Lingam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lingam au sanctuaire de Mỹ Sơn (Viêt Nam).
Lingams et yonis sur les ghâts, à Varanasi.
Bangkok Wat Pho Lingam.

Le lingam ou linga (en sanskrit लिङ्गं, liṅgaṃ (« signe ») est une pierre dressée, souvent d'apparence phallique, représentation classique de Shiva, et de l'énergie masculine[1]. On retrouve dans ce symbole l'ambivalence du dieu, ascète et renonçant d'une part, mais aussi figure majeure du tantrisme, représenté par un phallus, d'autre part. Le mot lingam signifie « 1) signe ; 2) phallus ; 3) symbole de Shiva »[2].

Il existe deux catégories de lingam : les manuṣi liṅga (« lingam fait de main d'hommes »), et les svayambhu-liṅga (« lingam né de lui-même »), qui sont des éléments naturels vénérés en tant que linga, comme certains galets.

Le lingam, toujours dressé et donc potentiellement créateur, est souvent associé au yoni (« lieu »), symbole de la déesse Shakti et de l'énergie féminine. Dans ce cas, leur union représente, à l'image de Shiva, la totalité du monde. Assumant les fonctions créatrice par le lingam et destructrice traditionnelle dans la Trimurti, Shiva représente donc, pour ses dévots (shivaïtes), le dieu par excellence.

On trouve des lingam (de taille et aspect très variables – du simple galet en équilibre et comportant le signe peint de Shiva au phallus clairement symbolisé (comportant parfois la tête du dieu sculptée) – dans tous les temples et lieux consacrés à Shiva.

Durant la puja (rituel), le lingam est arrosé de lait, de miel ou de beurre clarifié (le ghi, qui sert aussi en cuisine), et reçoit des offrandes de fleurs, de fruits et de sucreries. Les lingam en activité doivent être maintenus humides.

La partie supérieure arrondie du lingam se nomme lingamani ou manikâ.

Le lingam est inconnu des vedas. Il est probable qu'il s'agisse de l'intégration dans le védisme des pierres vénérées par les populations autochtones dravidiennes (voir chronologie de l'hindouisme).

Citation[modifier | modifier le code]

Shiva en tant que principe causal non divisible est vénéré dans le lingam. Ses aspects manifestés sont vénérés dans des images anthropomorphiques. Tous les autres dieux font partie d'une multiplicité et sont vénérés par des images. Shrî Shiva-tattva, Siddhânta.

Les lingams de lumière[modifier | modifier le code]

Parmi tous les lingam de l'Inde, douze sont considérés comme des lingam de lumière ou jyotirlingam, et sont particulièrement sacrés. On les trouve à :

  1. Somanâtha ou Somnâth, dans le Gujarat, le temple original a été plusieurs fois envahi par divers chefs et rois[3].
  2. Mallikârjuna à Srisailam, à 232 km au sud de Hyderabad sur les rives de la Krishna.
  3. Omkareshwar, dans le Madhya Pradesh sur les rives de la Narmadâ.
  4. Amareshvara à Ujjain, dans le Madhya Pradesh.
  5. Vaidyanath à Deogarh dans le Bihar.
  6. Bhîmashankara ou Bhimsankar près de Pune dans le Maharashtra.
  7. Râmeshvara à Rameshwaram au Tamil Nadu.
  8. Nageshwar ou Aundha-Nagnath dans le Maharashtra.
  9. Vishveshvara ou Kashi Vishwanath à Vârânasî, dans l'Uttar Pradesh.
  10. Triambaka près de Nasik et des sources de la Gomatî dans le Maharashtra.
  11. Kedarnath dans l'Uttarakhand à 3 600 m d'altitude dans l'Himalaya.
  12. Grishneshwar dans le Maharashtra près de grottes d'Ellorâ.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnary of Hinduism par W.J. Johnson publié par Oxford University Press, page 93, ISBN 9780198610250
  2. Jean Herbert et Jean Varenne, Vocabulaire de l'hindouisme, Dervy, 1985, p. 61.
  3. Romila Thapar, Somanatha: Narratives of a History.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

[réf. souhaitée]