Liste des prétendants au trône de Géorgie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article présente la liste des descendants Bagrations des rois de Géorgie qui prétendirent ou qui prétendent à la couronne de Géorgie, une ex-république soviétique qui fut une monarchie de l'Antiquité jusqu'au XIXe siècle.

Contexte et premiers "prétendants"[modifier | modifier le code]

Les premiers "prétendants au trône" de Géorgie (à l'époque l'Ibérie) datent du Xe siècle. En effet, en 916, les co-rois abkhazes Giorgi II et Bagrat II envahirent l'Ibérie et le Curopalate (gouverneur byzantin) de l'époque Adarnasse Ier Bagration se proclama roi titulaire d'Ibérie, titre qu'il garda jusqu'à sa mort en 923. Dès lors, ses descendants se succédèrent en tant que prétendants au trône d'Ibérie :

En 975, le prince Bagrat Ier récupéra son royaume et continua à régner jusqu'en 994.

En 1008, le roi Bagrat III d'Ibérie unifia les royaumes d'Ibérie, d'Abkhazie et de Kakhétie et acheva ainsi l'unification et donc la création du royaume de Géorgie. À partir de ce moment, on ne parle plus d'Ibérie mais de Géorgie. Les prétendants suivants furent surtout des usurpateurs plutôt que des prétendants.

Démétrius[modifier | modifier le code]

Démétrius Bagration était le fils cadet du roi Georges Ier de Géorgie qui régna en 1014-1027. Probablement appuié par la majorité de la noblesse géorgienne, il détrôna en 1035 son demi-frère Bagrat IV. Il "régna" ainsi pendant cinq ans mais en 1040, il fut vaincu par Bagrat IV. Il fut alors exilé en Alanie où il s'auto-proclama à nouveau roi de Géorgie en 1047, titre qu'il garda jusqu'à sa mort qui se produisit en 1053 ou 1057 selon les sources.

Demna Batonichvili[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Demna de Géorgie.

Demetre, aussi appelé Demna ou Temna Batonichvili, était le petit-fils du roi Demetre Ier (à ne pas confondre avec le Demetre ci-dessus). Son père, Davit (qui était le fils aîné de Demetre Ier) avait usurpé le trône en 1155, pendant six mois, mais il est tout de même considéré comme un vrai roi et non pas comme un usurpateur (contrairement à Demetre, fils de Giorgi Ier, qui fut souverain de facto de Géorgie pendant cinq ans). Davit mourut malade en 1155 et Demetre Ier redevint roi. À sa mort, ce fut son second fils Giorgi III qu'il nomma comme successeur, deshéritant ainsi le jeune Demna qui était le fils de Davit V. Toutefois, en 1177, l'amirspassalari de Géorgie Ioani Orbelia encouragea le jeune Demna à se faire proclamer roi et c'est ce qui se passa. La presque totalité des nobles du royaume l'encouragèrent mais le vrai monarque Giorgi III mata rapidement la révolte et fit exiler les nobles qui avaient soutenus Demna. Ioani Orbelia, sa famille et Demna Batonichvili furent chacun torturés et mis à mort.

Georges de Russie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Yuri Bogolioubski.

Georges, né sous le nom de Yuri, était le fils du prince de Vladimir André Ier Bogolioubski. Il fut titré Prince de Novgorod en 1172 et fut marié par son père à la reine Tamar de Géorgie, qui était à l'époque réputée pour sa beauté. Le mariage se déroula entre 1185 et 1187 et il changea son nom en celui de Georges le Russe. Mais hélas pour la reine, c'était un... "sodomite" (Nodar Assatiani). Et pour ne pas détériorer son image de reine sainte, elle fut contrainte à le renvoyer en 1188. Elle se remaria alors avec le prince ossète David Soslan qui fut nommé co-roi de Géorgie. Yuri, en colère, se révolta contre Tamar en 1191 et revint en Géorgie, où il fut soutenu par les princes Vardan Dadiani, Guzan de Klarjétie et Botso Jakéli. Il fut proclamé roi au palais de Geguti et captura plusieurs provinces. Dans une bataille décisive, Tamar vaincu Georges qui fut renvoyé en Russie. Nous ne savons plus rien d'autre sur lui après son second exil.

Les prétendants au trône de la branche Bagrationi Mukhranski[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des princes de Moukhran.

Le roi Vakhtang VI de Karthli dut sous la pression du gouvernement ottoman abandonner son royaume en 1723 et se réfugier avec toute sa famille en Russie où il mourut en 1737. Son fils et éphémère successeur sur le trône Bakar Ier le suivit et se mit au service du tsar avant de mourir à Moscou en 1750. Les exilés ne renoncèrent jamais à leurs droits au trône. La succession se trouva de ce fait dévolue pour les "légitimistes" aux rois titulaires de Géorgie :

À la mort de Sergi (Ier) de Géorgie (en excluant le fils toujours vivant de Nikoloz (Ier), Ioani) la prétention au trône de Géorgie revint à la branche cadette des Bagrationi-Mukhranski, celle des princes Mukhranski. La lignée qui suit est donc la branche aînée des Bagratides et donc les héritiers des rois de Géorgie si, à la manière des princes Mukhranski, on regarde l'ancien royaume géorgien comme un royaume "salique" (interdisant les femmes à régner).

Ordre de succession à la prétendance au trône de la branche Bagrationi Mukhranski[modifier | modifier le code]

  1. Don Giorgi Bagration-Bagrationi (2011)
  2. Don Gurami Ugo Bagrationi Mukhranski (1985)
  3. Don Bagrat Juan Maria de Bagration y de Baviera (1949)
  4. Don Juan Jorge de Bagration y Ulloa (1977)
  5. Mikhail Alexandrovitch Bagrationi Mukhranski (1938)
  6. Aleksandri Mikhailovitch Bagrationi Mukhranski (1973)
  7. Irakli Mikhailovitch Bagrationi Mukhranski (1977)
  8. Aleksandri Bagration de Mukhrani (1956)
  9. Mikhail Bagrationi Mukhranski (1920)
  10. Giorgi Dmitrievitch Bagrationi Mukhranski (1932)
  11. Dmitri Georgievitch Bagrationi Mukhranski (1971)
  12. Jorge Bagration de Moukhran (1950)
  13. Vladimir Otarovitch Bagrationi Mukhranski (1947)
  14. Otar Vladirmirovitch Bagrationi Mukhranski (1973)
  15. Aleksandri Bagration de Mukhrani (1980)

Les prétendants Gruzinsky au trône[modifier | modifier le code]

En Géorgie après une période de troubles et d’invasions les turcs Ottomans et la Perse s’accordèrent pour confier en 1744 le trône de Karthlie à Teimouraz II de Kakhétie qui avait par ailleurs épousé une fille de Vakhtang VI de Karthli qui fut également déclarée reine en 1744 sous le nom de Thamar II de Géorgie (morte en 1746).

Leurs descendants occupèrent le trône de Géorgie réunifiée (Karthlie et Kakhétie) jusqu’à ce qu’après la mort du roi Georges XII de Géorgie le tsar Paul Ier de Russie écarte son héritier le régent David XII de Géorgie et annexe le pays.

Les descendants du roi Georges XII furent ensuite admis dans la noblesse russe sous le nom de Princes Grunzinsky d’après le nom russe de la Géorgie « Gruzia » et ils formèrent une autre lignée de prétendants au trône, qui se disait "traditonaliste" car ils acceptaient, à la manière du Moyen Âge, la montée des femmes sur le "trône" (même si les deux sœurs de Jean II furent écartés de la succession).

  • 1800-1819 : David (XII) Gruzinsky, fils de Georges XII de Géorgie
    • 1812 : Grigol Gruzinsky, fils de Jean (Ier) et neveu de David (X)
  • 1819-1839 : Jean (Ier) Gruzinsky, fils de Georges XII de Géorgie
  • 1839-1880 : Jean (II) Gruzinsky, fils de Grigol Gruzinsky
  • 1880-1888 : David (XIII) Gruzinsky, fils de Bagrat Georguievitch Gruzinsky et petit-fils du roi Georges XII de Géorgie
  • 1888-19XX : Bagrat (VIII) Gruzinsky, fils d'Alexandre Bagratovitch et neveu du précédent
  • 19XX-1922 : Pierre (Ier) Gruzinsky, frère du précédent
  • 1922-1939 : Constantin (IV) Gruzinsky, fils du précédent
  • 1939-1984 : Pierre (II) Gruzinsky, frère du précédent
  • 1984- : Nugzar (Ier) Gruzinsky, fils du précédent

Ordre de succession à la prétendance au trône Gruzinsky[modifier | modifier le code]

  1. Anna Bagration-Gruzinsky
  2. Giorgi Bagration-Bagrationi
  3. Irina Bagration-Gruzinsky
  4. Mariam Bagration-Gruzinsky
  5. Maya Bagration-Gruzinsky
  6. Themour Chichinadzé
  7. Anna Chichinadzé
  8. Dali Petrovna Bagration-Gruzinsky
  9. Mzevinar Bagration-Gruzinsky
  10. Pyotr Bagration-Gruzinsky
  11. Evgeny Petrovitch Bagration-Gruzinsky
  12. Marina Petrovna Bagration-Gruzinsky