Limp Bizkit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Limp Bizkit

Description de cette image, également commentée ci-après

Limp Bizkit au Zénith de Paris en 2009, lors de leur tournée Unicorns N' Rainbows Tour.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Nu metal, fusion (rock), metal alternatif, hip-hop, Rapcore
Années actives 19942006
Depuis 2009
Labels Cash Money Records, Flip, Interscope, Geffen
Site officiel www.limpbizkit.com
Composition du groupe
Membres Fred Durst
Wes Borland
Sam Rivers
John Otto
Anciens membres DJ Lethal
Mike Smith
Terry Balsamo
Rob Waters
Logo

Limp Bizkit est un groupe de nu metal américain fondé en 1994 à Jacksonville, Floride, aux États-Unis. Grand représentant du nu metal de par son mélange entre rap et metal, le groupe définit néanmoins sa musique comme étant du « pimp-rock ». Limp Bizkit a vendu 35 millions d'albums à travers le monde[1]. « Limp Bizkit » est une déformation de Limp Biscuit (littéralement « biscuit mou »).

Histoire[modifier | modifier le code]

Création du groupe et premières démos (1994-1996)[modifier | modifier le code]

Limp Bizkit est créé en 1994 à Jacksonville, en Floride, par Fred Durst, un fils de policier, et Sam Rivers. Sam présente à Fred son cousin John Otto qui prend le rôle de batteur. Rob Waters est, quant à lui, recruté au poste de guitariste. Le groupe sort dans le courant de l'année suivante une première démo cassette intitulée Mental Aquaducts. Rob Waters quitte le groupe peu de temps après. Terry Balsamo (futur Cold puis Evanescence) prendra le poste de guitariste pendant quelque temps avant de s'en aller à son tour. C'est Wes Borland qui sera finalement le guitariste du groupe.

Lors du passage de Korn à Jacksonville en 1995, le bassiste du groupe, Fieldy, se fait tatouer par Durst, qui gagne alors sa vie comme tatoueur, et une amitié naît entre les deux. Lors du passage suivant du groupe dans la région, Fieldy repart avec une maquette qu'il trouve si impressionnante, qu'il la remet au réalisateur Ross Robinson. Grâce principalement au bouche-à-oreille, le groupe est choisi pour assurer la première partie de la tournée d'adieu de House of Pain qui met aussi en vedette Deftones.

Dans le courant de l'année 1996, ils enregistrent une seconde démo dont les morceaux serviront de base à leur futur premier album. Peu de temps après, DJ Lethal (House of Pain) viendra compléter la formation.

Three Dollar Bill, Y'all $ (1997-1998)[modifier | modifier le code]

Leur premier album, Three Dollar Bill, Yall$, est commercialisé en 1997. Le groupe a sorti trois singles dont Counterfeit, Sour ainsi qu'une reprise en version nu metal de Faith, une chanson de George Michael. Ce premier album est un mélange de rap, de metal et punk oscillant avec le grunge au niveau de la qualité sonore (saturation des riffs et accentuation des sons « sales » de la guitare et de la basse : Sour, Pollution…). L'album rencontre un faible succès lors de sa première année de commercialisation (seulement 250 000 exemplaires vendus)[réf. nécessaire]. Les ventes de l'album décolleront l'année suivante, avec le single Faith qui rencontrera un succès honorable, et participe à lancer le mouvement nu metal à la fin des années 1990. Après une tournée en collaboration de Korn, Limp Bizkit repart en studio.

Significant Other (1999-2000)[modifier | modifier le code]

Depuis Significant Other (1999), DJ Lethal s'occupe désormais du design sonore dans le groupe.

Le deuxième opus s’intitule Significant Other et est fortement influencé par le hip-hop. Il est construit dans une optique plus commerciale que le précédent, avec une série de titres accrocheurs destinés à élargir leur public. Les singles Break Stuff, Nookie, Re Arranged et N'2 Gether Now propulsent l'album numéro 1 du Billboard 200, s’écoulant ainsi à plus de 14 millions d’exemplaires. L'album contient un morceau produit par le célèbre DJ Premier avec Method Man (N' 2 Gether Now'), ou encore une apparition de Jonathan Davis (Korn) dans Nobody Like You et de Aaron Lewis (du groupe Staind), qui fait les chœurs sur No sex. Dans la vidéo de Nookie, la scène finale de l'arrestation de Fred Durst a réellement eu lieu, car la vidéo était tournée dans un lieu public et sans autorisation. Dans le clip de Break Stuff apparaissent Snoop Dogg, Eminem, Dr. Dre, Jonathan Davis de Korn et même Pauly Shore. Cet album a « ouvert » l'approche du nu metal avec son flow et ses sonorités hip-hop, ses scratches et ambiances, et ses riffs de nu metal basiques. La même année, le groupe se produit au fameux festival Woodstock 1999 devant près de 200 000 personnes. Durant leur performance, des violences éclatent dans le public, faisant plusieurs blessés. Cet incident nuira à la popularité du groupe.

Chocolate Starfish and the Hot-Dog Flavored Water (2000-2001)[modifier | modifier le code]

En 2000, le groupe sort Chocolate starfish and the hot dog flavoured water, son troisième album. Les singles My Generation, Take a Look Around (issu de la bande son de Mission impossible 2), My Way et surtout Rollin' font à nouveau succès et l'album s'écoule à plus d'un million de copies en une semaine. Les ventes finales avoisinent les 12 millions d'albums vendus. L'accueil critique est cette fois très réservé. Dans le clip de Rollin', Ben Stiller et Stephen Dorff ont été inclus. La chanson Rollin' a été par ailleurs le thème d'entrée de The Undertaker lorsqu'il entrait sur scène à moto dans l'arène de la WWE. Le groupe a chanté en live Rollin' lors de Wrestlemania XIX pour l'entrée de l'Undertaker. La chanson My Way était le thème officiel du pay-per-view de la WWE, Wrestlemania X-Seven.

En 2001, lors d'un concert en Australie, une jeune trouvera la mort par asphyxie, écrasée dans les mouvements de foule. Fred Durst sera alors accusé de n'avoir aucun contrôle sur le public durant ses concerts et la popularité du groupe sera encore entamée. Peu après ces événements, Wes Borland, guitariste emblématique du groupe décide de quitter Limp Bizkit. Le groupe composera par la suite un album sans guitare qui sera abandonné à l'arrivée du guitariste Mike Smith, ancien membre du groupe Snot.

Results May Vary (2001-2003)[modifier | modifier le code]

Dans le quatrième album du groupe, intitulé Results May Vary, Limp Bizkit utilise le nom Limpbizkit, en un seul mot pour son logo. Cet album expose plusieurs styles de musiques[2], avec quelques ballades dont la très célèbre reprise des Who - utilisée pour le film Gothika - Behind Blue Eyes[3], commercialisé avant Eat you alive, quelques mois avant la sortie de l'album. Il contient également un duo avec Snoop Dogg dans Red light / Green light. L'album est assassiné par la critique, et il devient le 3e album le moins bien noté par les critiques de l'histoire. Les ventes de l'album sont aussi très mitigées, malgré le succès des singles Eat You Alive et Behind Blue Eyes. Results May Vary a été commercialisé le et a été mal accueilli par l'ensemble des critiques[4].

Retour de Borland, The Unquestionable Truth (Part. 1) et pause (2004-2005)[modifier | modifier le code]

En , Wes Borland réintègre le groupe[5] ; Mike Smith lui, le quitte. Les autres membres du groupe affirment cependant qu'ils ont été très heureux de jouer avec lui. Un album composé de sept titres est commercialisé le , intitulé The Unquestionable Truth (Part. 1)[5], il est plus sombre et plus heavy que les autres, les textes rappellent ceux de Three Dollar Bill, y'all $ avec plus d'auto-critiques et un regard plus sérieux sur la société actuelle. The Unquestionable Truth (Part 1) s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires dans le monde, et a atteint la 24e place au classement Billboard 200[6],[7]. Fred Durst déclare avoir été fortement affecté par la musique de Rage Against the Machine pour écrire ces nouvelles chansons[réf. nécessaire]. The Unquestionable Truth est censé être une trilogie. Le single The Truth n'a pas de clip officiel diffusé sur les chaînes télévisées, mais dispose d'un vidéo clip trouvable sur le web. L'album n'a pas eu de publicité ou très peu car seuls le net et quelques magazines en ont parlé, c'est le désir du groupe lui-même de ne pas avoir fait les choses « en grand » comme pour les quatre précédents albums (incluant l'album remix, pas le premier LP). Le , Limp Bizkit commercialise un best of contenant trois chansons inédites : Why?, Lean on Me et Home Sweet Home / Bittersweet Symphony[réf. nécessaire].

Reformation et Gold Cobra (2009-2012)[modifier | modifier le code]

En 2008, des rumeurs parlent d'un retour de Limp Bizkit pour une tournée mondiale. Des photos sont dévoilées sur internet, sur lesquelles John Otto et Sam Rivers répètent avec Terry Balsamo (Evanescence) à la guitare. Fin 2008, Sam confirme que le groupe est de retour pour un sixième album studio. Le 21 février 2009, le retour de Limp Bizkit est officiellement annoncé avec Wes Borland à la guitare. Une tournée européenne est organisée pour l'année 2009, et une mondiale pour l'année 2010. Durst annonce qu'ils ont commencé l'enregistrement de leur nouvel album, que Borland a intitulé Gold Cobra[8],[9]. Lors d'une interview de Fred Durst et de Wes Borland au Sonisphere 2009, l'entrée en studio est annoncée pour le mois d'août. Leur sixième album, intitulé Gold Cobra[10], est commercialisé le [11]. Les critiques sont plutôt positives et l'album s'écoule à 85 000 copies dans le monde la semaine de sa sortie[12]. Une tournée mondiale suit la sortie de l'album.

En février 2012, le groupe retourne en Australie pour la première fois depuis onze ans, pour jouer dans la tournée Soundwave[13]. Ce retour en Australie a été critiqué par les médias[14].

Signature chez Cash Money, Stampede of the Disco Elephants et départ de DJ Lethal (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

Dans une interview du mois d'août 2011, Wes Borland parle du futur septième album : « Le nouvel album sonnera comme Bring it Back. ».

Le , Limp Bizkit signe chez Cash Money Records, le label de musique dirigé par Birdman, et prévoit de sortir par la suite un nouveau single, Ready to Go, un EP intitulé The Unquestionable Truth (Part. 2) et un nouvel album intitulé Stampede of the Disco Elephants[15],[16].

À la suite d'une dispute entre Durst et deux autres membres du groupe, Lethal et Otto, à propos d'une prétendue consommation chronique de drogues et d'alcool, DJ Lethal quitte le groupe avec une forte animosité en mai 2012[17]. Le 11 octobre 2012, DJ Lethal a présenté ses excuses aux autres membres du groupe, bien que son retour ne soit pas encore accepté[18].

Le 26 octobre 2012, il a été annoncé sur le compte Twitter officiel de Fred Durst qu'une vidéo du premier single de Cash Money, Ready to Go avec Lil Wayne, était en train d'être tournée.

Le 8 novembre 2012, le groupe annonce via sa page Facebook que l'enregistrement du nouvel album avait commencé et que trois nouvelles chansons étaient déjà prêtes[19].

Le groupe est actuellement en studio pour l'enregistrement de leur septième album, Stampede of the Disco Elephants, avec le producteur Ross Robinson[20], qui a déjà produit le premier album groupe, Three Dollar Bill, Yall$. La sortie de l'album est prévue pour le courant de l'année 2013.

Le 23 mars 2013, le premier single de l'album, Ready to Go est mis en ligne sur le site limpbizkit.com

En avril 2013, le groupe annonce 34 dates de tournées, dont 25 aux États-Unis. La tournée se fera sans DJ Lethal[21].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Membres additionnels pour les concerts[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Rob Waters : guitare (en 1994)
  • Terry Balsamo : guitare (brièvement en 1995)
  • Mike Smith : guitare (de 2002 à 2004)
  • DJ Lethal : samples et scratches (de 1996 à 2006, de 2009 à 2012)

Membres additionnels pour le studio[modifier | modifier le code]

  • Scott Borland : samples (de 1996 à 2001)
  • Elvis Baskette : guitare (Results May Vary)
  • Brian Welch : guitare (Results May Vary)
  • Sammy Siegler : batterie (The Unquestionable Truth (Part. 1))

Évolution du groupe[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Albums Live[modifier | modifier le code]

Démo & EP[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • Counterfeit / Nobody Loves Me (1997)
  • Sour (1998) Promo uniquement
  • Faith (1998) Promo uniquement
  • Counterfeit Countdown (1999) EP
  • Nookie (1999)
  • Re-Arranged (1999)
  • N 2 Gether Now (1999)
  • Break Stuff (2000)
  • Take A Look Around (2000)
  • Rollin' (Air Raid Vehicle) (2000)
  • My Generation (2000)
  • My Way (2001
  • Boiler (2001)
  • Eat You Alive (2003)
  • Behind Blue Eyes (2003)
  • Almost Over (2004) Sortie annulée
  • Home Sweet Home / Bittersweet Symphony (2005)
  • Shotgun (2011)
  • Gold Cobra (2011)
  • Ready To Go (2013)
  • Thieves (Ministry Cover) (2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Limp Bizkit Ready First Album In Over 5 Years. Consulté le 21 août 2010.
  2. (en) Sullivan, Caroline, « Limp Bizkit, Results May Vary », sur The Guardian (consulté le 7 novembre 2011)
  3. (en) Erlewine, Stephen Thomas, « Results May Vary - Limp Bizkit », sur Allmusic (consulté le 7 janvier 2012)
  4. (en) « Results May Vary Reviews, Ratings, Credits, and More at Metacritic », sur Metacritic.com (consulté le 21 juillet 2011)
  5. a et b (en) D'Angelo, Joe, « Wes Borland Back With Limp Bizkit », sur MTV News,‎ 16 août 2004 (consulté le 17 décembre 2011)
  6. (en) Moss Corey, « Limp Bizkit: What Happened? », sur MTV News (consulté le 14 décembre 2011)
  7. (en) « Limp Bizkit - Charts & Awards », sur Allmusic (consulté le 14 décembre 2011)
  8. (en) Bauer Performance, « World exclusive! Limp Bizkit name new album », sur Kerrang.com,‎ 30 novembre 2009 (consulté le 30 novembre 2009)
  9. (en) Collis, Clark, « Limp Bizkit on their reunion album-and who exactly was to blame for their break up in the first place », sur 'Entertainment Weekly Music Mix',‎ 5 mai 2010 (consulté le 12 novembre 2010)
  10. Nouvel album nommé Gold Cobra sur www.inentertainment.co.uk
  11. (en) « Limp Bizkit – Gold Cobra (Clean Version) », sur Discogs (consulté le 11 mai 2012)
  12. http://www.mediatraffic.de/
  13. (en) « Limp Bizkit coming to Australia in 2012! »,‎ 5 octobre 2011 (consulté le 11 mai 2012)
  14. (en) Nicholas Jones, « Fred Durst Is A ‘Fucking Asshole’, Not Big Day Out », sur Tonedeaf,‎ 27 février 2012
  15. (en) « Limp Bizkit's Fred Durst: 'We're working on the craziest metal record ever' | News », sur Nme.Com,‎ 8 mars 2012 (consulté le 14 avril 2012)
  16. (en) Grandmaster Grouchy Greg, « Birdman, Slim and Fred Durst Discuss Limp Bizkit Deal », sur AllHipHop.com,‎ 27 février 2012 (consulté le 14 avril 2012)
  17. http://musicfeeds.com.au/news/limp-bizkits-dj-lethal-ive-been-berated-made-to-look-like-a-drug-addict/
  18. http://bloody-disgusting.com/news/3198013/dj-lethal-reconciles-with-limp-bizkit-is-back-in-the-band/
  19. https://www.facebook.com/limpbizkit
  20. http://www.metalinsider.net/in-the-studio/ross-robinson-involved-in-limp-bizkit-album
  21. http://www.metalinsider.net/rap-metal-musical-chairs/bizkit-tour-to-be-even-limper-without-dj-lethals-involvement?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed:+MetalInsider+(Metal+Insider)
  22. http://www.artistdirect.com/entertainment-news/article/live-review-limp-bizkit-revolution-live-fort-lauderdale/10490932