Liste des vicomtes, comtes puis ducs d'Étampes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

À l'époque carolingienne Étampes fut déjà le siège d'un comté (comitatus Stampensis), dont on gardait le souvenir au Xe siècle[1], mais le mot reflétait alors une tout autre réalité que dans la suite: c'était une simple circonscription de l'Empire, dont l'administration ne se transmettait pas par droit d'héritage. Lorsque les Robertiens montent sur le trône et fondent la monarchie capétienne, le pays d'Étampes leur appartient en propre depuis longtemps, et sera une des pièces maîtresses du domaine royal sur lequel le roi exerce théoriquement un contrôle direct. Il y a aura bien cependant des vicomtes d'Étampes au XIe siècle, à une époque où les premiers capétiens peinent à établir leur autorité sur leur propres terres[2]. L'Etampois ne sera érigé en comté qu'après avoir été attribué en apanage à Louis de France, fils de Philippe le Hardi, puis en duché au XVIe siècle.

Vicomtes d'Étampes[modifier | modifier le code]

  • Roscelin d'Étampes.
  • Marc, son fils (signant un acte en 1094).
  • Hervé fils de Marc (1108-1109), mort jeune sous la tutelle de Guy, qui suit.
  • Guy de Méréville, gendre de Marc (1109-1129), qui avait épousé sa fille Lethuisa, alias Lieuse, alias Liesse, alias Laetitia.

Dames douairières d'Étampes[modifier | modifier le code]

  • Blanche de Castille (1188-1252), reine de France, fut la première dame douairière d’Étampes, de 1240 à 1252.
  • Marguerite de Provence (1221-1295), reine de France, fut la deuxième dame douairière d’Étampes, de 1272-1295.

Comtes d'Étampes[modifier | modifier le code]

Il faut d'abord dénoncer la légende, apparemment inventée par François de Belleforest (1530-1583), selon laquelle un certain Jean d'Étampes, prétendu gendre de Philippe Ier (alors qu'il l'était seulement de Ferry de Châtillon), fils de Payen, en aurait été le seigneur au début du XIIe siècle, légende déjà dénoncée comme fantaisiste au XVIIe siècle, mais toujours renaissante chez les généalogistes friands d'origines royales[3].

comtes d'Étampes de la maison d'Evreux

1298-1319 : Louis de France (1276 † 1319), fils de Philippe III de France

marié à Marguerite d'Artois

En fait Louis d'Evreux fut seulement baron d'Étampes, et c'est seulement pour son fils et successeur que cette baronie fut érigée en comté.

1319-1336 : Charles d'Étampes (1305 † 1336), fils du précédent

marié à Marie de La Cerda

1336-1400 : Louis d'Étampes (1336 † 1400), fils du précédent

marié à Jeanne de Brienne
Jeanne de Brienne avait passé un accord de vente en viager avec Jean de Berry.

1400-1416 : Jean Ier de Berry (1340 † 1416), duc de Berry, fils de Jean II le Bon, roi de France

À sa mort il est revendiqué par Jean de Bourgogne, à qui Jean de Berry l'avait légué, mais revient au domaine royal à l'issue d'un procès au Parlement de Paris. Charles VII le donne à Richard de Bretagne en récompense de services rendus. Cependant ni Richard ni ses descendant n'obtiendront jamais rien d'autre que le titre de comte d'Étampes, les Bourguignons en gardant la jouissance, et continuant également à en porter le titre.

1416-1419 : Jean II de Bourgogne (14151491), comte de Nevers, d'Étampes, d'Eu et de Rethel, fils de Philippe de Bourgogne et de Bonne d'Artois, arrière-petit-fils de Jean de Berry

Blason de Richard d'Étampes

1421-1438 : Richard de Bretagne (1395 † 1438), fils de Jean IV de Bretagne

marié à Marguerite d'Orléans, fille de Louis d'Orléans: il n'aura que le titre de ce comté qui reste en réalité en possession des Bourguignons.

1419-1434 Philippe III le Bon, duc de Bourgogne (1396-1367)Jean II de Bourgogne, garde le titre et la jouissance réelle du comté.

1434-1438 Jean de Nevers (dit aussi de Bourgogne), mort en 1491. Vague cousin du précédent, procède à un échange, comte d’Étampes et Eu).

Blason de François II de Bretagne avant qu'il ne devienne Duc de Bretagne

1438-1477 : François II (1435 † 1488), fils du précédent, devient ensuite duc de Bretagne. Comme son père il n'aura que le titre de ce comté d'Étampes qui reste en réalité en possession des Bourguignons jusqu'en 1478.

1478-1500 : Jean de Foix-Étampes (1452 † 1500), fils de Gaston IV de Foix-Béarn

marié à Marie d'Orléans (1457 † 1493), sœur de Louis XII de France

1500-1512 : Gaston de Foix-Nemours (1489 † 1512), duc de Nemours, fils du précédent

1512-1514 : Anne de Bretagne, femme de Louis XII de France et fille de François II

1514-1524 : Claude de France (1499 † 1524), fille des précédents, mariée à François Ier de France

1526-1534 : Jean de La Barre ( † 1534), comte d'Étampes (1526 - transfert à titre viager par le roi), vicomte de Bridiers, Baron de Vérets, seigneur de La Barre, de Villemartin, du Plessis-lès-Tours, de la Subterrane, de Coez et de Jouy-en-Josas, prévôt et gouverneur de Paris.

En 1534, François Ier, marie sa maîtresse, Anne de Pisseleu, à Jean IV de Brosse et leur donne Étampes qu'il érige, deux ans plus tard, en duché.

Ducs d'Étampes[modifier | modifier le code]

Blason de Jean IV de Brosse.

1536-1553 : Jean de Brosse († 1564), comte de Penthièvre

marié à Anne de Pisseleu (1508 † 1580), maîtresse de François Ier de France

Duchesses d’Étampes[modifier | modifier le code]

Blason de Diane de Poitiers.

1553-1566 : Diane de Poitiers (1499 † 1566), maîtresse de Henri II de France

1598-1599 : Gabrielle d'Estrées (1571 † 1599), maîtresse d'Henri IV de France

Ducs d’Étampes[modifier | modifier le code]

1576-1577 : Jean Casimir du Palatinat, fils de l’Électeur palatin

1599-1665 : César de Vendôme (1594 † 1665), fils d'Henri IV et de Gabrielle d'Estrées

marié à Françoise de Lorraine (1592 † 1669)

1665-1669 : Louis II de Vendôme (1612 † 1669)

marié à Laure Mancini

1669-1712 : Louis III Joseph de Vendôme (1654 † 1712)

marié à Marie Anne de Condé (1678-1718)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cf. Bernard Gineste [éd.], «Otton Ier: Confirmation de donations faites à l’abbaye de Gembloux (20 septembre 946)», in Corpus Étampois, 2008.
  2. Bernard GINESTE [éd.], «Joseph Depoin: La Chevalerie étampoise (1909)», in Corpus Étampois, 2007.
  3. Cf. Bernard Gineste, citant Fleureau, in Corpus Etampois

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]