Pays participant au Concours Eurovision de la chanson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte visualisant les débuts de chaque pays par décennie :
1 : Ancienne république yougoslave ayant concouru pour la Yougoslavie entre 1961 et 1991.
2 : Ancienne république yougoslave ayant concouru pour la Yougoslavie entre 1961 et 1992, puis pour la Serbie-et-Monténégro en 2004 et 2005.

Le Concours Eurovision de la chanson est un évènement annuel organisé par l’UER, l’Union européenne de radio-télévision. Il réunit les membres de l’Union dans le cadre d’une compétition musicale, diffusée en direct et en simultané par tous les pays participants. Depuis 1956, le concours (appelé plus communément Eurovision) s’est tenu chaque année, sans aucune interruption. Le nombre de pays participants n’a cessé d’augmenter, passant de sept à une quarantaine, au XXIe siècle. À travers les décennies, le concours a évolué, s'est adapté et réinventé, accompagnant les développements historiques et politiques[1].

Au total, pas moins de cinquante-et-un pays ont déjà pris part au concours et parmi eux, vingt-six l'ont déjà remporté. Ces pays, tous membres de l'UER, se répartissent sur trois continents : l'Europe, l'Asie et l'Afrique.

Historique[modifier | modifier le code]

Tableau récapitulatif[modifier | modifier le code]

Le tableau récapitulatif reprend, année par année, les pays participants ayant fait leurs débuts. Les noms des pays sont classés en fonction de leur ordre de passage lors de l'édition concernée.

Année Débuts
1956 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas, Drapeau de Suisse Suisse, Drapeau de Belgique Belgique, Drapeau d'Allemagne Allemagne, Drapeau de France France,Drapeau du Luxembourg Luxembourg, Drapeau d'Italie Italie
1957 Drapeau de Grande-Bretagne Royaume-Uni, Drapeau d'Autriche Autriche, Drapeau du Danemark Danemark
1958 Drapeau de Suède Suède
1959 Drapeau de Monaco Monaco
1960 Drapeau de Norvège Norvège
1961 Drapeau d'Espagne Espagne, Drapeau de Finlande Finlande, Drapeau Yougoslavie
1964 Drapeau du Portugal Portugal
1965 Drapeau d'Irlande Irlande
1971 Drapeau de Malte Malte
1973 Drapeau d'Israël Israël
1974 Drapeau de Grèce Grèce
1975 Drapeau de Turquie Turquie
1980 Drapeau du Maroc Maroc
1981 Drapeau de Chypre Chypre
1986 Drapeau d'Islande Islande
1993 Drapeau de Slovénie Slovénie, Drapeau de Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine, Drapeau de Croatie Croatie
1994 Drapeau d'Estonie Estonie, Drapeau de Roumanie Roumanie, Drapeau de Slovaquie Slovaquie, Drapeau de Lituanie Lituanie, Drapeau de Hongrie Hongrie, Drapeau de Russie Russie, Drapeau de Pologne Pologne
1998 Drapeau de Macédoine Macédoine
2000 Drapeau de Lettonie Lettonie
2003 Drapeau d'Ukraine Ukraine
2004 Drapeau de Biélorussie Biélorussie, Drapeau d'Andorre Andorre, Drapeau d'Albanie Albanie, Drapeau Serbie-et-Monténégro
2005 Drapeau de Moldavie Moldavie, Drapeau de Bulgarie Bulgarie
2006 Drapeau d'Arménie Arménie
2007 Drapeau de Géorgie Géorgie, Drapeau du Monténégro Monténégro, Drapeau de Serbie Serbie, Drapeau de République tchèque République tchèque
2008 Drapeau de Saint-Marin Saint-Marin, Drapeau d'Azerbaïdjan Azerbaïdjan

1956-1959[modifier | modifier le code]

En 1956, sept pays participèrent à la première édition du concours. Ces sept membres fondateurs furent l’Allemagne, la Belgique, la France, l'Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse[2]. L’Autriche, le Danemark et le Royaume-Uni auraient dû également participer. Ils ne purent cependant respecter la date limite d’inscription et furent donc absents. Tous trois diffusèrent le concours et firent leurs débuts l’année suivante[3].

En 1957, les résultats du vote furent pour la première fois publiés. Par conséquent, l’Autriche devint le tout premier pays participant à terminer à la dernière place[4].

Durant cette période, le plus grand nombre de participants à une édition du concours fut atteint en 1959, avec onze pays.

1960-1969[modifier | modifier le code]

En 1962, à la suite de l'introduction d'un nouveau système de vote, quatre pays participants terminèrent pour la toute première fois derniers, avec "nul point" : l'Autriche, la Belgique, l'Espagne et les Pays-Bas[5].

En 1964, le concours fut organisé par le Danemark, à Copenhague. Il y eut de vives protestations dans l’opinion publique danoise, à propos de la participation de l'Espagne et du Portugal, qui étaient encore à l'époque des dictatures militaires[6]. Cela conduisit au premier incident politique de l'histoire du concours. Après le passage de la représentante suisse, un homme surgit sur scène, brandissant une bannière sur laquelle était peinte : « Boycott Franco & Salazar ». Tandis qu'il était évacué par la sécurité, la caméra fit un plan fixe sur le tableau de vote[7].

En 1965, le concours fut pour la première fois diffusé en direct par le réseau Intervision, en Allemagne de l'Est, en Hongrie, en Pologne, en Roumanie, en Tchécoslovaquie et en Union soviétique. Il fut également diffusé pour la première fois au Maroc. Son audience potentielle fut estimée à 150 millions de téléspectateurs, un record pour l'époque[8].

En 1968, le premier jour des répétitions, des personnes se présentèrent à l'Albert Hall, prétendant être la délégation albanaise. La rumeur circula alors des débuts de l’Albanie. Il s’avéra ensuite qu’il s’agissait d’une plaisanterie, montée par des comédiens[9].

En 1969, l’Autriche décida de se retirer, refusant de participer à un concours organisé par une dictature. Il s'agissait de l’Espagne, alors dirigée par le général Franco[10]. Le concours fut diffusé pour la première fois au Brésil, au Chili, à Puerto Rico et en Tunisie.

Durant cette période, le plus grand nombre de participants à une édition du concours fut atteint en 1965 et 1966, avec dix-huit pays.

1970-1979[modifier | modifier le code]

En 1970, le concours fut pour la première fois retransmis en Grèce, en Islande et en Israël. En 1971, il fut également diffusé aux États-Unis et à Hong Kong. En 1972, il fut retransmis pour la première fois en direct en Asie, au Japon, aux Philippines, à Taïwan et en Thaïlande[11].

En 1973, Israël fit ses débuts, devenant ainsi le premier pays situé en dehors du continent européen à participer au concours[12]. Cette année-là, le concours fut diffusé pour la première fois en Turquie.

Les années suivantes furent marquées par les participations croisées de la Grèce et de la Turquie, alors en plein conflit sur la question chypriote. La Grèce fit ses débuts en 1974 ; la Turquie, en 1975. Cette année-là, la Grèce se retira par mesure de protestation envers la participation turque et surtout, envers l'invasion de l'île de Chypre par l'armée turque[13]. L'année suivante, en 1976, la Turquie se retira par mesure de protestation envers le retour de la Grèce[14], puis s'abstint à nouveau de concourir en 1977. Il fallut attendre 1978 pour que les deux pays participent à une même édition du concours[15].

En 1975, le concours fut diffusé pour la première fois en Corée du Sud et en Jordanie[16].

En 1976, une vive polémique éclata en Suède sur la participation du pays à l'Eurovision. Il y eut plusieurs manifestations d'opposition au concours, jugé trop commercial. De plus, la télévision publique suédoise estima n'avoir plus les moyens d'organiser une nouvelle édition, en cas de victoire du pays. La Suède se retira alors[17]. L'UER décida en conséquence de modifier les règles de financement du concours : désormais, chaque télédiffuseur devrait payer une quote-part. Cela permit de ne plus faire assumer l'intégralité des frais d'organisation par le télédiffuseur hôte.

En 1978, le concours fut pour la première fois retransmis par satellite à Dubaï.

En 1979, le concours fut organisé pour la première fois par Israël, à Jérusalem. Dans le cadre de la crise pétrolière et des tensions internationales, la Turquie subit les pressions des pays voisins d’Israël et finit par se retirer[18].

Durant cette période, le plus grand nombre de participants à une édition du concours fut atteint en 1978, avec vingt pays.

1980-1989[modifier | modifier le code]

L'édition 1980 du concours fut marquée par la seule et unique participation du Maroc. Le pays termina à l’avant-dernière place. Ce fut une cruelle déception pour la télévision publique marocaine, qui se retira dès l'année suivante. À ce jour, le Maroc demeure toujours le seul pays d'Afrique à avoir participé au concours[19].

En 1981, le concours fut pour la première fois diffusé en Égypte[20] et en 1983, en Australie.

En 1987, pour la toute première fois, l'UER fixa un nombre maximal de participants au concours : vingt-deux. Cela, afin de limiter à trois heures la durée de retransmission[21].

En 1989, le concours fut pour la première fois diffusé en direct au Canada.

Durant cette période, le plus grand nombre de participants à une édition du concours fut atteint en 1987 et 1989, avec vingt-deux pays.

1990-1999[modifier | modifier le code]

En 1992, pour permettre à Malte de continuer à concourir, le nombre maximum de pays participants fut élargi à vingt-trois par l’UER[22].

En 1993, à la suite de la chute du Rideau de fer et à la dislocation de la Yougoslavie, le nombre de pays désireux de participer au concours crût fortement. Pour la deuxième année consécutive, l’UER élargit le nombre maximum de pays participants, le faisant passer de vingt-trois à vingt-cinq. La Yougoslavie ayant été exclue de l’UER, seuls les vingt-deux autres pays ayant participé à l’édition 1992 du concours obtinrent d’emblée une place en finale. L’UER décida que les trois dernières places seraient attribuées via une présélection, qui serait organisée par la télévision publique slovène : Kvalifikacija za Millstreet[23]. Kvalifikacija za Millstreet (en français : Qualification pour Millstreet) détient la particularité d’avoir été la toute première présélection de l’histoire du concours. Elle se déroula le samedi 3 avril 1993, à Ljubljana, en Slovénie, et se conclut par la qualification de la Bosnie-Herzégovine, de la Croatie et de la Slovénie[24]. Parallèlement, l’UER introduisit une nouvelle règle, pour réguler le trop grand nombre de pays souhaitant participer au concours : la relégation. Désormais, les six pays terminant aux dernières places du classement final perdaient leur droit à concourir l’année suivante. Cette règle resta en vigueur jusqu’en 2004 et l’instauration du système des demi-finales[23].

En 1994, la règle de relégation fut mise en application pour la toute première fois. Les pays ayant terminé aux six dernières places de l’édition 1993, ne purent concourir. Il s'agissait de la Belgique, du Danemark, d'Israël, du Luxembourg, de la Slovénie et de la Turquie. Outre ces pays, l’Italie décida également de se retirer. Les places ainsi libérées permirent à sept pays de faire leurs débuts : l’Estonie, la Hongrie, la Lituanie, la Pologne, la Roumanie, la Russie et la Slovaquie. Ce fut la première fois depuis 1956 qu’autant de pays firent leurs débuts en même temps[25].

En 1995, l'UER réduisit à vingt-trois, le nombre de pays autorisés à participer. Cela eut pour conséquence la relégation des pays ayant terminé aux sept dernières places de l'édition 1994 : l’Estonie, la Finlande, la Lituanie, les Pays-Bas, la Roumanie, la Slovaquie et la Suisse. Les cinq places ainsi libérées permirent aux pays relégués l'année précédente de faire leur retour, à savoir la Belgique, le Danemark, Israël, la Slovénie et la Turquie[26].

En 1996, la question du nombre de pays candidats se posa avec encore plus d’acuité. Au total, trente pays souhaitèrent concourir, alors que l’UER limitait toujours à vingt-trois le nombre de places en finale. Le système de relégation, employé l’année précédente, fut mis de côté, notamment à la demande de l’Allemagne qui, ayant terminé à la dernière place de l’édition 1995, aurait été immanquablement reléguée cette année-là[27]. L’UER décida d’en revenir à un système de présélection. Seul le pays hôte, la Norvège, obtint une qualification automatique pour la finale. Les vingt-neuf autres pays durent passer par la dite présélection. Celle-ci fut une présélection audio : il n’y eut d’elle aucune retransmission télévisée. Il n’y eut pas non plus de prestation des chansons, en direct, avec un orchestre. Le panel des jurys nationaux se réunit pour écouter les enregistrements des vingt-neuf morceaux en compétition. Ils attribuèrent leurs résultats selon la méthode traditionnelle, accordant 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 10 et 12 points à leurs dix chansons favorites. L’UER dévoila ensuite simplement les noms des pays qualifiés[28]. À l’issue de cette présélection, sept pays furent éliminés : l’Allemagne, le Danemark, la Hongrie, Israël, la Macédoine, la Roumanie et la Russie[27].

Cette méthode de présélection suscita immédiatement la controverse. Premièrement, sa procédure manquait de transparence : le vote demeurait secret et le grand public n’y avait aucun accès. Deuxièmement, elle s’avérait injuste pour certains pays qui se voyaient éliminés d’emblée, sans avoir eu la possibilité de présenter leur candidat à l’Europe et au monde, alors qu’ils avaient parfois organisé un processus de sélection interne, long et coûteux. Par conséquent, ce fut la seule fois où cette méthode de présélection fut employée. Le système des relégations fut réinstauré dès l’année suivante[28].

Ce fut la seule et unique fois que l’Allemagne ne participa pas à une finale du concours[28]. Cette absence suscita un vif mécontentement dans le chef de la télévision publique allemande et ne manqua pas de poser un problème capital à l’UER. En effet, l’Allemagne était (et demeure toujours) le premier contributeur financier de l’Union et du concours. Le risque de pertes financières récurrentes et de diminutions d’audience conséquentes mènera finalement l’UER à créer un statut particulier pour ses cinq contributeurs principaux (l’Allemagne, l’Espagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni). Ceux-ci, connus désormais sous le nom de « Big Five », reçurent la garantie d’une place automatique en finale[29].

En 1997, l’UER décida de réinstaurer la règle de relégation, en l’adaptant. Désormais, les pays participants seraient relégués selon la moyenne des résultats obtenus lors de leurs cinq dernières participations. Aucun pays ne pourrait être relégué plus d’une année. Enfin, l’UER rehaussa à nouveau à vingt-cinq, le nombre de pays autorisés à concourir[30].

Durant cette période, le plus grand nombre de participants à une édition du concours fut atteint en 1993, 1994 et 1997, avec vingt-cinq pays.

2000-2010[modifier | modifier le code]

En 2000, l’UER modifia les règles présidant au système de relégation. Désormais, seraient qualifiés d’office pour la finale de l’année suivante : les « Big Four » (les quatre plus importants contributeurs financiers de l’Union de l'époque – c’est-à-dire l’Allemagne, l’Espagne, la France et le Royaume-Uni), les pays ayant été relégués l'année précédente et les quinze pays ayant obtenu le meilleur classement (ce compris le pays vainqueur)[31].

En 2003, seuls vingt-cinq pays devaient à l'origine participer au concours. Mais l'UER décida d'ouvrir une place supplémentaire pour l’Ukraine, qui put ainsi faire ses débuts[32]. Vingt-six pays participèrent à la finale du quarante-huitième concours, un record[33] qui ne sera égalé qu’en 2012.

En 2004, face au nombre toujours croissant de pays souhaitant concourir, l’UER supprima le système des relégations et introduisit une demi-finale, afin de déterminer les finalistes. Désormais, seraient qualifiés d’office pour la finale : les « Big Four » (l’Allemagne, l’Espagne, la France et le Royaume-Uni) ainsi que les dix autres pays ayant terminé en tête du classement (ce compris le pays vainqueur). Tous les autres pays devraient passer par la demi-finale, organisée le mercredi précédent la finale et au terme de laquelle dix autres pays se qualifieraient[34].

En 2006, la Serbie-et-Monténégro s'inscrivit pour participer au concours, mais une vive controverse éclata durant la procédure de sélection nationale. Il y eut des tensions entre les télédiffuseurs serbe et monténégrin et des divergences flagrantes dans l’attribution des points par les jurys, lors de la finale. Les jurés monténégrins n'attribuèrent ainsi aucun point aux chansons serbes, alors que leurs collègues serbes votèrent pour certaines chansons monténégrines. Devant l’ampleur de la contestation interne, le pays décida de se retirer. Il conserva cependant le droit de voter durant la demi-finale et la finale[35]. Les téléspectateurs serbes et monténégrins participèrent au télévote. Finalement, le Groupe de Référence de l'UER n'infligea aucune amende, ni sanction à la Serbie-et-Monténégro. En juin de la même année, la Serbie et le Monténégro mirent fin à leur union par référendum. À partir de 2007, les deux pays participèrent donc séparément au concours[36].

En 2007, vingt-huit pays concoururent en demi-finale pour une des dix places en finale[37]. Cette demi-finale détient toujours le record du plus grand nombre de chansons présentées consécutivement au concours.

En 2008, le nombre perpétuellement croissant de pays participants et la controverse sur les résultats de l’édition 2007 poussèrent l’UER à modifier les règles du concours. Le principe d’une demi-finale unique, utilisé depuis 2004, fut supprimé et remplacé par celui de deux demi-finales, organisées le mardi et le jeudi précédant la finale. Désormais, seuls cinq pays seraient automatiquement qualifiés pour la finale : le pays hôte (vainqueur de l’édition précédente) et les « Big Four » (l’Allemagne, l’Espagne, la France et le Royaume-Uni). Les autres pays participants devraient décrocher leur qualification via une des deux demi-finales[38].

En 2009, à la suite du conflit armé d'août 2008 qui l'opposa à la Russie, pays hôte de cette édition du concours, la Géorgie décida de se retirer. Le pays revint cependant sur sa décision en décembre 2008, s'inscrivit auprès de l’UER et fut versé dans la première demi-finale[39]. Au terme d’une sélection nationale ouverte, la chanson retenue fut We Don't Wanna Put In (Nous ne voulons pas le prendre en compte), interprétée par le groupe Stefane & 3G. Elle suscita immédiatement la controverse et un vaste mouvement de protestation en Russie. Son titre était en effet à double entente : il pouvait aussi se comprendre comme We Don't Wanna Putin (Nous ne voulons pas de Poutine) et donc comme une attaque personnelle à l’encontre du président russe. Après qu'elle lui eut été soumise, le Groupe de Référence de l’UER refusa le morceau. Le Groupe basa sa décision sur le paragraphe 9 de l'article 4 du règlement du concours, qui stipulait qu'aucune allusion politique ne pouvait être faite dans les paroles d'une chanson. Le Groupe donna le choix à la Géorgie : ou bien modifier le titre et le passage concerné, ou bien choisir une autre chanson[40]. La télévision publique géorgienne refusa toute modification et décida de se retirer du concours, invoquant une mesure censoriale et une atteinte à la liberté d'expression. Par la suite, le groupe Stefane & 3G admit que la chanson comportait bien un message politique et que leur objectif était de ridiculiser Vladimir Poutine[41].

Durant cette période, le plus grand nombre de participants à une édition du concours fut atteint en 2008, avec quarante-trois pays. Ce nombre record dans l'histoire du concours fut égalé en 2011, mais n'a toujours pas été surpassé.

2010-...[modifier | modifier le code]

En 2012, l’Arménie décida cette année-là de se retirer du concours, qui avait lieu à Bakou, en Azerbaïdjan. La télévision publique arménienne craignit que la sécurité de sa délégation ne puisse pas être assurée par les autorités azerbaïdjanaises. Les tensions entre les deux pays demeuraient toujours fort vives, en raison de leur conflit à propos du Haut-Karabagh[42]

Durant cette période, le plus grand nombre de participants à une édition du concours fut atteint en 2011, avec quarante-trois pays.

Règles actuelles[modifier | modifier le code]

Les conditions de participation au concours sont déterminées par l’UER et énoncées explicitement dans le règlement mis à jour annuellement.

Primo, seuls les membres actifs de l’UER peuvent participer au concours. La participation au concours n’est cependant obligatoire pour aucun d'entre eux[43].

Les membres actifs de l’UER sont soit les diffuseurs des pays situés dans la Zone de diffusion européenne et membres de l’Union internationale des télécommunications ; soit les diffuseurs des pays situés en-dehors de la Zone de diffusion européenne et membres du Conseil de l’Europe. Ces diffuseurs doivent opérer dans leur pays avec l’autorisation des autorités compétentes et fournir un service public de caractère et d’importance nationale[43].

Les diffuseurs doivent en outre remplir plusieurs autres conditions pour devenir membres actifs. Ils doivent pouvoir procéder à des retransmissions radio et télé de qualité technique satisfaisante. Ils doivent offrir une offre de programmes équilibrée et susceptible de s’adresser à toutes les catégories de la population du pays concerné, indépendamment de tout critère d’audimat ou de rentabilité. Ils doivent produire ou commissionner une partie substantielle de leurs programmes, sur leur propre budget et selon leur propre ligne éditoriale. Enfin, ils ne doivent pas être liés à une agence de droits sportifs en compétition avec l’UER, pour l’acquisition de droits de retransmission[43].

Secundo, seuls 46 membres actifs de l'UER sont autorisés à prendre part au concours. Une fois inscrits, ils sont connus sous le nom de « diffuseurs participants ». Seuls 26 d'entre eux peuvent participer à la finale. Six d'entre eux ont la garantie d'une place automatique en finale : le diffuseur hôte et les diffuseurs participants de l'Allemagne, de l’Espagne, de la France, de l’Italie et du Royaume-Uni. Les 40 autres diffuseurs participants devront être inscrits dans une des deux demi-finales et concourir ainsi pour l'une des 20 places restantes en finale[44].

Pays participants[modifier | modifier le code]

Les pays participant au Concours Eurovision de la chanson peuvent se classer en trois catégories :

  • les membres actifs, qui ont participé à la dernière édition du concours ;
  • les membres inactifs, qui n'ont pas participé à cette dernière édition ;
  • les membres disparus, qui ont cessé d'exister à la suite de circonstances historiques particulières.

À cela s'ajoute une quatrième catégorie : celle des pays n'ayant jamais participé au concours malgré une ou plusieurs tentatives.

Actifs[modifier | modifier le code]

Pays Débuts Nombre de
participations
Meilleur résultat
(en finale)
Année(s) Meilleur résultat
(en demi-finale)
Année(s) Diffuseur(s)
Drapeau d'Albanie Albanie 2004 11 05 2012 02 2012 RTSH
Drapeau d'Allemagne Allemagne 1956 58 01 1982 et 2010 - NDR, ARD
Drapeau d'Arménie Arménie 2006 08 04 2008 et 2014 02 2008 AMPTV
Drapeau d'Autriche Autriche 1957 47 01 1966 et 2014 01 2014 ORF
Drapeau d'Azerbaïdjan Azerbaïdjan 2008 07 01 2011 01 2013 İTV
Drapeau de Belgique Belgique 1956 56 01 1986 01 2010 RTBF, VRT
Drapeau de Biélorussie Biélorussie 2004 11 06 2007 04 2007 BTRC
Drapeau du Danemark Danemark 1957 43 01 1963, 2000 et 2013 01 2013 DR
Drapeau d'Espagne Espagne 1961 54 01 1968 et 1969 - TVE
Drapeau d'Estonie Estonie 1994 21 01 2001 03 2009 ETV
Drapeau de Finlande Finlande 1961 48 01 2006 01 2006 YLE
Drapeau de France France 1956 57 01 1958, 1960, 1962,
1969 et 1977
- France Télévisions
Drapeau de Géorgie Géorgie 2007 07 09 2010 et 2011 03 2010 GPB
Drapeau de Grèce Grèce 1974 35 01 2005 01 2008 et 2011 ERT
Drapeau de Hongrie Hongrie 1994 12 04 1994 02 2007 MTV
Drapeau d'Irlande Irlande 1965 48 01 1970, 1980, 1987,
1992, 1993, 1994
et 1996
06 2012 RTÉ
Drapeau d'Islande Islande 1986 27 02 1999 et 2009 01 2009 RÚV
Drapeau d'Israël Israël 1973 37 01 1978, 1979 et 1998 05 2008 IBA
Drapeau d'Italie Italie 1956 40 01 1964 et 1990 - RAI
Drapeau de Lettonie Lettonie 2000 15 01 2002 05 2007 LTV
Drapeau de Lituanie Lituanie 1994 15 06 2006 03 2012 LRT
Drapeau de Macédoine Macédoine 1998 14 12 2006 09 2005, 2007 et 2012 MKRTV
Drapeau de Malte Malte 1971 26 02 2002 et 2005 04 2013 PBS
Drapeau de Moldavie Moldavie 2005 10 06 2005 02 2005 TRM
Drapeau du Monténégro Monténégro 2007 06 19 2014 07 2014 RTCG
Drapeau de Norvège Norvège 1960 53 01 1985, 1995 et 2009 01 2009 NRK
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 1956 55 01 1957, 1959, 1969
et 1975
01 2014 TROS
Drapeau de Pologne Pologne 1994 17 02 1994 08 2014 TVP
Drapeau du Portugal Portugal 1964 47 06 1996 02 2008 RTP
Drapeau de Roumanie Roumanie 1994 16 03 2005 et 2010 01 2005 TVR
Drapeau de Grande-Bretagne Royaume-Uni 1957 57 01 1967, 1969, 1976,
1981 et 1997
- BBC
Drapeau de Russie Russie 1994 18 01 2008 01 2012 RTR, C1R
Drapeau de Saint-Marin Saint-Marin 2008 05 24 2014 10 2014 SMRTV
Drapeau de Slovénie Slovénie 1993 20 07 1995 et 2001 03 2011 RTV SLO
Drapeau de Suède Suède 1958 54 01 1974, 1984, 1991,
1999 et 2012
01 2011 et 2012 SVT
Drapeau de Suisse Suisse 1956 55 01 1956 et 1988 04 2014 SRG SSR
Drapeau d'Ukraine Ukraine 2003 12 01 2004 01 2008 NTU

Inactifs[modifier | modifier le code]

Pays Débuts Nombre de
participations
Meilleur résultat
(en finale)
Année(s) Meilleur résultat
(en demi-finale)
Année(s) Retrait Diffuseur(s)
Drapeau d'Andorre Andorre 2004 06 - 12 2007 2010 RTVA
Drapeau de Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine 1993 19 03 2006 02 2006 2013 BHRT
Drapeau de Bulgarie Bulgarie 2005 09 05 2007 06 2007 2014 BNT
Drapeau de Chypre Chypre 1981 31 05 1982, 1997 et 2004 07 2012 2014 RIK
Drapeau de Croatie Croatie 1993 21 04 1996 et 1999 04 2005 et 2008 2014 HRT
Drapeau du Luxembourg Luxembourg 1956 37 01 1961, 1965, 1972,
1973 et 1983
- 1994 CLT
Drapeau du Maroc Maroc 1980 01 18 1980 - 1981 TVM
Drapeau de Monaco Monaco 1959 24 01 1971 19 2004 2007 TMC
Drapeau de République tchèque République tchèque 2007 03 - 18 2008 2010 ČT
Drapeau de Serbie Serbie 2007 07 01 2007 02 2012 2014 RTS
Drapeau de Slovaquie Slovaquie 1994 07 18 1996 13 2011 2013 STV
Drapeau de Turquie Turquie 1975 34 01 2003 01 2010 2013 TRT

Disparus[modifier | modifier le code]

Pays Débuts Nombre de
participations
Meilleur résultat
(en finale)
Année(s) Meilleur résultat
(en demi-finale)
Année(s) Retrait Diffuseur(s)
Drapeau Serbie-et-Monténégro 2004 02 02 2004 01 2004 2006 RTS, RTCG
Drapeau Yougoslavie 1961 27 01 1989 - 1993 JRT

Tentatives infructueuses[modifier | modifier le code]

Jusqu'à présent, au moins trois pays ont tenté de participer au concours, mais vu leurs tentatives échouer : le Liechtenstein, la Tunisie et le Liban.

Le Liechtenstein souhaita faire ses débuts en 1976. Mais comme la principauté ne possédait pas de diffuseur public, sa candidature fut refusée par l'UER[45]. Ce n'est qu'en août 2008 que le pays se dota de son premier diffuseur public : 1FLTV. Mais faute de moyens financiers suffisants, celui-ci n'est toujours pas membre de UER[46].

La Tunisie s'inscrivit en 1977 auprès de l'UER pour faire ses débuts à la vingt-deuxième édition du concours, mais se retira au dernier moment, sans donner plus d'explications[47].

Quant au Liban, il devait faire ses débuts au Concours Eurovision de la chanson 2005. Mais le pays se retira ultérieurement, un accord n’ayant pu être trouvé avec l'UER sur les modalités de retransmission du concours[48].

Records et faits notables[modifier | modifier le code]

  • L’Allemagne détient le record du plus grand nombre de participation au concours pour un pays membre de l’UER : cinquante-neuf, en 2015. Depuis 1956, le pays n'a en effet manqué qu'une seule édition du concours, en 1996[49]. Viennent ensuite la France et le Royaume-Uni avec chacun cinquante-sept participations, en 2014. Ces pays n'ont manqué que deux éditions du concours : en 1974 et 1982 pour la France[50] ; en 1956 et 1958 pour le Royaume-Uni[51].
  • Les Pays-Bas demeurent le premier pays participant à avoir présenté une chanson au concours. En effet, lors de la première édition de l'Eurovision, en 1956, ce fut la représentante néerlandaise, Jetty Paerl, qui ouvrit le spectacle avec De vogels van Holland[55]. Le pays détient en outre deux autres records. Premièrement, celui d'être le seul pays-hôte de l'histoire du concours à avoir terminé à la dernière place, en 1958[56]. Deuxièmement, celui d'être passé le plus souvent en première position en finale : à six reprises, en 1956, 1965, 1967, 1970, 1975 et 2001[57].
  • Le Portugal demeure toujours le plus ancien pays participant à n'avoir encore jamais décroché la victoire. Le pays participe depuis 1964 et son meilleur résultat demeure une sixième place, en 1996[58]. Viennent ensuite Malte (qui participe depuis 1971), Chypre (depuis 1981) et l'Islande (depuis 1986).

Références[modifier | modifier le code]

  1. HAAN Marco, DIJKSTRA Gerhard et DIJKSTRA Peter, « Expert Judgment Versus Public Opinion – Evidence from the Eurovision Song Contest », Journal of Cultural Economics, 29, 2005, p.62.
  2. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=273#About%20the%20show
  3. KENNEDY O’CONNOR John, The Eurovision Song Contest. 50 Years. The Official History, Londres, Carlton Books Limited, 2005, p.8.
  4. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=274#Scoreboard
  5. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=279#Scoreboard
  6. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=281#About the show
  7. KENNEDY O'CONNOR John, op.cit., p.24.
  8. KENNEDY O'CONNOR John, op.cit., p.26.
  9. KENNEDY O'CONNOR John, op.cit., p.32.
  10. KENNEDY O'CONNOR John, op.cit., p.37.
  11. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=288#About%20the%20show
  12. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=289#About%20the%20show
  13. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=291#About%20the%20show
  14. KENNEDY O'CONNOR John, op.cit., p.64.
  15. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=294#About%20the%20show
  16. http://www.eurovision.tv/page/news?id=76303&_t=recalling_swedens_first_staging_of_the_contest_in_1975
  17. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=292#About%20the%20show
  18. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=295#About%20the%20show
  19. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=296#About%20the%20show
  20. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=297#About%20the%20show
  21. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.109.
  22. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=308#About%20the%20show
  23. a et b KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.133.
  24. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=235#About%20the%20show
  25. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=309#About%20the%20show
  26. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=310#About%20the%20show
  27. a et b KENNEDY O'CONNOR John, op.cit., p.144.
  28. a, b et c http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=311#About%20the%20show
  29. HAUTIER Jean-Pierre, La folie de l’Eurovision, Bruxelles, Editions de l’Arbre, 2010, p.97.
  30. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=312#About%20the%20show
  31. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=266#About%20the%20show
  32. http://www.eurovision.tv/page/news?id=7763&_t=the_end_of_a_decade_riga_2003
  33. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=217#About%20the%20show
  34. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=9#About%20the%20show
  35. http://www.eurovision.tv/page/news?id=7843&_t=the_end_of_a_decade_athens_2006
  36. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=434#About%20the%20show
  37. http://www.eurovision.tv/page/news?id=44703&_t=countdown_to_baku_-_helsinki_2007
  38. http://www.eurovision.tv/page/news?id=7893&_t=the_end_of_a_decade_belgrade_2008
  39. http://news.bbc.co.uk/2/hi/entertainment/7935865.stm
  40. http://www.eurovision.tv/page/news?id=1993&_t=georgian_song_lyrics_do_not_comply_with_rules
  41. http://www.esctoday.com/13994/georgians_admit_using_eurovision_for_politics/
  42. http://www.eurovision.tv/page/news?id=48413&_t=armenia_withdraws_from_eurovision_2012
  43. a, b et c http://www.eurovision.tv/page/about/which-countries-can-take-part
  44. Règles du Concours Eurovision de la chanson 2013, p.1, par l'Union européenne de radio-télévision, publié sur le site officiel du concours (www.eurovision.tv/page/baku-2012/about), consulté le 1er mai 2013.
  45. http://www.esctoday.com/12220/liechtenstein_gets_a_tv_station/
  46. http://www.esctoday.com/37490/liechtenstein-wont-be-in-malmo/
  47. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=293#About%20the%20show
  48. http://www.eurovision.tv/page/history/by-year/contest?event=157#About%20the%20show
  49. http://www.eurovision.tv/page/history/by-country/country?country=9
  50. a et b http://www.eurovision.tv/page/history/by-country/country?country=2
  51. a, b et c http://www.eurovision.tv/page/history/by-country/country?country=6
  52. http://www.eurovision.tv/page/history/by-country/country?country=3
  53. http://www.eurovision.tv/page/history/by-country/country?country=21
  54. http://www.eurovision.tv/page/history/by-country/country?country=22
  55. http://www.diggiloo.net/?1956
  56. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit, p.13.
  57. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.165.
  58. http://www.eurovision.tv/page/history/by-country/country?country=20
  59. KENNEDY O’CONNOR John, op.cit., p.152.