Linhas Aéreas de Moçambique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

LAM-Linhas Aéreas de Moçambique

Logo de cette compagnie

Sempre a subir (Toujours Croissante)

AITA OACI Indicatif d'appel
TM LAM LAM
Repères historiques
Date de création 14 mai 1980
Fondateur DETA
Généralités
Basée à Aéroport international de Maputo
Programme de fidélité Flamingo Clube
Taille de la flotte 12 appareils
Nombre de destinations 15
Siège social Drapeau du Mozambique Maputo,Mozambique
Filiales MEX-Mozambique Express à 100% (fondée en septembre 1995)
Dirigeants Carlos Jeque (PDG)
Site web www.lam.co.mz

LAM - Mozambique Airlines, S.A. (LAM - Linhas Aéreas de Moçambique, S.A.) (code AITA : TM ; code OACI : LAM) est la principale compagnie aérienne du Mozambique. Crée en 1980, LAM succède à la DETA (Direcção de Exploração de Transportes Aéreos), une compagnie aérienne coloniale portugaise créée en 1936.

Basée à Maputo au Mozambique, LAM effectue le transport de passagers, de fret et de courrier à caractère national, régional et international régulier et non régulier. Sa flotte est actuellement composée de 12 appareils. Elle effectue des vols régionaux dans le Mozambique et dessert également plusieurs villes en Afrique Australe et Subsaharienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

LAM (Linhas Aéreas de Moçambique) est la principale compagnie aérienne du Mozambique. Sa création remonte au 14 mai 1980, conformément au décret n ° 8/80 du 19 novembre[1]. Elle succède à l'ancienne Société d'État, la DETA, Direcção de Exploração do Transporte Aéreo, créée quant à elle en 1936[1] pendant la colonisation du pays et qui dépendait du ministère des transports, dans la subdivision des Ports et chemins de Fer.

Avant LAM, la DETA[modifier | modifier le code]

La DETA (Direcção de Exploração do Transporte Aéreo) est une compagnie aérienne "mozambicaine" créée en 1936, pendant la colonisation du pays par le Portugal. La société fut créée en 1936.

En avril 1938, un vol domestique de huit heures Lourenço Marques (ancien nom colonial de la capital Maputo)–InhambaneBeiraQuelimane longeant la côte est mis en place par la DETA, soit deux ans après sa création. La même année, la compagnie reçoit trois Junkers Ju 52. Cette ligne est étendue en avril 1939 jusqu'à Pemba (Mozambique).

En mars 1952, le résau de la compagnie faisait un total de 3 200 km (vols intérieurs et internationaux vers Durban, Johannesburg et Salisbury). La flotte de la DETA était alors composée de six De Havilland DH.104 Doves, cing De Havilland DH.89 Dragon Rapide, trois Douglas DC-3, deux Lockheed L-18 Lodestar, un Lockheed L-14 Super Electra et un Junkers Ju 52.C.

En 1970, la DETA devient la première compagnie aérienne portugaise et africaine à se doter du tout nouveau Boeing 737-200.

Création/Développement de LAM 1980 à 1998[modifier | modifier le code]

Lorsque LAM succède à la DETA, une modernisation de la flotte commence avec l'entrée en service des turbopropulseurs Fokker F27-200 (LAM devient le 64e opéraeur de cet appareil[2]) et Boeing 737-200 à réaction. Cette restructuration marque le début des longs vols de distance en Boeing 707-320 et 320C, Douglas DC-8, Douglas DC-10 (loués à la compagnie française UTA- Union de transports aériens) , et Iliouchine Il-62M.

Les années 1990 ont été une période d'expansion : un vol de Maputo vers Lisbonne (souvent via Madrid) en DC-10 était effectué deux fois par semaine, ainsi qu'un Maputo-Paris-Copenhague hebdomadaire à Berlin-Est, principalement destinés aux travailleurs immigrés qui ont travaillé sur la reconstruction du pays. Le DC-10 sera remplacé par des Boeing 747, loué par la South African Airways. Les vols intercontinentaux étant non rentables, ils seront abandonnés en faveur des lignes régionales.

En 1991, la compagnie se dote de deux Boeing 737-300. Ces appareils acquis en leasing arrivent tout droit des États-Unis, et sont peints aux couleurs de la nouvelle compagnie aérienne. Malheureusement, la situation économique du pays contraint la compagnie à rendre les unités à la compagnie de leasing (ils entrèrent par la suite au service de la compagnie aérienne charter portugaise Air Colombus, alors en pleine expansion, mais qui s'éteindra trois ans plus tard, en 1994).

En septembre 1995 apparaît MEX (Moçambique Expresso ou Mozambique Express), une Filiale de la compagnie, qui assure des vols régionaux intérieurs.

De 1998 à nos jours[modifier | modifier le code]

De 1980 à 1998, LAM est une entreprise d'État, sous la tutelle directe du Ministère des transports et les communications. Ses objectifs principaux sont d'assurer le service public du transport de passagers, du courrier et du fret, sur le marché domestique, régional et intercontinental, soit sous forme de vols réguliers soit de charters.

Selon le Décret Loi nº 69/98 du 23 décembre 1998, LAM est transformé en Société à responsabilité limitée, et adopte la dénomination LAM - Linhas Aéreas de Moçambique, S.A.R.L[1].

De ce fait, l'État possède actuellement 91 % du capital de la nouvelle société, et les 9 % restants sont aux mains des salariés[1].

La compagnie commence à rénover sa flotte en 2008 en recevant un Bombardier Dash-8 Q400. [3]Ce premier appareil fait partie d'une commande d'appareils de 72 à 94 places (à savoir des Q400 et des Embraer 190). L'Embraer 190 entre dans sa flotte l'année suivante, en 2009.[4]

Air Seychelles et LAM-Air Mozambique ont signé, mi-octobre 2010, un accord de coopération de deux ans. La compagnie aérienne seychelloise s'engageait à effectuer deux vols hebdomadaire entre Maputo (Mozambique) et Lisbonne (Portugal) pour le compte de la compagnie aérienne mozambicaine, à partir d’avril 2011[1]. Cet accord est lié à la volonté de LAM d'effectuer des vols internationaux et intercontinentaux à longue distance. Mais la compagnie ne disposant pas d’assez d’appareils pour assurer ces dessertes, elle a fait appel à Air Seychelles pour qu’elle mette à sa disposition un appareil long courrier (un Boeing 767-300) et les compétences techniques qui lui font défaut.Le 767 était utilisé pour des vols charter Maputo-Lisbonne. Selon les termes de cet accord valable pour une période de deux ans, l’appareil effectuera le trajet Maputo-Lisbonne sous le nom d’un vol de LAM avec une équipe technique d’Air Seychelles et les membres d’équipage de la cabine proviendront des deux compagnies[1]. Le contrat est actuellement terminé.

C'est en 2010 que Marlene Manave devient CEO de la compagnie. [5]

Le siège de LAM est situé à Maputo. Emploie actuellement 695 travailleurs et possède des bureaux et d'autres formes de représentation dans le pays et à l'étranger.Le 14 mai 2012, la Société avait 32 ans.

En août 2013, LAM participe à la FACIM, la Maputo International Trade Fair, évènement où elle tient un stand, proposant de découvrir l'expérience en vol avec la compagnie grâce à un tronçon d'appareil et des démonstrations de sécurité[1]..

Du fait de son bannissement en Europe et de sa flotte non appropriés, LAM n'effectue actuellement plu de vols internationaux à longue distance ou intercontinentaux. Auparavant, elle effectuait des vols vers Lisbonne, qui sont actuellement effectués en partage de code avec TAP Air Portugal.

Dans la revue de bord Indico (édition de janvier-Février 2014), la PDG de la compagnie Marlene Mendes Mananve annonce qu'un contrat a été passé avec le constructeur américain Boeing pour l'acquisition de trois Boeing 737-700 NG (Next Generation/ nouvelle génération pour un coût total de 28 millions de Dollars américains. Les livraisons seront séparées d'un an : 2015, 2016, 2017. Cette commande met en avant la confiance de LAM pour l'appareil qu'elle exploite depuis sa création en 1980 (les premiers légués par la DETA). Par ailleurs, la DETA fut la première compagnie aérienne africaine à mettre en service le Boeing 737-200.

Ces commandes font partie d'un plan de renouvellement de la flotte et de croissance de la compagnie, qui reçoit fin 2013 15 nouveaux pilotes formés en Afrique du Sud et en Éthiopie, dont six femmes.

Le 13 juin 2014, LAM ajoute à sa flotte en service un premier Boeing 737-700NG acquis en leasing[6] (la commande auprès de l'avionneur américain Boeing pour 3 appareils du même type étant maintenue). L'appareil devient le plus grand de sa flotte, avec une capacité de 132 passagers, soit 12 en classe "executive" et 120 en écnomie[7]. L'avion est baptisé le 29 mai 2014 dans un hangar de la compagnie[8]. Sa matricule mozambicaine est C9-BAQ (auparavant N855AM chez Aeromexico). Il s'appelle POELELA[9].

Le 16 juillet 2014, suite à un vote effectué par l'Assemblée générale de la compagnie[10], Iacumba Ali Aiuba est nommé CEO et prend la place de Marlene Manave à la tête de la compagnie aérienne.[11]

Un Bombardier Dash-8 Q400 de la compagnie
Un des trois Embraer 190 de la compagnie

Flotte en opération[modifier | modifier le code]

Flotte de LAM[modifier | modifier le code]

LAM utilise une flotte de Boeing (États-Unis), Embraer (Brésil) et Bombardier (Canada) variée, mais chaque modèle n'est pas présent à plus de 3 exemplaires, ce qui rend la flotte très variée et non "unie". En novembre 2013, celle-ci est composée de 11 appareils :

  • 1 Boeing 737-500 Le Boeing 737-500 est une version avancée et du B737 -200[1](appareil que la compagnie a exploité). Cet appareil est réputé pour être plus économique en termes de consommation de carburant, et d'offrir plus de sièges, étant configuré pour 104 places en classe économique et 14 en classe affaires. C'est le plus gros appareil de la compagnie.
  • 1 Boeing 737-700 Tandis que la compagnie attend trois 737-700NG (Next Generation- Nouvelle Génération) qui seront directement produit par le constructeur américain, elle a acquis en leasing en mars 2014[12] un premier 737-700, de matricule N855AM, ayant appartenu auparavant à la compagnie aérienne Aeromexico[13].
  • 2 Embraer 190AR L'Embraer 190 est un avion civil bimoteur produit par l'entreprise brésilienne Embraer (Empresa Brasileira de Aeronautica). C'est une version allongée de l'Embraer 170[1]. Avec 9 sièges en classe Affaires et 85 sièges en classe économique, le E190 de LAM a la même configuration que l'on trouve sur les Boeing 737 de la compagnie[14]. En décembre 2013, l'un des trois Embraer 190 exploités par la compagnie est détruit lors d'un crash en Namibie (vol TM 470).
  • 3 Bombardier Dash-8 Q400 Le Bombardier Dash 8 Q400 est le plus gros avion à turbopropulsion au monde, et le plus rapide. Fabriqués par le constructeur canadien Bombardier, ils constituent un des appareils les plus importants de LAM. LAM, par sa filiale MEX (Moçambique Express), exploite trois Bombardier Q400.

Flotte de MEX[modifier | modifier le code]

MEX (Mozambique Express) est une filiale domestique de LAM. Cette compagnie effectue certains vols intérieurs du réseau avec des Embraer EMB 120 Brasilia et ERJ 145.

  • 2 Embraer ERJ 145 Les Embraer ERJ-145 de la compagnie sont exploités par la filiale régionale MEX (Moçambique Expresso)[15]. Ces deux appareils acquis en 2013 ont fait entre autres partie de la flotte de Régional, filiale d'Air France. Ils ont été repeints et préparés pour LAM à Clermont-Ferrand et arborent la livrée de la MEX. Ces bi-moteurs aux réacteurs fixés à l'arrière du fuselage font partie des jets régionaux les plus populaires.
  • 3 Embraer 120 Brasilia Au nombre de trois, les Embraer EMB 120 de la compagnie sont des appareils à turbopropulseurs (deux turbines PW118B de Pratt & Whitney Canada).

Flotte en commande[modifier | modifier le code]

La compagnie annonce dans le numéro de janvier-février 2014 de son magazine de bord Indico avoir passé commande pour trois Boeing 737 nouvelle génération (le modèle, annoncé plus tard par Boeing, est le 737-700, le plus petit modèle de la famille encore commercialisé). Les livraisons sont prévues pour 2015, 2016 et 2017. Une option d'achat pour trois autres appareils du même type a été annoncée. Le coût total de la commande est de 225 millions de dollars[16].

Un ancien Ilyushin Il-62M quadrimoteur LAM
Un ancien McDonnell Douglas DC-8-62 LAM
Un ancien Boeing 737-200 similaire à C9-BAB et C9-BAD

Avions historiques[modifier | modifier le code]

Depuis sa création en 1980, la compagnie a utilisé de très nombreux et très divers appareils, provenant de différents constructeurs(les américains Boeing et Douglas, le soviétique Iliouchine, le hollandais Fokker par exemple).

Par sa filiale MEX (Mozambique Express):

Accidents et incidents[modifier | modifier le code]

En plus de trente ans d'existence, LAM ne compte que 4 accidents graves dont un seul ayant causés des morts (34). Les accidents de l'ex-DETA ne sont pas pris en compte dans cette liste :

  • 27 mars 1983; un Boeing 737-200 (immatriculation C9-BAB) décroche juste avant son atterrissage à Quelimane (Mozambique), et s'écrase à 400 m de la piste. Il n'y a pas de fatalités sue les 110 personnes à bord. L'appareil est retiré du service : les dommages sont trop importants pour être réparés.
  • 09 février 1989; un Boeing 737-200 (immatriculation C9-BAD) sort de la piste de l'aéroport de Lichinga (Mozambique) pendant l'atterrissage. Sur les 108 personne à bord, aucun mort n'est à déplorer. L'appareil est endommagé et retiré de service.
  • 05 octobre 1998; un Boeing 747SP (immatriculation ZS-SPF) loué à la South African Airways pour relier Maputo à Lisbonne effectue un atterrissage d'urgence suite à une panne de moteur à 5.000 pieds d'altitude (1,500 m), ce qui provoqua un incendie.
  • 29 novembre 2013; un Embraer 190 s'écrase en Namibie causant la mort des 33 passagers et membres d'équipage. L'avion qui devait relier Maputo à Luanda en Angola a été retrouvé carbonisé dans le nord-est de la Namibie[17]. Il s'agit de la plus grande catastrophe aéronautique de l'histoire de l'aviation mozambicaine. Un Boeing 737-600 est loué à une compagnie charter sud-africaine[18] pour remplir les vols habituellement opérés en Embraer 190, remplaçant celui qui s'est écrasé. Le
  • 07 avril 2014;D'après le journal mozambicain Verdade (Vérité), un Bombardier Dash 8 Q400 (matricule C9-AUY) exploité par MEX[19] sur le vol TM303[20] provenant de Maputo aurait subit un tail strike (frottement de la queue de l'appareil sur le sol) lors d'un atterrissage à l'aéroport OR Tambo de Johannesburg, à 10h24[19]. L'incident n'a pas été rapporté par la compagnie, que ce soit pour l'appareil (ou pour les passagers à bord. De nombreux vols arrivant à Johannesburg ont dut être déroutés vers d'autres aéroports sud-africains, ce durant près d'une heure[19].
Aéroport International OR Tambo Johannesburg
Aéroport International Bole à Addis Abeba
Le partage de codes entre Lisbonne et Maputo avec TAP Air Portugal s'effectue en Airbus A340 de la compagnie portugaise

Destinations[modifier | modifier le code]

Du fait de son bannissement en Europe et de sa flotte non appropriés, LAM n'effectue actuellement pas de vols internationaux à longue distance ou intercontinentaux. Auparavant, elle effectuait des vols vers Lisbonne, qui sont actuellement effectués en partage de code avec TAP Air Portugal.

La compagnie aérienne a annoncé vouloir étendre son réseau international en lançant des vols pour le Brésil et la Chine. Ces destinations sont sans doute envisagées à cause du bannissement de la compagnie en Europe.

À l'international[21] :

Destinations des vols domestiques[22] (dans le Mozambique):

  • Drapeau du Mozambique Maputo (capitale du pays)
  • Drapeau du Mozambique Inhambane (capitale de la province d'Inhambane)
  • Drapeau du Mozambique Vilankulo (ville costière très touristique de la province d'Inhambane)
  • Drapeau du Mozambique Beira (capitale de la province de Sofala)
  • Drapeau du Mozambique Nampula (capitale de la rpovince de Nampula)
  • Drapeau du Mozambique Quelimane (capitale de la province de Zambézia)
  • Drapeau du Mozambique Pemba (capitale de la province de Cabo Delgado)
  • Drapeau du Mozambique Lichinga (capitale de la province de Niassa)
  • Drapeau du Mozambique Chimoio (capitale de la province de Manica)

Partenariats[modifier | modifier le code]

Commerciaux[modifier | modifier le code]

Partage de codes

LAM offre des programmes de fidélités (code share) avec les compagnies aériennes suivantes :

Cargo[modifier | modifier le code]

accords commerciaux

  • Drapeau de l'Afrique du Sud Equity Aviation (Afrique du Sud, Durban)
  • Drapeau de l'Afrique du Sud Menzies Aviation (Afrique du Sud, Johannesburg)
  • Drapeau du Kenya Swissport Cargo Services (Kenya, Nairobi)
  • Drapeau de la Tanzanie Swissport Cargo Services (Tanzanie, Dar Es Salaam)
  • Drapeau du Zimbabwe National Handling Services (NHS) (Zimbabwe, Harare)

Présence dans la liste noire européenne[modifier | modifier le code]

LAM, ainsi que sa filiale MEX sont citées dans la liste noire des compagnies aériennes par les autorités françaises au 04 décembre 2012.

L’association de compagnies aériennes africaines (AFRAA) a estimé que l’inscription de LAM Mozambique sur la liste noire européenne était injustifiée et a accusé l’Union européenne de privilégier ses compagnies aériennes au détriment des autres. L’AFRAA ne comprend pas cette décision à propos d’une compagnie qui, depuis sa création en 1980 n’a connu aucun accident majeur (c'était avant le crash en Namibie). Bien sûr l’association admet que LAM Mozambique est fragilisée depuis qu’Air Seychelles ne lui loue plus son Boeing B767. Mais l’AFRAA estime, dans un communiqué, que cette décision est loin d’aider la compagnie. Elle y voit plutôt un moyen pour l’Europe de soutenir ses propres compagnies qui ont tendance à absorber la clientèle des transporteurs africains suite à leur inscription sur la liste noire.Le Mozambique est devenu le 14e pays africain dont toutes les compagnies aériennes sont interdites en Europe.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i :/http://www.lam.co.mz/pt/Sobre-a-LAM/Historia-e-Perfil/
  2. http://www.eturbonews.com/40167/eu-banned-passenger-jet-34-board-declared-missing-airline
  3. « Mozambique Airlines joint les rangs des exploitants d'avions de ligne Bombardier Q400 », sur http://www.aeromorning.com/
  4. (en) « PICTURE: Mozambique's LAM takes first Embraer 190 », sur http://www.flightglobal.com
  5. (pt) « Sai Marlene Manave entra Iacumba Aiuba nas Linhas Aéreas de Moçambique », sur http://www.verdade.co.mz,‎ 16 Juillet 2014 (consulté le 03 août 2014)
  6. « LAM introduz Boeing 737 -700NG na frota »
  7. « LAM introduz Boeing 737 -700NG na frota »
  8. « LAM introduz Boeing 737 -700NG na frota »
  9. « Baptismo do Boeing 737-700 Next Generation »
  10. « 16 Julho 2014 », sur http://www.verdade.co.mz,‎ 16 juillet 2014 (consulté le 03 août 2014)
  11. (pt) « Sai Marlene Manave entra Iacumba Aiuba nas Linhas Aéreas de Moçambique », sur http://www.verdade.co.mz,‎ 16 juillet 2014 (consulté le 03 août 2014)
  12. http://www.lam.co.mz/pt/Sobre-a-LAM/Sala-de-Imprensa/LAM-introduz-Boeing-737-700NG-na-sua-frota
  13. http://www.airfleets.fr/ficheapp/plane-b737ng-33792.htm
  14. http://www.lam.co.mz/pt/Sobre-a-LAM/Historia-e-Perfil/Frota
  15. http://www.macauhub.com.mo/en/2013/04/02/mocambique-express-airline-receives-embraer-145-aircraft/
  16. http://www.macauhub.com.mo/en/2014/05/15/mozambique%E2%80%99s-flagship-airline-lam-invests-us225-million-in-three-boeing-737-aircraft/
  17. http://www.liberation.fr/monde/2013/11/30/namibie-33-morts-dans-le-crash-d-un-avion-mozambicain_963247
  18. http://www.flightglobal.com/news/articles/lam-leases-737-temporarily-after-e-190-crash-393746/
  19. a, b et c http://www.verdade.co.mz/tema-de-fundo/35-themadefundo/45611-lam-esconde-acidente-de-um-dos-seus-avioes-q400
  20. http://www.newsavia.com/aviao-q400-da-lam-quebrou-cauda-e-derrubou-antena-no-aeroporto-de-joanesburgo/
  21. http://www.lam.co.mz/pt/Destinos-LAM/Destinos-LAM/Internacionais
  22. http://www.lam.co.mz/pt/Destinos-LAM/Destinos-LAM/Nacionais
  23. (pt) « LAM e Air Austral em Codeshare », sur http://www.lam.co.mz,‎ 08 mai 2014 (consulté le 03 août 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]