de plusieurs pays tend à invalider cette thèse ; les distinctions entre bipartisme et multipartisme relèveraient davantage des réalités sociales propres à chaque société[1]. Par exemple, malgré un mode de scrutin proportionnel, les Cortés en Espagne sont dominés essentiellement par deux partis : le Parti populaire et le Parti socialiste ouvrier espagnol.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bertrand Le Gendre, « Maurice Duverger, professeur de droit et de sciences politiques, journaliste et éditeur », sur Le Monde,‎ 22 décembre 2014 (consulté le 22 décembre 2014)