Livia Orestilla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Livia Orestilla
Livia Orestilla dans les Promptuarii Iconum Insigniorum, 1553
Livia Orestilla dans les Promptuarii Iconum Insigniorum, 1553
Titre
Impératrice romaine
37 ou 3837 ou 38
Biographie
Titre complet Impératrice romaine
Conjoint Gaius Calpurnius Piso
Caligula empereur romain

Livia Orestilla, ou Cornelia Orestilla [1] fut une impératrice romaine du fait de son mariage avec Caligula en 37 ou 38 ap. J.-C.

Biographie[modifier | modifier le code]

Livia Orestilla fut d'abord mariée à Gaius Calpurnius Piso (qui fut impliqué dans la conspiration de Pison contre Néron)[1],[2]. Caligula est invité d'honneur à leur mariage[3] et il fait conduire l'épouse dans sa chambre le soir-même[4]. Pison fut persuadé ou forcé d'annuler son mariage afin que Caligula puisse l'épouser. Selon Dion Cassius et Suétone, cela se passa le jour même du mariage.

Suétone dit que Caligula proclama le jour suivant, par un placard affiché sur son ordre[5], qu'il avait acquis une nouvelle épouse dans la tradition de Romulus et Auguste qui avaient tous les deux volés des femmes. Quelques jours après, il la répudia et, deux ans plus tard, bannit Livia sur le prétexte qu'elle était retournée chez son premier mari.

Médailles romaines[modifier | modifier le code]

On connait des médailles représentant Livia Orestilla dont l’origine est suspecte ou fausse, au regard des quelques jours où elle fut la femme de Caligula[6].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dion Cassius, Histoire romaine, 59, 8.7
  2. Suétone, Vie des douze Césars, 25.1
  3. Dimitri Casali, Sexe et pouvoir: Secrets d'alcôve, de César à DSK, La Martinière,‎ 6 juin 2012 (lire en ligne)
  4. Suétone, Vie de Caligula (lire en ligne), p. XXV
  5. Jean-Baptiste-Louis Crevier, Histoire des empereurs romains depuis Auguste jusqu'à Constantin, Paris, Firmin Didot,‎ 1824, p. 359
  6. Théodore Edmé Mionnet, De la rareté et du prix des médailles romaines: ou Recueil ..., Volume 1, Paris, De Bure,‎ 1827 (lire en ligne), p. 126

Références[modifier | modifier le code]