Loegrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Loegrie (aussi connue sous les noms de Logris ou Logres) est un royaume légendaire qui appartient à l’histoire mythique de l’île de Bretagne, fabriquée par Geoffroy de Monmouth, clerc gallois du XIIe siècle, à partir de légendes locales. Fondé par Locrinus selon son Historia regum Britanniae, ce royaume est celui du roi Arthur dans différents textes du Cycle arthurien. Le nom est basé sur le mot Lloegr ou Lloegyr, nom brittonique donné à l'ancien royaume de Mercie, puis nom gallois donné à l'Angleterre, nom que le Gallois Geoffroy de Monmouth connaissait donc bien, et qu’il a adapté en latin, puisque le terme de son texte est Loegria[1]. Les formes Loegrie et Logres en sont les adaptations françaises, empruntées à leur tour dans d'autres langues.

Britain.peoples.original.traditional.jpg

L’Historia regum Britanniae[modifier | modifier le code]

C’est dans l’Historia regum Britanniae, parue vers 1135, que la Loegrie apparaît pour la première fois. Brutus de Bretagne, fils d’Ascagne et petit-fils d’Énée, est chassé d’Italie après avoir tué accidentellement son père. Après une longue navigation, il débarque sur une île avec ses compagnons « troyens ». L’île s’appelle Albion, sa nature est riche et elle n’est peuplée que de géants qui sont rapidement exterminés. La terre est cultivée, des maisons sont construites. Brutus donne son nom à l’île, dont les nouveaux habitants sont nommés « Bretons » et parlent la langue bretonne. Corineus, l’un de ses compagnons, nomme sa province « Corinée », c’est-à-dire Cornouailles. Brutus fonde une nouvelle ville sur la Tamise, une nouvelle Troie qui prendra plus tard le nom de Trinovantum, à l’emplacement de l’actuelle ville de Londres.

À sa mort, ses trois fils se partagent le royaume : Locrinus hérite du centre et du sud de l’île et lui donne son nom Loegrie, issu donc de Lloegr ; Kamber s’installe à l’ouest et nomme son héritage Cambrie (du nom Cymru, nom du Pays de Galles), Albanactus va dans le nord et crée l’Albanie, issu du mot gaélique Alba, nom de l'Écosse). Le royaume est finalement réunifié, les héritages deviennent des duchés.


 
 
 
 
 
 
 
 
Énée
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ascagne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Corineus
roi de Cornouailles
 
 
 
 
 
Brutus
1er roi de Bretagne
 
 
 
 
 
Innogen
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Guendoloena
reine de Bretagne
 
 
 
 
 
Locrinus
roi de Loegrie
puis de Bretagne
 
Kamber
roi de Cambrie
 
Albanactus
roi d’Albanie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Maddan
roi de Bretagne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Le Cycle arthurien[modifier | modifier le code]

Logres est le nom du royaume d’Arthur mentionné dans différents textes d'auteurs médiévaux français :

Dans le cycle arthurien, Logres correspond au sud-est de l'Angleterre, parfois au royaume d'Angleterre dans son entier, et plus rarement à la capitale de ce pays. Les résidences privilégiées d'Arthur sont Camelot, Carduel et Carleon[2].

Robert de Boron, dans Merlin, appelle Logres la capitale du royaume de Bretagne.

Les Mabinogion[modifier | modifier le code]

Dans la traduction anglaise des Mabinogion de Charlotte Guest, c'est le terme Lloegyr qui est donné pour la partie est de la Bretagne insulaire.

La série Kaamelott[modifier | modifier le code]

Dans la série télévisée Kaamelott, Logres est le royaume que dirige Arthur, qu'il tient de son père Uther Pendragon. Il regroupe les territoires de la province romaine de Bretagne, d'Irlande, de Calédonie, de Carmélide, d'Armorique et d'Aquitaine[3] ainsi que de l'Orcanie, de Gaunes et de Vannes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le procédé, littéraire, sera repris par Ronsard qui à partir du terme latin Francia utilisera le nom d'un mythique héros Francus, ou Francion dans sa Franciade. En cela Geoffroy comme Ronsard suivaient le modèle du poète latin Virgile qui avait inventé les exploits d’Énée et de son fils Iule pour justifier l'ascendance divine de Jules César et de sa postérité.
  2. Mireille Séguy, Lancelot, éditions Autrement, Paris, 1996, p. 166
  3. Kaamelott, Livre VI épisode 3.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, Paris, Les Belles lettres, coll. « La Roue à livres »,‎ 2004 (ISBN 2-251-33917-5)
    traduit et commenté par Laurence Mathey-Maille.
  • Les Quatre branches du Mabinogi et autres contes gallois du Moyen Âge, Paris, éditions Gallimard, collection « L'aube des peuples »,‎ 1993 (ISBN 2-07-073201-0)
    traduit du gallois, présenté et annoté par Pierre-Yves Lambert.
  • La Légende arthurienne, Paris, Robert Laffont, « coll. Bouquins »,‎ 1989 (ISBN 2-221-05259-5)
    textes de référence, préface de Danielle Régnier-Bohler.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Rio, Mythes fondateurs de la Bretagne, Rennes, éditions Ouest-France,‎ 2000 (ISBN 2-7373-2699-0)
  • Jean Balcou, (photographies de Jean Hervoche), Le Légendaire breton – Les Héros, Saint-Cyr-sur-Loire, Christian Pirot Éditions,‎ 2005 (ISBN 978-2-86808-2190)