Loché-sur-Indrois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Loché-sur-Indrois
Image illustrative de l'article Loché-sur-Indrois
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Canton Montrésor
Intercommunalité C.C. de Montrésor
Maire
Mandat
Nisl Jensch
2014-2020
Code postal 37460
Code commune 37133
Démographie
Population
municipale
520 hab. (2011)
Densité 7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 05′ 36″ N 1° 13′ 12″ E / 47.0933333333, 1.22 ()47° 05′ 36″ Nord 1° 13′ 12″ Est / 47.0933333333, 1.22 ()  
Altitude Min. 98 m – Max. 152 m
Superficie 74,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Loché-sur-Indrois

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Loché-sur-Indrois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loché-sur-Indrois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loché-sur-Indrois

Loché-sur-Indrois est une commune française du département d'Indre-et-Loire, dans la région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Avec ses 7 413 ha, Loché-sur-Indrois est la commune la plus étendue du département d'Indre-et-Loire devant Orbigny et Bossay-sur-Claise. Le territoire communal est arrosé par la rivière Indrois.

La commune se trouve dans l'aire géographique et dans la zone de production du lait, de fabrication et d'affinage du fromage Valençay[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La mention la plus ancienne de Loché date de 1150. Le village s'est développé sur la rive gauche de l'Indrois autour de l'église St Barthélemy (Xe siècle) et d'une motte féodale non loin du château actuel de Loché. En 1823, Loché-sur-Indrois a annexé la commune d'Aubigny (Indre-et-Loire) et est ainsi devenue la plus étendue des communes d'Indre-et-Loire. En 1897, la commune prend le nom de Loché sur Indrois. L'activité de la commune était essentiellement agricole, la population culmine à 1280 habitants en 1906 avant de connaître une baisse importante au XXe siècle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Loché-sur-Indrois

Les armes de Loché-sur-Indrois se blasonnent ainsi :

De gueules à une crosse contournée d'or, aux deux loches contournées d'argent nageant l'une sur l'autre brochant en cœur sur le tout[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Hubert Livonnet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 520 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 105 1 102 1 152 1 145 1 387 1 222 1 203 1 112 1 120
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 101 1 151 1 171 1 129 1 146 1 210 1 157 1 164 1 219
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 253 1 280 1 272 1 159 1 169 1 205 1 222 1 223 1 136
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
968 872 721 582 556 532 516 512 520
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'Eglise paroissiale St Barthélémy du XIIe siècle, on note sur la façade ouest des ouvertures plus anciennes qui témoignent d'un édifice antérieur. Le chœur à chevet plat est du XIIIe siècle.
  • Le château de Loché près du bourg, batisse du XVe siècle flanquée d'une tour autrefois entourée de fortifications et de douves.
  • L'ancienne abbaye de Beaugerais, fondée vers 1152 par quatre chevaliers partant en croisade. Cette abbaye a appartenu à l'ordre cistercien. Vendu comme bien national à la Révolution, il ne reste aujourd'hui que la nef du XIIe siècle de l'ancienne église.
  • La pyramide de St Hubert édifiée dans les bois de Beaugerais par le comte Branicki en 1892 sur le modèle des pyramides de la forêt de Loches.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'Institut national de l'origine et de la qualité : Valençay, consulté le 15 août 2014.
  2. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]