Linotte de Warsangli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Linotte de Warsangli (Linaria johannis, anciennement Carduelis johannis) ou Linotte de Somalie est une espèce de passereaux appartenant à la famille des Fringillidae.

Répartition[modifier | modifier le code]

Somalie du nord-est, se reproduit principalement dans les montagnes des régions de Warsangli et Mijjertein.

Habitat[modifier | modifier le code]

La linotte de Somalie est inféodée à la forêt sempervirente de Juniperus procera, Olea chrysophylla, Dodonaea viscosa, Cadia purpurea, Cadia purpurea et Sideroxylon buxifolium avec, par endroits, un sous-bois dense de sauges Salvia sp. mais elle fréquente aussi des zones rocailleuses et plus dénudées, piquetées seulement de quelques buissons de montagne.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Les estomacs des oiseaux collectés par Williams (1956) contenaient des graines de plantes herbacées et de buissons notamment du genre Salvia avec quelques particules de sable. Les photos de John Miskell, reproduites dans le livre de M. Ottaviani (2011), prises en janvier 2000 dans la réserve de Daloh à Erigavo au nord de Ceerigaabo, montrent un mâle puis une femelle se nourrissant sur une sauge de Somalie Salvia somaliensis, lamiacée.

Statut[modifier | modifier le code]

Ash & Miskell (1998) ont qualifié cette espèce de « commune mais très localisée ». Selon BirdLife International (2010), elle présente une aire de distribution très réduite et une population supposée très faible. En vertu du principe de précaution et dans l’attente d’une meilleure connaissance de ses exigences écologiques, sa population présumée sur le déclin, estimée entre 250 et 999 individus sur une aire de distribution de 2400 km², est considérée comme « en danger ».

Menaces[modifier | modifier le code]

La destruction des massifs forestiers notamment à Daloh (bûcheronnage illégal, pâturage des troupeaux, feux de brousse) laissant place à des zones fortement dénudées constitue un réel danger pour l’espèce. Par ailleurs, la crise politique majeure en Somalie empêche toute étude de terrain indispensable à l’évaluation des conditions écologiques. Un certain éclaircissage de la forêt peut être bénéfique à l’espèce mais sa destruction totale est tout à fait préjudiciable et entraînera sa disparition (BirdLife International 2010).

Mesures de conservation[modifier | modifier le code]

Ash & Miskell (1981) proposent d’entreprendre des études afin de déterminer le statut, la distribution et la biologie de reproduction en fonction des transformations de l’habitat apportées par l’homme. Un agrandissement important de la réserve naturelle de Daloh a été proposé. Il consiste en une extension de 80 000 ha d’une strate herbeuse et buissonneuse d’Acacia-Commiphora, 80 000 ha d’un buis sempervirent Buxus hildebrandtii et d’une formation semi-persistante de buissons et de broussailles, 8000 ha de végétation de montagne et 3000 ha de mangrove sur la côte nord. Ce site est le dernier bastion où l’espèce n’est pas si rare dans les zones clairsemées à la périphérie de la forêt. Il a donc été proposé de le classer en parc national (BirdLife International 2010).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ash, J. S. & Miskell, J. E. (1981). Present abundance of the Warsangli Linnet Acanthis johannis. Bull. Br. Orn. Club. 101: 396-398.
  • Ash, J. S. & Miskell, J. E. (1998). Birds of Somalia. Pica Press, Sussex.
  • BirdLife International (2010). Threatened Birds of the World 2010. CD-ROM. Cambridge, UK. BirdLife International.
  • Ottaviani, M. (2011). Monographie des Fringilles (carduélinés) – Histoire Naturelle et photographies, volume 2. Editions Prin, Ingré, France, 286 p.
  • Williams, J. G. (1956). The re-discovery of Warsanglia johannis. Ibis 98: 531-532.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :