Liste des caméos d'Alfred Hitchcock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caméo d'Alfred Hitchcock dans Les Enchaînés, avec Ingrid Bergman au second plan

Alfred Hitchcock avait pour habitude de faire des caméos dans ses propres films. Ceux-ci sont devenus un trait caractéristique célèbre du réalisateur.

Films avec caméo(s)[modifier | modifier le code]

  • Les Cheveux d'or (The Lodger), 1926
    • Au début du film, vers 2mn51s, assis de dos dans le bureau d'un journal.
    • Durant les dix dernières minutes, lorsque la police arrête le colocataire, le deuxième badaud en partant de la droite, qui porte une casquette.
Un spectateur trapu avec chapeau melon et pardessus clairs, aligné devant la meute de chiens, au départ de la chasse à courre. On le voit tête baissée. Cette identification est incertaine.
Hitchcock passe derrière un court de tennis.
Assis de face, sur la gauche, dans le métro, un attaché-case sur les genoux et un livre dans les mains, il est perturbé par un enfant qui l'empêche de lire tranquillement.
À la 60e minute, il passe dans la rue devant la maison du meurtre.
Vers la 7ème minute, dans la rue, il croise Robert Donat et Lucie Mannheim qui sortent du théâtre et montent dans le bus.
Vers 7mn46s, en habit clair, à l'arrière-plan, parmi les passagers, il débarque de la Suisse en même temps que le héros Ashenden.
Un passant à la silhouette massive avec imperméable et chapeau clairs s'éloignant de dos, sur le trottoir. À hauteur du « Bijou » (la salle de cinéma de Verloc), il s'écarte pour laisser passer Verloc qui vient de sortir de la voiture pour regagner son domicile[1].
Photographe de presse avec casquette (sa corpulence contrastant avec l'appareil de photo minuscule qu'il tient dans une main) en attente à la sortie du tribunal.
Avance de profil, chapeau d'une main et une valise (de taille ridicule) dans l'autre, fumant une cigarette et haussant des épaules, à la fin du film, vers 1h29mn23s, sur un quai de métro à Victoria Station à Londres.
Vers la fin du film, il passe derrière George Sanders et le policeman qui l'a interpellé.
Vers 10mn34s, il lit le journal dans la rue, lorsqu'il croise Joel McCrea quittant l'hôtel.
À la 45e minute, il poste une lettre.
Il croise Robert Montgomery dans la rue, en face de son immeuble.
Pour le tournage de sa petite scène il demande à Carol Stevens, sa secretaire de l'époque, de jouer ce qu'il a mis au point. Norman Lloyd, l'interprète du saboteur, se souvient : « Ils devaient jouer des sourds et muets marchant dans la rue. Hitchcock devait utiliser la langue des signes et Stevens devait le gifler en retour car il lui aurait fait une proposition peu convenable[2]. » La scène est alors tournée mais n'est pas retenue car les dirigeants du studio ne trouvent pas correct de donner une telle image des personnes handicapées[2]. Il se résigne finalement à faire une simple apparition visible à la 55e minute dans une rue de New York lorsque la voiture des comploteurs s'arrête près d'un kiosque à journaux.
À la 16e minute, dans le train pour Santa Rosa, de dos, il joue aux cartes (sa main contient tous les piques).
Dans un huis-clos où n'apparaissent que neuf personnes, Hitchcock trouve le moyen d'apparaître en photo (silhouettes « avant » et « après »), vers 24mn05s, dans la publicité pour un régime amaigrissant Reduco (il en suivait un au moment du tournage) d'un journal trouvé dans le canot de sauvetage et lu par William Bendix.
Vers la 40e minute, il sort de l'ascenseur bondé de l'Empire Hotel, un étui à violon à la main et un cigare à la bouche.
À la 60e minute, invité, à la grande réception organisée chez Alex Sebastian, il boit du champagne (clin d'œil : dans la cave, le MacGuffin est dissimulé dans des bouteilles de Pommard 1934).
Il descend du train à Cumberland Station, portant sous le bras droit un étui à violoncelle.
  • La Corde (The Rope), 1948
    • Au tout début du film, après le générique : il marche sur le trottoir accompagné d'une dame et tenant dans sa main un journal[3].
    • Une enseigne au néon clignotante, qui apparaît à travers la baie vitrée entre les personnages joués par Douglas Dick et Joan Chandler au moment où les convives prennent congé, vers la 53e minute, reproduit le profil qui sera plus tard rendu célèbre par la série télévisée Alfred Hitchcock présente. Le mot « Reduco », quasiment illisible, figure sous l'enseigne (cf. caméo de Lifeboat).
  • Les Amants du Capricorne (Under Capricorn), 1949
    • Au début du film, vers 2mn40s, sur la place, on le voit sur le côté de l'écran, en haut-de-forme et habit clairs, de dos mais la tête légèrement tournée ; en face d'un soldat en uniforme rouge.
    • Puis sur les marches de l'escalier du palais du gouverneur, vers 12mn20s, posté en arrière-plan : habit noir et haut-de-forme clair. Un attelage passe au premier plan.
Marche nu-tête dans la rue et se retourne vers Jane Wyman qui est passée en parlant toute seule.
Vers 10mn06s, à la gare de Metcalf, il s'apprête à monter dans le train avec un étui à contrebasse, tandis que Farley Granger en descend avec une valise.
À la fin du générique, au début du film, vers 1mn30s, sa silhouette traverse le haut d'un grand escalier de rue (en l'occurrence, l'escalier Casse-cou, reliant la rue Sous-le-Fort et la Côte de la Montagne, à Québec).
À la 13e minute, faute de pouvoir apparaître en mouvement dans une intrigue presque entièrement en huis clos, il fait tout de même une apparition statique, sur la photo de classe collée au mur, que Tony Wendice montre au prétendu capitaine Lesgate, parmi les anciens élèves attablés en compagnie dudit Wendice et de C.A. Swan. Il est attablé de profil à gauche, la tête tournée vers l'objectif.
Au début du film, vers 25mn07s, dans l'appartement du pianiste, il remonte la pendule.
Vers la 20e minute, il passe rapidement sur la gauche de l'image, devant la limousine de l'acheteur de tableaux, à l'exposition en plein air de John Forsythe.
Vers 9mn13s, Cary Grant, en fuite et monté dans un bus, s'assoit l'air méfiant au milieu de la banquette du fond, entre le réalisateur, passager l'air sévère, regard fixe vers l'avant et placé tout à droite de l'écran, et une cage à oiseaux qu'une vieille dame, assise tout à gauche de l'écran, regarde intriguée.


À gauche de l'écran, de dos, dans la foule qui regarde des acrobates au marché de Marrakech.
Il passe, venant de la gauche, derrière Henry Fonda attablé pour manger, le regard baissé vers lui. Cette scène a été supprimée pour conserver au film un aspect documentaire[4]. Il parle dans le prologue (c'est le seul film où il parle).
À la 11e minute, il passe devant l'entrée du chantier naval, portant un étui à clairon.
À la 3e minute, juste après le générique, il court pour rattraper un autobus qui referme ses portes sous son nez.
À la 6e minute, à travers la baie vitrée du bureau où travaille Marion Crane, on le voit de trois-quarts se tenir sur le trottoir, coiffé d'un chapeau texan.
Au début du film, il sort de l'oisellerie avec deux Scottish Terriers en laisse (les siens, pour l'anecdote) et croise Mélanie qui y entre.
À la 5e minute, sort de sa chambre d'hôtel, pénètre dans un couloir après que Marnie y est passée.
À la 7e minute 57 secondes, assis dans le hall de l'Hôtel d'Angleterre, il tient un bébé sur son genou droit, puis le transfère sur son genou gauche. Il essuie alors son pantalon.
À la 30e minute, il est poussé sur un fauteuil roulant à l'aéroport par une infirmière (qui n'est autre que Peggy Robertson, son assistante de longue date), se lève sans difficulté pour serrer la main d'un homme, et disparaît du champ.
À la 3e minute, chapeau melon sur la tête, près du parapet de la Tamise (où flotte un corps), en retrait de la foule qui écoute un discours politique auquel il semble indifférent. Il fait partie des curieux qui essaieront de voir le cadavre repêché.
À la 41e minute de ce qui sera son dernier film, son profil apparaît en ombre chinoise derrière une porte vitrée, ironiquement celle du bureau des « Certificats de naissances et de décès » (département des statistiques démographiques), démontrant ainsi l'humour noir dont le réalisateur savait faire preuve alors qu'il était à cette époque très affaibli par la maladie.

Films sans caméo[modifier | modifier le code]

Alfred Hitchcock n'a pas placé de caméo dans les films suivants :

Autre apparition[modifier | modifier le code]

Hitchcock a été chargé de composer un roman-photo pour soutenir l'effort de guerre ayant pour titre Have You Heard ? et sous-titre The Story of Wartime Rumors. Il paraît dans Life le 13 juillet 1942. Les photos ont été réalisées par Eliot Elisofon. Le metteur en scène y tient le rôle d'un barman[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hichcock se plaignait de manquer de figurants pour montrer les foules et ce serait la raison de ses premières présences dans ses films. Truffaut n'a pas répertorié ce caméo. Éditions GR Fabbri-Elme House : collection des films d'Alfred Hitchcock ; fascicule de « Agent secret » (paragraphe « Apparition d'Hitchcock » ; p. 14)
  2. a et b Saboteur : a closer look de Laurent Bouzereau, disponible sur le DVD de Cinquième Colonne.
  3. Apparition confirmée par le scénariste Arthur Laurents, cf. Laurent Bouzereau, "Rope" Unleashed, Universal Studios Home Video, 2000. Supplément du DVD La Corde, Universal Studios, coll. « La Collection Hitchcock », 2001. EAN 0-4407-82172-5, chap. 3
  4. selon la photographie de la scène supprimée et la légende de l'ouvrage de Paul Duncan : Alfred Hitchcock ; Taschen (2004) ; p. 132
  5. Paul Duncan : Alfred Hitchcock, architecte de l'angoisse (1889-1980) ; éditions Taschen (2004) ; p. 133

Liens externes[modifier | modifier le code]