Liste des comtes puis ducs d'Alençon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blason des comtes d’Alençon de la maison de Bellême.
Blason des comtes et ducs d’Alençon de la maison de Valois.

Plusieurs comtes, puis ducs royaux d’Alençon ont figuré dans l’Histoire de France. Le titre a été attribué à un frère cadet du roi de France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Deux lignes de comtes d’Alençon se sont éteintes avant que le titre d’Alençon ne soit rattaché à la maison régnante de Valois. En 1268, Alençon fut donnée en apanage à Pierre, fils de Louis IX puis en 1293, à Charles, comte de Valois, frère de Philippe le Bel. Une troisième maison des chefs d’Alençon fut issue de Charles II, second fils du comte de Valois, tué à la bataille de Crécy en 1346.

Le comté d’Alençon fut élevé au statut de duché en 1414. Le duc Jean Ier d’Alençon fut tué à la bataille d’Azincourt en 1415, après avoir tué le duc d’York de sa propre main. Son fils, Jean II d’Alençon[1], perdit son duché à la bataille de Verneuil, le 17 aout 1424, lorsqu’il fut battu et fait prisonnier par les forces anglaises dirigées par le duc de Bedford, et ne le reconquit qu’en 1449.

En 1524, le duché d’Alençon revint à la couronne à la suite de la mort sans héritier du duc Charles IV, marié à la sœur de François Ier, Marguerite de Navarre, qui semble avoir gardé le titre à vie, car son second mari, Henri II de Navarre l’a utilisé en 1540. En 1559, le titre fut donné à Catherine de Médicis en douaire et, en 1566, en apanage à son fils cadet, François II.

En 1605, Henri IV engagea le duché – et la ville – au duc Frédéric Ier de Wurtemberg, avant d’être racheté par Marie de Médicis en 1613. Compris par la suite dans l’apanage de Gaston d’Orléans frère de Louis XIII, le duché passa, en 1660, à sa seconde fille, Élisabeth d’Orléans, épouse de Charles, duc de Guise, au petit-fils de Louis XIV, le duc de Berry en 1710, puis à Monsieur, futur Louis XVIII, frère de Louis XVI.

Enfin, le titre de duc d’Alençon fut attribué, sous la Monarchie de Juillet, au fils du duc de Nemours, Ferdinand d’Orléans, petit-fils de Louis-Philippe.

Comtes d'Alençon[modifier | modifier le code]

Maison de Bellême[modifier | modifier le code]

La première maison des comtes d'Alençon descend des seigneurs de Bellême
Armoiries Alençon-Bellême.svg

Capétiens[modifier | modifier le code]

Capétiens « directs »[modifier | modifier le code]

Blason comte fr Valois.svg

Capétiens « Valois »[modifier | modifier le code]

Blason comte fr Alencon.svg
Blason province fr Alençon.svg
Le comté s'accroîtra des seigneuries de Moulins-la-Marche, Bonmoulin, Sainte-Scolasse-sur-Sarthe, Domfront, Argentan, Exmes
Le comte devient dominicain en 1361.
  • Pierre II, comte d'Alençon en 1367, (-1404).
  • Jean Ier, comte en 1404 puis duc en 1414 (Voir à ducs d'Alençon)

Ducs d'Alençon[modifier | modifier le code]

Capétiens[modifier | modifier le code]

Capétiens « Valois »[modifier | modifier le code]

Apanagés et titrés par le roi[modifier | modifier le code]

Capétiens « Bourbons »[modifier | modifier le code]

Titre de la Monarchie de Juillet[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il apparait comme personnage dans Henry VI de Shakespeare.
  2. Robert d'Alençon, mari d'Emma de Laval, mourut apud quoddam manerium quod vocatur Morteville prope Laval, 1217. Rapporté par Bry de la Clargerie d'après le cartulaire de Saint-Martin de Sées. Abbé Angot, article « Château de Morteville », Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, t. III p. 129.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]