Liste d'équipements de guerre électronique de la Seconde Guerre mondiale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un Lancaster lâchant des paillettes (windows) qui forment un genre de nuage blanc en forme de croissant à l'arrière de l'appareil

La Seconde Guerre mondiale est le premier conflit dans l'Histoire où les équipements électroniques ont été massivement développés et utilisés pendant les combats.

Cet article liste les équipements concernés, leurs noms de code, ainsi que les tactiques dérivées utilisées entre 1939 et 1945.

Radar allemand Würzburg, cible des windows.

Équipements[modifier | modifier le code]

Nota : Les équipements listés sont classés par ordre alphabétique.

Concernant la guerre aérienne[modifier | modifier le code]

Guerre aérienne, côté des Alliés[modifier | modifier le code]

Brouilleurs alliés
Nom de code Référence Nationalité Apparition Fabricant Commentaire
Airborne Cigar (A.B.C.) ARI 5558 britannique mai 1944 nc Brouilleur radar transporté par les Lancasters du No. 101 Sqn. Cet équipement, manœuvré par un huitième homme, saturait les radars Lichtenstein des chasseurs de nuits allemands[1].
Aspirin --- britannique novembre 1940 nc Brouilleur britannique du système Knickebein[1]
Benjamin --- britannique mai 1941 nc Brouilleur britannique du système de navigation Y-Gerät- voir aussi Domino[1]
Briar --- britannique nc nc Brouilleur au sol visant Egon[1]
Bromide --- britannique novembre 1940 nc Brouilleur britannique du X–Gerät[1]
Carpet ARI 5549 britannique nc nc Famille de brouilleurs embarqués visant les radars Würzburg[1].
Carpet AN/APQ9 et AN/APR4 américain nc nc Version US de la famille de brouilleurs embarqués visant les radars Würzburg[1].
Cigar --- britannique nc nc Brouilleur radar au sol, version terrestre de "Airborne Cigar"; utilise simultanément 15 émetteurs en Angleterre pour brouiller toute la bande des fréquences utilisées par le contrôle de la chasse de nuit allemande[1]
Domino --- britannique février 1941 nc Brouilleur britannique de Y-Gerät - voir aussi Benjamin[1]
Carpet APT-3 britannique nc nc Groupe 100 (RAF) - escadron de brouillage radio (morse)[1]
(Ground) Grocer --- britannique nc nc Version terrestre de la version aérienne Grocer[1]
Jostle ARI 5289 britannique nc nc Brouilleur embarqué d'une puissance de 2,5 kW. Il était installé dans les soutes à bombes scellées des forteresses volantes du Groupe 100 (RAF)[1]
Moonshine --- britannique avril 1942 nc Brouilleur agissant en dupliquant l'écho reçu par le radar allemand[2],[1]
Mandrel APT-2 britannique novembre 1942 avril 1943 Groupe 100 (RAF) famille de brouilleurs saturant les radars Freya et Würzburg[1]
Meacon --- britannique août 1940 nc "Masking BEACON" - Stations de brouillage britannique fonctionnant sur de grandes longueurs d'onde pour brouiller Knickebein[1].
Piperack ARI 5699 britannique nc nc Brouilleur embarqué permettant à l'avion porteur d'établir derrière lui une zone conique brouillée pour protéger les appareils suivants des radars allemands. Mis en œuvre par le Groupe 100 (RAF)[1].
Pip-squeak --- britannique 1940 nc Emetteur IFF montée sur les chasseurs pendant la bataille d'Angleterre. Sur demande du contrôle au sol, le pilote émet, sur une fréquence propre à chaque squadron, un son modulé. Par triangulation, le contrôle au sol peut alors déterminer la position de l'appareil et l'identifier parmi d'autres échos[1].
Windows --- britannique 1943 nc Bandelettes d'aluminium dispersées par avion et brouillant les radars allemands par création d'une multitude d'échos. Taille initiale de 30cm sur 15mm, variant selon les types de radars à brouiller[1]
Radars, balises et détecteurs alliés
Nom de code Référence Nationalité Apparition Fabricant Commentaire
BABS --- britannique nc nc (Beam Approach Beacon System) - Système de guidage pour l'atterrissage aux instruments utilisant Rebecca[1]
Boozer ARI R1618 britannique 1943 nc Système radar d'alerte précoce contre Würzburg et Liechtenstein, embarqué sur les bombardiers[1]
Darky --- britannique nc nc Système de secours de la RAF. Si les autres systèmes étaient inopérant (en panne ou détruit), un pilote pouvait, en utilisant sa radio sur 6,440 MHz, retourner à sa base[3].
Eureka AN/PPN-1 britannique 1940 nc Radiophare portatif - transmetteur terrestre - voir aussi Rebecca[1]. AN/PPN-1 est la version US.
Fishpond --- britannique nc nc Détecteur de radar de chasseur, ajouté au H2S, sur certains bombardiers au début 1944[1]
G-H "Discus" --- britannique nc nc Système de navigation par radio utilisé pour le bombardement sans visibilité. En particulier les sites de lancement V1 et V2[1].
Gee --- britannique août 1941 nc Système de navigation par radio ancêtre du système LORAN
H.F. D/F --- britannique nc nc (High Frequency Direction Finding) [note 1] – donne une position fixe par radio pour la RAF jusqu'à 160 kilomètres des transmetteurs basés en Grande-Bretagne. Le système était basé sur des communications vocales, et était utilisé par les avions pour retrouver leurs bases. Le développement de cette fonction primaire a cessé mais il est resté en service jusqu'à la fin de la guerre en tant que système de secours et comme système de communications entre les appareils et leur base[4].
LORAN --- américain nc nc Système d'aide à la navigation à grande distance: utilise deux émetteurs; fonctionne surtout au-dessus de la mer.
Lucero --- britannique nc nc Système de guidage retour embarqué par certains Mosquito pour faire face au Kettenhund allemand (Brouilleur de balise Eureka) [1]
Équipement Z --- britannique nc nc Système de lampes infrarouges permettant aux avions alliés d'être reconnu par le système de tir automatique Village Inn (en) montés sur les bombardiers
Monica ARI 5664 britannique juin 1943 nc Radar de queue pour bombardier, permettant de détecter un chasseur de nuit allemand en approche par l'arrière[1].
--- AN/APS13 américain nc nc Version américaine du radar Monica britannique[1].
Perfectos --- britannique 1944 nc Trompeur embarqué pour déclencher le transpondeur IFF du chasseur de nuit allemand et se servir de son signal pour le joindre et l'abattre[1],[5]
Rayon Jay --- britannique nc nc A été présenté en partie comme une tromperie pour aider à confondre les Allemands sur l'utilisation du GEE. Il était néanmoins utilisé comme une balise pour le retour à la base. Un certain nombre d'émetteurs, de Lossiemouth à * * Manston dans le Kent émettaient chacun un faisceau relativement étroit sur des fréquences légèrement différentes à travers la Mer du Nord. Des récepteurs, adaptés sur tous les bombardiers britanniques, pourraient recevoir ce signal à 350 milles de distance à 10 000 pieds. Une fois qu'un bombardier avait trouvé un rayon, il pourrait voler en bas en direction de la Grande-Bretagne. À la fin de 1943, tous les émetteurs sauf deux ont été stoppés. Les deux derniers ont été éteints vers la fin de 1944 parce qu'ils ont été remplacés par le GEE et parce que leur utilisation pour tromper les Allemands était devenue superflue[6].
Oboe --- britannique nc nc Systèmes de guidage; principalement utilisé pour guider les marqueurs (Pathfinders) de cible à bombarder. Il utilise deux émetteurs, dénommés "Chat" et "Souris", et localisés loin l'un de l'autre en Angleterre (l'un à Douvres, l'autre à Cromer). Le marqueur suit l'une des émissions ("Chat"), le croisement avec l'autre ("Souris") indique le survol de la cible[1].
Rebecca AN/APN2 britannique 1940 nc Transpondeur embarqué permettant à l'avion d'interroger une balise Eureka pour obtenir un cap et/ou une distance. AN/APN2 est la version US.
Serrate --- britannique nc nc Détecteur d'émission du radar allemand aéroporté Lichtenstein. Il permettait à des chasseurs britanniques de piéger un chasseur de nuit allemand pensant attaquer un bombardier isolé[1].
SCR-270 américain octobre 1940 nc Radar de veille aérienne. C'est un radar de ce type qui détecte, sans résultat, l'approche des avions japonais de Pearl Harbor, le 7 décembre 1941. SCR-271 est la version fixe[1].
--- SCR-584 américain 1944 nc Radar terrestre de conduite de tir de DCA. Un radar, associé à un calculateur M-9 Gun Predictor, dirige une batterie de 4 canons de 90mm. Utilisé en Sicile, à Anzio et dans le Pacifique.
SM --- américain octobre 1943[note 2] General Electric Version navale du SCR-584 américain; d'un poids de 8,2 tonnes, il est installé uniquement sur les grosses unités telles les porte-avions. Une version plus légère "SP", apparaîtra fin 1944.
SON-4 --- soviétique 1944 nc Copie soviétique du SCR-584 américain (celui-ci ayant été fourni au titre du Prêt-Bail)[7].
T3G Device --- américain janvier 1943 nc Fusée de proximité pour DCA. Nombreuses dénominations selon les canons; par exemple, "Mk 53" est le nom de la fusée pour les projectiles de 127 mm de l'US Navy.
Village Inn AGLT britannique 1944 nc Tourelle arrière de bombardier à tir automatique contrôlé par radar.
Radars embarqués alliés
Nom de code Référence Nationalité Apparition Fabricant Commentaire
H2S --- britannique nc nc Radar britannique de cartographie terrestre destiné à localiser les cibles de nuit ou au travers des nuages[1]
H2X AN/APQ13, AN/APS15 américain novembre 1943 nc Version américaine du H2S britannique
ASH AI Mk XV britannique nc nc Radar air-air centimétrique dérivé du radar ASV III opérant sur une longueur d'onde de 3 cm à la fréquence de 10 GHz. Utilisé par le Groupe 100 (RAF) (Mosquitos)[1]
--- AN/APS4 américain nc nc Radar américain de cartographie terrestre, développement du H2S britannique[1]

Guerre aérienne, côté des Forces de l'Axe[modifier | modifier le code]

Brouilleurs
Nom de code Référence Nationalité Apparition Fabricant Commentaire
Düppel --- allemand nc nc Nom allemand donné aux contre mesures anti radar alliées appelées chaff par les États-Unis et Windows par l'Angleterre. Testé en 1941 mais non utilisé sur ordre de Göring jusqu'en janvier 1944.
Feuerhilfe --- allemand nc nc Brouilleur contre Gee[1].
Feuerzauber --- allemand nc nc (anti-Bumerang[note 3] B) - Brouilleur contre Oboe II[1].
Feuerzange 1 & 2 --- allemand nc nc Brouilleur contre Gee. Capable de brouiller plusieurs fréquences en même temps.
giman-shi --- japonaise mai 1943 nc Version japonaise des windows. Noter que son utilisation précède d'un mois, lors d'un raid sur Guadalcanal, le raid anglais sur Hambourg qui voit la première utilisation sur le théâtre européen.
Heinrich 1 & 2 --- allemand nc nc Brouilleurs au sol destiné au système Gee britannique[2],[1]
Karl --- allemand nc nc (anti-Bumerang A) - Brouilleur contre Oboe I. Utilisé aussi contre G-H.
Kettenhund --- allemand nc nc Brouilleur allemand de balises Eureka
Olga (1 & 2) --- allemand 1940 GEMA (1), Blaupunkt (2) Brouilleur du Chain Home britannique
Radars, balises et détecteurs
Nom de code Référence Rationalité Apparition Fabricant Commentaire
Ansbach --- allemand nc nc Radar allemand dérivé du Würzburg.
Breslau I & II S604/2 allemand nc nc 5 stations pour brouiller la Chain Home britannique
Caruso --- allemand fin 1940 nc Brouilleurs allemand pour les communications entre chasseurs et contrôle au sol anglais. Arrive trop tard en 1940 pour être efficace.
Egerlund --- allemand nc nc Radar de tir basé sur le couplage d'un Marbach et d'un Kulmbach (2 en service en 1945).
Egon --- allemand 1943 nc Système de guidage de bombardiers, assez similaire au système Oboe des anglais, et utilisant 2 radars Freya. Testé sur le Front de l'Est mais non généralisé[1].
Flensburg FuG 227 allemand nc Siemens Détecteur allemand de radar britannique Monica
Freya FuMG 80 allemand 1938 GEMA Radar terrestre allemand de veille aérienne[8],[1].
Deux radars Freya de la ligne Kammhuber à Auderville, en France.
Garmish-Partenkirchen --- allemand février 1942 nc Trompeur allemand; 5 stations sont déployées durant l'opération Donnerkeil (juillet 1940); le but est de générer des échos simulant plusieurs avions pour la Chain Home britannique.
Jagdschloss --- allemand automne 1943 GEMA, Siemens, Lorenz Radar allemand de veille lointaine et de surveillance des combats[8],[1]..
Kehl --- allemand nc nc Série d'équipement allemand radio contrôlé embarqué, utilisé pour le guidage aérien des Henschel Hs 293 A et des Fritz X
Knickebein FuG28 allemand nc nc Aide à la navigation allemand (fonctionne avec deux faisceaux), utilisé au début de 1940; sert pour le bombardement de Coventry.
Kulmbach --- allemand nc nc Radar terrestre de désignation d'objectif aérien, basé sur Marbach.
Lorenz (navigation) --- allemand nc Lorenz Système allemand d'aide à l'atterrissage par faible visibilité
Mammut FuMG 41/42 allemand 1945 Telefunken et Experimental Signals Kommando Radar allemand à longue portée, composé de 6-8 réflecteurs Freya (30 m de large pour 10 m de haut)[1]
FuMG 41 Mammut.
.
Mannheim --- allemand 1943 nc Radar allemand dérivé du Würzburg, utilisé pour diriger la Flak et les projecteurs[8].
Marbach --- allemand 1945 nc Radar de veille aérienne, centimètrique[1].
Naxburg --- allemand septembre 1943 nc Système de brouillage de Oboe (I et II) utilisant le couplage de Naxos et Würzburg. Inefficace sur Oboe III[1].
Naxos Z FuG 350 allemand nc Telefunken Détecteur de radars centimètriques. Monté sur des chasseurs de nuit[1].
Neptun FuG 218 allemand 1944 FFO[note 4] et Siemens Radar de chasseur de nuit[1].
Roderich --- allemand automne 1943 Siemens Brouilleur contre H2S[1].
Ta Chi-6[note 5] --- japonais nc nc Radar terrestre d'alerte aérienne précoce de l'armée de terre japonaise. Pour les radars navals, on aura "Ta Se" et "Ta Ki" pour les radars aériens embarqués.
Ta Chi-24 --- japonais nc nc Version japonaise (armée de terre) du Würzburg allemand
Wassermann FuMG 402 allemand 1942 Siemens Radar allemand utilisé pour déterminer l'altitude des cibles, avec une antenne de 36 à 60 mètres de haut[1].
Würzburg FuG 202 allemand 1940 Telefunken Radar allemand pour guider les chasseurs de nuit[1]
Würzburg-Riese FuMG65 allemand 1941 Telefunken Amélioration du précédent avec une parabole passant à 7,5 mètres de diamètre.
X-Gerät --- allemand nc nc Système allemand de faisceaux de guidage pour les bombardiers, également connu sous la dénomination de Wotan I
Y-Gerät --- allemand mi-1943 nc Système allemand de faisceaux de guidage pour les bombardiers, également connu sous la dénomination de Wotan II
Radars aériens embarqués de l'Axe
Nom de code Référence Nationalité Apparition Fabricant Commentaire
Berlin FuG[note 6] 240 allemand avril 1945 Telefunken Radar allemand embarqué sur chasseur de nuit, radar centrimétique (micro-ondes) (9 cm/30 Ghz). Inspiré du H2S britannique[1].
Bremenanlage FuG 244/245 allemand nc nc Radar allemand de veille aéroporté
Hohentwiel FuG 200 allemand décembre 1942 nc Radar embarqué allemand, basé sur l'UHF, optimisé pour les applications maritimes (anti navires).
Lichtenstein FuG 202/212/220 allemand nc Telefunken Radar de chasseurs de nuit, basé sur les UHF (pour les versions B/C and C-1), et plus tard sur les VHF (pour la version SN-2), mis en service en 1941/1942[1].
Antennes d'un radar Lichtenstein sur le nez d'un appareil allemand

Concernant la guerre navale[modifier | modifier le code]

Guerre navale, côté des Alliés[modifier | modifier le code]

Équipement de guerre navale des alliés
Nom de code référence nationalité Apparition Fabricant commentaire
AN/APQ-5 américain août 1943 nc variante américaine du H2X, optimisée pour l'attaque de nuit à basse altitude de navires. Mis en service dans le Pacifique en août 1943.
ASDIC --- britannique nc nc Premier sonar britannique utilisé pour la détection et la chasse des Uboots
ASV II --- britannique nc nc (Air to Surface Vessel radar, version 2). Radar air-mer opérant à une longueur d'onde de 1,5 m, qui pouvait détecter un sous-marin en surface jusqu'à 58 kilomètres.
ASV III --- britannique nc nc (Air to Surface Vessel radar, version 3). Radar air-mer opérant sur une longueur d'onde centimétrique, similaire au H2S utilisé par la RAF.
Huff-Duff --- britannique nc nc système radiogoniométrique haute fréquence, utilisé par les marines alliées pour localiser les émissions radio de U-boots.
Type 79Y et 79Z --- britannique nc nc radar de veille aérienne pour navires (1939); Détecte des avions à 100 km. 40 appareils livrés à la Royal Navy en décembre 1939.
Type 271 --- britannique nc nc
Radar centimétrique, type 271, encore visible sur une frégate type River pakistanaise, en 1951.

Radar centimètrique largement installé sur les escorteurs alliés, en particulier ceux livrant la bataille de l'Atlantique. Permettait de détecter la petite silhouette d'un U-boot voire son seul périscope.
Type 281 --- britannique nc nc radar de veille aérienne et de surface. Remplace les types 79; détecte un avion à 110 km, un navire à 20 km. En service jusqu'à la fin de la guerre.
Type 284 --- britannique nc nc radar de conduite de tir. En service jusqu'à la fin de la guerre; détecte un avion à 130 km, un navire à 27 km. C'est ce type de radar qui permet à HMS Suffolk de détecter le Bismarck, le 21 mai 1941.
Type 286 --- britannique 1941 nc radar de veille surface. Équipe les escorteurs en 1941. Permet de détecter les U-boote en surface mais pas un simple périscope. Responsable de la destruction des U-100 de Schepke et U-99 de Kretschmer.

Guerre navale, côté des Forces de l'Axe[modifier | modifier le code]

Équipement de guerre navale de l'Axe
Nom de code référence nationalité Apparition Fabricant commentaire
Gufo EC3 (bis et ter) italiens 1941-1943 --- radars de veille surface installés sur des navires italiens, comme le Littorio après la bataille du cap Matapan.
Metox R600A puis R203 allemand nc Metox-Grandin Détecteur aérien pour navires de ligne. Fabriqué par des firmes françaises (1 100 exemplaires).
Metox FuMB1 allemand septembre 1942 Metox-Grandin Détecteur passif installé sur les U-boote qui donnait l'alerte en cas d'approche d'avion. Structure en bois, surnommée "Biskayakreuz" par les marins, avec un câble passant par l'écoutille du kiosque; provoquait un bourdonnement dans les écouteurs de l'opérateur radio. L'engin devait alors être démonté pour que le U-boot puisse plonger[9].
Naxos U --- allemand nc Telefunken Détecteur d'émission radar centimétrique. Successeur du Metox. Pour U-boote.
Berlin U1 FuMB 7 allemand 1945 nc Radar panoramique pour U-boot, placé sur le kiosque.
Berlin U2 --- allemand 1945 nc Radar panoramique pour U-boot, placé sur le périscope; capable de détecter un escorteur à 20 km tout en restant en plongée.
Mk I Model 1-3[note 7] --- japonais 1942-1943 nc Radars de veille, placés à terre[10].
Mk II Model 1-2[note 8] --- japonais 1942 nc Radars de veille surface, embarqués[10].
Mk IV Model 1-2 --- japonais 1943-1944 nc Radars de veille aérienne, utilisés pour la DCA et les projecteurs[10].
Renner --- allemand nc nc Radar côtier. Capable de détecter un destroyer à 70 km.
Seetakt --- allemand 1938 nc Radar pour navires de ligne (1938). Équipait, entre autres, le Graf Spee. Servait pour la détection et la conduite de tir[8]. Sur les deux centaines construites, un bon nombre d'exemplaires furent installés pour la défense côtière.
Wespe FuMe1 allemand 1942 nc IFF pour que le navire soir reconnu de Seetakt.

Concernant la guerre terrestre[modifier | modifier le code]

Côté des Alliés[modifier | modifier le code]

Équipements électronique de guerre terrestre des Alliés
Nom de code référence nationalité Apparition Fabricant commentaire
Jackal ART-3 américain 1944 nc Brouilleur aéro-transporté pour brouiller les communications radio des blindés allemands[11].
--- SCR-584 américain 1944 nc radar terrestre de conduite de tir, de calcul de trajectoires pour contre-batterie, voire de détection de véhicules ennemis.

Côté des Forces de l'Axe[modifier | modifier le code]

Équipements électronique de guerre terrestre de l'Axe
Nom de code référence nationalité Apparition Fabricant commentaire
Sperber --- allemand automne 1944 nc dispositif de vision nocturne, infrarouge, équipant des blindés allemands.
Uhu --- allemand 1945 nc Projecteur infrarouge monté sur des autos chenilles Sd.Kfz 251/20 d'observation et de commandement. Ceux-ci devaient servir à renseigner les Panzer V équipés de Sperber[12].
Würzburg --- allemand 1943 Telefunken Radar allemand qui a été le premier système de radar au sol pour le guidage d'artillerie (Flak). En 1942, lors de l'opération Biting, à Bruneval, un commando britannique capture un radar Würzburg et l'emmène en Angleterre.
Radar Würzburg D sur les côtes françaises (vers 1943)
ZG-1229 Vampir --- allemand 1945 nc dispositif de vision nocturne infrarouge pour arme d'infanterie StG 44. N'est produit qu'en tout petit nombre[13].

Liaisons entre équipements cités[modifier | modifier le code]

Radar Würzburg brouillé par des windows. Le brouillage se manifeste sur la partie gauche de l'écran. Sur la partie droite, non brouillée, apparaît une cible (située à l'équivalent de 3h sur un cadran horaire).

Ce paragraphe regroupe les équipements créés avec ceux qui ont été développés par la suite à titre de contre-mesures.

1 Balise anglaise[modifier | modifier le code]

2 Brouillage de radar allemand[modifier | modifier le code]

3 Brouillage de radar embarqué[modifier | modifier le code]

    • Cigar Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (et A.B.C, sa version aéroportée), Brouilleur
    • Grocer Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (Brouilleur, aéroporté ou terrestre)
    • Serrate Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (détecteur aéroporté du Lichtenstein monté sur les chasseurs de nuit britanniques)

4 Brouillage de système de navigation[modifier | modifier le code]

5 Brouillage de radar embarqué allié[modifier | modifier le code]

      • Fishpond Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (complément de H2S, pour détecter les chasseurs de nuit allemands dans le voisinage du bombardier)
    • Naxos ZR Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand détecteur de H2S défensif pour chasseurs de nuit

6 Détecter un détecteur[modifier | modifier le code]

  • ARI5664 Monica Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (radar porté par des bombardiers)
    • FuG 227 Flensburg Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand (détecteur du radar Monica, monté sur les chasseurs de nuit)

7 Brouillage d'une aide au bombardement (1)[modifier | modifier le code]

8 Brouillage d'une aide au bombardement (2)[modifier | modifier le code]

Tactiques[modifier | modifier le code]

Ce paragraphe présente les modalités de mise en œuvre des équipements et des contre-mesures associées.

Alerte[modifier | modifier le code]

Carte d’une partie de la ligne Kammhuber, et de la position des intercepteurs nocturnes, volée par un agent belge pour le compte des Britannique en 1942.
  • Himmelbett – "Baldaquin", système allemand de contrôle des chasseurs de nuit, élément de la ligne Kammhuber. Ne peut guider qu'un seul chasseur à la fois.

Brouillage[modifier | modifier le code]

  • Naxos Z couplé avec Würzburg - Cette combinaison permettait de recevoir à longue distance les émissions Oboe.
  • Naxburg - évolution du précédent. Permet de détecter les émissions Oboe mais aussi de le parasiter en envoyant de faux signaux; la station en Grande-Bretagne recevant alors plusieurs échos pour chaque signal envoyé[15]
  • Stördorf Feldberg - Regroupement de brouilleurs pour contrer les Gee et G-H (août 1944). Utilise les brouilleurs Heinrich, Feuerhilfe, Feuerzange.
  • Tinsel - Regroupement de brouilleurs au sol et de brouilleurs embarqués (Airborne Cigar) pour bloquer les transmissions phoniques entre les chasseurs de nuit allemands et leur contrôle au sol. Le brouillage consiste à noyer les fréquences de transmission repérées par le bruit de l'un des moteurs de l'avion. Efficacité reconnue.
  • "Taxable" et "Glimmer" - Opérations de couverture du débarquement en Normandie. Des bombardiers lâchant des windows et des vedettes remorquant des ballons simulent une force d'invasion avançant à 7 nœuds vers le pas de Calais. L'efficacité est reconnue quand des batteries côtières allemandes ouvrent le feu contre cette « force d'invasion ».

Interception aérienne[modifier | modifier le code]

  • Corona - opération britannique ayant pour but de détecter les fréquences radio utilisées pour les communications entre chasseurs de nuit allemands et leur contrôle au sol et de les polluer avec de faux ordres donnés par des opérateurs alliés parlant allemand. Cette opération commence en octobre 1943 lors d'un raid sur Cassel. Les Allemands chercheront alors à utiliser des contrôleurs féminins, promptement imités par les Anglais. Dans un second temps, les Anglais jugeront plus efficace de rediffuser en même temps plusieurs communications allemandes enregistrées.
  • Mahmoud – Guet-apens pour chasseur de nuit allemand, basé sur l'utilisation de Serrate et Monica.
  • Tame Sau ("Truie") – tactique pour les chasseurs de nuit allemands, utilisant des radio-balises pour les rassembler avant de les diriger en masse contre les bombardiers britanniques.
  • Wilde Sau ("Laie") – tactique pour les chasseurs de nuit allemands, pour des attaques individuelles contre les bombardiers britanniques.

Saturation[modifier | modifier le code]

  • Bomber stream – Tactique de saturation des défenses allemandes, en concentrant sur quelques « baldaquins » (cellules de la ligne Kammhuber) le flot des bombardiers.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.)

  • Ouvrages en français
  • Réginald V. Jones, La Guerre ultra-secrète (1939-1945), un savant britannique face à Hitler, 1978, Londres, Hamish Hamilton Ltd, traduction française 1980, Plon, (ISBN 2-259-00535-7) Note : Le professeur Jones était à la tête de la section scientifique du Renseignement de la RAF. Sur le sujet, cet ouvrage est incontournable.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Ouvrages en anglais
  • (en) Alfred Price, Instruments of darkness, the history of electronic warfare, 1939-1945, 1967, Londres, William Kimber & Co, éditions révisées en 1977 et 2005, Greenhill Books, (ISBN 1-85367-616-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Louis Brown, Technical and Military Imperatives, a radar history of World War II, 1999, New York, Taylor & Francis, (ISBN 978-0-7503-0659-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Ian White, The history of air intercept radar & british nightfighter 1935-1959, 2007, Pen & Sword Books Ltd, (ISBN 978-1844-15532-3)
  • (en) Martin Streetly, Confound & Destroy, 100 Group and the Bomber Support Campaign, 1978, réimprimé 1985, Jane's Publishing Company Ltd, (ISBN 978-0-7106-0356-2) Note : Voir, en particulier, l'annexe 1 qui liste, pages 153-200, avec de nombreuses illustrations[note 10], les équipements électroniques utilisés par le Groupe 100 et les Allemands. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Martin B. Bowman & Tom Cushing, "Confounding the Reich, the RAF's secret war of electronic countermeasures in WWII", 2004, Pen & Sword Books Ltd, (ISBN 978-1-84415-124-0)
  • Périodiques


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce système britannique est à distinguer du plus connu Huff-Duff utilisé par la marine.
  2. Il faut ainsi noter que l'US Navy déploiera ce type de radar plus vite que l'Armée de terre US.
  3. "Bumerang" est le nom de code attribué par les allemands au Oboe britannique.
  4. FFO : Flugfunk Forschungsanstalt.
  5. "Ta Chi" peut être traduit comme "Ta : Institut militaire Tama" (Structure de l'armée impériale japonaise, armée de terre, chargée des travaux techniques en ce domaine) et "basé à terre" (Chi renvoyant à l'idéogramme japonais pour "Terre"), modèle no 6.
  6. Acronyme pour Funk geraät, appareil de transmission radio de la Luftwaffe.
  7. La classification japonaise pour les radars est particulière. Mk I désigne les radars à terre; Mk II, ceux embarqués sur un navire; Mk IV, les radars de conduite de tir et Mk VI les radars embarqués sur des avions. Pour compliquer le tout, l'armée de terre et la marine s'ignorent l'un l'autre et développent chacun leurs radars avec des dénominations parfois semblables. Ceux-ci sont des modèles de l'armée de terre.
  8. Cette famille de radars concerne la marine impériale japonaise.
  9. Cette appellation est celle donnée par les Alliés au dispositif mis en place par le général Josef Kammhuber.
  10. Nombreuses illustrations, certes, mais de qualité, malheureusement, variable.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap, aq, ar, as, at, au, av et aw M. Streetly, op. cit., appendix 1, pages 151-200.
  2. a et b Price, op. cit., page 267.
  3. Harris, Appendix A. p. 64
  4. Harris Appendix A p. 63
  5. Price, op. cit., page 229.
  6. Harris Appendix A p. 65
  7. L. Brown, op. cit., page 265.
  8. a, b, c et d A. Price, Instruments of darkness, pages 259-260.
  9. Alfred Price, Aircraft versus submarine, in two world wars, 1973, Londres, William Kimber Ltd, réédité 2004, Pen & Sword Books Ltd, page 88.
  10. a, b et c A. Price, Instruments of darkness, pages 261-263
  11. A. Price, Instruments of darkness, page 265.
  12. Bataille & Blindés no 31, juin-juillet 2009, pages 29-30.
  13. Bataille & Blindés no 31, juin-juillet 2009, page 36.
  14. R.V. Jones, op. cit., chapitre 29, pages 254-268.
  15. Voir [1] qui donne un extrait (traduit en anglais) de Bumerang, Ein Beitrag zum Hochfrequenzkrieg, A. Dahl, 1973, Munich, J.F. Verlag.