Liste des chaires du Muséum national d'Histoire naturelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La transformation du Jardin du roi, dont l'intendant était alors le comte de La Billarderie, en Muséum national d'histoire naturelle entraîne la démission de l'intendant et la création de douze Chaires. Au fil des années, leur nombre et leur sujet va évoluer, certaines sont subdivisées, d'autres regroupées, d'autres encore supprimées ou transformées en services du Muséum. Depuis le décret du 7 octobre 2001, le Muséum national d'Histoire naturelle comporte sept "départements de recherche" qui ont pour objet d'organiser la recherche scientifique :

Évolution[modifier | modifier le code]

Le , un décret de l'Assemblée nationale demande aux démonstrateurs du Jardin du roi de rédiger un projet pour sa réorganisation. La première assemblée vote le départ du marquis de La Billarderie et élit à l'unanimité Daubenton comme président. Il forme une commission comprenant Antoine-François Fourcroy, Bernard Lacépède et Antoine Portal. Celle-ci est chargée de rédiger le règlement de la nouvelle institution et d'en fixer le fonctionnement. Elle détermine aussi les missions du Muséum : instruire le public mais aussi de constituer des collections et de participer activement à la recherche scientifique. Le corps des professeurs et leur directeur, élu et renouvelé chaque année devant être le garant de l'indépendance de la recherche.

Mais le projet n'aboutit pas, l'Assemblée nationale ne donnant pas suite. En 1791, La Billarderie démissionne et est remplacé par Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre. Ce n'est qu'en 1793 que Joseph Lakanal (1762-1845), apportant les collections du Prince de Condé rencontre Daubenton et découvre le projet de 1790. Lakanal le porte à l'Assemblée et, dès le lendemain , obtient le vote du décret établissant le Muséum, lui donnant ainsi une existence juridique propre.

Le poste d'intendant est alors remplacé par la fonction de directeur. L'ancienne hiérarchie, notamment en démonstrateurs et sous-démonstrateurs, est abolie. Douze postes de professeurs assurent, de façon égale et collégiale, l’administration du Muséum. Les enseignements sont répartis en douze Chaires professorales[1]. À cette époque, et jusque dans les années 1985, l'Assemblée des professeurs titulaires des chaires, était l'instance exécutive unique du Muséum national d'histoire naturelle, qui émargeait au Ministère de l'Éducation nationale, puis également au Ministère de la Recherche et plus tard aussi à celui de l'Environnement. En mai 1968, une assemblée générale des personnels, chercheurs, techniciens et administratifs confondus, contesta l'autorité exclusive de l'Assemblée des professeurs et proposa de la remplacer par un "conseil représentatif" comme instance exécutive. À partir de 1969, au fil des années et des réformes, la tutelle des ministères s'est accrue, et l'autorité de l'Assemblée des professeurs s'est réduite, au point d'en faire principalement un organe consultatif scientifique.

Le Muséum garde néanmoins le statut de grand établissement, dont les missions principales restent la conservation de collections scientifiques, la diffusion de la culture scientifique dans les spécialités propres à l'établissement, la recherche et la formation à la recherche.

Les chaires[modifier | modifier le code]

  • Entomologie agricole coloniale
  • Iconographie naturelle ou de l'art de dessiner et de peindre toutes les choses de la nature
    • 1793 à 1822 Gérard van Spaendonck. Cette chaire est alors supprimée. Les cours de dessin continueront cependant, et divers services vont organiser l'interface entre science, art, présentation au public et conception de documents didactiques:
  • Depuis le décret du 7 octobre 2001, les chaires ont été remplacées par quatre "directions transversales" qui ont pour objet d'organiser la conservation du patrimoine, la formation à la recherche et la diffusion des connaissances :
    • Direction des collections ;
    • Direction des bibliothèques et de la documentation ;
    • Direction de l’enseignement, de la pédagogie et des formations ;
    • Direction de la diffusion, de la communication, de l'accueil et des partenariats : cette dernière comporte trois départements de diffusion:
      • département des Galeries ;
      • département des Parcs botaniques et zoologiques ;
      • département du Musée de l'Homme.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Dorst (dir.), Muséum national d'histoire naturelle, 253 p., Fernand Nathan, Paris, 1980, ISBN 2-09-290195-8
  • Yves Laissus, Le Muséum national d'histoire naturelle, Gallimard, Paris, 1995
  • Stéphane Déligeorges, Alexandre Gady et Françoise Labalette, Le Jardin des Plantes et le Muséum national d'histoire naturelle, Monum, Paris, 2004, 64 p., ISBN 2-85822-601-6
  • Philippe Jaussaud et Édouard Raoul Brygoo, Du Jardin au Muséum en 516 biographies, 630 p., Muséum national d'histoire naturelle, Paris, 2004, ISBN 2-85653-565-8
  • Annuaire et sites du Muséum national d'histoire naturelle, 40 p., MNHN, Paris, rééditions décennales.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Laissus, Le Muséum national d'histoire naturelle, Gallimard, Paris, 1995, p. 21.
  2. Voir à ce propos : Jean Lhoste (1987), Les entomologistes français (1750-1950). Éditions INRA/OPIE.
  3. Parc zoologique de Paris-Vincennes : Maryvonne LECLERC-CASSAN, Les Échos, n° 16891 du 04 Mai 1995, page 42.
  4. Philippe Janvier, paléontologue: voir
  5. Patrick Blandin: UMR 5145 du CNRS « Eco-Anthropologie et Ethnobiologie », Blandin travaillant sur l'axe « Biodiversité, systèmes écologiques et activités humaines »: voir
  6. Yves Girault: USM « Muséologie et médiation des sciences »: voir
  7. Michel Van Praët: « Centre Koyré », professeur de muséologie au Muséum national d’Histoire naturelle: voir