Littérature péruvienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La littérature péruvienne renvoie non seulement à la littérature produite dans la République indépendante du Pérou, mais aussi à la littérature de la Vice-royauté du Pérou pendant la période coloniale du pays, et aux formes artistiques orales créées par les groupes ethniques divers qui ont existé dans la région pendant la période de Civilisation précolombienne, comme le Quechua, l'Aymara et les groupes indigènes Chancas.

Tradition orale pré-hispanique[modifier | modifier le code]

Largement inconnue, la production artistique de la période pré-hispanique (spécialement liée à l'Empire inca), dans le territoire de la Cordillère des Andes (correspondant à l'Équateur, au Pérou, à la Bolivie et au Chili) s'est manifestée dans les formes poétiques (dans une langue quechua ou runa simi) dénommées harawis (poésie lyrique) et hayllis (poésie épique). Ces poèmes décrivaient la vie quotidienne aussi bien que les obsèques, les fêtes, les noces, les bagarres, les guerres et étaient récitées par un poète qu'on appelait harawec.

À côté de la poésie, existaient aussi les récits oraux qui exprimaient la cosmologie du monde des Andes (les mythes de création, le déluge, etc.) et qui sont arrivés de nos jours sous une forme altérée, remodelés par le travail des premiers chroniqueurs.

Époque coloniale[modifier | modifier le code]

L'expression « littérature coloniale » (ou « littérature des Colonies ») fait référence à l'état du territoire du Pérou, du XVIe au XIXe siècles (1821 marque la date d'indépendance), connu comme Vice-royauté du Pérou, dont l'étendue couvrait toute Amérique du Sud, avec l'exception de Caracas qui appartenait à la nouvelle Espagne, le Mexique et le Brésil sous domination portugaise.

Au XVIe siècle, le premier livre publié dans la ville de Lima est la Doctrina Christiana y Cathecismo para la Instrucción de los Indios (1584) d'Antonio Ricardo, il est publié en castillan, quechua et aymará. Pendant les décennies précédentes, des réformes (1569-1581) avaient séparé la société coloniale en deux républiques, une république pour les indiens et une république pour les Espagnols. Ce fut aussi à cette période que furent promulguées les Lois des Indes (Leyes de Indias en espagnol). Ces deux facteurs feront que la production littéraire dans les colonies se limite à des cercles d'influence principalement hispanique, produite dans les grandes villes par les descendants des Espagnols (les Espagnols américains).

La république et XIX siècle[modifier | modifier le code]

XX siècle[modifier | modifier le code]

Modernismes et avant-gardes[modifier | modifier le code]

Le modernisme se développe au Pérou à partir du poème « Al amor » de Manuel Gonzáles Prada, publié dans le quotidien El Comercio en 1867, où le poète fusionne l'ensemble des genres poétiques provenant d'Europe, en donnant comme résultat el triolet. Malgré ses précédents avec Manuel Gonzáles Prada, le modernisme atteindra le Pérou tardivement, au début du XXe siècle. En ressortent José Santos Chocano, dont l'œuvre grandiloquente qui se plaît à la rhétorique et à la description de paysages est plus proche de Walt Whitman et du romantisme, et Alberto Ureta, dont les poèmes, de tonalité réfléchie et mélancolique, sont de meilleure facture.

José Marie Eguren a ouvert le chemin de l'innovation dans la poésie péruvienne avec ses poèmes La Canción de las figuras 1916 et Simbólicas 1911, proches du symbolisme et qui reflétaient son monde intérieur grâce à des images oniriques, avec lesquelles il réagit contre la rhétorique moderniste et le formalisme.

Jusqu'en 1920, le modernisme est le courant dominant dans le conte la poésie, mais dès 1915, l'avant-garde littéraire fait timidement son entrée dans la poésie nationale. César Vallejo, avec ses œuvres novatrices et son langage centr ésur l'angoisse de la condition humaine, appartient à cette époque, dont font aussi partie les poètes Alberto Hidalgo, Xavier Abril, Carlos Oquendo de Amat, Luis Valle Goicochea, Magda Portal et les surréalistes César Moro et Emilio Adolfo Westphalen.

L'écrivain le plus remarquable de cette période est Abraham Valdelomar, qui dans sa brève vie a cultivé le conte, le roman, le théâtre, la poésie, le journalisme et l'essai. Il est surtout apprécié pour ses contes, qui racontent avec une certaine tendresse des histoires des villes provinciales et, dans une moindre mesure, des récits sur Lima ou plus cosmopolites. En 1916 il a fondé la revue Colónida qui regroupait quelques jeunes écrivains et qui, malgré sa brève existence (quatre numéros seulement ont été publiés) a ouvert la voie à de nouveaux mouvements comme l'avant-garde dans la littérature péruvienne.

D'autres auteurs, qui ont avec Valdelomar inauguré le conte au Pérou sont Clemente Palma, qui a écrit des contes décadents, psychologiques et de terreur, influencés par le réalisme russe et par Poe, et Ventura García Calderón, qui a écrit surtout des contes exotiques au sujet du Pérou. Il faut aussi citer Manuel Beingolea, "Cloamón" et Fausto Gastañeta.

Au théâtre, parmi le peu d'œuvres de valeur, figurent les comédies du poète festif Leonidas Yerovi et, par la suite les pièces de critique sociale et de nature politique de César Vallejo, qui ont mis beaucoup de temps avant d'être publiées ou représentées. Déjà, dans les années 1940, l'influence tardive du modernisme et du théâtre poétique se reflètera dans les œuvres de Juan Ríos, lesquelles ont été critiqués pour leur rhétorique poétique excessive, généralement situées dans des temps éloignés ou dans les légendes, et qui cherchent à atteindre une portée universelle.

Indigènes[modifier | modifier le code]

Au Pérou, le sujet principal de la littérature indigéniste était l'Indien, dont la prédominance dans littérature s'était initiée dans les années 1920 et 1930, d'abord avec les contes d'Enrique López Albújar et plus tard avec les romans de Ciro Alegría. Ainsi a commencé la controverse intéressante sur l'indigénisme et l'indianisme, c'est-à-dire, sur la question que ce ne sont pas les Indiens eux-mêmes qui écrivent sur leurs problèmes. Ce courant littéraire a atteint son apogée dans l'œuvre de José María Arguedas, l'auteur de Los ríos profundos, Todas las sangres, Agua, El sexto, El zorro de arriba et el zorro de abajo, La agonía de Rasu Ñiti. Grâce à son contact avec les Indigènes pendant son enfance, il a pu assimiler comme sienne leur conception du monde et ses expériences.

Les années 1950[modifier | modifier le code]

La modernisation du récit péruvien commence avec la Génération de 50, qui a pour cadre politique le coup d'état du Général Manuel A. Odría en 1948 et les élections de 1950 dans lesquelles il est auto élu président de la République. Pendant la décennie précédente, un mouvement migratoire du champ à la ville (de préférence vers la capitale) avait commencé, qui dans les années cinquante a pris sa plus grande ampleur, et qui eut pour résultat la formation de quartiers et de villages nouveaux, entraînant l'apparition de sujets marginaux et socialement déclassés. La littérature écrite à cette époque a été surtout influencée par les avant-gardes européennes, en particulier, le modernisme anglo-saxon de Joyce et dans le domaine nord-américain, l'œuvre de Faulkner et de la Génération Perdue. La littérature fantastique de Borges et de Kafka l'a aussi beaucoup influencée. Appartiennent à cette génération Carlos Eduardo Zavaleta, Eleodoro Vargas Vicuña, Mario Vargas Llosa, entre autres.

La génération de cinquante sont un moment dans lequel le récit se lie d'un manière très forte au le sujet du développement urbain, à l'expérience de la migration andine vers Lima (une augmentation drastique de la population à partir de la fin des années 1940). Très liée au cinéma néo-réaliste italien, il présente la réalité de la grande ville changeante, l'apparition de personnages marginaux et problématiques. Au sein des auteurs les plus représentatifs, Julio Ramón Ribeyro ressort avec Los gallinazos sin plumas (1955), Enrique Congrains avec la novela Lima, hora cero(1954) et le recueil de contes No una, sino muchas muertes(1957), sans oublier Luis Loayza.

À côté des prosateurs, un groupe de poètes surgit, certains se détachent du lot : Alejandro Romualdo, Washington Delgado, Carlos German Belli, Francisco Bendezú, Juan Gonzalo Rose, Pablo Guevara. Ces poètes ont commencé à publier leurs œuvres à partir de la fin des années 1940, tel est le cas de Romueldo, tout comme Rose, Delgado, Bendezú, Belli, Guevara. De plus, ces personnes se sont liées entre elles pas seulement par des relations amicales, mais du point de vue idéologique ils ont été liés par le marxisme et l'existentialisme. Les poème qu'ils ont écrits, depuis une vision générale, ont adopté un ton protestataire et d'engagement social. C'est par cela que A otra cosa d'Alejandro Romualdo est considéré comme l'art poétique de la génération de cinquante. Cette génération revendiquait César Vallejo comme modèle esthétique et il a adopté la pensée de José Carlos Mariátegui comme guide intellectuel. Les poètes Javier Sologuren, Sebastián Salazar Bondy, Jorge Eduardo Eielson, Antenor Samaniego, Blanca Varela sont connus comme le groupe neo vanguardista, qui a commencé à publier ses poèmes à la fin des années trente, comme Sologuren, suivi par les poèmes de Salazar Bondy, de Samaniego, d'Eielson, Varela, qui entretenaient une relation amicale avec la revue Mar del Sur dirigée par Aurelio Miroquesada, de claire tendance conservatrice. De plus, ce groupe de poètes a désigné Emilio Adolfo Wesphalen comme un guide poétique. À cette situation historique et littéraire, il faudrait ajouter ceux qu'on appelle Poetas del pueblo, liés au parti apriste fondé par Víctor Raúl Haya de la Torre. Ces poètes, militants de l'APRA au début des années 1940, ont été Gustavo Valcárcel, Manuel Scorza, Mario Florián, Ignacio Campos, Ricardo Tello, Julio Garrido Malaver, ceux qui ont revendiqué comme modèle poétique César Vallejo.

En résumé, on pourrait dire que la Génération de 50, est constituée d'Alejandro Romualdo, Washington Maigre, Juan Gonzalo Rose, Carlos Germán Belli, Francisco Bendezú et Pablo Guevara.

Pendant cette décennie et la suivante, le théâtre connaît une période de renouvellement, d'abord avec les pièces de Sebastián Salazar Bondy (en général des comédies à contenu social) et plus tard avec Juan Rivera Saavedra, avec des pièces à forte résonance sociale, influencées par l'expressionnisme et le théâtre de l'absurde.

Les années 1960[modifier | modifier le code]

La Génération de 60 dans la poésie a eu des représentants du calibre de Luis Hernández, de Javier Heraud et d'Antonio Cisneros, couronné de lauriers avec le Prix de Poésie la Maison des Amériques, octroyé par Cuba, sans oublier les talentueux César Calvo, Rodolfo Hinostroza et Marco Marto. Javier Heraud a été le vrai paradigme générationnel, lié à la doctrine marxiste et au militantisme politique, contrairement à Hernández et Cisneros. Ces contemporains n'ont pas formé de mouvement générationnel.

Les romanciers qui appartiennent à cette génération sont Oswaldo Reynoso, Miguel Gutiérrez, Eduardo Gonzáles Viaña, Jorge Díaz Herrera, Alfredo Bryce Echenique. Le récit péruvien et la poésie de la fin des années 1960 revêtirent un caractère générationnel comme une idéologie. C'était une époque où la littérature était vue comme un moyen, comme un instrument, pour créer une conscience de classe. C'étaient les années de l'apogée de la révolution à Cuba, et au Pérou la majorité des intellectuels désiraient une révolution marxiste qui casse le vieil ordre oligarchique et féodal. Quelques écrivains aspiraient à un processus comme les Cubains (par exemple, le poète Javier Heraud est mort en mai 1963, dans la forêt péruvienne, en entrant dans un groupe armé qui pensait lancer la guerrilla), les autres avaient leurs propres modèles. Dans cette période d'engagement social intense, il reste à l'écrivain peu d'espace pour l'engagement dans son œuvre. À la fin de cette décennie surgit le groupe Narration, influencé par le maoïsme et mené par Miguel Gutiérrez et Oswaldo Reynoso. Ils ont publié une revue de même nom, bien qu'ils aient pensé la nommer "Agua", évoquant Arguedas et les tensions sociales décrites dans son roman.

Les années 1970[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1960 surgissent aussi sur la scène poétique de Lima les mouvements littéraires la Glèbe (Ricardo Falla, Manuel Morales, Jorge Pimentel Jorge Ovidio Vega et d'autres), Estación Reunida (José Rosas Ribeyro, Elqui Burgos, Tulio Mora, Oscar Málaga, Anne Marie Mur et d'autres) et Hora zero (Jorge Pimentel, Juan Ramírez Ruiz, Jorge Nájar, José Carlos Rodríguez, entre autres). Ces groupes, qui se transformeront ensuite en ce qu'on appellera la Génération de 70, se sont caractérisés par le ton protestataire et iconoclaste du moi poétique, qui se manifeste plus dans des textes d'accent idéologiquement marqué en faveur du socialisme que dans ses expressions esthétiques. À la suite d'un manque supposé d'engagement social, se produisent des altercations entre l'un des leaders d'Hora zero, Jorge Pimentel, et le poète déjà consacré, Antonio Cisneros. Dans ce cadre se produit le défi curieux de Pimentel pour un "duel poétique" avec Cisneros (les deux devaient déclamer devant un public qui déterminerait spontanément le vainqueur), mais celui-ci n'a pas accepté le défi.

Dans le théâtre, la création collective fait irruption face aux œuvres d'auteur. Quelques groupes théâtraux ont été à la tête du mouvement surgi dans ces années, parmi lesquels se détachent Cuatrotablas, mené par Mario Delgado, et Yuyachkani, par Miguel Rubio Zapata, tous deux créés en 1971.

Les années 1980[modifier | modifier le code]

Avec les années 1980 vient le désenchantement et le pessimisme : l'arrivée d'une révolution communiste n'est plus une utopie, mais on ne s'attend plus à elle avec illusion, c'est presque une menace. C'est le temps de la Perestroïka et des dernières années de la Guerre froide. De plus, la crise économique, la violence terroriste et la détérioration des conditions de vie dans une Lima chaotique et surpeuplée ont participé au découragement collectif. Sur le plan de la narration, apparaissent les premiers livres de contes d'Alfredo Pita, Y de pronto anochece, de Guillermo Niño de Guzmán, Caballos de medianoche, et d'Alonso Cueto, Las batallas del pasado, des auteurs dont l'œuvre littéraire se développera pleinement seulement dans des années postérieures.

Les années 1990[modifier | modifier le code]

Dans cette rubrique ressortent nettement le maître Francisco Izquierdo Ríos, reconnu comme le vrai initiateur du conte pour enfants péruvien et Carlota Carvallo de Núñez, les deux écrivains de la génération de 45, qui se sont entièrement consacrés à produire une littérature pour des enfants. Bien qu'il soit certain que d'autres auteurs, auparavant, avaient déjà sporadiquement fait des incursions dans ce domaine, avec des fables, des contes et des poèmes, c'était comme annexe à sa création littéraire. Dans la poésie, c'est sans doute le grand poète Mario Florián qui commence tout un beau versant consacré à l'enfance péruvienne.

XXI siècle[modifier | modifier le code]

Avec le changement de siècle et dans les premières années de la décennie, un phénomène singulier apparaît, inespéré pour certains. Quelques-uns des prix internationaux les plus importants sont octroyés à des écrivains péruviens, certains d'entre eux ignorés jusqu'alors à l'étranger. En fait, cette relance internationale des lettres péruviennes commence en 1999, quand le roman El cazador ausente, de Alfredo Pita gagne le Prix International de Roman, décerné par le Salon du Livre Latino-américain de Gijón (en Espagne). Le livre de Pita a été traduit tout de suite et publié dans cinq pays européens : Métailié, Paris; Seix Barral, Barcelone; Guanda, Milan; l'Anse, Lisbonne; et l'Opéra, Athènes. Trois ans après, en 2002, un romancier déjà consacré, Alfredo Bryce Echenique, obtient avec El huerto de mi amada (le verger de mon aimée) le Prix Planeta, attribué par Planeta, la maison d'édition la plus influente d'Espagne et l'une des plus grandes du monde. L'année suivante, en 2003, Pudor, le deuxième roman de Santiago Roncagliolo, reste parmi les quatre finalistes du Prix Herralde et peu après est publié par Alfaguara, en 2004, avec une opération marketing audacieuse. En 2005, Jaime Bayly, critiqué par ses détracteurs pour le caractère supposé commercial et les stéréotypes sociaux qu'il véhiculerait dans ses romans, est le seul finaliste du Prix Planeta. La même année Alonso Cueto obtient le Prix Herralde avec La hora azul. En 2006, avec Abril rojo, Roncagliolo obtient le prix du roman donné par sa maison d'édition, Alfaguara, qui publie tout de suite le livre, et il en fait l'un des écrivains péruviens les plus en vue du moment. En 2007 le roman El susurro de la mujer ballena de Cueto, est finaliste à la première édition du Prix Planeta d'Amérique. Iván Thays Vélez, qui a déjà été finaliste du Prix Rómulo Gallegos en 2001, est finaliste en 2008 du Prix Herralde du roman avec Un lugar llamado Oreja de Perro.

En parallèle à la résurgence internationale et à la reconnaissance d'auteurs comme les mentionnés, ou comme le poète José Watanabe, qui a été découvert peu de temps avant sa mort prématurée par les éditeurs étrangers, dans les dernières années au Pérou est aussi apparu un processus interne qui implique des auteurs davantage liés à la culture andine (bien qu'il y ait une petite mais importante littérature néo-fantastique, qui comprennent, par exemple, les écrivains Alexis Iparraguirre, Dimas Arrieta, Aurora Seldon, José Güich, Carlos Herrera, Blanca Miosi et César Silva Santisteban). La polémique est devenue incontournable à travers des articles successifs, et surtout agressifs, publiés dans des quotidiens péruviens par les dénommés écrivains 'créoles' (terme générique qui inclut certains des narrateurs reconnus internationalement, non à tous) et par les 'andins' qui ont commencé à entrevoir qu'il y a une nouvelle génération d'écrivains provinciaux, en rupture avec Lima, avec ses salons et sa ségrégation. Ces écrivains s'assimilent à un système littéraire qu'ils veulent plus péruvien, en se liant avec le roman indigéniste (et régionaliste) des années 1940 (en particulier surgissent des liens avec Ciro Alegría et Arguedas), avec l'œuvre de Manuel Scorza et avec le roman régionaliste et une rupture avec les années 1970 (Eleodoro Vargas Vicuña, Carlos Eduardo Zavaleta, Edgardo Rivera Martínez, le groupe la Narration), mais avec des critères différents. Elle se fait d'un côté, l'idée de 'compromis' de Narration par exemple, et une reconstruction du passé est privilégiée à travers d'un processus de fictionalisation de l'histoire, en reprenant ici, un point exploité par la nouvelle narration hispano-américaine et le boom. Ainsi, si ce ne sont pas les premiers, ce sont ceux qui pénètrent plus dans le traitement littéraire du processus de la guerre interne (1980-1993). Un exemple serait Rosa Cuchillo d'Óscar Colchado. L'insertion sur le marché littéraire national de ces écrivains est, de plus, différente des auteurs de la capitale, puisque la diffusion de leurs œuvres est principalement réalisée en province et à travers des formes alternatives (une fête régionale, un concert folklorique, des journaux ou une revues à tirage limité). Très marqués par l'oralité et par les traditions andines, les noms les plus connus, en plus de Colchado, sont Dante Castro, Félix Huamán Cabrera et Zein Zorrilla.

Littérature pour enfants[modifier | modifier le code]

Deux écrivains séminales[Quoi ?] dans la création de la littérature pour enfants au Pérou sont Francisco Izquierdo Ríos, le fondateur des histoires pour enfants péruviens et Carlota Núñez de Carvallo. Ils appartiennent tous deux à la deuxième après une génération de la guerre mondiale[pas clair] et se sont consacrés entièrement à la littérature pour enfants. Auteurs antérieurs avaient certainement parfois écrit enfants fables, des histoires et de la poésie, mais seulement de façon sporadique et comme une annexe à leur œuvre littéraire principale. Dans la poésie des enfants, sans aucun doute, Mario Florián était le poète le plus important de la création entière et belle tradition dédiée aux enfants péruviens. À l'heure actuelle, parmi les nombreux auteurs qui écrivent pour les enfants péruviens sont: Oscar Colchado Lucio, avec sa série classique d'aventures andines Cholito; Marcos Yauri Montero, avec sa «Risque du renard", et Carlota Flores de Naveda, avec son travail extraordinaire "Muki, le taureau".

Il est également nécessaire de noter[style à revoir] les chercheurs péruviens dans la littérature pour enfants, y compris: l'historien María Rostworowski avec Legends péruviens pour les enfants un travail qui sauve la littérature pour enfants incas; professeur José Rojas Respaldiza travail considérable Jitanjáforas, le seul livre qui sur ce sujet; les journalistes et les frères de chercheurs Juan y Victor Ataucuri Garcia, avec Fables Pérou, où ils analysent plus de cinquante fables; le professeur et auteur-compositeur Edgard Bendezú "Fabulinka", avec son vaste série Fabulinka, poèmes composés avec une saveur ingineous; le chercheur et poète Danilo Sánchez Lihon, le porte-parole de premier plan dans la littérature pour les enfants dans péruvienne; professeur et crictic Jésus Cabel; le poète Rosa Cerna; l'ancien président de la APLIJ (Association péruvienne des enfants et la littérature pour la jeunesse) Eduardo de la Cruz Yataco; l'enseignant et poète Ruth Barrios, Roberto Rosario et autres.

Liens externes[modifier | modifier le code]