Liste des évêques de Die

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Liste des évêques de Die

  • Martius (?) vers 220 ?
  • Higère (?)  ?
  • Léon (?)  ?
  • Servilius (?)  ?
  • Nicaise 325
  • Celse (?) v.356
  • Constantin(?) v.419
  • Projectus (?) v.440
  • Aubentius 439–450
  • Saint Pétrone 453-463[1]
  • Saint Marcel 463-510
  • Saeculatius 517-518
  • Lucretius 541-573
  • Paul Ier 585- ?
  • Maxime 614- ?
  • Desideratus 788- ?
  • Ulphin ou Vulphin v.840
  • Remigius 858-859
  • Aurelius 875- ?
  • Hemico 876-879
  • Achideus 957
  • Vulfade v.974
  • Conon 1037
  • Pierre Ier 1055-1056
  • Lancelin 1073- ?
  • Hugues de Die 1074-1082
  • Ponce 1084-1086
  • Saint Ismidon de Sassenage 1097-1115[2]
  • Pierre II 1116-1119
  • Étienne Ier 1121-1127
  • Bienheureux Ulric 1130-1142
  • Hugues II, 1142-1159
  • Pierre III 1163-1173
  • Bienheureux Bernard 1176
  • Humbert Ier 1199-1212
  • Saint Étienne de Châtillon, mort en 1208. Fêté le 7 septembre[3]
  • Humbert II 1208-1213[4]
  • Bienheureux Didier de Lans 1213-1223
  • Bertrand D`Étoile 1224-1234
  • Humbert III 1234-1245[5], resigné
  • Amédée Ier de Genève 1245-1276

L'évêché de Die est réuni avec celui de Valence de 1276[6] à 1687.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • LGE, tome XIV, p. 502
  • DHGE, article "DIE", p. 431-432
  • Annuaire historique pour l'année 1851, 1850, p. 136-138 : voir sur Gallica
  • TC = Comte de Mas Latrie, Trésor de chronologie, d'histoire et de géographie..., 1889, col. 1417, n° 62 : voir sur Gallica
  • Chanoine Jules Chevalier, Essai historique sur l'église et la ville de Die, tome 1, 1888.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Diocèse de Valence : Saints Pétrone et Marcel, évêques de Die
  2. Dicèse de Valence : Saint Ismidon, évêque de Die
  3. Nominis : Saînt Étienne de Châtillon
  4. J. Chevalier, Essai historique..., p. 278-282.
  5. J. Chevalier, Essai historique..., p. 320.
  6. J. Chevalier, Essai historique..., p. 409. On trouve souvent la date de 1275, qui désigne la décision par le pape de procéder à la réunion, laquelle ne devient effective qu'avec la mort d'Amédée de Genève.