Lilian Jackson Braun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Braun.

Lilian Jackson Braun

Activités Romancier
Naissance 20 juin 1913
Chicopee, Massachusetts Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 4 juin 2011 (à 97 ans)
Landrum, South Carolina Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais américain
Genres Roman policier

Lilian Jackson Braun, née le 20 juin 1913[1] et morte le 4 juin 2011, est une écrivaine américaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est l'auteur de 30 romans mettant en scène Jim Qwilleran, journaliste et alcoolique repenti qui rencontre successivement deux chats siamois dont l'un, Kao K'o Kung dit Koko (le mâle), se révèlera doté de paires de vibrisses supplémentaires peut-être liées à des facultés de connaissances non-conventionnelles : Koko a en effet pour habitude de pousser des hurlements lorsqu'est assassinée une personne de la connaissance de son « maître » et, en outre, il ne cesse de faire tomber des étagères de la bibliothèque un livre dont le titre est censé aiguiller Qwilleran dans la résolution de l'« énigme » en cours.

L'action des trois premiers romans, écrits dans les années 1960, et du quatrième roman, se déroule dans une métropole non nommée des États-Unis (fortement inspirée de Détroit, où elle a longtemps vécu et travaillé), plus tard désignée sous le vocable le Pays d'en-Bas.

Lilian Jackson Braun interrompit sa série puis la reprit en 1986 avec le Chat qui voyait rouge, roman à partir duquel la série devait rencontrer un succès jamais démenti.

À partir du cinquième roman (le Chat qui jouait Brahms), l'action de ces nouveaux romans allait se trouver transposée, dans la plupart des romans, dans un lieu imaginaire, le Comté de Moose, situé « à 600 km au nord de partout » et qui accumule les clins d'œil au véritable Comté de Huron, dans le Michigan, et à sa capitale Bad Axe[2].

Jim Qwilleran, après avoir hérité d'une fabuleuse fortune léguée par une amie de sa mère défunte, s'installe avec ses deux chats Koko et Yum Yum à Pickax City, capitale du comté, d'abord dans les dépendances d'une ancienne maison de maître, puis dans une grange à pommes monumentale, de forme octogonale. Il choisit de confier la gestion de sa fortune à la Fondation Klingenschoen et préfère se consacrer à la rédaction de sa chronique bi-hebdomadaire dans le Quelque chose du comté de Moose et à ses relations humaines dans son nouveau havre de vie. La résolution des « énigmes » n'étant en fait que le prétexte à une description d'une certaine vie provinciale américaine, sans doute « idéalisée ».

Liste des romans[modifier | modifier le code]

  1. 1966 : le Chat qui lisait à l'envers (The Cat Who Could Read Backwards)
  2. 1967 : le Chat qui mangeait de la laine (The Cat Who Ate Danish Modern)
  3. 1968 : le Chat qui aimait la brocante (The Cat Who Turned on and Off)
  4. 1986 : le Chat qui voyait rouge (The Cat Who Saw Red)
  5. 1987 : le Chat qui jouait Brahms (The Cat Who Played Brahms)
  6. 1987 : le Chat qui jouait au postier (The Cat Who Played Post Office)
  7. 1988 : le Chat qui connaissait Shakespeare (The Cat Who Knew Shakespeare)
  8. 1988 : le Chat qui sniffait de la colle (The Cat Who Sniffed Glue)
  9. 1989 : le Chat qui inspectait le sous-sol (The Cat Who Went Underground)
  10. 1990 : le Chat qui parlait aux fantômes (The Cat Who Talked to Ghosts)
  11. 1990 : le Chat qui vivait haut (The Cat Who Lived High)
  12. 1991 : le Chat qui connaissait un cardinal (The Cat Who Knew a Cardinal)
  13. 1992 : le Chat qui déplaçait des montagnes (The Cat Who Moved a Mountain)
  14. 1991 : le Chat qui n'était pas là (The Cat Who Wasn't There)
  15. 1993 : le Chat qui allait au placard (The Cat Who Went into the Closet)
  16. 1994 : le Chat qui jouait aux dominos (The Cat Who Came to Breakfast)
  17. 1995 : le Chat qui donnait un coup de sifflet (The Cat Who Blew the Whistle)
  18. 1996 : le Chat qui disait cheese (The Cat Who Said Cheese)
  19. 1997 : le Chat qui flairait une piste (The Cat Who Tailed a Thief)
  20. 1998 : le Chat qui parlait aux oiseaux (The Cat Who Sang for the Birds)
  21. 1998 : le Chat qui regardait les étoiles (The Cat Who Saw Stars)
  22. 1999 : le Chat qui volait une banque (The Cat Who Robbed a Bank)
  23. 2001 : le Chat qui flairait l'embrouille (The Cat Who Smelled a Rat)
  24. 2002 : le Chat qui remontait la rivière (The Cat Who Went up the Creek)
  25. 2003 : le Chat qui cassait la baraque (The Cat Who Brought Down the House)
  26. 2004 : le Chat qui parlait dindon (The Cat Who Talked Turkey)
  27. 2004 : le Chat qui jetait des peaux de banane (The Cat Who Went Bananas)
  28. 2006 : le Chat qui faisait la bombe (The Cat Who Dropped a Bombshell)
  29. 2007 : le Chat qui avait un don (The Cat Who Had 60 Whiskers)
  30. 2008 : (The Cat Who Smelled Smoke) roman inachevé

En dehors de la série, mentionnons un recueil de 14 nouvelles, dont 5 avaient été initialement publiées dans l'Ellery Queen's Magazine, entre juin 1962 et mars 1968, et qui n'ont de commun avec la série que le « caractère félin » :

  • 1988 : le Chat qui racontait des histoires (recueil de 14 nouvelles) (The Cat Who Had 14 Tales)

Il existe également:

  • septembre 2003 : Légendes du comté de Moose (Short and Tall Tales: Moose County Legends Collected by James Mackintosh Qwilleran), un recueil de contes et histoires du comté de Moose, racontés par « Qwill »
  • octobre 2003 : La vie secrète du chat qui… (The Private Life of the Cat Who… Tales of Koko and Yum Yum from the Journal of James Mackintosh Qwilleran), journal intime de Jim Qwilleran

Publié en France au format poche par les éditions 10/18 dans la collection Grands détectives, les couvertures de ses livres sont illustrés par des dessins de Louis Wain, artiste anglais réputé pour ses représentations anthropomorphiques de chats.

Ouvrages inspirés par la série[modifier | modifier le code]

La série a donné l'idée à un écrivain américain, Robert Kaplow (en), d'écrire une parodie intitulée The Cat Who Killed Lilian Jackson Braun (non traduit en français), dans lequel James Qafka et ses chats Ying-Tong et Poon-Tang enquêtent sur le meurtre de Lilan Jackson Braun. Certains connaisseurs de l'univers de Lilian Jackson Braun ne semblent pas apprécier outre mesure le caractère un peu « iconoclaste » du roman, tandis que d'autres, peut-être plus mesurés, le qualifient simplement de « satire féroce ». Ce roman qui dépasse d'ailleurs l'univers habituel de la romancière, avec un certain nombre d'allusions à divers auteurs de romans policiers, sans compte des apparitions fugitives, en « guest stars », de personnalités américaines « médiatisées ».

Sharon A. Feaster a également écrit un The Cat Who…Companion, sorte de condensé de l'univers de Jim Qwilleran, des chats, du comté de Moose.

Robert J., Jr. Headrick a écrit un The Cat Who… Quiz Book.

Enfin, Julie Murphy, Sally Abney Stempinkski et Sally Abney Stempinski se sont associées pour écrire un The Cat Who…: Cookbook

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans un interview par téléphone à The Detroit News le 11 janvier 2005, Lilian Jackson Braun a reconnu qu'elle était âgée de 92 ans. ""Once you're 90, you're not supposed to be shy about your age. You're supposed to boast about it", she said. She is 92. Like many writers who came of age in the last century, Braun is a technophobe who uses a typewriter. She has, she says, almost completely abandoned the tedious business of fact, preferring the more fluid world of the imagination. "It's like a muscle," she says, "and the more you use it, the more adept you become at it." As a teenager in the Detroit area, she sold sports poetry to The Detroit News. Later, she worked as an advertising copywriter for most of Detroit's now defunct department stores (Crowley's, Kern's). And she then spent 30 years at the Free Press. ("Is it still there?" she asked.) But the fictional cats -- and the Pickax newspaper columnist Qwilleran who works with them -- have occupied her attention for 24 years. And each and every January, a new book appears."
  2. L'histoire du comté de Huron comporte nombre de points communs avec celle du comté de Moose : l'exploitation du bois, les carrières de pierre, la dénomination de la capitale Bad Axe / Pickax, l'incendie de ladite capitale…

Liens externes[modifier | modifier le code]