Limite Armstrong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Si un pilote vole au-dessus de la limite Amstrong avec seulement un masque à oxygène et sans combinaison pressurisée, l'eau humidifiant ses poumons et sa salive bouillira.

La Limite Armstrong est l'altitude à laquelle la pression atmosphérique a une valeur si basse (0,0618 atmosphère) que l’eau bout à la température normale du corps humain, 37 °C. Cette limite porte le nom d'Harry George Armstrong (en), fondateur de l'U.S. Air Force’s Department of Space Medicine en 1947 à Randolph Field, Texas[Note 1]. Armstrong est le premier à identifier ce phénomène qui arrive à une altitude à laquelle les humains ne peuvent survivre sans combinaison pressurisée[1]. Cette altitude se situe entre 18 900 et 19 350 mètres[2].

Effet sur les liquides corporels[modifier | modifier le code]

Au-delà de la limite Amstrong, les liquides corporels exposés à l'air comme la salive, les larmes, les liquides humidifiant les poumons - mais pas le sang - bouilliront si une combinaison pressurisée n'est pas utilisée et quelle que soit la quantité d'oxygène fournie à la personne qui ne survivra pas plus de quelques minutes[3]. Le rapport technique de la NASA Rapid (Explosive) Decompression Emergencies in Pressure-Suited Subjects, qui étudie les expositions accidentelles brèves d'humain au vide, décrit les effets d'une exposition à des pressions inférieurs à celles associées à la limite Amstrong : « Le sujet a par la suite reporté que […] son dernier souvenir conscient est celui de l’eau sur sa langue commençant à bouillir[4]. »

À la température du corps humain, 37 °C, l'eau a une pression de vapeur saturante de 47 mmHg, ce qui signifie qu'à une pression ambiante de 47 mmHg l'eau bout à 37 °C. Les formules permettant de calculer la pression donnée à une altitude donne des résultats variés car la pression dépend de plusieurs paramètres, mais une valeur approximative donne comme altitude 63 100 pieds (19 232,88 m) pour obtenir une pression de 47 mmHg.

Hypoxie au-dessous de la limite Amstrong[modifier | modifier le code]

Un pilote de biplan de la fin des années 1930 portant une combinaison pressurisée pour éviter l'hypoxie.

La limite Armstrong ne marque pas l'altitude à laquelle il est nécessaire de porter une combinaison pressurisée. Une telle combinaison est nécessaire à partir d'une altitude de 15 000 m pour permettre à un pilote entrainé et expérimenté de piloter un avion en sécurité dans une cabine non pressurisée[5]. La réaction physiologique immédiate au fait de respirer de l'oxygène à travers un masque dans un cockpit non pressurisé à une altitude supérieure 15 000 m est l'hypoxie qui peut provoquer la confusion et la perte de conscience. L'air est composé de 20,95 % d'oxygène. À 15 000 m, respirer de l’oxygène pur avec un masque revient à respirer la même pression partielle d’oxygène que respirer de l'air normal à 4 700 m.

Dans les avions militaires modernes comme le F22 et le F35 qui ont une altitude opérationnelle supérieure à 18 000 m, le pilote porte une combinaison pressurisée et une combinaison anti-G. En cas de dépressurisation de la cabine, le système se met à fournir de l’oxygène à une pression supérieure à la pression ambiante à travers le masque et gonfle la combinaison proportionnellement à la perte de pression ambiante[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. . Avec Malcolm C. Grow (en), Armstrong devient l'un des deux premiers chirurgiens généraux de lUnited States Air Force quand lUnited States Air Force se scinde de l'USAAF pour devenir une branche séparée de l'armée américaine le 18 septembre 1947. Randolph Field est peu après renommé Randolph Air Force Base le 13 janvier 1948
  1. NAHF - Harry Armstrong
  2. NASAexplores Glossary on web.archive.org
  3. (en)'Space diver' to attempt first supersonic freefall
  4. Ask an Astrophysicist: Human Body in a Vacuum
  5. (en) Dryden Research Center: “A Brief History of the Pressure Suit”
  6. (en) Aviation Week & Space Technology, July 18/25, 2011, Pg. 35, Stealthy Danger: Hypoxia incidents troubling Hornets may be related to F22 crashes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]