Liste des plus anciennes écoles d'ingénieurs en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les ingénieurs sont à l'origine des architectes chargés de concevoir et de réaliser les ouvrages militaires de défense, de passage, de transport, de villégiature ou d'attaque. C'est ainsi que l'on trouve chez l'architecte romain Vitruve et chez Léonard de Vinci à la Renaissance des ouvrages et des machines de guerre.

C'est à partir du moment, au XVIe siècle, où les deux fonctions d'architecte civil et militaire se dédoublent, qu'apparaît une formation spécifique des ingénieurs. Les plus anciennes écoles royales d'ingénieurs en France répondent aux besoins du génie militaire, du génie rural et aux grands corps de l'État chargés des ressources stratégiques (voies de circulation, ressources eaux, bois, charbon et autres minerais). D'où résulte une première génération d'écoles de service public. Font exceptions, en 1780, l'École d'arts et métiers, d'abord destinée à offrir une éducation technique aux pupilles de la nation, puis en 1794, le Conservatoire des arts et métiers dont la première vocation est le perfectionnement de l'industrie nationale. Les Écoles d'arts et métiers enrichiront ensuite leur programme pour délivrer, à partir de 1907, le titre d'ingénieur.

Des activités des sociétés savantes et les cours municipaux de sciences et techniques se développent au début du XIXe siècle dans plusieurs villes de France (Paris, Lille, Lyon, Grenoble, Mulhouse, Strasbourg), et conduisent à partir de 1829 aux premières écoles répondant à un besoin spécifique de l'industrie civile.

L'évolution des formations d'ingénieurs vers les besoins de l'industrie est précisée par la Conférence des directeurs des écoles françaises d'ingénieurs, « Ecoles françaises d'ingénieurs > Historique », sur http://www.cdefi.fr/ : « Quand l'industrie privée naissante commence à ressentir le besoin d'ingénieurs dans la première moitié du XIXe siècle, elle cherche naturellement à attirer une partie des cadres formés par les écoles de service public. Cependant, c'est pour répondre aux besoins devenus trop importants et trop spécifiques des entreprises qui naissent pendant la première révolution industrielle qu'est créée, à l'initiative de quelques savants, l'École centrale des arts et manufactures, à Paris en 1829, afin d'enseigner la « science industrielle ». Elle forme des ingénieurs civils, appellation dont l'origine britannique est revendiquée. Ce sont des généralistes de l'entreprise. L'initiative privée s'exprime ensuite dans le même esprit sous le second empire, mais pour la première fois en province, avec la création de l'Ecole des arts industriels de Lille en 1854, et celle de l'Ecole centrale lyonnaise en 1857. »

La seconde moitié du XIXe siècle voit se développer les écoles qui suivent l'essor de l'industrie spécialisée, en particulier de la chimie. Fin du XIXe siècle apparaissent les écoles spécialisées dans les domaines associés à l'électricité.

Première génération des écoles de service public[modifier | modifier le code]

Les premières écoles d'ingénieurs pour l'industrie[modifier | modifier le code]

L'essor des écoles spécialisées[modifier | modifier le code]

Une rationalisation des écoles habilitées à délivrer un diplôme d'ingénieur en France est établie en 1934 par la Commission des titres d'ingénieur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liste des plus anciennes écoles d'ingénieurs du monde francophone[modifier | modifier le code]