Loi d'Engel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Selon la loi d'Engel, la part du revenu allouée aux dépenses alimentaires décroît avec celui-ci, même si les dépenses alimentaires en valeur absolue sont croissantes.

La loi d'Engel est une loi empirique avancée en 1857 par le statisticien allemand Ernst Engel[1]. D'après cette loi, la part du revenu allouée aux dépenses alimentaires (ou coefficient d'Engel) est d'autant plus faible que le revenu est élevé. Même si la proportion d'une catégorie de biens est réputée décroissante dans un budget de consommation donné, cela n'empêche pas que si le revenu augmente, la dépense allouée à l'alimentation, exprimée en valeur absolue, augmente.

Engel a déterminé cette loi à partir de l'observation du budget de 153 familles belges[2] ; cette observation a été confirmée par de nombreuses autres études statistiques. Selon Hendrik Houthakker, « de toutes les relations empiriques observées à partir des données économiques, la loi d'Engel est probablement la mieux établie »[3].

Dans son étude, Engel a également montré que

  • la proportion allouée au logement, à l’habillement, à l’éclairage et au chauffage reste constante en fonction du revenu,
  • la proportion consacrée aux dépenses alimentaires diminue au fur et à mesure que le revenu augmente et inversement,
  • la proportion allouée aux autres dépenses (santé, éducation, loisirs, produits de luxes) augmente si le revenu augmente et inversement[4].

Ces évolutions sont décrites par différentes courbes d'Engel, qui représentent chacune l'évolution de la consommation d'un bien en fonction du revenu, toutes choses égales par ailleurs.

La forme de la courbe d'Engel dépend de l'élasticité-revenu de la demande ; pour les biens alimentaires, la loi d'Engel stipule que l'élasticité-revenu de la demande pour cette catégorie de biens est inférieure à 1[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ernst Engel, Die Lebenskosten belgischer Arbeiterfamilien frueher und jetzt. Ermittelt aus Familienhaushaltsrechnungen und vergleichend zusammengestellt, Bulletin of the International Institute of Statistics, 9, 1895, pp.57 et suiv.
  2. Britannica Online, [1], consulté le 6 avril 2006
  3. « Of all the empirical regularities observed in economic data, Engel's Law is probably the best established », dans Hendrik Houthakker, An International Comparison of Household Patterns, Commemorating the Century of Engel’s Law, Econometrica, vol. 25, 1957, pp. 532-551
  4. S.B. Hussain éditeur, The Encyclopedia of Capitalism, New York, 2004
  5. Démonstration : Soit  y le revenu,  p le prix et  q la quantité des biens alimentaires. La proportion du revenu consacré à l’alimentation est:
     \omega = \frac{p \cdot q}{y}
    Si cette proportion diminue lorsque le revenu augmente la dérivée est négative. On obtient alors :
     \frac{\mathrm{d} \omega}{\mathrm{d} y}=\frac{py \frac{\mathrm{d} q}{\mathrm{d} y}-p q}{y^2} < 0  \rightarrow \eta = \frac{\mathrm{d} q}{\mathrm{d} y}\frac{y}{q} < 1

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E. Ducpétiaux, Budgets économiques des classes ouvrières en Belgique, Bruxelles, 1855
  • E. Engel, « Die Productions- und Consumtionsverhältnisse des Königreichs Sachsen », Statistischen Büreaus des Königlich Sächsischen Ministeriums des Innern, 1857
  • H. Houthakker, « An International Comparison of Household Expenditure Patterns, Commemorating The Centenary of Engel’s Law », Econometrica, vol. 25, 1957, pp. 532-551