Linder Sterling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Linda Mulvey, dite Linder Sterling ou simplement Linder, est une artiste anglaise née à Liverpool en 1954

Biographie[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, elle se fait connaître par ses collages punk, mélanges d'extraits de magazines pornographiques et féminins. Une de ses pièces les plus célèbres est la pochette du single Orgasm Addict (en) du groupe Buzzcocks[1].

En 1978, elle cofonde le groupe post-punk Ludus dont elle est la chanteuse jusque 1983[2]. Elle en dessine les couvertures et les pochettes.

Par la suite, elle se consacre à la performance, la photographie, le film[1],[3].

Plus récemment, elle collabore avec le styliste Richard Nicol (en)[4].

Expositions[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Linder Sterling, Morrissey Shot, Londres, Martin Secker & Warburg Ltd , 2002, 144 p. (ISBN 0-436-24824-7)
  • Jon Savage (dir.), William Gibson, Linder Sterling, Johan Kugelberg (ed.), Punk, une esthétique, [« Punk: An Aesthetic »], Paris, Éditions Flammarion, 2012, 352 p. (ISBN 978-0-8478-3941-4)

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec Ludus (chants, pochettes)[2].

  • The Visit, LTM, 1980
  • The Seduction, New Hormones, 1981
  • Danger Came Smiling, New Hormones, 1982

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • The South Bank Show: Season 11, Episode 3 - The Smiths, elle-même, 1987
  • The Importance of Being Morrissey, contribution, 2002
  • The Darktown Cakewalk: Celebrated from the House of Fame, scénario, 2010

Prix[modifier | modifier le code]

  • Latitude Contemporary Art prize 2012, pour Stringed Figure (Octobass for the 21st Century) (Version I) 2012[6]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Bailey, Philip Hoare, Morrissey, Andrew Renton, Jon Savage, Linder Sterling, Lynne Tillman, Lionel Bovier (ed.), Sterling. Works 1976-2006, trad. de, Zürich/Dijon, Suisse/France, JRP|Ringier Kunstverlag/Les Presses du réel, 2006, 144 p. (ISBN 978-3-905701-60-9)
  • Emmanuelle de L’Ecotais, Linder Sterling, Paris, Paris Musées, 2013, 96 p. (ISBN 978-2-7596-0208-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Brian Dillon, « Linder, the artist with the hex factor », sur The Guardian,‎ 2/9/2011 (consulté le 10 décembre 2012)
  2. a et b « Linder Sterling - Credits », sur AllMusic (consulté le 11 décembre 2012)
  3. « The Girl, the Bad and the Ugly », sur the Guardian,‎ 19 février 2000 (consulté le 12 décembre 2012)
  4. Indigo Clarke, « Five Minutes With Linder Sterling and Richard Nicoll: Editors' Blog », sur W Magazine,‎ 22/12/2010 (consulté le 10 décembre 2012)
  5. « TateShots: Linder Sterling », sur tate.org.uk,‎ 1er décembre 2007 (consulté le 11 décembre 2012)
  6. « Linder Sterling wins Latitude Art Prize », sur Art review (consulté le 11 décembre 2012)