Loi du 31 décembre 1982 relative à l'organisation administrative de Paris, Marseille, Lyon et des établissements publics de coopération intercommunale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Loi PLM)
Aller à : navigation, rechercher

Loi Paris-Lyon-Marseille

Description de cette image, également commentée ci-après

Hôtel de ville de Paris

Présentation
Titre Loi relative à l'organisation administrative de Paris, Marseille et Lyon et des établissements publics de coopération intercommunale
Abréviation « Loi PLM » ou « loi PML »
Référence Loi no 82-1169
Pays Drapeau de la France France
Langue(s) officielle(s) Français
Type Loi ordinaire
Branche Droit administratif
Adoption et entrée en vigueur
Législature VIIe législature
Gouvernement Pierre Mauroy II
Adoption 17 décembre 1982
Promulgation 31 décembre 1982
Publication Après contrôle constitutionnel[1] le 1er janvier 1983 au JORF, p. 3, [(fr) lire en ligne]
Version en vigueur Version consolidée au 21 février 2007

Lire en ligne Sur Légifrance : texte en vigueur

La loi no 82-1169 du 31 décembre 1982 relative à l'organisation administrative de Paris, Marseille, Lyon et des établissements publics de coopération intercommunale, dite loi PLM ou loi PML d'après le nom des villes concernées, fixe un statut administratif particulier applicable à ces trois villes les plus peuplées de France. Elle a été adoptée dans le contexte de la loi de décentralisation (dite Loi Defferre) du 2 mars 1982[2].

Les anciennes mairies d'arrondissement sont transformées en structures élues à l'échelon local. Elles ne sont toutefois pas des mairies de plein exercice, et ne lèvent notamment pas d'impôts, mais répartissent les crédits qui leur sont délégués par la mairie centrale.

La loi PLM a été codifiée dans le Code général des collectivités territoriales.

Élection des membres des conseils municipaux[modifier | modifier le code]

Les membres du conseil de Paris et des conseils municipaux de Lyon et de Marseille sont élus suivant les règles applicables aux communes de plus de 3 500 habitants, tous les six ans, au suffrage universel direct et à la proportionnelle.

Toutefois, cette élection ne se fait pas au niveau de la ville, mais de secteurs électoraux, correspondant chacun à un arrondissement à Paris et Lyon, à plusieurs arrondissements à Marseille : six secteurs comprenant un à quatre arrondissements dans la loi PLM[3], huit secteurs, comprenant chacun deux arrondissements, depuis une modification intervenue en 1987 sous le deuxième gouvernement de Jacques Chirac[4].

Nombre de membres des conseils :

  • Conseil de Paris : 163 membres dont l’élection est répartie en 20 secteurs, comptant en plus 354 conseillers d’arrondissements)[5],[6].
  • Conseil municipal de Lyon : 73 conseillers municipaux dont l’élection est répartie en 9 secteurs, comptant en plus 148 conseillers d’arrondissements[7].
  • Conseil municipal de Marseille : 101 conseillers municipaux dont l’élection est répartie en 8 secteurs, comptant en plus 174 conseillers d’arrondissements[7].

Alors qu'il ne pouvait bien sûr être candidat que dans un seul arrondissement de Lyon, Louis Pradel eut l'idée lors de l'élection municipale de 1965, de faire adhérer tous ses colistiers à une association baptisée « P.R.A.D.E.L. » (Pour la Réalisation Active des Espérances Lyonnaises) et de faire figurer sur les bulletins de vote utilisés dans chacun des neuf arrondissements de la ville, la mention « Liste P.R.A.D.E.L. » (le code électoral lui interdisant d'y faire figurer son nom), les votants pour l'une de ses neuf listes sachant bien ainsi pour quel éventuel futur maire ils votaient[8]. L'opération fut à tel point couronnée de succès que Louis Pradel remporta dès le premier tour la totalité des arrondissements et donc, les 9 mairies d'arrondissement et la mairie centrale, et que ses quatre successeurs usèrent du même stratagème :

  • Francisque Collomb associé à Michel Noir, élu en 1983 : « Liste F.C.O.L.L.O.M.B - M.N.O.I.R » (Formation des Comités d'Opposition pour la Liberté de Lyon par une Organisation Municipale Bénéfique - Mieux Négocier, Organiser, Intervenir, Réaliser).
  • Michel Noir élu en 1989 : « Liste M.N.O.I.R » (Mieux Négocier, Organiser, Intervenir, Réaliser).
  • Raymond Barre élu en 1995 : « Liste R.B.A.R.R.E. » (Réussir à Bâtir une Agglomération Rassemblée, Rayonnante et Européenne), face à la liste de Gérard Collomb : « Liste G.C.O.L.L.O.M.B. » (Gérer la Cité. Organiser Les Libertés à Lyon pour Offrir un Maximum de Bonheur).
  • Gérard Collomb élu en 2001 : « Liste G.E.R.A.R.D.C.O.L.L.O.M.B. » (Groupe d’Etudes, de Réflexion, d’Action, de Réalisation, et de Développement par une Croissance Ordonnée de Lyon et L’ Organisation de la Métropole Bimillénaire)[9], face à la liste de Charles Millon (« Liste M.I.L.L.O.N. » (Majorité Indépendante, Libre, Loyale, Ouverte et Novatrice).

En 1983 ou 1989, la liste de Gérard Collomb s'est aussi appelée : « Liste G.E.R.A.R.D.C.O.L.L.O.M.B. » (Générosité - Écoute - Rassemblement - Ambition - Rayonnement - Détermination - Concertation - Objectivisme - Loyauté - Liberté - Opiniâtreté - Modernité - Bonheur).

En 2008, Dominique Perben conduisait une liste qui s'intitulait « Liste P.E.R.B.E.N. » (Progresser Ensemble et Réussir pour un Bien-Etre Nouveau[10]), alors que l'utilisation d'un acronyme n'était plus indispensable, la mention en clair du nom de la tête de liste sur les bulletins de vote des neuf arrondissements étant désormais autorisée (« Liste Gérard Collomb », par exemple).

En 1983, Gaston Defferre fut réélu maire de Marseille avec moins de voix que Jean-Claude Gaudin mais en étant majoritaire en secteurs remportés. Étant ministre de l'Intérieur et de la décentralisation, il venait de faire voter la loi PML et avait ainsi découpé Marseille en secteurs adaptés à sa réélection. En 2001, Gérard Collomb est devenu pour la première fois maire de Lyon, alors qu'il était minoritaire en voix (10 000 voix de moins que la droite), en même temps que Bertrand Delanoë devenait pour la première fois maire de Paris, en étant lui aussi minoritaire en voix (4000 voix de moins que la droite), tous les deux étant par contre majoritaires en nombre d'arrondissements gagnés et en nombre total d'élus dans l'ensemble des arrondissements. Les élections municipales de mars 2001 ont donc montré (et confirmé) que la loi PLM avait les mêmes propriétés à Paris, Lyon et Marseille, que le mode de scrutin présidentiel aux U.S.A. qui permet à un candidat d'être élu Président des États-Unis en étant minoritaire en voix, mais majoritaire en nombre d'états gagnés et en nombre total d'élus (Grands électeurs) dans l'ensemble des états (L'élection de 2000 aux U.S.A.)[11]. Ces résultats minoritaires en voix aux Etats-Unis en 2000 et dans ces deux grandes villes françaises passées de droite à gauche en 2001, n'enlèvent cependant rien à la légitimité de Gérard Collomb, de Bertrand Delanoë et de George W. Bush. Ils ne sont que le fruit parfaitement neutre de deux modes de scrutin particuliers[9],[12],[13].

Les conseils d'arrondissement[modifier | modifier le code]

Carte des secteurs et des arrondissements de Marseille

La loi PLM crée un conseil d'arrondissement, élu, et présidé par un maire d'arrondissement, également élu, pour chaque arrondissement municipal (ou le secteur, pour Marseille, dont chaque secteur regroupe deux arrondissements[14]) des trois communes concernées. Ce conseil d'arrondissement comprend les conseillers municipaux élus dans l’arrondissement (ou du secteur) ainsi que des conseillers en nombre variable selon l'arrondissement, pris sur les listes de candidats à la suite de ceux qui ont été élus au conseil municipal. Le nombre de ces conseillers d'arrondissement est le double de celui des conseillers municipaux, sans toutefois pouvoir être inférieur à dix ni supérieur à quarante[15].

Le maire d'arrondissement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maire d'arrondissement.
Hôtel de Ville de Marseille

Le conseil d'arrondissement est présidé par le maire d'arrondissement, élu parmi les seuls conseillers municipaux de l'arrondissement concerné. Cette élection a lieu huit jours après l'élection du maire de la commune[16].

Le maire prépare et exécute les délibérations du conseil d'arrondissement[17]. Il est l'ordonnateur des dépenses et des recettes effectuées dans le cadre du budget d'arrondissement. Les maires-adjoints d'arrondissement sont élus dans les mêmes conditions que le maire d'arrondissement. Ils peuvent être titulaires de délégations.

Le maire d'arrondissement et ses adjoints sont officiers d'état civil et sont chargés, dans l'arrondissement, des attributions relevant du maire de la commune en matière d'état civil, d'affaires scolaires liées au respect de l'obligation scolaire ainsi qu'en application des dispositions du code du service national[18].

Le maire d'arrondissement préside la caisse des écoles d'arrondissement[19], et donne son avis sur les autorisations d'urbanisme (permis de construire...) et les permissions de voiries délivrées par le maire de la commune au nom de celle-ci[20]. Il est également consulté sur les projets d'acquisitions ou de cessions d'immeubles envisagés par la commune dans son arrondissement, ainsi que concernant les déclarations souscrites par les propriétaires dans le cadre du droit de préemption urbain[20].

Compétences des conseils d'arrondissement[modifier | modifier le code]

Hôtel de Ville de Lyon

Comme mentionné ci-dessus, le conseil d'arrondissement élit le maire d'arrondissement parmi les membres du conseil municipal, suivant les mêmes modalités que l'élection des maires des communes.

Le conseil d'arrondissement :

  • répartit les crédits de fonctionnement qui lui sont délégués par le conseil municipal au sein d'un document budgétaire dénommé État spécial d'arrondissement, qui est annexé au budget de la commune[21]. Il vote également les crédits d'investissements[22] ;
  • délibère sur l'implantation et le programme d'aménagement de tous les équipements sociaux destinés aux habitants de l'arrondissement dont la réalisation est subordonnée à la décision du conseil municipal et dont la gestion revient (sauf cas particulier) au conseil d'arrondissement ;
  • désigne en son sein les représentants de la commune dans les organismes de l'arrondissement où la commune doit être représentée ;
  • est saisi pour avis des rapports et projets concernant les affaires dont l'exécution est prévue en tout ou partie dans les limites de l'arrondissement ;
  • est consulté par le maire de la commune avant toute délibération du conseil municipal sur le Plan local d'urbanisme[23] et tous projets d'urbanisme lorsque ce plan ou projet concerne l'arrondissement ;
  • est consulté par le conseil municipal sur le montant des subventions que celui-ci se propose d'accorder aux associations ayant leur activité sur l'arrondissement[24] ;
  • peut se voir déléguer par le conseil municipal la gestion d'un équipement du service communal.

Le conseil d'arrondissement peut adresser au maire de la commune des questions écrites ou demander un débat au conseil municipal, pour toute affaire intéressant l'arrondissement[25].

Les séances du conseil d'arrondissement sont publiques[26].

Personnels de la mairie d'arrondissement[modifier | modifier le code]

Pour assumer ses compétences, le maire d'arrondissement dispose d'agents de la commune affectés auprès de lui. Le pouvoir de notation, d'avancement ou disciplinaire est exercé par le maire de la commune après avis du maire d'arrondissement.

Régime particulier de Paris[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mairie de Paris.

La loi PLM établit que les deux collectivités territoriales établies sur le territoire de Paris (la commune et le département) sont désormais gérées par des organes communs : le maire de Paris et le conseil de Paris[27].

Les compétences du maire de Paris demeurent par ailleurs limitées par les pouvoirs spécifiques dont dispose le préfet de police, issus notamment de l'arrêté des consuls du 12 messidor an VIII (qui détermine les fonctions du préfet de police à Paris) et par les textes qui l'ont modifié.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Drapeau de la France France, Conseil constitutionnel, Décision n° 82-149 DC du 28 décembre 1982, « Loi relative à l'organisation administrative de Paris, Marseille, Lyon et des établissements publics de coopération intercommunale », [(fr) lire en ligne (page consultée le 13 juillet 2014)]
  2. Loi n° 82-213 du 2 mars 1982, relative aux droits et libertés des communes, des départements et des régions, codifiée depuis dans le Code général des collectivités territoriales.
  3. Loi no 82-1169 du 31 décembre 1982 relative à l'organisation administrative de Paris, Marseille, Lyon et des établissements publics de coopération intercommunale.
  4. Loi n°87-509 du 9 juillet 1987 modifiant l'organisation administrative et le régime électoral de la ville de Marseille.
  5. Source : art L. 2512-3 du code général des collectivités territoriales (CGCT)
  6. Le nombre de conseillers d'arrondissements de chacune des trois villes est fixé par le Décret N°83-159 du 3 mars 1983, modifié, pour Marseille, par la Loi du 9 juillet 1987
  7. a et b Source : art L. 2513-1 du CGCT.
  8. Mon LYON superbe, de Louis Pradel, Solar éditeur, Paris, 1976.
  9. a et b Comment sont élus les maires? Les affres de la loi PLM - Blog Sciencespoaix sur le Nouvel Obs/25 décembre 2007
  10. « Les listes officielles pour le scrutin à Lyon 4ème arrondissement », Lyon Capitale, 29 février 2008.
  11. Le vote des villes - Municipales de 2001 - Auteur : Bernard Dolez - Presses de Sciences Po (ISBN 272460878X)
  12. Les paradoxes du mode de scrutin PLM - Le Monde 9 mars 2008
  13. « Paris-Lyon-Marseille : un système à l’américaine ? », Facta Media, 26 mars 2014.
  14. Source : art L. 2511-6 du CGCT.
  15. Source : art L. 2511-8 du CGCT.
  16. Source :art L. 2511-25 du CGCT.
  17. Source : art L. 2511-2 du CGCT.
  18. Source : art L. 2511-26 du CGCT.
  19. Source : art L. 2511-29 du CGCT.
  20. a et b Source : art L. 2511-30 du CGCT.
  21. Source : art L. 2511-37 du CGCT.
  22. Source : art L. 2511-36 du CGCT.
  23. Source : art L. 2511-15 du CGCT.
  24. Source : art L. 2511-14 du CGCT.
  25. Source : art L. 2511-12 du CGCT.
  26. Article L. 2511-10 du CGCT renvoyant à l'art L. 2121-18. Arrêt Malberg du Conseil d'État du 2 octobre 1992
  27. Source : art L. 2512-1 du CGCT.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]