Lit-et-Mixe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mixe.
Lit-et-Mixe
Mairie de Lit-et-Mixe
Mairie de Lit-et-Mixe
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Dax
Canton Castets
Intercommunalité Communauté de communes Côte Landes Nature
Maire
Mandat
Guy-Bertrand Puyo
2008-2014
Code postal 40170
Code commune 40157
Démographie
Population
municipale
1 524 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 02′ 00″ N 1° 15′ 20″ O / 44.0333333333, -1.25555555556 ()44° 02′ 00″ Nord 1° 15′ 20″ Ouest / 44.0333333333, -1.25555555556 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 72 m
Superficie 112,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Lit-et-Mixe

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Lit-et-Mixe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lit-et-Mixe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lit-et-Mixe

Lit-et-Mixe (en gascon Lit e Micse) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département des Landes (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Surnommée « la Grande Dame du Marensin », Lit-et-Mixe fait office de station balnéaire avec sa plage de la Côte d'Argent sur l'océan Atlantique (cap de l'Homy), située à 7 km du village.

Elle vit également de la sylviculture et possède dans son bourg principal (Lit) de nombreux commerces nécessaires pour alimenter sa vaste zone de chalandise, l'ensemble du Marensin.

Le bourg traversé du nord au sud par la route départementale 652 reste éloigné d'autres villes : Mimizan, Morcenx et Castets sont distantes d'une vingtaine de kilomètres et Dax, chef-lieu d'arrondissement d'une quarantaine. Mixe forme un quartier excentré à la sortie Sud du bourg principal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est difficile, à l'historien, de se rendre compte de l'influence de l'ancienne bourgade de Contis, autrefois nommée Cunctis, disparue. Elle figure, avec Lellan, Lélos, Sart ou Auchise, parmi les bourgades médiévales, autrefois probablement puissantes, victimes de l'avancée des sables maritimes suite aux excès de la déforestation. La bourgade accueillant sanctuaire et relais des Templiers, a laissé son nom au canal naturel d'évacuation des eaux, piégés dans les étangs derrières les masses dunaires. Le lieu-dit Contis au nord est devenu une station balnéaire de Saint-Julien de Born.

Les lètes en gascon désignent les vallons interdunaires. Une ancienne variante dialectale est lite(s)[1]. Le bourg de Lit hérite sans doute d'une vieille appellation de Contis, appliquée à son arrière-pays. D'un manière similaire, le bourg plus septentrional de Saint-Julien, dans le pays de Born, reste aussi placé sous le patronage des chevaliers Templiers. Le village de Mixe, au sud du bourg, prendrait son nom d'un mansus, domaine agricole à l'époque gallo-romaine. L'évolution phonétique qui donne meix en Bourgogne engendre ici Mixe.

La présence, en apparence hostile, de côtes sableuses, de rivières et d'étangs ouvre aux habitants la ressource maritime et fluviale, avec les poissons et les mollusques abondants. Les prairies et les cultures de céréales, légumes et vignes, l'arboriculture avec des châtaigniers, des pruniers et des cerisiers, développées par le labeur des habitants, complètent les ressources extensives plus modestes des landes, des forêts sèches, notamment les chênaies ou les pignadas, ou humides, en particulier les aulnaies ou saulaies, qui les bordent. Les lannes ou landes rases restent une terre de pâturage extensif, de porcs, de bovins, de chèvres ou d'ovins.

Pendant près de six siècles, le Marensin est tributaire d'un système féodo-vassalique. Sous influence anglaise après le mariage d'Aliénor d'Aquitaine, il passe sous domination de la maison d'Albret jusqu'en 1584, date à laquelle son héritier Henri, futur Henri IV de France, vend la baronnie. Le baron de Tingon, les seigneurs de la Barre, de la Ferrade en sont les acquéreurs successifs. Au XVIIIe siècle, les comtes de Marcellus en seront les derniers barons.

En 1825, sous la Restauration, les deux paroisses qui forment la commune actuelle fusionnent.

En 1876, la commune de Lit-et-Mixe compte 1858 habitants. Par la route, son centre se situe à 53 km de Dax. La route des étangs la relie à la première commune méridionale du pays de Born, Saint-Julien. L'étang de Saint-Julien couvre à cette époque plus de 696 ha.

L'accès à la mer explique la reconnaissance du port de Lit parmi les six ports dépendant du quartier maritime de Dax, inclus comme deux ports autres landais du quartier maritime de Bayonne, dans le quatrième arrondissement maritime, siégeant à Rochefort.

En 1907, la commune est marquée par les affrontement entre gemmeurs et propriétaires forestiers au cours de la grève des résiniers landais.

Lieu de tournage cinématographique[modifier | modifier le code]

En 1987, il a été tourné un film à Lit-et-Mixe, Maladie d'Amour, réalisé par Jacques Deray, avec Jean-Hugues Anglade, Michel Piccoli et Nastassja Kinski. En 2000, François Ozon y a tourné Sous le sable, avec Charlotte Rampling et Bruno Cremer[2]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la bande du champ abaissée à dextre et haussée à senestre, câblée en chef et en pointe d'une tire d'or et chargée de l'inscription « LIT ET MIXE » en lettres du même, les montants à plomb et les traverses dans le sens de la bande, accompagnée, en chef à dextre, d'un écureuil contourné assis sur la bande, tenant une pomme de pin entre ses pattes, le tout d'or, à senestre, d'un berger landais de carnation regardant vers dextre, habillé d'argent et coiffé d'un béret de sable, sur ses échasses du même mouvant de la bande, et, en pointe, d'une barque d'or montée par huit hommes de carnation, habillés d'argent et coiffés d'un béret de sable, tenant des rames du même, voguant sur une mer d'azur[3].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1805 mai 1842 Jean Dupuy    
mai 1842 août 1843 Dominique Mathio    
août 1843 août 1848 Numa Turpin Conservateur Conseiller Général de 1834 à 1873 et Député de 1848 à 1851
août 1848 novembre 1848 Jean Soulan    
juillet 1873 février 1874 Etienne Danchotte    
février 1874 décembre 1876 Numa Boyou   Nommé par le préfet
décembre 1876 janvier 1878 Etienne Danchotte    
janvier 1878 novembre 1919 Louis Crouzet    
novembre 1919 mai 1929 Dominique Mathio    
mai 1929 mars 1941 Léon Sargos    
mars 1941 octobre 1947 Jean Bellegarde    
octobre 1947 octobre 1975 Louis Sourgen   Médecin
octobre 1975 mars 1983 Gérard Subsol   Forestier
mars 1983 en cours Guy-Bertrand Puyo UDF puis UMP Médecin et Conseiller Général de 1979 à 2004
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D’après le recensement Insee de 2007, Lit-et-Mixe compte 1 455 habitants (soit une stagnation par rapport à 1999). La commune occupe le 6 695e rang au niveau national, alors qu'elle était au 6 217e en 1999, et le 48e au niveau départemental sur 331 communes.

En 2011, la commune comptait 1 524 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
708 697 857 1 010 1 277 1 407 1 483 1 624 1 669
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 800 1 785 2 070 1 821 1 858 1 711 1 690 1 711 1 717
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 789 1 835 1 870 1 730 1 762 1 705 1 533 1 435 1 424
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 446 1 353 1 273 1 322 1 408 1 441 1 456 1 452 1 520
2011 - - - - - - - -
1 524 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5])
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (37 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,9 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 12,9 %, 15 à 29 ans = 14,1 %, 30 à 44 ans = 19 %, 45 à 59 ans = 22,4 %, plus de 60 ans = 31,6 %) ;
  • 52,2 % de femmes (0 à 14 ans = 10,3 %, 15 à 29 ans = 7,9 %, 30 à 44 ans = 18,2 %, 45 à 59 ans = 21,7 %, plus de 60 ans = 42 %).
Pyramide des âges à Lit-et-Mixe en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,1 
90  ans ou +
3,4 
8,9 
75 à 89 ans
16,1 
21,6 
60 à 74 ans
22,5 
22,4 
45 à 59 ans
21,7 
19,0 
30 à 44 ans
18,2 
14,1 
15 à 29 ans
7,9 
12,9 
0 à 14 ans
10,3 
Pyramide des âges du département des Landes en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,6 
8,0 
75 à 89 ans
11,5 
15,8 
60 à 74 ans
16,5 
21,7 
45 à 59 ans
21,3 
20,8 
30 à 44 ans
19,9 
15,6 
15 à 29 ans
13,5 
17,8 
0 à 14 ans
15,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Aquarelle de l'église de Mixe sur la commune de Lit-et-Mixe.
  • L'église Notre-Dame de Lit : Depuis la construction de la partie ancienne de la tour carrée au XIIe siècle, Notre Dame de Lit a subi quelques transformations. Au XIXe siècle, le clocher de l’église a été rehaussé. En 1904, il s’est doté d’une flèche qui donne aujourd’hui à l’édifice une silhouette si particulière. En 1863, le cimetière entourant l’église a été déplacé à l’entrée du village et les pierres de l’enceinte ont servi à la construction de la maison des religieuses de Lit. Bien que cet édifice religieux de style gothique ait été modifié et restauré, il conserve son caractère défensif qui atteste de son origine médiévale.
  • Église Saint-Vincent de Mixe
  • Musée vieilles Landes
  • Les zones humides, aujourd'hui protégée, de l'ancien étang de Lit et Mixe (plaine du Pigeon…) de par la richesse de la faune et de la flore qu’elles abritent sont classées en zone Natura 2000, dispositif se trouvant au cœur de la stratégie visant à enrayer la régression de la biodiversité.
  • À 5 km à l'ouest de Mixe se trouve la source de Yons. C'est une source d'eau ferrugineuse réputée et fréquentée pour les maux d'estomac et la remise en forme. Elle fut autrefois dédiée à Notre-Dame de Yons.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La commune produit du vin de sable issu du vignoble des sables de l’océan.

Les activités qui soutiennent l'économie locale sont la sylviculture et ses dérivés industriels et artisanaux, et le tourisme estival.

Loisirs et sports[modifier | modifier le code]

  • L'équipe de Rugby de Lit-et-Mixe est championne de France de 1re série 2006 en battant Saint-André-de-Roquelongue 15 à 9.
  • Régulièrement des concentrations de grande envergure de 2CV et dérivées sont organisées sur la commune le week-end de l'ascension, notamment les rassemblements nationaux, comme la 11e nationale en 2003 et la 17e nationale en 2009, qui drainent à chaque fois plus de 2000 véhicules et des milliers de personnes, conducteurs, passagers et simples visiteurs.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les lèdes, lètes ou lettes nomment aujourd'hui encore les bandes de terrains plats entre les cordons dunaires. Les larges plaines herbeuse de ce genre sont souvent, précise Jacques Louis Delpal dans le lexique de son guide d'Aquitaine paru en 1989 aux éditions Arthaud, situées derrière la grande dune littorale.
  2. Interview du réalisateur
  3. Armorial de France
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  6. « Évolution et structure de la population à Lit-et-Mixe en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 septembre 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population des Landes en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 septembre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]


Étape précédente
Saint-Julien-en-Born
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle
08 Coquille.jpg
Voie Littoral Aquitain
Étape suivante
Vielle-Saint-Girons