Lochieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lochieu
Image illustrative de l'article Lochieu
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Canton Champagne-en-Valromey
Intercommunalité Communauté de communes du Valromey
Maire
Mandat
Gérard Berthier
2014-2020
Code postal 01260
Code commune 01218
Démographie
Population
municipale
93 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 50″ N 5° 43′ 42″ E / 45.9306, 5.728345° 55′ 50″ Nord 5° 43′ 42″ Est / 45.9306, 5.7283  
Altitude Min. 479 m – Max. 1 426 m
Superficie 7,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative d'Ain
City locator 14.svg
Lochieu

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique d'Ain
City locator 14.svg
Lochieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lochieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lochieu

Lochieu est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la maison forte de Prangins avec « son moulin sur l'Arvières » est citée en 1345 dans une reconnaissance. En 1421, noble Pierre d'Oncieu remet en emphytéose perpétuelle : « son moulin appelé Curia, cours d'eau, bâtiments, dépendances, garniements et sorties » à Pierre, marchand drapier[1],[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008   Gérard Berthier[3]    
juin 1995 mars 2008 Charles Alligros    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 93 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
172 220 266 340 310 255 301 293 282
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
290 267 262 273 267 252 248 243 228
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
207 193 174 158 179 158 139 101 98
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
107 88 80 65 69 73 86 88 93
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Musée départemental du Bugey-Valromey : il présente la vie quotidienne en Bugey-Valromey, depuis le XIIIe siècle jusqu'à nos jours. Plus de 3 000 objets illustrent les aspects traditionnels d'une société économiquement tournée vers la production laitière, le travail du bois et de la pierre.
  • Chartreuse d'Arvières : au cœur de la forêt domaniale d'Arvières, se trouvent les ruines de la Chartreuse d'Arvières, 7e de l'ordre, fondée par saint Arthaud au XIIe siècle, classée au registre des monuments historiques depuis 1995[6]. Ce site, situé à 1 200 m d’altitude, correspond bien au « désert cartusien », isolé, difficile d’accès, asile privilégié pour la vie contemplative. Depuis 1994, l'Association des Amis du Jardin d'Arvières a créé, à l'emplacement de l'ancien potager de l'Abbaye, un jardin ethno-botanique qui rassemble une collection de plantes cultivées depuis le néolithique jusqu'au XVe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe siècle au début du XVIe siècle, Editions Picard,‎ 2007 (ISBN 9782708407701), p. 76.
  2. Archives départementales de Haute-Savoie, Fonds Daudens.
  3. [PDF] Liste des maires de l'Ain au 16 avril 2008 sur le site internet de la préfecture de l'Ain
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. La fiche de la Chartreuse sur le site du ministère de la culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]