Lipocaline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les lipocalines sont une famille de protéines qui servent au transport de petites molécules hydrophobes telles que les stéroïdes, les sels biliaires, les rétinoïdes et les lipides. Elles partagent des régions de séquences homologues et une architecture tertiaire commune[1],[2],[3],[4],[5]. Il s'agit de huit feuillets beta antiparallèles en forme de tonneau ouvert avec dans son creux un site de liaison au ligand[4],[3]

Ces protéines se trouvent dans les bactéries gram négatif, les cellules de vertébrés, d'invertébrés et de végétaux. Les lipocalines ont été associées à de nombreux processus biologiques, comme la réponse immunitaire, le transport de phéromones, la synthèse des prostaglandines, les fixations de rétinoïdes et les interactions entre cellules cancéreuses.

Rôles[modifier | modifier le code]

Réponse immunitaire[modifier | modifier le code]

Les lipocalines sont impliquées dans les processus inflammatoires et de désintoxication provoqués par l'activation du système immunitaire chez les mammifères. Elles sont des allergènes respiratoires connus des souris, chats, chiens, chevaux et autres animaux. Des exemples de lipocalines impliquées dans la réponse du système immunitaire sont l'alpha-1-microglobuline, l'alpha-1-glycoprotéine acide et le c8gamma. Les informations structurales du système immunitaire qui interfèrent avec les lipocalines sont assez bien connues alors que leur rôle exact dans les systèmes biologiques est encore peu clair. Les allergies humaines aux lipocalines n'ont pas été étudiées de façon approfondie.

Transport de phéromones[modifier | modifier le code]

La famille des lipocaline est liée au transport des phéromones chez les mammifères comme le montre facilement l'observation des interactions protéine-phéromone. Les lipocalins sont des protéines de relativement petite taille et sont donc moins compliquées à étudier que les grandes et encombrantes protéines. Elles peuvent également se lier à différents ligands à différentes fins biologiques. Les lipocalins sont des protéines de transport de phéromones importantes dans le mucus nasal des rongeurs. Les protéines urinaires majeures, une sous-famille de lipocalines, se retrouvent dans l'urine des rats et des souris et peuvent elles-mêmes agir en tant que phéromones protéiques[6].

Synthèse des prostaglandines[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Prostaglandine.

Cette famille de protéines joue un rôle dans la partie terminale de la synthèse biologique des prostaglandines.

Modulation de la motilité cellulaire[modifier | modifier le code]

NFAT3 (NFATc4)bloque l'expression de LCN2 pour inhiber la migration et l'invasion des carcinomes mammaires [7] et NFAT1 augmente l'expression de LCN2 qui en modulant l'axe TWEAKR/TWEAK va favoriser la motilité des carcinomes mammaires[8]. Comme NFAT1, pour augmenter la motilité des carcinomes mammaires NFAT5 augmente l'expression du gène de LCN2 [9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) S Pervaiz, K Brew, « Homology and structure-function correlations between alpha 1-acid glycoprotein and serum retinol-binding protein and its relatives », FASEB J., vol. 1, no 3,‎ 1987, p. 209–214 (lien PubMed?)
  2. (en) A Nagata, M Igarashi, H Toh, Y Urade, O Hayaishi, « Structural organization of the gene for prostaglandin D synthase in the rat brain », Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A., vol. 89, no 12,‎ 1992, p. 5376–5380 (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI?)
  3. a et b (en) SW Cowan, TA Jones, ME Newcomer, « Crystallographic refinement of human serum retinol binding protein at 2A resolution », Proteins, vol. 8, no 1,‎ 1990, p. 44–61 (liens PubMed? et DOI?)
  4. a et b (en) DR Flower, TK Attwood, AC North, « Structure and sequence relationships in the lipocalins and related proteins », Protein Sci., vol. 2, no 5,‎ 1993, p. 753–761 (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI?)
  5. (en) J Godovac-Zimmermann, « The structural motif of beta-lactoglobulin and retinol-binding protein: a basic framework for binding and transport of small hydrophobic molecules? », Trends Biochem. Sci., vol. 13, no 2,‎ 1988, p. 64–66 (liens PubMed? et DOI?)
  6. (en) P Chamero, TF Marton, QW Logan, et al., « Identification of protein pheromones that promote aggressive behaviour », Nature, vol. 450, no 7171,‎ décembre 2007, p. 899–902 (liens PubMed? et DOI?)
  7. (en) M Fougère, « NFAT3 transcription factor inhibits breast cancer cell motility by targeting the Lipocalin 2 gene. », Oncogene, vol. 29, no 15,‎ 2010 Apr 15, p. 2292–301 (liens PubMed? et DOI?)
  8. (en) B Gaudineau, « Lipocalin 2 (LCN2), the TNF-like receptor TWEAKR and its ligand TWEAK act downstream of NFAT1 to regulate breast cancer cell invasion. », J Cell Science, vol. Epub ahead of print,‎ 2012 Jul 5 (lien PubMed?)
  9. (en) M Germann, S, « Dual role of the ddx5/ddx17 RNA helicases in the control of the pro-migratory NFAT5 transcription factor. », Oncogene, vol. Epub ahead of print,‎ 2012 Jan 23 (lien PubMed?)

autres liens[modifier | modifier le code]

http://www.jauliaclab.com/