Livre de Mormon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Livre de Mormon
Réédition de 1830 en anglais

Le Livre de Mormon, sous-titré Un autre témoignage de Jésus-Christ, est l'un des ouvrages canoniques de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, ainsi que d'autres mouvements issus du mormonisme. Il tire son nom de Mormon, l'un des derniers personnages du Livre de Mormon, qui, selon le document, aurait vécu de 311 à 385 après J.-C. sur le continent américain.

Joseph Smith affirme avoir reçu, le 21 septembre 1823, la visite de l'ange Moroni qui lui aurait révélé l'endroit où, sur la colline de Cumorah, dans l'État de New York, se trouvait cachée la compilation religieuse et historique de Mormon, un prophète ancien. Cette compilation, gravée sur des plaques d'or, retracerait plus de mille ans d'histoire (600 av. J-C à 420 après J.-C.) d'une civilisation ayant habité l'Amérique ancienne. Le récit décrit la croyance de ces gens en la venue d'un Messie, Fils de Dieu, pour expier tous les péchés du monde et la visite de Jésus-Christ à ce peuple après sa résurrection. La traduction en anglais qu'en aurait faite Joseph Smith est intitulée The Book of Mormon et fut publiée pour la première fois en 1830. La première version en français date de 1852.

Les scientifiques et critiques rejettent les aspects surnaturels du récit de Joseph Smith et estiment que celui-ci a rédigé le livre lui-même, seul ou avec l’aide d’associés plus instruits, en se servant vraisemblablement d’autres ouvrages. Ils rejettent l’historicité du Livre de Mormon en pointant des éléments du récit considérés comme anachroniques et l'absence de preuves scientifiques.

En 2008, la publication du Livre de Mormon avait atteint 140 millions d'exemplaires et il avait été traduit dans 107 langues.

Contenu du Livre de Mormon[modifier | modifier le code]

Le Livre de Mormon se présente comme un volume d'Écritures saintes complémentaire à la Bible, retraçant l'histoire d'anciens habitants de l'Amérique et de leurs alliances avec Jésus-Christ. Les paroles et récits de leurs prophètes et dirigeants religieux auraient été compilés et abrégés par le dernier d'entre eux, un prophète et historien du nom de Mormon.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le Livre de Mormon commence avec l’histoire d’un Hébreu, Léhi, qui, à la demande de Dieu, quitte Jérusalem vers 600 avant Jésus-Christ avec sa famille afin d’échapper à la destruction de la ville. Après avoir traversé le désert, le petit groupe arrive au bord de la mer sur la péninsule arabique. Là, les fils de Léhi construisent un bateau qui permet aux exilés de naviguer jusqu’en Amérique. À peine arrivés sur le continent américain, ils se séparent en deux groupes, l’un suivant Néphi et l’autre Laman, tous deux fils de Léhi.

Les deux groupes forment rapidement deux nations, les Néphites et les Lamanites, qui entrent en lutte l'une contre l'autre, leur conflit continuant de manière presque permanente à travers tout l’ouvrage. Le Livre de Mormon décrit les Néphites comme une civilisation particulièrement avancée, généralement respectueuse des commandements de Dieu, tandis que les Lamanites sont présentés comme peuple plutôt barbare, frappé d’une peau sombre à la suite d'une malédiction divine.

Le point culminant du Livre de Mormon est l’apparition de Jésus-Christ en personne parmi la population, peu après sa résurrection. Celui-ci enseigne alors les préceptes de l’Évangile, à l’image du Nouveau Testament. Sa visite impressionne si fort les Néphites et les Lamanites qu’ils s’unissent et vivent en paix pendant une longue période, avant de se séparer à nouveau et de se faire à nouveau la guerre.

Après de nombreuses batailles, les Lamanites parviennent à éliminer la totalité des Néphites vers 400 après Jésus-Christ, à l’exception d’un homme, Moroni, fils de Mormon. Moroni cache alors les plaques dans la colline Cumorah, aujourd'hui situé dans l'État de New York.

Le Livre de Mormon parle également d'un autre peuple, les Jarédites, qui serait arrivé beaucoup plus tôt, à l'époque de la tour de Babel et de la confusion des langues. Ce peuple aurait disparu peu avant la venue des Néphites qui auraient retrouvé des plaques métalliques contenant leur récit.

Éléments constitutifs de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Le Livre de Mormon se présente comme le recueil des annales sacrées de peuples de l'Amérique ancienne, gravé sur des feuilles de métal. Le livre lui-même parle de quatre sortes de plaques métalliques :

1. Les plaques de Néphi, qui étaient de deux sortes : les petites plaques et les grandes plaques. Les premières étaient plus particulièrement consacrées aux questions spirituelles et au ministère et aux enseignements des prophètes, tandis que les dernières étaient surtout affectées à l'histoire profane des peuples intéressés (1 Néphi 9:2–4). Toutefois, à partir de l'époque de Mosiah, les grandes plaques continrent aussi des textes d'une grande importance spirituelle.

2. Les plaques de Mormon, qui consistent en un abrégé des grandes plaques de Néphi, fait par Mormon, avec de nombreux commentaires. Ces plaques contenaient aussi la suite de l'histoire écrite par Mormon et des ajouts de son fils Moroni.

3. Les plaques d'Éther, qui présentent l'histoire des Jarédites. Ces annales furent abrégées par Moroni, qui inséra ses commentaires personnels et intégra ses annales à l'ensemble de l'histoire sous le titre « Livre d'Éther ».

4. Les plaques d'airain, apportées de Jérusalem par le peuple de Léhi en 600 av. J.-C. Elles contenaient « les cinq livres de Moïse,... et aussi une histoire des Juifs depuis le début...jusqu'au commencement du règne de Sédécias, roi de Juda ; et aussi, les prophéties des saints prophètes » (1 Néphi 5:11–13). Beaucoup de passages de ces plaques, qui citent Ésaïe et d'autres prophètes bibliques et non bibliques, apparaissent dans le Livre de Mormon.

Le Livre de Mormon comprend quinze grandes parties ou divisions, appelées, à une exception près, livres, dont chacun est désigné par le nom de son auteur principal. La première partie (les six premiers livres, finissant avec Omni) est la traduction des petites plaques de Néphi. Entre les livres d'Omni et de Mosiah, il y a une insertion appelée Paroles de Mormon. Cette insertion relie les annales gravées sur les petites plaques à l'abrégé des grandes plaques fait par Mormon.

La partie la plus longue, de Mosiah à Mormon, chapitre 7 inclus, est la traduction de l'abrégé des grandes plaques de Néphi fait par Mormon. La partie finale, de Mormon, chapitre 8, à la fin du volume, fut gravée par Moroni, fils de Mormon, qui, après avoir terminé les annales de la vie de son père, fit l'abrégé des annales jarédites (sous le titre Livre d'Éther) et ajouta plus tard les parties connues sous le titre Livre de Moroni.

En ou vers 421 après J.-C., Moroni, dernier des prophètes-historiens néphites, aurait scellé les annales sacrées et les aurait cachées, pour qu'elles parussent à l'époque moderne. En 1823, ce même Moroni, alors ressuscité, aurait rendu visite au prophète Joseph Smith et, plus tard, lui aurait remis les plaques gravées.

Doctrine mormone[modifier | modifier le code]

Origine du Livre de Mormon selon Joseph Smith[modifier | modifier le code]

Joseph Smith reçoit les plaques
Reproduction des plaques d'or d'après la description de Joseph Smith, Musée d'histoire de l'Eglise

Selon les croyances de l'Église[1][2] et le récit de Joseph Smith[3], l'ange Moroni lui serait apparu le 21 septembre 1823 afin de lui donner des instructions concernant d'antiques annales cachées dans le sol de la colline de Cumorah (près de Palmyra) et la traduction qui devait en être faite en anglais.

Récit de Joseph Smith : « Je quittai le champ pour me rendre au lieu où le messager m'avait dit que les plaques se trouvaient ; et grâce à la netteté de la vision que j'avais eue à son sujet, je reconnus l'endroit dès que j'y arrivai[4] » ' ; Près du sommet de la colline, il trouva une grosse pierre, « épaisse et arrondie au milieu de la face supérieure et plus mince vers les bords[5] » '. C'était le couvercle d'un coffre de pierre. Alors apparurent, après y être restées cachées pendant des siècles, les plaques, l'urim et le thummim et le pectoral, comme Moroni l'avait expliqué.

Quatre ans plus tard, Moroni aurait remis ces plaques à Joseph Smith. Celui-ci se serait servi de l'urim et du thummim afin de les traduire sous l'inspiration divine. Puis, selon Joseph Smith : « Lorsque, selon ce qui avait été convenu, le messager les réclama, je les lui remis ; et c'est lui qui en a la garde jusqu'à ce jour, deux mai mil huit cent trente-huit. » (Joseph Smith, Histoire 1:60)

En réponse à la question : « Comment et où avez-vous obtenu le Livre de Mormon ? » Joseph Smith répondit : « Moroni, qui avait déposé les plaques dans une colline de Manchester, dans le comté d’Ontario (New York), étant mort et ressuscité, m’apparut et me dit où elles se trouvaient et m’expliqua comment les obtenir. Je les ai obtenues et, avec elles l’urim et le thummim, par l’intermédiaire desquels je les ai traduites ; voilà l'origine du Livre de Mormon[6] ».

D'après Joseph Smith : « Ces annales étaient gravées sur des plaques qui avaient l’apparence de l’or, chacune d’elles mesurant 15 cm de large sur 21 cm de long, et n’étaient pas tout à fait aussi épaisses que le fer blanc commun. Elles étaient couvertes de caractères égyptiens gravés, et liées ensemble en un volume comme les pages d’un livre tenu par trois anneaux qui traversaient le tout. Ce volume avait environ quinze centimètres d’épaisseur et une partie en était scellée. Sur la partie qui n’était pas scellée, les caractères étaient petits et finement gravés. Le livre entier présentait de nombreuses marques d’ancienneté dans sa structure et la gravure en était habile. Avec les annales se trouvait un instrument curieux que les anciens appelaient ‘urim et thummim’. Cet instrument se composait de deux pierres transparentes montées sur un arc et fixées sur un pectoral[7] ».

Processus de la traduction[modifier | modifier le code]

La traduction des plaques d'or a commencé en avril 1828. Joseph Smith, en voyant les écritures égyptiennes, dictait oralement la traduction en anglais à une seconde personne qui la transcrivait sur papier. En juin 1828, Smith arrêta subitement la traduction après que Martin Harris, son principale secrétaire, perdit les 116 premières pages du texte. Smith recommença ensuite la traduction à l'automne 1828 avec l'aide de sa femme Emma Smith et d'Oliver Cowdery, et le premier manuscrit du Livre de Mormon fut terminé en juin 1829.

Oliver Cowdery a joué un rôle prépondérant dans la rédaction du Livre de Mormon. En se basant sur ce qui reste du manuscrit original et de comptes rendus, Cowdery a assisté Smith dans la rédaction de tous les Livres du Livre de Mormon sauf des portions du Livre 1 Néphi et du Livre de Mosiah[8],[9]. Il a décrit son expérience : « Ce furent là des jours inoubliables ! Être là à écouter le son d’une voix parlant sous l'inspiration du ciel éveillait en mon sein la gratitude la plus profonde ! Jour après jour, je continuais, sans interruption, à écrire l’histoire, ou annales, appelée ‘Livre de Mormon’, telle qu’elle tombait de ses lèvres, tandis qu’il traduisait à l'aide de l'Ourim et du Thoummim[10]. » Cowdery a ensuite pris en charge de copier un second manuscrit du Livre de Mormon pour servir à l'impression. Ce manuscrit, qui est totalement préservé aujourd'hui, est rédigé à 85% par Cowdery[8].

Emma Smith, qui a servi de secrétaire à son mari au début de son travail, a raconté : « Aucun homme n'aurait pu dicter le texte du manuscrit sans être inspiré car, quand je lui servais de secrétaire, il me dictait pendant des heures et des heures, et quand il reprenait après les repas ou après des interruptions, il recommençait immédiatement là où il s’était arrêté, sans voir le manuscrit ni s'en faire lire une partie[11]. »

Témoins des plaques métalliques[modifier | modifier le code]

Durant tout le processus de traduction, aucun n'avait pu voir les plaques d'or que Joseph Smith traduisait. Ce n'est qu'après avoir achevé la traduction qu'onze hommes, en plus de Joseph Smith, ont pu voir les plaques à deux moments différents. Leurs récits sont connus sous le nom de Témoignage de Trois Témoins et Témoignage de Huit Témoins.

Les Trois Témoins, Oliver Cowdery, Martin Harris et David Whitmer, ont pu voir les plaques le 28 juin 1829 lors d'une expérience spirituelle dans le bois. Joseph Smith a rapporté : « Nous n'avions pas commencé à prier depuis quelques minutes que nous aperçûmes dans les airs une lumière au-dessus de nous, une lumière d’un éclat extrême et voici, un ange se tint devant nous. Il tenait dans ses mains les plaques que nous avions demandé en prière à voir. Il tourna les feuilles, une par une, de sorte que nous pûmes les voir et distinguer clairement les caractères qui y étaient gravés[12]. »

Sa mère, Lucy Mack Smith, rapporte ce qui suit à propos du même jour : « Lorsque Joseph rentra, il se jeta à genoux près de moi. ‘Mon père ! Ma mère ! dit-il. Vous ne pouvez savoir à quel point je suis heureux. Le Seigneur a montré les plaques à trois autres que moi. Ils ont aussi vu un ange et devront témoigner de la véracité de ce que j'ai dit, car ils savent personnellement que je ne trompe pas les gens, et je suis soulagé d’un fardeau terrible qui était presque trop lourd pour moi. Ils devront maintenant en porter une part et cela réjouit mon âme de ne plus être entièrement seul au monde[13].’ »

Quant aux Huit Témoins, ils ont signé un texte affirmant avoir vu et touché les plaques d'or le 2 juillet 1829. Cinq des témoins sont des membres de la famille de David Whitmer (l'un des Trois Témoins), et les trois autres sont de la famille de Joseph Smith: son père Joseph Smith Sr et ses deux frères Hyrum et Samuel Harrison.

Les plaques d'or n'ont ensuite jamais été revues. Joseph Smith affirme qu'il les a remises à l'ange Moroni qui est reparti avec. D'autres mormons comme Whitmer, Cowdery et Brigham Young ont plutôt raconté que les plaques ont été cachées dans une grotte de la colline Cumorah.

Importance du Livre de Mormon dans le mormonisme[modifier | modifier le code]

Le Livre de Mormon est d'une importance primordiale pour l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. Il est à la fois une particularité majeure du mormonisme et le fondement spirituel du mouvement[14]. Pour les saints des derniers jours, il est un élément tangible de la mission prophétique de Joseph Smith. Celui-ci a écrit dans son journal : « J'ai dit aux frères que le Livre de Mormon était le plus correct de tous les livres de la terre et la clef de voûte de notre religion, et qu'un homme se rapprocherait davantage de Dieu en en suivant les préceptes que par n'importe quel autre livre[15] ».

Dans sa dernière épître, Moroni invite les hommes du monde entier à lire le Livre de Mormon, à méditer dans leur cœur le message qu'il contient et à demander à Dieu, le Père éternel, au nom du Christ, si le livre est vrai. Il promet que ceux qui agissent de la sorte et demandent avec foi obtiendront, par le pouvoir du Saint-Esprit, le témoignage de la véracité et de la divinité du livre (voir Moroni 10:3–5).

Traductions du Livre de Mormon

La version du Livre de Mormon de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours a été traduite en 80 langues. Les sélections du Livre de Mormon ont été traduits dans 27 autres langues. En 2001, l'Église a indiqué que tout ou une partie du Livre de Mormon est disponible dans la langue maternelle de 99 % des saints des derniers jours et de 87 % de la population mondiale.

Les traductions dans les langues de tradition orale, comme le Cakchiqel ou le tzotzil, sont disponibles sur cassette audio. Les traductions en langue des signes (d'Amérique) sont disponibles sur les cassettes vidéo et DVD.

En général, les traducteurs sont des bénévoles de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours qui traduisent à partir du texte anglais original. Chaque manuscrit est contrôlé de nombreuses fois avant d'être approuvé et publié.

En 1998, l'Église a mis fin à la publication de sélections de la traduction du Livre de Mormon et a annoncé que chaque nouvelle traduction approuvée serait intégrale.

Relation du Livre de Mormon avec la Bible[modifier | modifier le code]

Le Livre de Mormon et la Bible sont avec la Perle de grand prix et Doctrine et Alliances les quatre ouvrages canoniques de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. L'Église présente le Livre de Mormon comme un récit des prophètes du Nouveau Monde qui complète le récit des prophètes de l'Ancien Monde, la Bible. L'Église avertit par contre que la Bible doit être lue avec une certaine réserve, car elle croit que le texte aurait pu être altéré et corrompu durant les siècles de copies et de traductions. Joseph Smith a d'ailleurs réécrit la Bible selon ce qu'il croit être le texte original[16]. Cette réserve ne s'applique pas au Livre de Mormon qui a été préservé durant des siècles sur des plaques d'or et ensuite traduit sans faute sous l'inspiration divine. Le 8e article de foi de l'Église affirme cette croyance:

Nous croyons que la Bible est la parole de Dieu dans la mesure où elle est traduite correctement. Nous croyons aussi que le Livre de Mormon est la parole de Dieu.

Exemples de versets qui diffèrent entre la Bible et le Livre de Mormon (LdM):

Verset Texte
Isaïe 48:1 (Bible) Écoutez et entendez ceci, ô maison de Jacob, vous qui portez le nom d'Israël, et qui êtes sortis des eaux de Juda, vous qui jurez par le nom du Seigneur, et qui invoquez le Dieu d'Israël, pourtant ils jurent sans vérité ni droiture.
1 Néphi 20:1 (LdM) Écoutez et entendez ceci, ô maison de Jacob, vous qui portez le nom d'Israël, et qui êtes sortis des eaux de Juda, ou des eaux du baptême, vous qui jurez par le nom du Seigneur, et qui invoquez le Dieu d'Israël, pourtant ils jurent sans vérité ni droiture.
Matthieu 6:9-10 (Bible) Voici donc comment vous devez prier: Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; que ton Règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
3 Néphi 13:9-10 (LdM) Voici donc comment vous devez prier: Notre Père qui es aux cieux! Que ton nom soit sanctifié; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Malachi 4:2 (Bible) Mais pour vous qui craignez mon nom se lèvera le Soleil de la Justice, et la guérison sera sous ses ailes; vous sortirez, et vous sauterez comme des veaux d'une étable.
3 Néphi 25:2 (LdM) Mais pour vous qui craignez mon nom se lèvera le Fils de la Justice, et la guérison sera sous ses ailes; vous sortirez, et vous sauterez comme des veaux d'une étable.

L'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours croit que tous les récits de la Bible et du Livre de Mormon sont tous de véritables événements historiques, malgré le fait que cette doctrine entre en conflit avec les connaissances scientifiques. Cette croyance diffère de celle d'autres dénominations chrétiennes comme l'Église catholique, qui reconnaît que certains récits comme la Genèse sont des recueils de contes étiologiques.

Témoignage du Saint-Esprit[modifier | modifier le code]

Le dernier chapitre du Livre de Mormon s'adresse au lecteur et lui demande de se référer au Saint-Esprit pour savoir si le livre relate la vérité (Moroni 10:4-5):

4Et lorsque vous recevrez ces choses, je vous exhorte à demander à Dieu, le Père éternel, au nom du Christ, si ces choses ne sont pas vraies; et si vous demandez d'un coeur sincère, avec une intention réelle, ayant foi au Christ, il vous en manifestera la vérité par le pouvoir du Saint-Esprit. 5Et par le pouvoir du Saint-Esprit, vous pouvez connaître la vérité de toutes choses.

Le témoignage du Saint-Esprit est un élément central de la foi mormone. L'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours enseigne et encourage ses membres à prier le Saint-Esprit pour connaître ce qui est vrai, et les raisonnements et les connaissances scientifiques ne doivent pas remettre en doute ce témoignage du Saint-Esprit. À savoir s'il existe des preuves scientifiques du Livre de Mormon, M. Russell Ballard du Quorum des Douze Apôtres répond qu'il faut prier pour savoir si le livre dit vrai et non pas chercher des preuves scientifiques[17].

Approche scientifique[modifier | modifier le code]

En dehors de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, le Livre de Mormon ne trouve aucun support dans la communauté scientifique. D'une part, le récit apparaît irréconciliable avec les connaissances archéologiques, génétiques et linguistiques actuelles[18],[19]. D'autre part, les sceptiques croient tout à fait plausible que l'on puisse composer un tel ouvrage en 1829 avec les connaissances, les mentalités et les livres de l'époque.

Origine du Livre de Mormon[modifier | modifier le code]

Le Livre de Mormon a été publié en 1830, à une époque où la littérature américaine s'intéressait sur l'origine des Mound Builders, le grand réveil religieux chez les protestants et les idéaux de la révolution américaine. Pour les critiques, le Livre de Mormon est un ouvrage propre à cette époque. Ils rejettent donc les aspects surnaturels du récit de Joseph Smith et émettent trois hypothèses quant à l'origine du Livre de Mormon :

  1. Joseph Smith comme seul auteur et sans aide extérieure. Les tenants de cette théorie considèrent que celui-ci était assez cultivé et intelligent pour écrire un tel livre. L'ouvrage reflèterait d'ailleurs des événements de sa vie.
  2. Joseph Smith aurait plagié un ou plusieurs autres ouvrages à sa disposition. Il n'aurait pas été capable d'écrire le Livre de Mormon de lui-même et se serait inspiré du Manuscrit de Spaulding ou de Vue des Hébreux.
  3. Le Livre de Mormon aurait été écrit par un des compagnons plus cultivés de Joseph Smith, comme Sidney Rigdon ou Oliver Cowdery.

Joseph Smith comme seul auteur[modifier | modifier le code]

Sur la page de garde de la première édition du Livre de Mormon (1830), Joseph Smith était présenté comme « l'auteur et le propriétaire » de l'ouvrage[20]. De nombreux critiques considèrent cette inscription comme la preuve que Joseph Smith écrivit tout simplement le Livre de Mormon lui-même et affirma seulement par la suite l'avoir traduit. Les apologistes mormons affirment que cette formulation était nécessaire en raison des lois de l'époque sur le copyright[21]. Dans la seconde édition du Livre de Mormon (1837), la page de garde fut modifiée afin de mentionner « traduit par Joseph Smith Jr ».

Les partisans de cette théorie relèvent des similitudes entre la vie de Joseph Smith et les événements du Livre de Mormon. Ainsi, Dan Vogel mentionne[22] plusieurs parallèles, comme :

  • la rivalité entre Néphi et ses frères aînés qui représenterait la rivalité entre Joseph Smith et ses frères, bien que l’auteur reconnaisse n’en avoir pas trouvé mention dans les récits de Joseph Smith ou de sa mère[23].
  • l’enlèvement des filles lamanites par les méchants prêtres de Noé (Mosiah 20:1-5) qui reflèterait l’épisode de la vie de Joseph Smith où il enlève sa future femme Emma Hale.

Par ailleurs, le rêve de Léhi de l'Arbre de Vie (1 Néphi 8 et 11) ressemble fortement à un songe qu'eut le père de Joseph Smith en 1811 selon le récit de son épouse Lucy Smith[24]. Les critiques relèvent 26 points communs entre les deux rêves[25].

Selon le docteur William D. Morain[26], le Livre de Mormon reflète également les traumatismes subis par Joseph Smith dans sa jeunesse, comme :

  • l'opération qu'il subit à l'âge de 7 ans où le chirurgien lui retira un morceau d'os de la jambe sans anesthésie. Celle-ci se traduirait par des métaphores violentes dans le Livre de Mormon et de nombreuses références aux épées, comme celle de Laban, représentant le couteau du chirurgien.
  • la mort de son frère aîné Alvin (1823) qui serait sous-jacente à la conception du salut dans le Livre de Mormon et dans le mormonisme plus tard.

De son côté, l'historien D. Michael Quinn identifie dans le Livre de Mormon de nombreux éléments issus de croyances occultes qui auraient été familières à Joseph Smith, comme les références « magiques » de certains noms, l’Égypte comme « centre et transmettrice de toute magie », les nombreuses allusions aux « mystères », aux « œuvres des ténèbres » et aux « combinaisons secrètes[27] ».

Le Manuscrit de Spaulding

En 1834, dans un livre hostile au mormonisme[28], Eber Dudley Howe affirma que Joseph Smith avait plagié un roman non publié de Solomon Spaulding (1761-1816) afin d'écrire le Livre de Mormon. Howe avait le manuscrit en sa possession et prétendit y avoir trouvé de nombreux parallèles. En outre, plusieurs déclarations de témoins, rassemblées par le docteur Philastus Hurlbut (un mormon excommunié, payé par la communauté cambellite pour obtenir des témoignages contre Joseph Smith) attestaient la véracité de ces nombreux points communs. Le manuscrit disparut après la publication du livre et les critiques ne purent l'examiner afin de vérifier les prétentions de Howe.

En 1884, une copie du manuscrit fut retrouvée mais celle-ci ne présentait aucun aspect religieux et le Livre de Mormon ne contenait visiblement aucun passage recopié depuis le manuscrit. Le manuscrit fut examiné par le Docteur James Fairchild, président de Oberlin College, qui affirma qu'aucune autre copie n'avait existé et qu'il était fort improbable qu'il ait pu être entre les mains de Sidney Rigdon et de Joseph Smith (Richard Bushman, Joseph smith Rough Stone rolling, p. 91).

L'histoire imaginée par Spaulding a pour thème un groupe de Romains naviguant jusqu'au Nouveau Monde au IVe siècle après J.-C., le développement de leur civilisation et leurs guerres. Quelques similarités existent entre les deux ouvrages :

  • les deux auteurs prétendent avoir découvert les annales ou le manuscrit sous un rocher
  • dans les deux récits, des colons voyagent jusqu'au Nouveau Monde
  • sur mer, les colons affrontent une tempête menaçant de les couler
  • ils se divisent en deux grandes civilisations
  • le groupe le plus civilisé s'interdit tout mariage avec le groupe le moins civilisé
  • les deux civilisations luttent l'une contre l'autre, dans une guerre d'anéantissement
  • les deux livres mentionnent l'usage de chevaux et la présence d'éléphants
  • une figure messianique apparaît dans les deux récits et enseigne le peuple qui connaît une ère de paix
  • pendant une période, les habitants mettent leurs biens en commun

Si la trame des deux récits présentent des ressemblances, les points communs sont généralement considérés comme en nombre insuffisant pour soutenir un véritable lien entre le Manuscrit de Spaulding et le Livre de Mormon, tant par les exégètes mormons[29] que par plusieurs historiens, dont Fawn Brodie, qui est elle aussi de confession mormone. La plupart des prétendues similitudes présentées dans les témoignages récoltés par le docteur Philastus Hurlbut se révélèrent fausses. Fawn Brodie émit de sérieux doutes quant à la réalité de ces témoignages, en raison de leur uniformité et de leur style similaire[30].

La théorie du Manuscrit de Spaulding conserve cependant encore des partisans, estimant que le récit a pu malgré tout servir d'inspiration à Joseph Smith et qu'il n'est pas absolument certain que le manuscrit retrouvé en 1884 soit totalement identique à celui dont Howe disposait en 1834.

Vue des Hébreux

Ethan Smith (1762-1849) était un pasteur protestant vivant en Nouvelle-Angleterre. Celui-ci n’avait aucun lien familial avec Joseph Smith. Il était un spécialiste du texte biblique et était capable d'en citer de nombreux passages par cœur[31]. Il écrivit plusieurs livres à thématique religieuse. Le plus connu d'entre eux fut Vue des Hébreux (View of the Hebrews). La première édition de son ouvrage fut publiée en 1823 et une édition complétée suivit en 1825 (cinq ans avant le Livre de Mormon).

L’auteur avance la thèse d'une origine hébraïque des Indiens d’Amérique en affirmant qu'ils sont les descendants des dix tribus perdues qui auraient disparu après avoir été faites captives par les Assyriens au VIIIe siècle av. J.-C.. Il cite des éléments similaires entre les deux civilisations et se sert abondamment de passages bibliques afin de soutenir sa théorie. Le Livre de Mormon étant basé sur une théorie semblable, plusieurs historiens et critiques ont soutenu l’idée que Joseph Smith s’était servi du livre d’Ethan Smith pour écrire le Livre de Mormon.

Ainsi David Persuitte relève[32] de nombreux parallèles entre les deux ouvrages mais aucune copie directe. Les parallèles couvrent des concepts variés comme les idées religieuses et la division entre une faction civilisée et une faction barbare, s’étant affrontées au cours de guerres ayant conduit à la destruction du groupe civilisé. Selon Persuitte, ces éléments sont suffisamment nombreux pour considérer que Joseph Smith s’est inspiré des idées présentes dans Vue des Hébreux pour rédiger le Livre de Mormon. Fawn Brodie, qui écrivit la première biographie non-hagiographique de Joseph Smith, considérait également que la théorie de l’origine hébraïque des Indiens d’Amérique provenait principalement de Vue des Hébreux : « il ne sera peut-être jamais prouvé que Joseph Smith a eu accès à Vue des Hébreux avant d’écrire le Livre de Mormon, mais les parallèles frappant entre les deux livres plaident difficilement pour une simple coïncidence[33]. »

Pour les exégètes mormons, l’idée que les Indiens d’Amérique pussent être les descendants des Hébreux n’était pas une théorie originale d’Ethan Smith mais était partagée par d’autres contemporains. De plus, les deux ouvrages présentent des différences importantes[34], comme le fait qu’Ethan Smith aborde les lois et traditions mosaïques alors que le Livre de Mormon n’évoque que des ordonnances chrétiennes.

Un proche de Joseph Smith comme auteur ou coauteur[modifier | modifier le code]

Oliver Cowdery

Selon cette théorie, un proche de Joseph Smith, plus instruit que le jeune prophète, aurait écrit le Livre de Mormon au bénéfice de Joseph Smith ou l'aurait assisté dans la rédaction de l'ouvrage. Deux noms sont généralement cités : Oliver Cowdery et Sidney Rigdon. Il n'existe cependant aucune preuve attestant leur paternité sur le Livre de Mormon.

Oliver Cowdery servit de secrétaire à Joseph Smith lors de la rédaction du Livre de Mormon et aurait eu l'occasion de collaborer à son écriture. Il fut un des Trois Témoins du livre. Bien qu'en conflit avec Joseph Smith par la suite, il ne renia pas son témoignage et affirma ne pas être l'auteur de l'ouvrage.

Quant à Sidney Rigdon, il n'y a aucune preuve formelle qu'il ait pu rencontrer Joseph Smith avant la publication du Livre de Mormon (leur premier contact aurait eu lieu en décembre 1830, soit neuf mois après la sortie du livre). Cependant, un de ses amis, Adamson Bentley, affirma que Sidney Rigdon lui avait parlé d'un livre qui serait la traduction d'un récit présent sur des plaques d'or, et ce deux ans avant la publication du Livre de Mormon[35]. Sidney Rigdon nia toutefois être l'auteur de l'ouvrage dans une lettre le 27 mai 1839[36]. Il affirma cependant par la suite connaître le contenu de la partie scellée du Livre de Mormon[37].

Historicité[modifier | modifier le code]

L’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours considère que le Livre de Mormon est non seulement un texte religieux mais aussi un récit historique[38]. Cette croyance entre en contradiction avec les connaissances scientifiques actuelles au sujet du peuplement de l'Amérique précolombienne. Il s'agit d'un domaine où les exégètes mormons sont également très actifs[39], tentant de démonter les arguments des critiques.

Certains intellectuels mormons[40], ainsi que plusieurs mouvements issus du mormonisme, considèrent le Livre de Mormon comme un livre spirituel sans réalité historique, contrairement à l'Église officielle.

Archéologie du Livre de Mormon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Archéologie du Livre de Mormon.

Le Livre de Mormon affirme qu’il y a eu des peuplades pré-colombiennes blanches extrêmement civilisées, qui connaissaient certaines langues du Vieux Monde, ainsi que certains de ses systèmes d’écriture. Ils fabriquaient des outils en fer, en cuivre et en acier (Ether 7:9, 10:23). Ils élevaient des chevaux et avaient des chariots (Alma 18:9-12). Aucune civilisation de ce type n’a été découverte jusqu’à présent et la plupart de ces signes de civilisation sont considérés comme des anachronismes par les archéologues. Ainsi, selon l'archéologue Michael D. Coe, mayaniste et spécialiste de la Mésoamérique, « il n'y a aucun archéologue professionnel – non-mormon – qui voit la moindre justification scientifique à la croyance dans l’historicité du Livre de Mormon (…) Il n’y a rien, absolument rien, qui soit apparu dans la moindre fouille archéologique du Nouveau Monde qui pourrait suggérer à l’observateur impartial que le Livre de Mormon, tel que prétendu par Joseph Smith, est un document historique lié à l’histoire des anciens émigrants vers notre hémisphère[41] ». Certains archéologues mormons partagent la même opinion – ainsi, pour Thomas W. Murphy, « d’un point de vue scientifique, le Livre de Mormon est originaire du début du XIXe siècle, pas de l’Amérique ancienne. Il n’y avait pas de Lamanites avant 1828 (…) Le Livre de Mormon a surgi des propres luttes de Joseph Smith avec son Dieu. Les Mormons devraient regarder à l’intérieur d’eux-mêmes pour une validation spirituelle et cesser leurs efforts visant à remodeler les Amérindiens à leur image[42] ».

Linguistique du Livre de Mormon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Linguistique du Livre de Mormon.

Le récit du Livre de Mormon aurait été traduit depuis des textes antiques écrits en égyptien réformé par des auteurs pétris de culture hébraïque : « Et maintenant, voici, nous avons écrit ces annales selon notre connaissance, dans les caractères qui sont appelés parmi nous l'égyptien réformé, transmis et altérés par nous, selon notre manière de parler. Et si nos plaques avaient été suffisamment grandes, nous aurions écrit en hébreu ; mais l'hébreu a été altéré aussi par nous ; et si nous avions pu écrire en hébreu, voici, vous n'auriez eu aucune imperfection dans nos annales. » (Mormon 9:32,33)

C’est ainsi que les partisans et détracteurs de ce livre l’ont analysé d’un point de vue linguistique cherchant à démontrer le bien-fondé de leurs thèses. Les critiques du Livre de Mormon auraient ainsi relevé des anachronismes linguistiques tandis que les exégètes mormons auraient découvert des formes stylistiques présentant des similitudes avec l’égyptien et l’hébreu.

Génétique et origine des Amérindiens[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Premier peuplement de l'Amérique.

Le Livre de Mormon est aussi difficile à réconcilier avec la compréhension moderne de l'origine des peuples amérindiens. L'Église SDJ et les experts mormons soutiennent que le Livre de Mormon n'exclut pas l'existence d'autres peuples vivant en Amérique comme le suggère le premier peuplement de l'Amérique: les connaissances actuelles montrent que les Amérindiens descendent de chasseurs-cueilleurs ayant migré en Amérique en passant par la Béringie il y a plus de 10 000 ans. Bien que la culture mormone ait autrefois entretenu l'idée que les Lamanites sont les ancêtres de tous les Amérindiens, l'Église SDJ précise maintenant que les Lamanites « comptent parmi les ancêtres des Indiens américains »[43]. Les experts mormons défendent généralement l'idée que le récit ne concerne qu'une petite région d'Amérique et que les Néphites et Lamanites étaient déjà entourés d'autres peuples amérindiens (jamais mentionnés dans le livre) lorsqu'ils sont arrivés.

L'existence d'une descendance lamanite chez les Amérindiens continue pourtant à faire controverse lorsqu'on compare les données génétiques des Amérindiens avec les peuples du Moyen-Orient. En effet, le Livre de Mormon révèle que les Néphites, Lamanites et Mulékites sont originaires de la population de Jérusalem en 600 av. J.-C. et qu'ils se multiplièrent abondamment en Amérique (2 Néphi 5:13, Jarom 1:8). Les généticiens n'ont toutefois trouvé aucun Amérindien possédant un marqueur d'ADN qui établirait un contact précolombien avec les populations du Moyen-Orient. L'accumulation de données sur le patrimoine génétique des Amérindiens (en) a convaincu certains scientifiques mormons que les peuples du Livre de Mormon ne peuvent pas avoir existé[44],[45].

Les apologistes mormons soutiennent par contre qu'il est possible que l'héritage génétique provenant du Moyen-Orient était suffisamment restreint et suffisamment ancien pour avoir aujourd'hui disparu[46].

Controverses théologiques[modifier | modifier le code]

Relation avec la Bible[modifier | modifier le code]

Prophéties bibliques[modifier | modifier le code]

Les critiques religieux du Livre de Mormon, présenté comme une révélation importante de Dieu, affirme qu'il devrait alors être mentionné dans la Bible, ce qui n'est pas le cas[47]. Certains passages bibliques sont cependant considérés par les mormons[48][49] comme se référant au Livre de Mormon, tels : la voix qui devait sortir de terre (Ésaïe 29:4), le bois de Joseph qui devait faire un seul bois avec celui de Juda (Ézéchiel 37:15-20), les autres brebis dont parlait Jésus (Jean 10:16) identifiées comme étant les Néphites, et l'autre ange que Jean vit voler par le milieu du ciel annonçant un Évangile éternel (Apocalypse 14:6) identifié comme étant Moroni.

Contradictions avec la Bible[modifier | modifier le code]

Les critiques affirment que le Livre de Mormon contredit la Bible en certains endroits, par exemple :

Sujet Livre de Mormon Bible Commentaire
Naissance de Jésus Et voici, il naîtra de Marie, à Jérusalem, qui est le pays de nos ancêtres... (Alma 7:10) Jésus étant né à Bethléhem en Judée... (Matthieu 2:1) Les exégètes mormons notent que dans Alma 7:10 Jérusalem est mentionnée comme un pays et non comme une ville. Ils pointent le fait que Bethléhem, située à 8 km de Jérusalem, peut être considérée comme faisant effectivement partie du pays de Jérusalem.
Durée des ténèbres à la mort du Christ Et il m'a dit que ces choses arriveraient pendant que le tonnerre, et les éclairs, et la tempête dureraient, et que des ténèbres couvriraient la surface de toute la terre pendant trois jours. (Hélaman 14:27) Depuis la sixième heure jusqu'à la neuvième, il y eut des ténèbres sur toute la terre. (Matthieu 27:45) Les exégètes mormons relèvent que le Livre de Mormon, tout comme la Bible, mentionne trois heures de chaos pendant la crucifixion (3 Néphi 8:19) et que celles-ci furent suivies de trois jours de ténèbres (3 Néphi 8:23). Hélaman affirme cependant que ces ténèbres devaient couvrir "la surface de toute la terre" (Hélaman 14:27). Pour les exégètes mormons, le texte montre que cette expression désigne la surface du pays habité par les Néphites (voir 3 Néphi 1:17 ; 10:9), à savoir l'Amérique Centrale.

Changements[modifier | modifier le code]

Les critiques du mormonisme dénoncent les 3915 changements apportés à l'édition originale du Livre de Mormon. Puisque le livre a été traduit par la révélation divine, celui-ci ne devrait plus être modifié. Les exégètes mormons[50] affirment que les changements ont été apportés par Joseph Smith lui-même lors de la seconde édition et que ces changements sont des corrections grammaticales et des corrections de fautes d'impression n'ayant aucune influence sur le sens du texte ou de la doctrine.

Cependant, plusieurs changements peuvent être considérés comme des modifications de doctrine :

Référence Livre de Mormon
Édition 1830
Livre de Mormon
Version actuelle
Commentaire
1 Néphi 11:18 Et il me dit: Voici, la vierge que tu vois, est la mère de Dieu, selon la chair. Et il me dit: Voici, la vierge que tu vois est, selon la chair, la mère du Fils de Dieu. Les critiques affirment que ce passage montre que Joseph Smith croyait en 1830 à la doctrine trinitaire classique, ce qui serait confirmé par son premier récit (1832) de la Première Vision où il mentionne le "Seigneur" à plusieurs étapes de sa vision plutôt que deux personnages. Les théologiens mormons réfutent cette idée par le fait que dans les saintes Écritures le terme "Seigneur" s'applique indifféremment au Père et au Fils et peut désigner alternativement l'un et l'autre dans le récit de Joseph Smith, ce que confirment ses récits ultérieurs (1835, 1838, 1842).
2 Néphi 30:6 ...et il ne passera pas beaucoup de générations qu'ils [les Lamanites] ne deviennent un peuple blanc et agréable. ...et il ne passera pas beaucoup de générations qu'ils [les Lamanites] ne deviennent un peuple pur et agréable. Ce changement a été fait par Joseph Smith lui-même dans l'édition de 1840, mais les éditions américaines ultérieures ne mentionnaient pas ce changement parce qu'elles avaient suivi la première édition européenne et l'édition de 1837. Cette correction a finalement été rétablie dans l'édition de 1981. Selon les exégètes mormons, la Bible utilise les deux termes comme synonymes (voir Daniel 7:9 et Apocalypse 15:6).
1 Néphi 20:1 Écoutez et entendez ceci, ô maison de Jacob, vous qui portez le nom d'Israël, et qui êtes sortis des eaux de Juda,... Écoutez et entendez ceci, ô maison de Jacob, vous qui portez le nom d'Israël, et qui êtes sortis des eaux de Juda, ou des eaux du baptême,... Changement apporté par Joseph Smith lui-même. Selon les Écritures du mormonisme, le baptême était pratiqué à l'époque de l'Ancien Testament (Moïse 6:64 ; 2 Néphi 31 ; Mosiah 18 ; Alma 7:14)

Contradictions avec la doctrine mormone actuelle[modifier | modifier le code]

Les critiques affirment que certaines doctrines du mormonisme ont évolué au point qu'elles entrent en contradiction avec le Livre de Mormon. Les mormons contrent généralement ces critiques en rappelant qu'ils croient en la révélation continue, ce qui explique que Dieu complète ou précise des points de doctrine par la suite. Par exemple :

Sujet Livre de Mormon Doctrine mormone actuelle Commentaire
Nombre de dieux Il n'y a qu'un seul Dieu (Mosiah 15:1,5; Alma 11:28-29; 2 Néphi 31:21). Il y a plusieurs dieux (Joseph Smith, Journal of Discourses, Vol. 6, p. 5). Les mormons expliquent l'apparente contradiction par le fait qu'ils n'adorent qu'un seul Dieu, même s'il peut en exister d'autres (voir 1 Corinthiens 8:5, 6).
Dieu change-t-il ? Dieu ne change pas (Mormon 9:9,19; Moroni 8:18; Alma 41:8; 3 Néphi 24:6). Dieu progresse en connaissance (Wilford Woodruff, Journal of Discourses, Vol. 6, p. 120). Selon les théologiens mormons, Dieu ne change pas dans la mesure où sa progression est une ronde éternelle (1 Néphi 10:19; Alma 7:20; 37:12; D&A 3:2; 35:1).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  • The Book of Mormon, édition anglaise de 1840 (numérisée) [lire en ligne]
  • Le Livre de Mormon, édition française de 1852 (numérisée) [lire en ligne]
  • Le Livre de Mormon, édition française de 1998 [lire en ligne]
  • Joseph Smith, Histoire (tirée de History of the Church, volume 1, chapitres 1 à 5) [lire en ligne]
  • (en) Lucy Smith, Biographical Sketches of Joseph Smith the Prophet and His Progenitors for many Generations, Kessinger Publishing, 2006, 380 pages (ISBN 1425483836) [lire en ligne]
  • (en) Ethan Smith, View of the Hebrews, Hayriver Press, 2002, 228 pages (ISBN 1930679610) [lire en ligne]

Références académiques[modifier | modifier le code]

Références critiques[modifier | modifier le code]

  • (en) Tamra Jean Braithwaithe, Journey to the Center of My Soul, Xlibris, 2003 (ISBN 1413418783) [lire en ligne]
  • (en) Eber D. Howe, Mormonism Unvailed, 1834, réédité par Ams Pr Inc, 1987, 290 pages (ISBN 0404107303)

Ouvrages apologétiques[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. James E. Talmage, Articles de Foi, chapitre 14 [lire en ligne]
  2. LeGrand Richards, Une œuvre merveilleuse et un prodige, chapitre 6 [lire en ligne]
  3. Joseph Smith, Histoire
  4. 'Joseph Smith Histoire, v50 '
  5. 'Joseph Smith Histoire, v51 '
  6. History of the Church, volume 3, p. 28
  7. Times and Seasons, 1er mars 1842, p. 707 ; History of the Church, 4:537
  8. a et b Oliver Cowdery as Book of Mormon Scribe, Royal Skousen, Brigham Young University
  9. Approximate Book of Mormon Translation Timeline
  10. Messenger and Advocate, octobre 1834, p. 14.
  11. Saints’ Herald, 1er octobre 1879, p. 290 (périodique publié par l’Église réorganisée de Jésus-Christ des saints des derniers jours, qui a pris aujourd’hui le nom de Communauté du Christ)
  12. History of the Church, volume 1, page 54
  13. Lucy Mack Smith, « The History of Lucy Smith, Mother of the Prophet », 1844, livre manuscrit 8, p. 11, Archives de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours
  14. Dallin H. Oaks, Tous les hommes de partout
  15. Joseph Smith, History of the Church, 1841, 4:461
  16. Traduction de la Bible par Joseph Smith, site officiel de L'Église des saints des derniers jours
  17. Is There Scientific Proof Authenticating the Book of Mormon?, réponse de M. Russell Ballard (Quorum des Douze Apôtres) sur les preuves scientifiques du Livre de Mormon
  18. Entrevue avec Dr. Michael Coe, anthropologue spécialiste de la civilisation maya, entrevue réalisée à PBS en 2007 (en anglais)
  19. Losing a Lost Tribe: Native Americans, DNA and the Mormon Church, Simon G southerton, édition Signature Books, 2004
  20. Page de garde de l'édition de 1830 du Livre de Mormon, présentée sur le site de l'Institute for Religious Research
  21. D. Brent Anderson, Book of Mormon Authorship
  22. Dan Vogel, Joseph Smith: The Making of a Prophet
  23. Dan Vogel, Joseph Smith: The Making of a Prophet, p. 575
  24. Lucy Smith, Biographical Sketches of Joseph Smith the Prophet and His Progenitors for many Generations, chapitre 13
  25. Tamra Jean Braithwaithe, Journey to the Center of My Soul, Section D : (1) Léhi et le père de Joseph Smith sont en train de voyager, (2) il y a un champ (3) qui est comparé au monde, (4) ils ont tous deux un guide (5) et mentionnent des routes, (6) il y a un sentier étroit, (7) une rivière (8) avec une corde ou une barre le long de la rivière, (9) il y a un arbre, (10) l'arbre est beau, (11) il porte du fruit, (12) le fruit est d'un blanc comparable à la neige, (13) ils mangent du fruit, (14) le fruit est délicieux, (15) ils souhaitent que leur famille mange de ce fruit, (16) après avoir mangé le fruit, ils éprouvent une grande joie, (17) il y a un grand et spacieux édifice, (18) celui-ci s'élève dans les airs, (19) il est rempli de gens, (20) ceux-ci sont habillés de façon raffinée, (21) ils se moquent de ceux prenant le fruit en les montrant du doigt, (22) Léhi et le père de Joseph Smith ignorent ceux qui se trouvent dans l'édifice, (23) le fruit est l'amour de Dieu, (24) deux de leurs enfants ne sont pas présents, (25) la chute future du grand édifice est prédite, (26) et le grand édifice est lié à l'orgueil
  26. William D. Morain, The Sword of Laban: Joseph Smith, Jr., and the Dissociated Mind
  27. D. Michael Quinn, Early Mormonism and the Magic World View, p. 199-202
  28. Eber D. Howe, Mormonism Unvailed
  29. Lance D. Chase, Spaulding Manuscript, Encyclopedia of Mormonism, Vol. 3, cité dans un article de Jeff Lindsay
  30. Fawn M. Brodie, No Man Knows My History: The Life of Joseph Smith, pages 446-447
  31. William B. Sprague,Annals of the American Pulpit (New York: Robert Carter & Bros., 1866), II, 296–300
  32. David Persuitte, Joseph Smith and the Origins of the Book of Mormon
  33. Fawn M. Brodie, No Man Knows My History: The Life of Joseph Smith, pages 46-47.
  34. Stephen R. Gibson, Was The Book of Mormon Based On View of the Hebrews?
  35. Adamson Bentley, Lettre à Walter Scott, 1841
  36. Brigham H. Roberts, The Book of Mormon Part III, pages 482-483
  37. Sidney Rigdon, dans une lettre du 1er septembre 1868, affirma que la partie scellée contenait l'histoire de Sion, des prophéties des prophètes de l'Ancien Testament et un récit de Joseph en Égypte.
  38. LeGrand Richards, Une œuvre merveilleuse et un prodige, chapitre 8 [lire en ligne]
  39. Daniel C. Peterson, De plus en plus de preuves de l'authenticité du Livre de Mormon
  40. entre autres Thomas W. Murphy (cité dans la section Archéologie du Livre de Mormon)
  41. Michael D. Coe, Dialogue: A Journal of Mormon Thought, été 1973, pp.42, 46
  42. Thomas W. Murphy, Lamanite Genesis, Genealogy, and Genetics
  43. Introduction du Livre de Mormon
  44. Simply Implausible: DNA and a Mesoamerican Setting for the Book of Mormon,Thomas W. Murphy, anthropologue
  45. Mormons believe Native Americans have Israelite ancestors. Blog de Simon Southerton, généticien
  46. Une tempête dans un verre d'eau: Les études sur l'ADN et le Livre de Mormon, par Brant Gardner, Foundation for Apologetic Information & Research
  47. Tony Hynes, Lettre ouverte à un mormon
  48. James E. Talmage, Articles de Foi, chapitre 15 [lire en ligne]
  49. LeGrand Richards, Une œuvre merveilleuse et un prodige, chapitre 7 [lire en ligne]
  50. Marcel Kahne, L'univers des antimormons