Lily of the West

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lily of the West est une chanson traditionnelle irlandaise[1], désormais passée dans le répertoire de la musique folk américaine. La version américaine raconte l'histoire d'un homme qui se rend à Louisville dans le Kentucky et tombe amoureux d'une femme nommée Mary (ou parfois Flora ou Molly), dont le surnom est Lily of the West (« le lys de l'Ouest »). Il s'aperçoit que Mary lui est infidèle : il poignarde alors son rival dans un accès de rage, ce qui lui vaut d'être emprisonné mais ne l'empêche pas de rester amoureux. Dans la version originale, Lily témoigne en sa faveur et il est ainsi libéré ; mais ils ne reprennent pas leur liaison par la suite.

Origine[modifier | modifier le code]

Cette ancienne ballade est restée vivante à travers les siècles à la fois sous forme imprimée et par tradition orale. À l'origine une ballade populaire anglaise[1] (street ballad ou broadside), cette chanson est devenue particulièrement populaire aux États-Unis grâce aux chanteurs de salon et aux imprimeurs de ballades. Au XIXe siècle, elle était connue dans tout le pays et, avec le temps, elle est entrée dans la tradition populaire. Sa popularité était telle qu'elle a été utilisée sous forme humoristique pour attirer les gens au Kansas[2],[3].

La chanson est souvent interprétée comme métaphore des expériences douloureuses qu'ont vécues Anglais et Scots d'Ulster, et en général Britanniques et Irlandais, dans l'Amérique des premiers pionniers et colons, ou aussi auparavant en marge de la société en Irlande, en Écosse et dans les Marches écossaises.

En 1878, une édition américaine de la chanson mentionne l'explication que cette Mary était la fille d'un homme d'église de Lexington[4]. D'autres éditions américaines antérieures mentionnent cependant d'autres lieux d'origine comme le Michigan[5].

Mélodie[modifier | modifier le code]


M:2/4
L:1/8
K:C
Q:1/4=80
z3 A,| A, A G A| E E D C| A, B, C D| A,3
w:When first I came to Lou -- is -- ville, some pleas -- ure there to find,
G| G E G c| c c B B| A G E G| A3
w:A dam -- sel fair from Lex -- ing -- ton was pleas - ing my mind.
A| A G A c| c c B B| A G E G| A3
w:Her cher -- ry cheeks and ru -- by lips, like ar -- rows pierced my breast,
A,| A, A G A| E2 D C| A, B, C D| A,3 z|
w:They called her Hand -- some Ma -- ry, the Li -- ly of the West.

Paroles[modifier | modifier le code]

Voici une version publiée en 1878 en Pennsylvanie[4] :

Traduction libre

When first I came to Louisville some pleasure there to find,
A damsel fair from Lexington was pleasing my mind.
Her cherry cheeks and ruby lips, like arrows pierced my breast,—
They called her Handsome Mary, the Lily of the West.

La première fois que je vins à Louisville, en quête de plaisirs,
Une belle demoiselle de Lexington troubla mon âme.
Ses joues de cerise et ses lèvres de rubis percèrent mon cœur comme des flèches ;
On l'appelait la Belle Mary, le Lys de l'Ouest.

I courted her awhile, in hopes her love to gain,
But she proved false to me which caused me much pain.
She robbed me of my liberty, deprived me of my rest,—
They called her Handsome Mary, the Lily of the West.

Je la courtisai quelque temps, espérant gagner son amour,
Mais elle s'avéra fausse envers moi, ce qui me causa bien des tourments.
Elle me vola ma liberté, me priva de repos ;
On l'appelait la Belle Mary, le Lys de l'Ouest.

One evening as I rambled, down by a shady grove,
I saw a man of low degree conversing with my love.
They were singing songs of melody, while I was sore distressed,
O faithless, faithless Mary, the Lily of the West!

Un soir où je déambulais près d'un bosquet ombragé,
Je vis un homme de basse condition converser avec mon amour,
Ils se chantaient de douces mélodies tandis que j'étais en pleine détresse,
Oh infidèle, infidèle Mary, le Lys de l'Ouest !

I stepped up to my rival, my dagger in my hand.
I caught him by the collar, and boldly bade him stand ;
Being driven to desperation, I stabbed him in the breast,
But was betrayed by Mary, the Lily of the West!

J'avançai jusqu'à mon rival, mon poignard à la main.
Je le saisis par le col et lui intimai hardiment de faire face ;
Conduit au désespoir, je le poignardai à la poitrine,
Mais je fus trahi par Mary, le Lys de l'Ouest !

At length the day of trial came, I boldly made my plea,
But the judge and jury they soon convicted me.
To deceive both judge and jury so modestly she dressed,
And there she swore my life away, the Lily of the West.

Vint enfin le jour du procès, je fis hardiment ma plaidoirie,
Mais le juge et le jury m'eurent vite condamné.
Pour tromper juge et jury elle s'habilla très modestement,
Et ainsi par un serment elle prit ma vie, le Lys de l'Ouest.

D'autres versions traditionnelles ou modernes existent, certaines avec une fin différente. Par exemple, le groupe folk irlandais The Chieftains situe l'histoire en Irlande.

Reprises les plus connues[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Lily of the West » (voir la liste des auteurs)

  1. a et b (en) Sabine Baring-Gould (en), Songs and Ballads of the West, London, Patey & Willis,‎ 1889, « 58. Flora, the Lily of the West » : « "Flora, the Lily of the West" was wont to be sung annually at the Revel at St Breward's (en) on the Bodmin Moors, and can be traced back there to 1839 » — en Cornouailles, mais origine irlandaise : « The ballad has clearly an Irish origin ».
  2. Come all you folks of enterprise who feel inclined to roam / Beyond the Mississippi to seek a pleasant home. / Pray take a pioneer's advice, I'll point you out the best — / I mean the state of Kansas, the Lily of the West.
  3. (en) The Collected Reprints from "Sing Out! the Folk Song Magazine" Volumes 7-12, 1964-1973, Bethlehem, Pennsylvania, Sing Out Corp.,‎ 1992, 382 p. (ISBN 1881322009), p. 6 (avant la partition et les paroles de la chanson)
  4. a et b (en) Frank Cowan, Southwestern Pennsylvania in Song and Story, Greensburg, Pennsylvania,‎ 1878, p. 412-414 — « The heroine is said to have been the daughter of a clergyman of Lexington, Kentucky — her name, Mary Morrison, on account of her great beauty and accomplishments, styled 'The Belle of Lexington' and 'The Lily of the West'. »
  5. The Lily of the West, texte de chanson publié en 1860 à New York