Litoria longipes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Litoria longipes est une espèce d'amphibiens de la famille des Hylidae[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Aire de répartition de l'espèce Litoria longipes selon l'UICN (consulté le 6 janv. 2013).

Cette espèce est endémique du Nord de l'Australie[1]. Elle se rencontre jusqu'à 500 m d'altitude :

Son aire de répartition couvre environ 1 216 800 km²[2].

Description[modifier | modifier le code]

Litoria longipes[3] mesure de 37 à 46 mm pour les mâles et de 36 à 48 mm pour les femelles. Cette espèce a la face dorsale brun terne recouverte par de grandes taches irrégulières brun foncé de forme allongée. Elle présente une ligne longitudinale pâle très fine à ses deux extrémités mais s'élargissant au niveau des lombaires. Une grande rayure sombre bien délimitée s'étend de la pointe du museau jusqu'au tympan en passant par l’œil. Sa face ventrale est crème terne.

Les accouplements ont lieu en été au début de la saison des pluies. Les pontes comportent entre 50 et 2 000 œufs déposés en eau peu profonde où ils se développent sur le fond. Les têtards se métamorphosent au bout d'un mois[2].

Elle vit la saison sèche enfouie dans le sol et habite les prairies des plaines des régions sèches tropicales et subtropicales.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Tyler & Martin, 1977 : Taxonomic studies in some leptodactylid frogs of the genus Cyclorana Steindachner. Records of the South Australian Museum, vol. 17, no 15, p. 261-276 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Amphibian Species of the World, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. a et b AmphibiaWeb, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  3. Tyler & Martin, 1977 : Taxonomic studies in some leptodactylid frogs of the genus Cyclorana Steindachner. Records of the South Australian Museum, vol. 17, no 15, p. 261-276 (texte intégral).