Ville nouvelle (Maroc)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le principe de ville nouvelle n'est pas une nouveauté de la politique urbaine menée au Maroc. Il remonte au début du XXe siècle, lorsque des « villes nouvelles » (européennes) furent adjointes à des « villes anciennes » (médinas)[1]. Par exemple, l'extension du centre-ville de Rabat, qui constitue aujourd'hui la majeure partie de l'arrondissement Hassan où se situe entre autres l'Avenue Mohamed V et le Parlement, est issu de la période du protectorat.

Les dernières « villes nouvelles » créées, amenées à devenir « anciennes », font partie d'un vaste programme lancé en 2004, en prévoyant quinze à l'horizon de 2020[2]. Huit ans après, à mi-parcours d'ici 2020, seule l'existence de quatre d'entre elles a pu être constatée : Tamansourt, Tamesna, Lakhyayta et Chrafat[2].

À noter toutefois la construction prochaine d'une éco-cité nommée Zenata, en pleine agglomération casablancaise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les villes nouvelles au Maroc : Quelles perspectives ? », ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement du territoire (consulté le 23 novembre 2012)
  2. a et b Mohamed Amine Hafidi, « Seules 4 villes nouvelles ont vu le jour », Le Soir Échos,‎ 24 octobre 2012 (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]