Lobi (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lobi (peuple d'Afrique))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lobi.

Lobi

Populations significatives par région
Autres
Langues

lobiri

Les Lobi constituent un peuple d'Afrique de l'Ouest présent au sud-ouest du Burkina Faso, au nord-ouest du Ghana et au nord-est de la Côte d'Ivoire, essentiellement dans la région de Bouna, proche du Ghana et du Burkina Faso, sur la rive droite de la Volta noire. Leur origine est connue au travers de récits mythiques, leur migration serait partie de l'actuel nord Ghana, traversant la région de Wa et la Volta, il y a de cela quelques siècles.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources, on observe quelques variantes : Lober, Lobiri, Lobis, Lo, Miwa[1].

L'étymologie du mot lobi est controversée. Jacques Becuwe, promoteur de la génético-typologie[2] qu'il applique aux langues africaines, considère que cette approche invalide sans ambigüité une définition qui serait construite sur lou (« forêt ») et bi (« enfants »). Selon lui, lobi dérive de lo (« entrer ») et bi (« unité d'un ensemble discret d'éléments unis par des caractéristiques communes », dont le pluriel est ). Lobi signfierait donc « ceux qui sont entrés .. (les premiers) dans le monde ou dans l'espace de référence culturel et cultuel »[3].

Langues[modifier | modifier le code]

Leur langue est le lobiri, une langue gur dont le nombre de locuteurs était estimé à plus de 440 000 au début des années 1990. On en dénombrait environ 286 000 au Burkina Faso (1991) et 156 000 en Côte d'Ivoire (1993)[4]. Le dioula et le français sont également utilisés.

Population[modifier | modifier le code]

Les Lobi représentent environ 4 % de la population du Burkina Faso[5] et 1,8 % de celle de la Côte d'Ivoire[6].

Les villages lobi sont nombreux au sein du Parc national de la Comoé.

Culture[modifier | modifier le code]

Les Lobi vivent dans le sud-ouest du Burkina Faso et du nord Côte-d'Ivoire et le Ghana. ils sont extrêmement résistants à toute forme d'autorité politique centralisée. Au lieu de leurs communautés sont fondées sur les lois de Dieu. Le personnage central dans chaque communauté Lobi est le spécialiste religieux nommé le Thildar. ce devin est responsable de la communication avec les esprits qui régissent la communauté et protéger les membres de chaque famille contre les accidents, la maladie, la violence et toutes les menaces multiples personnes rencontrent dans l'environnement hostile de l'Afrique de l'Ouest. Les Lobi sculpté représenter les esprits de la nature qu'ils appelaient Thil avec des chiffres qui peut être sculpté en bois, modélisés à partir d'argile, ou de fonte en laiton. Ces chiffres sont appelés Boteba, et sont généralement logés dans un sanctuaire sombre dans l'espace le plus éloigné à l'arrière de la maison familiale. Les nombres d'argile plus importantes peuvent être gardés à l'extérieur, où, du fait de la matière dont elles sont faites, elles sont en sécurité contre le vol. Chiffres en laiton sont souvent portés sur le corps par les membres de la famille. Chacune de ces figures affiche différents gestes ou postures, certains d'entre eux peuvent avoir deux ou même trois têtes, quelques figures féminines transporter un bébé sous le bras. Ces caractéristiques uniques représentent le talent particulier ou la puissance de l'être spirituel qu'ils incarnent. Un chiffre à deux têtes est deux fois plus rapide à reconnaître la menace et à traiter avec elle. Un chiffre avec un nourrisson a le pouvoir d'apporter la fertilité pour les femmes de la famille. Un personnage tenant un bras en place des barrages à l'entrée des esprits malveillants à la maison familiale.http://www.uiowa.edu/~africart/Lobi/Lobi%20translation%202.htm

Au début, ainsi va l'histoire, les gens vivaient complètement heureux (nous dirions: comme au paradis). Ils ont été nourris par «Dieu» (Thangba yu) avec la viande et n'a donc pas besoin de travailler. Ils ne savaient pas mort de maladie ou début - un seul est mort de vieillesse - et il n'y avait ni combats ni les guerres parce qu'ils ont obéi aux «grands interdictions» (soser kontena) que Dieu leur avait donné personnellement. Kherhim Da (Korhogo, Mars 1980) dit de cette façon: Dieu avait dit aux gens: ". Ne pas voler, ne pas voler les femmes, ne tuez pas et ne menacent chaque otherÑstay d'un commun accord" Mais les gens ont grandi en nombre. Les hommes avaient besoin de femmes et ils ont commencé à voler les femmes de l'autre. Ces combats et la guerre causés: "Cela a commencé avec les femmes, nous sommes allés les uns contre les autres et a commencé à tirer des flèches La conséquence était que Dieu s'est détourné de nous et laissez-nous aller à nos propres moyens.». Il prit la viande avec laquelle il les avait nourris à l'écart des gens et leur a donné la houe pour creuser des racines. Millet était inconnu du Lobi à ce moment. Dieu a sur leur «maladie» (kho) et le début de la «mort» (kir) et les quitta pour toujours. C'est ainsi que le Lobi appris tristesse, d'impuissance et de tristesse. Mais afin de leur laisser pas complètement sur leur propre, Dieu leur a donné la thila l'aide, des êtres qui devaient les aider dans leur nouvelle situation. Il a donné l'thila l'ordre que désormais ils doivent «prendre soin» (yaali) du bien-être (Bopha) du Lobi et «saveÓ leurs corps de la maladie, la faim et la mort. Jusqu'à présent, le thila ont essayé d' s'acquitter de cette tâche extrêmement important à deux égards. D'une part, ils transmis généralement par un devin marchandises diverses et des cérémonies. Par exemple, ils "ont montré" (nereri) les "médicaments" efficaces contre les maladies Lobi, ou leur ont expliqué comment effectuer le Dyoro initiation, qui est célébré tous les sept ans sur les rives de la Volta Noire. Et d'autre part, ils ont promis le Lobi chaque fois que possible pour les protéger contre le mal et le malheur et pour éloigner les chagrins que Dieu avait portées à l'Lobi après leur première désastreux norme-break. Nous disons «chaque fois que possible à protect.Ó Le thila fait leur promesse de protection à la condition que leurs interdictions et des« ordres »(bonoo) ont été suivis par le peuple. Et c'est ce que le thila ont fait depuis lors: Ils ne protègent que les gens quand ils en retour respecter les interdictions et les ordres (ce qu'ils sont sera discuté plus tard) qui ont été transmises dans un devin, ils prennent soin du bien -être des gens seulement après leurs souhaits ont été satisfaites. Il s'agit de la connexion au premier chapitre. Il nous a appelé le thila le fondateur des normes, qui ont mis certaines restrictions sur les gens et qui punissent la désobéissance à la maladie, la mort et le désastre.http://www.uiowa.edu/~africart/Lobi/Lobi%20translation%202.htm


Leur culture est proche de celle de leurs voisins, les Birifor et les Dagari.

Historiquement, les Lobi se sont forgés une réputation de « guerriers ».

La structuration sociale et les relations entre clans sont particulièrement complexes.

Aujourd'hui, les populations du rameau Lobi sont essentiellement connues et appréciées pour leur art du statuaire et leurs autels. Pourtant, leur culture ne se limite pas à cet aspect formel et matériel. Leur cosmogonie et cultes sont autant d'éléments originaux dans la mosaïque de cultures des groupes de populations d'Afrique de l'Ouest. La musique et ses intrications aux cultes et à la nosologie représentent bien, entre autres, ces nombreux particularismes.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source RAMEAU, BnF [1]
  2. La génético-typologie est une approche à la fois linguistique, sémantique et ethnologique qui se propose de rendre compte de l'origine du lexique et de la création des mots ou groupe de mots en rapport avec la vision du monde, au sein d'une ou de plusieurs communautés ethniques. Appliquée au domaine des langues africaines, la génético-typologie permet de dégager des récurrences linguistiques et culturelles qui permettent de révéler les motivations présidant à l'origine des mots. Elle permet ainsi la reconstruction de certains blocs sémantiques internes à une langue et/ou communs à plusieurs langues.
  3. Jacques Becuwe, « Les constructions associatives en lobiri », in La locution et la périphrase du lexique à la grammaire : actes des Journées d'étude sur la locution organisées à l'Université de Pau les 16 et 17 octobre 1998, L'Harmattan, Paris, 2001, p. 171-182 (ISBN 9782747519489)
  4. (en) Fiche langue, dans la base de données linguistique Ethnologue
  5. Sylviane Janin, Burkina Faso, Éd. Olizane, Genève, 2000, p. 31 (ISBN 2-88086-257-4)
  6. EthnoNet Africa [2]
  7. a et b Château des Sforza
  8. a et b Tropenmuseum

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Floros Katsouros (et al.), Anonyme Schnitzer der Lobi, Ethno Graphika, Hanovre, 2006, 349 p. (ISBN 9783000191657)
  • (de) Piet Meyer, Kunst und Religion der Lobi, Museum Rietberg Zürich, 1981, 184 phttp://www.uiowa.edu/~africart/Lobi/Lobi%20translation%202.htm.
  • Barbara Hillman Strong, The visual arts of the West African Lobi peoples, University of California, Santa Barbara, 1972, 194 p. (Thèse)
  • Yamba Bidima, Art statuaire et magie au Burkina Faso : le case de Lobè, Cahiers ethnologiques (Bordeaux), 20 (14) 1992, p.86-112
  • Daniela Bognolo, Lobi, 5 Continents, Milan, 2007, 152 p. (ISBN 978-88-7439-349-7)
  • Michèle Cros, Anthropologie du sang en Afrique : essai d'hématologie symbolique chez les Lobi du Burkina Faso et de Côte-d'Ivoire, L'Harmattan, Paris, 1990, 297 p. (ISBN 2738405754)
  • Michèle Fiéloux, Les sentiers de la nuit : les migrations rurales lobi de la Haute-Volta vers la Côte d'Ivoire, ORSTOM, Paris, 1980, 199 p. (ISBN 2709904799)
  • Burkhard Gottschalk, Chez les devins du pays lobi : l'art de découvrir les choses cachées, Verlag U. Gottschalk, Dusseldorf, 1999, 202 p.
  • Jean-Camille Haumant, La tribu lobi, Toguna, Toulouse, 1999 (2e éd.), 58 p. (ISBN 2913243096)
  • Henri Labouret, Les tribus du rameau Lobi, Institut d'ethnologie, Paris,1931, 510 p.
  • Giovanni Franco Scanzi, L'art traditionnel Lobi, Ed. Milanos, Bergame (Italie), 1993, 416 p.
  • Madeleine Père, Les Lobi, tradition et changement : Burkina Faso, Siloë, Laval, 1988, 2 vol. (ISBN 2905259353)
  • Cécile de Rouville, Organisation sociale des Lobi : une société bilinéaire du Burkina Faso et de Côte d'Ivoire, L’Harmattan, Paris, 1987, 256 p.
  • Claude-Henri Pirat, « La statuaire lobi et celle des peuples apparentés : un exemple d'art de culte », in Tribal Arts, Le Monde de l'Art Tribal, n° 1, Paris/San Francisco, 1994, p. 22-32.
  • Claude-Henri Pirat, Dialogues Occultes, ou Comment chez les Lobi les Thila Font la loi, dans "Arts d'Afrique : Voir l'Invisible", Musée d'Aquitaine, Bordeaux, 2011, Hazan, Paris,2011, p. 85-91

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Burkina Faso : Bisa, Gan, Lobi, Mossi (enregistrements réunis et commentés par Charles Duvelle), Universal Division Mercury, Collection Prophet, vol. 9, 1999, 1 CD (47' 13") + 1 brochure (15 p.)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

(en) Lobi Information (Arts & Life in Africa, Université de l'Iowa)