Lionel de Tastes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lionel de Tastes
Lionel de Tastes en 1933
Lionel de Tastes en 1933
Fonctions
Parlementaire français
Député 1928-1936
Gouvernement Troisième République
Groupe politique RDG (1928-1932)
CR (1932-1936)
Biographie
Date de naissance 23 octobre 1881
Date de décès 10 juillet 1951
Résidence Quartier de Javel

Lionel, marquis de Tastes, né le 23 octobre 1881 à Orléans (Loiret) et mort le 10 juillet 1951 à Beaulieu-sur-Mer (Alpes-Maritimes), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après ses études de droit à la Faculté de droit de Paris, Lionel de Tastes devient avocat puis combat pendant la Première Guerre mondiale. Il entre ensuite en politique en devenant, sous les couleurs de l'Alliance démocratique, conseiller municipal de Paris, puis député de Javel lors des élections législatives de 1928.

Proche d'André Tardieu, il quitte le vieux groupe parlementaire des Républicains de gauche après sa réélection de 1932 et rejoint le nouveau groupe du Centre républicain. Il n'hésite pas à afficher des convictions réactionnaires, prenant part aux émeutes du 6 février 1934, et dénonçant, le 6 novembre de la même année, « les métèques qui viennent manger le pain des Français ».

Devenu dès lors l'une des cibles privilégiées de la gauche, il est battu par le candidat communiste lors des élections législatives de 1936 qui voient la victoire du Front populaire.

Il épouse en 1920 Marguerite Gourgaud du Taillis[1], petite-fille du baron Napoléon Gourgaud (1823-1879).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, Volume 1, 2001

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français, notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940, Paris, PUF, 1960.
  • Gérard Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècle) : Discours publics, humiliations privées, Paris, Fayard, 2007.