Liste des principaux accidents ferroviaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
14 juin 1891 à Münchenstein en Suisse.

Cette liste chronologique des principaux accidents ferroviaires dans le monde recense les principaux accidents ferroviaires, de par leur notoriété, leur retentissement international et/ou nombre de victimes.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

1840[modifier | modifier le code]

Catastrophe ferroviaire de Meudon

1850[modifier | modifier le code]

  • 1er novembre 1855États-Unis. Avec plus de 600 voyageurs à bord, le train mis en service pour l'ouverture de la ligne du Pacific Railroad devait franchir un pont sur la Gasconade, rivière locale, près de Saint Louis (Missouri). Le pont s'effondra au passage du train, précipitant dans la rivière la locomotive et 12 des 13 voitures qu'elle remorquait: plus de 30 morts, des centaines de blessés[réf. nécessaire].

1860[modifier | modifier le code]

1870[modifier | modifier le code]

Le pont sur le Tay, après la catastrophe

1880[modifier | modifier le code]

1890[modifier | modifier le code]

Accident ferroviaire de la gare Montparnasse (1895)

XXe siècle[modifier | modifier le code]

1900[modifier | modifier le code]

  • 19 octobre 1900. Incendie dans une rame du métro de Paris à la station Concorde. Cet incendie provoque un accident avec la rame suivante ; 38 blessés dont quatre graves (trois voyageurs et un mécanicien)[réf. nécessaire].
  • 10 août 1903France. Incendie dans une rame du métro de Paris, dû à un court-circuit dans la motrice. Les passagers de la rame suivante, sortis de celle-ci, cèdent à la panique à la suite de l'invasion de la station Couronnes par les fumées de l'incendie et décèdent par écrasement et étouffement au niveau de la seule issue. À la suite de cet accident, les stations du métro seront construites avec au minimum deux issues sur chaque quai (la station Couronnes n'en est toujours pas équipée) : 83 morts.

1910[modifier | modifier le code]

  • 14 août 1910France. Un train « de plaisir » rempli de vacanciers en provenance de Bordeaux déraille à Saujon (Charente-Inférieure), faisant 38 morts et quatre-vingts blessés, dont des enfants, notamment des pensionnaires d'une institution de filles de Barsac, venues passer quelques jours de vacances sur la côte[2].
  • 4 novembre 1913France. En gare de Melun, collision d'un train d'express et d'un train postal, 40 morts, 50 blessés[3].
  • 22 mai 1915Royaume-Uni. Accident ferroviaire de Quintinshill : un train de transport militaire entre en collision avec un train de voyageurs à l'arrêt en gare. Les voitures du train militaire qui sont couchées sur les voies sont ensuite heurtées par un autre train de voyageurs qui traversait la gare à vive allure. Le bilan est de 227 morts et 246 blessés.
  • 12 décembre 1917France. Catastrophe ferroviaire de Saint-Michel-de-Maurienne : à Saint-Michel-de-Maurienne, déraillement d’un train de soldats revenant de la guerre. Pour des raisons encore mal éclaircies, seuls quelques wagons étaient correctement reliés au système de freinage. La ligne de la Maurienne présentant une forte rampe, la locomotive ne put correctement freiner à l’approche d’une zone de vitesse réduite et dérailla au lieu-dit "La Saussaz"[4],[5]. Le bilan officiel est de 425 morts[6], mais plusieurs estimations indiquent 675 morts environ, compte tenu des décès des suites de blessures et brûlures dans les quinze jours qui suivirent le déraillement[7].

1930[modifier | modifier le code]

  • 14 septembre 1932, Turenne (Algérie, ligne Oran-Oujda) : par suite de l'effondrement d'un talus miné par les pluies, un train transportant environ 500 légionnaires de Sidi-bel-Abbès envoyés en renfort au Maroc s'écrase dans un ravin de 85 mètres. Bilan : 55 morts, 283 blessés[8].
  • 24 octobre 1933 - France. Catastrophe ferroviaire de Saint-Elier : entre Conches-en-Ouche et La Bonneville-sur-Iton, le train Cherbourg-Paris no 354 déraille à 8 h 50 sur le pont de Saint-Elier (250 m en aval du hameau de la Basse Croisille) à la sortie d'une courbe, du fait d'une mauvaise inscription en courbe des essieux moteur du type de machine, qui sort des rails au niveau du pont. La locomotive 241.022 et les 5 premières voitures tombent les unes sur les autres dans la rivière Le Rouloir. 36 morts sont comptés, dont le professeur Pierre Villey, ainsi que de nombreux blessés[réf. nécessaire].
  • 23 décembre 1933 - France. Entre Lagny-sur-Marne et Pomponne (20 km à l'est de Paris), à 19h52 par temps de gel et par brouillard très dense, un train rapide no 25-bis, ayant quitté Paris à 19h31 avec 1h19 de retard, remorqué par une Mountain Est 241.017 à destination de Strasbourg percute, au Km 25,000, l'arrière du train no 55 ayant quitté Paris à 19h22 avec 1h33 de retard pour Nancy, et qui vient juste de redémarrer. Ce train supplémentaire, remorqué par la 241-038, programmé pour faire face à l'affluence de la veille des fêtes de Noël, était équipé d'anciens wagons en bois. Les cinq dernières voitures sont pulvérisées par la locomotive du rapide Paris-Strasbourg lancée à plus de 110 km/h. L'accident fait 204 morts et 120 blessés. La signalisation était du type block-système mécanique, c'est-à-dire que les signaux étaient des panneaux de tôle manœuvrés par les trains eux-mêmes, et avec des feux lumineux produits par des lampes à pétrole. La couleur indiquant l'avertissement (annonce d'un arrêt) était, avant l'adoption de la signalisation Verlant, verte. Il est vraisemblable que, du fait de l'obscurité, du brouillard, de la faible luminosité des lampes à pétrole et de la couleur verte moins perceptible à l'œil, le mécanicien de la loco rattrapante n'ait rien vu de la position fermée des signaux d'avertissement.

1940[modifier | modifier le code]

  • 3 mars 1944 : catastrophe ferroviaire de Balvano, un train à vapeur est bloqué dans un tunnel, environ 500 personnes sont asphyxiées au monoxyde de carbone.
  • 3 juin 1944 : trois trains entrent en collision dans un tunnel à proximité de la localité de Torre del Bierzo, dans la comarque d'El Bierzo (province de León, Espagne), causant la mort, selon un bilan officiel, de 78 personnes ou, plus probablement, entre 200 et 300, tandis que certaines estimations évaluent le bilan réel entre 500 et 800 morts[9].
  • 24 juin 1945 (Maroc) à Ouarzigha, près de Meknès, en fin d'après-midi, un train mixte de voyageurs et de wagons citernes d'essence, est obligé de stopper dans une pente assez importante. Un enfant s'est électrocuté en voulant dénicher des oiseaux. Le conducteur du train a voulu dégager l'obstacle, malheureusement les freins ont cédé et le convoi est reparti en arrière, prenant de plus en plus de vitesse dérailla, s'embrasa immédiatement. L'incendie dura 3 jours. Il y a eu 228 victimes, toutes militaires rentrant de la seconde guerre mondiale[réf. nécessaire].
  • 26 octobre 1949 - France. : En gare SNCF de Barbentane-Rognonas (France, 13), le mercredi, à 9h51, l’autorail-express no 436, assurant la liaison Cerbère à Avignon, composé d’une motrice tractant deux voitures de 3e classe et une voiture de 2e classe, vient s’encastrer à près de 70 km/h dans le hangar de la petite vitesse situé juste après le bâtiment voyageurs, à cause d’une rupture d’essieu. Ce terrible accident a fait 12 morts et plus de 50 blessés[réf. nécessaire].

1950[modifier | modifier le code]

1960[modifier | modifier le code]

  • 8 janvier 1962Pays-Bas. Accident d'Harmelen (commune de Woerden) : 91 morts et 54 blessés dont 34 très graves. C’est le plus important accident ferroviaire survenu aux Pays-Bas à ce jour ; il a conduit à l'accélération du développement et de l'installation de l'ATB[réf. nécessaire].
  • 3 juin 1962Japon. Collision de trois trains à Tokyo : 163 morts[réf. nécessaire].
  • 23 juillet 1962France. Le lundi 23 juillet 1962 à 15 h 10, l’Express 53 Paris-Marseille qui roule à près de 140 km/h déraille vers Velars-sur-Ouche. Le train transporte six cents voyageurs, dont beaucoup partent en vacances dans le Midi. L’une des voitures est projetée dans le vide du haut du viaduc enjambant la combe de Fins. Le chef de train donne l’alerte. Le plan ORSEC est déclenché entraînant une mobilisation massive et efficace des secours, en provenance de Dijon principalement. L’émotion est considérable. La cause de l’accident, peut-être une déformation des rails sous l’effet de la chaleur, n’a pas été formellement établie. Cette catastrophe ferroviaire, la plus importante de la décennie, a fait trente-neuf morts et quarante-sept blessés graves[réf. nécessaire].
  • 5 octobre 1962France. Le 5 octobre 1962 à 20 h 32, le Trans-Europe-Express Cisalpin Milan-Paris déraille à Saint-Rémy, à proximité de Montbard, à la suite d’une collision avec un wagon-citerne d’un autre train. Un incident mécanique a, dans un premier temps, provoqué le déraillement du wagon que le Cisalpin, venant en sens inverse, a accroché. On relève des décombres douze morts et onze blessés[réf. nécessaire].
  • 5 novembre 1967Angleterre. Accident ferroviaire de Hither Green : 49 morts, 78 blessés.[réf. nécessaire].
  • 7 février 1969Australie. Catastrophe ferroviaire de Violet Town : collision frontale sur une ligne à voie unique[réf. nécessaire].

1970[modifier | modifier le code]

1980[modifier | modifier le code]

  • 1er août 1980 - Irlande. Accident ferroviaire de Buttevant : déraillement d'un train de voyageurs en gare de Buttevant après franchissement sans autorisation d'une aiguille mal orientée vers une voie de garage. Le bilan de l'accident est de 18 morts et 70 blessés.
  • 6 juin 1981Inde. Catastrophe ferroviaire au Bihar : un train est précipité dans une rivière, provoquant des centaines de morts (300 à 800).
  • 26 juillet 1983 - France : en gare SNCF de Barbentane-Rognonas, à 1h27, le train no 5058, assurant la liaison Nice-Paris, composé d’une locomotive électrique avec une douzaine de voitures-couchettes de 1re et 2e classes, vient se coucher à près de 160 km/h sur l’espace libre situé juste après l’ancien passage à niveau. Cet accident est dû à une rupture d’essieu. On déplorera 5 morts, des jeunes Canadiens d’Ottawa qui rentraient de vacances, et plus d’une douzaine de blessés[réf. nécessaire].
  • 3 août 1985 - France (Flaujac) : le 3 août 1985 à 15 heures 48 a eu lieu un accident ferroviaire entre l’autorail 7924 qui venait d'Assier et le corail 6153 qui venait de Gramat sur la ligne de Brive-la-Gaillarde à Toulouse-Matabiau via Capdenac. Les deux trains, circulant sur une voie unique, se sont heurtés de front. Le bilan est de 35 morts et 120 blessés. Cet accident illustre le risque lié au non-respect des procédures et de la réglementation applicable aux croisements de trains par des chefs de gares[14].
  • 31 août 1985 - France. Argenton-sur-Creuse : déraillement puis collision avec un train postal : 43 morts et 37 blessés[réf. nécessaire].
  • 11 septembre 1985 - Portugal (Moimenta-Alcafache) à 18h37 : collision frontale sur une voie unique entre le train no 315, plus connu sous le nom de "Sud Express" venant de Porto et à destination de Paris-Gare d'Austerlitz et du train régional no 1324 venant de Guarda et à destination de Coimbra : 49 morts et 64 disparus, dus en grande partie à l'incendie des trains après la collision. Les deux trains à propulsion diesel circulaient chacun aux alentours de 100 km/h, la violence du choc a détruit les locomotives ainsi que certains wagons et a provoqué un incendie, du au carburant présent dans les locomotives. Cet accident est dû à des fautes humaines : mauvaise communication entre les gares et mauvaise coordination. Le train régional aurait du rester à la gare de Mangualde, ce qui était prévue dans la procédure normale, en attendant le passage du Sud Express qui circulait ce jour-là, avec un retard de 18 minutes environ[réf. nécessaire].
  • 8 février 1986 - Canada (Alberta : collision ferroviaire de Hinton. Un train de voyageurs allant vers l'Est (près d'Edmonton) est entré en collision frontale, à la vitesse cumulée de plus de 200 km/h, avec un train de marchandises de 118 wagons qui n'avait pas respecté un signal d'arrêt sur une bretelle d'évitement destinée au croisement des trains sur cette voie unique. Le conducteur du second train était endormi ou évanoui avec la pédale sécuritaire d'endormissement bloquée. Il y a 23 morts et 71 blessés[réf. nécessaire].
  • 18 novembre 1987 - Angleterre. Incendie de King's Cross : un incendie se déclare dans un escalier mécanique en bois de la gare de King's Cross St.Pancras du métro de Londres: 31 morts[réf. nécessaire].
  • 27 juin 1988 - France. Accident ferroviaire de la gare de Lyon : un train de banlieue percute un autre train à l'arrêt dans le souterrain de la gare de Lyon: 56 morts et 57 blessés[15].
  • 6 aout 1988 - France. Accident gare de l'Est: un train arrive en gare avec une vitesse trop importante. Il percute le butoir. 1 mort, 73 blessés[16]
  • 4 juin 1989Russie. Catastrophe ferroviaire d'Oufa : l’explosion d’un gazoduc alors que deux trains circulaient dans le voisinage fait des centaines de morts (400 à 1000).

1990[modifier | modifier le code]

  • 22 septembre 1993 – Big Bayou Canot, près de Mobile, Alabama, États-Unis. Une des barges poussées par un remorqueur heurte la poutrelle du tablier d'un pont de chemin de fer enjambant ce bayou où pourtant la navigation était interdite. Le choc provoque une déformation d'un mètre de la voie tandis que 8 minutes plus tard arrive le rapide Amtrak's Sunset en provenance de la côte ouest qui déraille sur le pont avant que ses 3 locomotives et la plupart de ses wagons ne plongent dans le bayou dans l'explosion des réservoirs de fioul (dont on venait de refaire le plein) qui enflamme le convoi au ras des eaux. 47 personnes (sur les 200 passagers) sont tuées dans cet accident le plus grave qu'ait connu la compagnie Amtrak[réf. nécessaire].
  • 14 février 1998Cameroun. Catastrophe de Nsam-Efoulam. Nsam, une banlieue de Yaoundé, la capitale du Cameroun : des wagons-citernes de la Société camerounaise de dépôts pétroliers (SCDP) se renversent accidentellement sur les rails. Les populations riveraines affluent pour "récupérer" le précieux liquide, mais un incendie se déclare sur les lieux. Bilan officiel 235 morts[réf. nécessaire].
  • 3 juin 1998Allemagne - accident ferroviaire d'Eschede, un train à grande vitesse ICE déraille et heurte une pile de pont. Bilan 101 morts[17].
  • 26 novembre 1998 - Inde. Dans l'État du Penjab, une collision entre deux trains de voyageurs: au moins 209 morts et 250 blessés[réf. nécessaire].
  • 2 août 1999 - Inde. Catastrophe ferroviaire de Gaisal (Bengale occidental). Collision de deux trains express sur une voie unique : plus de 400 morts[réf. nécessaire].
  • 5 octobre 1999 - Grande-Bretagne. Catastrophe ferroviaire de Ladbroke Grove, dite aussi de Paddington, à 3,2 km à l’ouest de la gare londonienne de Paddington : à cause de la mauvaise visibilité d’un signal d’arrêt, le train quittant Londres s’engage sur un tronçon de voie bidirectionnelle et entre en collision frontale avec le train rapide venant de l’ouest à la vitesse cumulée de plus de 200 km. Le choc est si brutal qu’il provoque l’explosion des réservoirs de gazole des locomotives, aggravant les effets de l’accident. Il y a 31 morts et 520 blessés. À la suite de cette catastrophe, de nouvelles mesures de sécurité seront mises en place dans les chemins de fer britanniques[réf. nécessaire].

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

2000[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Accident ferroviaire de Zoufftgen.

2010[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.shbmsh.org/capsules.php?capsule=101 Société d'histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire
  2. Catastrophe ferroviaire de Saujon, site de la Société d'Histoire et d'Archéologie de la Saintonge Maritime
  3. Ludwig Stockert: Eisenbahnunfälle (Neue Folge) – Ein weiterer Beitrag zur Eisenbahnbetriebslehre. Berlin 1920, No. 102.
  4. « 12 décembre 1917. Saint-Michel-de-Maurienne - Photo de la catastrophe (les croix blanches indiquent l'endroit)» [lire en ligne].
  5. « 12 décembre 1917. Saint-Michel-de-Maurienne - Les débris du train» [lire en ligne].
  6. « 12 décembre 1917. Saint-Michel-de-Maurienne - Stèle officielle à Saint-Michel-de-Maurienne» [lire en ligne].
  7. « 12 décembre 1917. Saint-Michel-de-Maurienne - article de JL.Chardans dans HISTORIA no 311 / octobre 1972» .
  8. Journal Le Figaro, 15 et 16 septembre 1932
  9. Fernando Fernández Sanz, (es), « Solo se identificó a dos vecinos de Astorga entre los cadáveres del accidente del Correo de Galicia en Torre en año 1944 », Astorga Virtual, consulté le 25 juillet 2013.
  10. Jean-François Troin, Rail et aménagement du territoire: des héritages aux nouveaux défis, Edisud, 1995 (ISBN 9782857448167), p. 190 (extrait)
  11. Site assemblee-nationale.fr : Christian Kert (député), Rapport sur les moyens nécessaires à mettre en œuvre pour améliorer la sécurité des tunnels routiers et ferroviaires français, Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques, 1999, lire (voir introduction) (consulté le 13 juillet 2013).
  12. Journal de Genève du 27 mars 1974
  13. Article du Journal l'Express du 27 mars 1974
  14. Jean-Louis Nicolet, « Flaujac ou le non-respect d'une procédure » Le risque technologique majeur à l'épreuve du droit, volume 1, éditions L'Harmattan, 2012 (ISBN 9782336002712), pp. 233-259 (extraits)
  15. « GARE DE LYON (Paris) 27 juin 1988 » - Le site de la FENVAC - [lire en ligne].
  16. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/gare-de-l-est-les-precedents_463871.html
  17. (en) David E. Alexander, « Box 6.3 The Eschede train crash », dans Principles of Emergency Planning and Management, Oxford University Press, 2002 (ISBN 9780195218381), pp. 262-263 'Eschede&hl=fr&sa=X&ei=9a_jUZzINMSThgeFjYCwDQ&ved=0CEwQ6AEwBQ#v=onepage&q=Accident%20ferroviaire%20d'Eschede&f=false extrait (consulté le 15 juillet 2013).
  18. http://www.20minutes.fr/monde/pologne/891221-pologne-accident-trains-fait-16-morts-60-blesses
  19. « Pays-Bas: un accident de train fait plus de 125 blessés à Amsterdam » - romandie.com - [lire en ligne].
  20. Belgique - Accident d'un train de marchandises à Schellebelle: 1 mort et 17 blessés, sur le site rtbf.be, consulté le 14 août 2014
  21. http://lci.tf1.fr/monde/amerique/catastrophe-ferroviaire-au-quebec-50-morts-la-compagnie-responsable-8123577.html
  22. http://www.liberation.fr/societe/2013/07/12/un-train-deraille-dans-l-essonne-de-nombreuses-victimes-selon-la-prefecture_917901
  23. www.france24.com Un train déraille à Saint-Jacques de Compostelle, au moins 35 morts.
  24. Site dhnet.be suisse : la catastrophe ferroviaire fait une victime et 26 blessés, lire (consulté le 30 juillet 2013).
  25. Accident de rattrapage TER/TGV de Lescar/Denguin, sur le site lexpress.fr, consulté le 19 juillet 2014
  26. [PDF]Rapport d'enquête - Rattrapage de Denguin, sur le site medias.sncf.com, consulté le 29 juillet 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]