Livestation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Livestation
Image illustrative de l'article Livestation
Logo

Développeur Skinkers et Microsoft Research
Dernière version 3.2.0 (Juillet 2010)
Environnements Windows XP, Windows Vista, Mac Os X
Langues Anglais
Type Multimédia
Licences Propriétaire
Site web www.livestation.com

Livestation est un logiciel de distribution de télévision et vidéo en direct, gratuit et multiplateforme via une architecture réseau en Peer to Peer, créé en 2007 par Skinkers, une société britannique installée à Cambridge. S'appuyant sur une infrastructure en Peer to Peer, cette solution logicielle permet de réduire les coûts de distribution en réduisant la bande passante nécessaire et les coûts induits par des parcs de serveurs généralement utilisés pour la diffusion en streaming. Il se présente comme une solution efficace et bon marché de diffusion de qualité. Son interface graphique utilise la technologie Silverlight de Microsoft, une approche multimédia similaire à Adobe Flash qui se concentre sur la diffusion de contenus enrichis et de vidéo. La société Microsoft, par le biais de son service de recherche Microsoft Research, prend également part au projet. Il se revendique "slingbox without the box" (le câble sans le décodeur) selon les propres termes de Matteo Berlucchi, fondateur, associé et président directeur général de la société.


Histoire du logiciel[modifier | modifier le code]

Le partenariat de recherche entre Skinkers et Microsoft research a débuté en juin 2006. Le développement de l'interface graphique a été confié à la société londonienne Splendid [1], elle aussi responsable du développement du design de Windows Vista et de Silverlight. Le logiciel a été présenté pour la première fois lors du NAB (National Association of Broadcasters) Show 2007 à Las Vegas. Actuellement dans une phase d'expérimentation réduite, une bêta à plus grande échelle sera menée dans le courant de l'année 2007, d'ici le mois d'octobre. (voir vidéo de démonstration [2]). À la publication de la vidéo de démonstration, une série de bloggeurs se sont emparés de la nouvelle et ont, pour certains, annoncé que Microsoft préparait un anti-Joost, erreur réparée depuis. (voir cet article du Guardian Unlimited, [3]) Une seule chaîne était disponible en juillet 2007. Il s'agit de la chaîne d'information britannique BBC News. D'autres chaînes viendront par la suite, certaines sur un modèle gratuit, d'autre via des abonnements. La société Livestation a lancé un nouveau site internet le 7 septembre 2007, au moment même où elle annonçait être prête pour un test à plus grande échelle. voir l'article du site Newteevee. De plus, le lancement de la bêta à grande échelle devrait correspondre avec l'annonce que la société Livestation fera à la conférence IBC 2007. Début février 2008, une version avec plusieurs chaînes et stations de radio, dédiées à l'information et issue d'accords avec les diffuseurs concernés, a été distribuée dans un effort d'élargissement de la bêta au plus grand nombre. À titre d'information, les chaînes en France étaient BBC World, Al Jazeera English, Sky News, Euronews (en français et anglais), France 24 (en français et anglais) et i-Télé, ainsi que les radios BBC World Service et BBC Radio 4.

Technologie de diffusion[modifier | modifier le code]

À la manière de nombreuses start-ups qui surfent sur la vague de la diffusion de contenus vidéo sur le web, tels Joost, Zattoo, Mediazone, Babelgum, Veoh ou Vuze, cette plateforme s'appuie sur le pair à pair pour transmettre le flux vidéo : chaque utilisateur, lorsqu'il regarde une chaîne, se connecte à d'autres pairs pour recevoir et leur transmettre une partie du contenu, et ainsi de suite, déchargeant ainsi les serveurs initiaux et réduisant profondément les coûts de diffusion, principaux freins jusqu'alors à la vidéo sur internet. Le partenariat avec Microsoft permet de supposer que la technologie d'encodage utilisée est Windows Media, bien qu'aucun détail n'aie encore été dévoilé à ce sujet. L'interface visuelle se veut la plus proche d'une interface graphique IPTV, câble, TNT ou satellite numérique. Elle propose aussi un guide des programmes interactif, des liens vers le site de la station, et permettra par la suite d'intégrer d'autres contenus multimédias. En revanche, elle ne dispose pas de la fonction time-shift, de pause, ni de la possibilité d'enregistrer les programmes. Côté logiciel, Livestation utilise la solution de distribution d'applications utilisant le pair à pair dénommée Live Delivery Network et conçue par la société Skinkers. Par l'utilisation de la technologie Silverlight, le logiciel sera disponible pour les plateformes Windows, Mac, mais aussi pourra être intégré à des pages web, étant ainsi entièrement compatible avec tous les navigateurs actuels les plus courants, soit Internet Explorer, Firefox et Safari. De plus, dans le courant de l'année 2007, la technologie Silverlight devrait être rendue compatible avec les appareils mobiles, rendant ainsi possible la diffusion des contenus sur des appareils de ce type.

Différences avec les principaux concurrents[modifier | modifier le code]

  • Joost : à la différence de Joost, Livestation diffusera des contenus en direct, et non de la vidéo à la demande, bien que les deux utilisent le streaming. Il en va de même avec Babelgum. Selon Matteo Berlucchi lui-même, Livestation n'a pas pour objectif de détrôner Joost, mais se présente comme une plateforme complémentaire.
  • Vuze : les contenus de Vuze sont à la demande, et doivent être téléchargés.
  • Mediazone : Mediazone diffuse des contenus payants, souvent évènementiels, et teste actuellement un logiciel de télévision sociale en pair à pair.
  • Zattoo : les différences sont ici plus subtiles, néanmoins selon les commentaires des utilisateurs, la qualité d'image en plein écran de Zattoo est meilleure que celle de Livestation. Cependant, Livestation ne restreint pas, pour le moment, l'accès aux chaînes de télévision en fonction de l'adresse IP des utilisateurs par géolocalisation. De même Zattoo ne diffuse aucune radio pour le moment.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Annonce de presse du 16 avril 2007 sur le site officiel de Skinkers, en anglais, [4]
  • Entrevue avec Matteo Berlucchi de la société Skinkers, en anglais, blog de Steve Clayton, 20 juin 2007, [5]
  • Démonstration du logiciel, en anglais [6]
  • Annonce de presse de la société Splendid, avec prises d'écran (qui présentent davantage de canaux), en anglais, [7]
  • Critique du logiciel sur le blog Newteevee, par Om Malik, avec des prises d'écran, 6 juillet 2007, en anglais, [8]
  • Critique du logiciel sur le blog Last100, par Steve O'Hear, 6 juillet 2007, [9]
  • Article du site internet Joostteam, 31 août 2007, en anglais [10]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Site internet de la société éditrice de logiciels Skinkers