Liste des comtes et ducs d'Anjou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ceci est une liste présentant les comtes et ducs d’Anjou.

Comtes d’Anjou non héréditaires[modifier | modifier le code]

Comtes d’Anjou héréditaires[modifier | modifier le code]

Robertiens[modifier | modifier le code]

Ingelgeriens[modifier | modifier le code]

Plantagenêts[modifier | modifier le code]

Armes de Geoffroy V Plantagenêt

Capétiens directs[modifier | modifier le code]

Armes des comtes capétiens d'Anjou

Maison de Valois[modifier | modifier le code]

Ducs d'Anjou[modifier | modifier le code]

En 1360, l'Anjou est érigé en duché.

Armes des ducs d'Anjou

Maison de Valois[modifier | modifier le code]

Ducs d'Anjou apanagistes[modifier | modifier le code]

À la mort de Charles V, le duché d'Anjou est officiellement rattaché à la Couronne. Plusieurs princes apanagistes issus des maisons de Valois et de Bourbon en portent le titre mais sans donner naissance à de nouvelles maisons.

Titre de courtoisie[modifier | modifier le code]

Depuis l'Ancien Régime, aucune autorité souveraine n'a octroyé le titre de duc d'Anjou qui est devenu un titre de courtoisie.

Maison de Bourbon en Espagne[modifier | modifier le code]

Après la mort sans descendance du « comte de Chambord » en 1883,

  • François de Paule de Bourbon (1853-1942) se proclame héritier du trône de France et revendique pour lui la succession légitimiste. Ce faisant, il s’attire les foudres de la cour espagnole, qui reconnaît les Orléans comme seuls successeurs possibles des rois de France. En France même, le prince n’a guère plus de chance puisque le tribunal de la Seine lui renie, en 1897, le droit de porter les pleines armes de France.

Le titre de « duc d'Anjou » est ensuite porté, depuis 1919, par la branche des Bourbons en Espagne, devenue aînée de la maison capétienne et donc héritière légitimiste de la couronne de France, après le décès en 1883 du comte de Chambord, dernier héritier de Louis XV. Descendants de Philippe V, duc d'Anjou avant de devenir roi d'Espagne, cette branche de Bourbon qui ne possédait plus le duché d'Anjou en avait conservé le blason sur les armoiries royales espagnoles.

Maison d'Orléans[modifier | modifier le code]

Le titre de « duc d'Anjou » est aussi porté depuis 2004 par un membre de la maison d'Orléans issue de Philippe, duc d'Anjou puis duc d'Orléans, second fils du roi Louis XIII et illustrée par le roi Louis-Philippe Ier. Cette branche est devenue prétendante orléaniste de la couronne de France, après le décès en 1883 du comte de Chambord. La polémique sur le port de ce titre entre dans le cadre des querelles dynastiques françaises.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Camau, Le Règne des princes Angevins en Provence, Paris, Champion, 1926, 126 p., [compte-rendu en ligne], [compte-rendu en ligne].
  • Christian Thévenot, La légende dorée des comtes d'Anjou : d'Ingelger à Geoffroy V Plantagenêt (850-1151), Paris, Olivier Orban, 1991, 307 p., (ISBN 2-85565-624-9). Réédition : Histoire des comtes d'Anjou, 850-1151, Joué-lès-Tours, Alan Sutton, coll. « Histoire et archéologie », 2001, 159 p., (ISBN 2-84253-605-3).
  • Collectif, L'État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle. Actes du colloque international (Rome-Naples, 7-11 novembre 1995), Rome, École française de Rome, Collection de l'École française de Rome no 245, 1998, 726 p., (ISBN 2-7283-0376-2).
  • Collectif, L'Europe des Anjou : aventure des princes angevins du XIIIe au XVe siècle, Somogy, 2001, 394 p., (ISBN 2-85056-465-6).
  • Noël-Yves Tonnerre, Élisabeth Verry (éd.), Les Princes angevins du XIIIe au XVe siècle. Un destin européen, Rennes, Presses universitaires de Rennes (PUR), coll. « Histoire », 2003, 320 p., (ISBN 2-86847-735-6).
  • Jean-Michel Matz et Noël-Yves Tonnerre (dir.), René d'Anjou (1409-1480). Pouvoirs et gouvernement, Rennes, Presses universitaires de Rennes (PUR), coll. « Histoire », 2011, 402 p., (ISBN 978-2-7535-1702-8).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bottin mondain 1973, V° Anjou, Ségovie et Tolède (Duc d'), p. 459.
  2. Bottin mondain 1980, V° Anjou, Ségovie et Tolède (Duc d'), p. 358.
  3. Bottin mondain 2004, 2008, V° "Bourbon (Maison royale de)".
  4. Titre mentionné par Jacques Leclercq, in Droites conservatrices,nationales et ultras : dictionnaire 2005-2010, Paris : L'Harmattan, 2010, p. 20.
  5. Titre qui ne figure pas dans le Bottin mondain 2009, V° Famille d'Orléans où l'on trouve pourtant le prince Charles-Louis d'Orléans titré « duc de Chartres ».
  6. Nueva polémica entre los Orleans y los Borbones, dans ABC, 10/12/2004.