Liste des évêques d'Oloron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Ancien diocèse d'Oloron.

Liste des évêques d'Oloron (dioecesis Oloronensis).

L'évêché d'Oloron, suffragant de l'archevêché d'Auch, paraît avoir été fondé à la fin du IVe siècle, par saint Grat, qui siégea au concile d'Agde en 506.

Le siège est supprimé en 1801. Le territoire du diocèse est rattaché à celui de Bayonne.

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Sans résidence fixe, les évêques suivants ont une existence plus douteuse:

Pour la suite, on ne connaît qu'un évêque du IXe siècle, et deux du Xe siècle:

Bas Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La liste redevient plus certaine au XIe siècle, le siège épiscopal ayant été rétabli dans la cathédrale Sainte-Marie à cette époque:

À l'époque du Grand Schisme, l'évêché fut disputé par plusieurs prélats[23] :

  • ceux de l'obédience de Rome furent:
    • vers 1396 : Ogier Vilesongnes[4],[24] (ou Orgerius ou Roger Villesangues[5])
    • vers 1404 : Pierre III de Montbrun[25], administrateur.
    • vers 1412-1417 : Pierre IV Salet[25], unique évêque en 1417.

L'unité est rétablie en 1417:

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nom donné par La Grande Encyclopédie, avec un point d'interrogation. Existence incertaine
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t Date(s) donnée(s) donné par La Grande Encyclopédie et le Trésor de Chronologie.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap, aq, ar, as, at, au, av, aw, ax, ay, az, ba et bb Date(s) donnée(s) donné par La Grande Encyclopédie.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w et x Forme nominale donnée par La Grande Encyclopédie.
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z et aa Forme nominale donnée par le Trésor de Chronologie.
  6. a, b, c, d, e et f Nom donné par le Trésor de Chronologie. Existence incertaine.
  7. a, b, c, d, e, f et g Nom donné par La Grande Encyclopédie. Existence incertaine.
  8. a, b et c Tructémonde, Artémond et Arcontius sont peut-être une seule personne.
  9. Le Trésor de Chronologie précise : qui in temporum angustia fere omnes Vasconiæ ecclesias regebat. Gombaud semble donc avoir été, sinon en titre, au moins en fait, évêque de Gascogne, selon cette source.
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap, aq, ar, as, at, au, av et aw Date(s) donnée(s) donné par le Trésor de Chronologie.
  11. "de Mauléon" est donné par La Grande Encyclopédie.
  12. "de Bénac" est donné par La Grande Encyclopédie.
  13. "d'Araux" est donné par La Grande Encyclopédie.
  14. Le Trésor de Chronologie indique en 1168, après l'épiscopat d'Arnaud II, un évêque dont l'initiale est P. Le prénom n'est pas précisé. La Grande Encyclopédie ne cite aucun évêque dont le nom commence par l'initiale P. à cette date.
  15. Le Trésor de Chronologie indique en 1231, après l'épiscopat de Bernard II, un évêque dont l'initiale est R. Le prénom n'est pas précisé. La Grande Encyclopédie ne cite aucun évêque dont le nom commence par l'initiale R. à cette date, mais indique vers 1225 Bernard III, puis en 1228 Guillaume Ier, non cités par le Trésor de Chronologie.
  16. "de Gavarret" est donné par La Grande Encyclopédie.
  17. Nom donné par La Grande Encyclopédie. À cette même date, le Trésor de Chronologie n'indique que l'initiale G., en proposant Géraud ou Guillaume (Guilielmus), avec des points d'interrogation.
  18. Nom donné par La Grande Encyclopédie. En 1256, le Trésor de Chronologie n'indique que l'initiale R., en proposant Roger ou Raymundus, avec des points d'interrogation.
  19. "de Monein" est donné par La Grande Encyclopédie.
  20. "d'En Julia" est donné par La Grande Encyclopédie.
  21. La Grande Encyclopédie donne Guillaume d'Assat comme le troisième évêque portant ce prénom. Elle ne donne pas en effet dans sa liste Guillaume III, vers 1308 (voir note 6,2). Par ailleurs, cette source indique que Guillaume d'Assat aurait siégé jusqu'en 1395. En effet, elle ne donne Ogier Vilesongnes que vers 1396, comme évêque de l'obédience de Rome.
  22. Ces dates sont données par le Trésor de Chronologie, et non par La Grande Encyclopédie. Voir la note précédente.
  23. La Grande Encyclopédie donne les évêques des deux obédiences, romaine et avignonaise, alors que le Trésor de Chronologie semble ne donner que la liste avignonaise.
  24. Placé à cette date comme évêque de l'obédience romaine par La Grande Encyclopédie, qui met cependant un point d'interrogation. N'est pas indiqué par cette source à une autre date dans la liste. Voir les notes 21 et 22.
  25. a, b, c, d, e et f Nom donné par La Grande Encyclopédie.
  26. Nom donné par La Grande Encyclopédie et par le Trésor de Chronologie, mais entre parenthèses par cette dernière source, qui donne aussi pour la même période Arnaud-Raymond d'Espagne. Voir note suivante.
  27. Arnaud-Raymond d'Espagne est donné par le Trésor de Chronologie comme siégeant de 1420 à 1446. Cette source ne donne pendant cette période ni l'épiscopat de Pierre IV Salet, ni celui de Guillaume-Arnaud II. En revanche, elle donne, concurremment avec l'épiscopat d'Arnaud-Raymond, ceux de Gérard II, André et Michel de Sedirac.
  28. Nom donné par le Trésor de Chronologie, qui émet cependant des réserves en mettant ce nom entre parenthèses. Cette source indique qu'il aurait été nommé par le pape Alexandre VI.
  29. Nom donné par le Trésor de Chronologie.
  30. "Le Roux" est donné par le Trésor de Chronologie, qui donne cependant aussi "Roussel".
  31. "Le Trésor de Chronologie donne "de Maytie de Mauléon". La Grande Encyclopédie ne donne que "de Maytie".
  32. "Le Trésor de Chronologie donne "de Villoutreix de La Faye". La Grande Encyclopédie ne donne que "de Villoutreix" ; il appartenait en fait à la famille "Villoutreix de Faye", apparentée aux Loménie, le nom "Faye" est issu du "château de Faye" sur la paroisse de Flavignac (Haute-Vienne).

Sources[modifier | modifier le code]

  • La Grande encyclopédie inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts - volume vingt-cinquième, page 358 - Paris (1885-1902).
  • Trésor de Chronologie, d’histoire et de géographie pour l'étude et l'emploi des documents du Moyen Age, par M. le comte de Mas-Latrie ; pages 1458 et 1459 - Paris - V. Palmé (1889) (consultable sur http://gallica.bnf.fr)
  • L'Annuaire pontifical, sur cette page