Ligue des champions de l'OFC

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ligue des Champions de l'OFC
O-League

alt=Description de l'image OFC Champions League.jpg.
Généralités
Création 1987
Organisateur(s) OFC
Périodicité annuelle
Lieu Océanie
Participants 12 qualifiés
Statut des participants Professionnels
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Nouvelle-Zélande Auckland City FC
Plus titré(s) Drapeau : Nouvelle-Zélande Auckland City FC (6)
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la compétition en cours voir :
Ligue des champions de l'OFC 2013-2014

La Ligue des champions d'Océanie, surnommé l'O-League, est la nouvelle appellation de la Coupe des champions d'Océanie dont la dernière édition s'est déroulée en 2006. Il s'agit de la plus prestigieuse compétition de clubs en Océanie.

À partir de la saison 2007 cette compétition qui met aux prises les meilleurs clubs de la zone océanienne adopte un format sous forme de deux groupes composés de 3 clubs, le vainqueur de chaque groupe étant qualifié en finale. En 2009, l'OFC modifie une nouvelle fois le déroulement de la compétition, qui compte désormais 8 participants, répartis en deux poules de quatre équipes; le vainqueur de chacune des poules dispute la finale, jouée en matchs aller et retour. L'édition 2012-2013 voit sa formule à nouveau modifiée avec l'instauration d'un tour préliminaire avec 4 équipes. Il y a donc un plateau de 12 clubs au démarrage de la Ligue des Champions. Le vainqueur est qualifié pour le championnat du monde des clubs.

Depuis l'edition 2013-2014, le nombre de participants est monté à 15. Quatre équipes s'affrontent dans une poule unique et le vainqueur atteint une phase de 3 poules de quatre équipes. Le premier de chaque poule ainsi que le meilleur second se rencontrent en demi-finales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Domination australienne[modifier | modifier le code]

La première édition d'une coupe continentale en Océanie se déroule en 1987. Ce sont neuf nations qui sont représentées par leur champion national respectif la première Coupe des Champions d'Océanie - Australie, Nouvelle-Zélande, Fidji, Îles Salomon, Nouvelle-Calédonie, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Tahiti, Vanuatu et Palaos (ces deux derniers sont représentés par leur équipe nationale). Tout le tournoi se dispute à Adélaïde (Australie) dont le club Adélaïde City FC (champion d'Australie) est directement qualifié pour la finale. Pour les autres clubs, tous doivent passer par un tournoi de qualification à élimination directe à l'exception de la Nouvelle-Zélande. C'est le club fidjien Ba FC qui remporte celui-ci, il doit alors affronter le champion de Nouvelle-Zélande Mount Wellington, ce match détermine le second club présent en finale contre Adelaïde, c'est le club néo-zélandais qui l'emporte 6-1. La finale opposant Adelaïde à Wellington se termine sur un score nul 1-1 après prolongations, c'est donc par une séance de tirs-aux-buts que le premier vainqueur de la Coupe des Champions d'Océanie est déterminé qui est remporté par Adelaïde (4-1). Ce tournoi ne donne pas suite à d'autres compétitions continentales.

C'est en 1999 que réapparaît un tournoi continental en Océanie dans le but de déterminer le club qui représentera le continent océanique à la Coupe du monde des clubs (créée par la FIFA). Neuf clubs participent à cette édition. Disposés en trois groupes de trois clubs, les premiers et le meilleur second se qualifient pour les demi-finales. C'est de nouveau un club australien qui l'emporte : le South Melbourne FC. En finale il l'emporte 5-1 contre non pas le champion de Nouvelle-Zélande mais le champion des Fidji Nadi qui a écarté en demi-finale Central United FC. En 2001, ce sont onze clubs, le titre reste en Australie avec la victoire de Wollongong Wolves sur le champion de Vanuatu Tafea FC (1-0) qui avait en demi-finale écarté le champion de Nouvelle-Zélande Napier City Rovers AFC. Cependant, cette année-là, la Coupe du monde des clubs est annulée.

En 2005, la compétition reprend avec 13 clubs. La surprise vient de nouveau de Nouvelle-Zélande puisque Auckland City FC est éliminé en phase de groupe par l'AS Pirae (champion de Polynésie française). La finale est remporté pour la quatrième fois d'affilée par un club australien, cette fois-ci Sydney FC contre le champion de Nouvelle-Calédonie AS Magenta Nickel sur le score de 2-0.

Domination néo-zélandaise[modifier | modifier le code]

En 2006, les clubs australiens ne sont plus présents en raison du transfert de la fédération australienne de football sur la zone asiatique, mais cela ne change rien pour la qualification du club vainqueur de la compétition océanique à la Coupe du monde des clubs. Le tournoi final se dispute en Nouvelle-Zélande et voit la première victoire néo-zélandaise avec Auckland City FC qui bat en finale l'AS Pirae de Polynésie française (3-1).

En 2007, la Coupe des Champions d'Océanie adopte la dénomination Ligue des Champions d'Océanie (surnommé l'O-League). Six clubs sont présents au tournoi final dont deux néo-zélandais après la décision du champion de Vanuatu de ne pas se rendre à la compétition. C'est le club néo-zélandais de Waitakere United qui le remplace en tant que leader actuel du Championnat de Nouvelle-Zélande et qui s'empare de son premier titre continental, obtenu contre le club fidjien de Ba FC (1-2, 1-0). En 2008, Waitakere United devient le premier club à conserver le titre en s'imposant contre le champion des Îles Salomon Kossa FC (1-3, 5-0). En 2009, c'est un nouveau duel entre Nouvelle-Zélande et Îles Salomon avec la victoire d'Auckland City FC sur Koloale FC (7-2, 2-2) qui remporte son deuxième titre continental.

2010, la surprise Hekari United[modifier | modifier le code]

L'édition 2010 va offrir un vainqueur inédit puisque jusque là, seuls des clubs australiens et néo-zélandais avaient été sacrés. Lors de cette édition, le club de Papouasie-Nouvelle-Guinée, PRK Hekari United, réalise un superbe parcours. Premiers de leur poule devant les Fidjiens du Lautoka FC, ils atteignent la finale face au Waitakere United, qui part grand favori. Hekari United réussit un exmploit à domicile lors du match aller avec un succès retentissant sur le score de 3 buts à 0. Malgré une défaite à Auckland (1-2) au retour, les insulaires sont sacrés champions d'Océanie et obtiennent le droit de représenter le continent lors de la Coupe du monde des clubs 2010 au Japon.

La mainmise d'Auckland City FC[modifier | modifier le code]

La saison suivante, en 2010, suit la même formule que la saison précédente, avec 8 équipes réparties en deux poules de quatre, et le premier de chaque groupe qualifié pour la finale. Le tenant du titre, PRK Hekari United, ne confirme pas en terminant dernier du groupe A, remporté par le champion sortant du Vanuatu, Amicale FC, qui devient le deuxième club de cet archipel (après Tafea FC lors de l'édition 2001) à atteindre la finale. Dans le groupe B, qui compte notamment les deux clubs néo-zélandais, c'est Auckland City FC qui tire son épingle du jeu et se qualifie pour sa troisième finale continentale sans n'avoir perdu aucun match. En finale, après une victoire accrochée à Port Vila, les Néo-Zélandais confirment à domicile avec un succès plus net (4-0). C'est la troisième Ligue des Champions du club en six éditions.

Lors de l'édition 2011-2012, Auckland City réussit une nouvelle fois à terminer premier de sa poule, devançant le champion 2010, PRK Hekari United, le finaliste 2011, Amicale FC et le club des îles Salomon, Koloale FC. En finale, le tenant du titre affronte les Polynésiens de l'AS Tefana, qualifié aux dépens de Waitakere United (malgré une victoire 10-0 des Néo-Zélandais face à Tefana en poule). C'est la deuxième finale d'un club de Polynésie française dans la compétition, après la défaite de l'AS Pirae lors de l'édition 2006 (déjà face à Auckland City). L'histoire va se répéter puisqu'Auckland va à nouveau être sacré après avoir remporté les deux manches de la finale. Avec ce quatrième succès, le club devient le plus titré de l'histoire de la compétition.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Année Vainqueur Score Finaliste Lieu
1987 Drapeau : Australie Adélaïde City 1-1 a.p., 4 t.a.b à 1 Drapeau : Nouvelle-Zélande Mount Wellington AFC Adelaide
1999 Drapeau : Australie South Melbourne 5-1 Drapeau : Fidji Nadi FC Nadi
2001 Drapeau : Australie Wollongong Wolves 1-0 Drapeau : Vanuatu Tafea FC Port Moresby
2005 Drapeau : Australie Sydney FC 2-0 Drapeau : France AS Magenta Papeete
2006 Drapeau : Nouvelle-Zélande Auckland City 3-1 Drapeau : Polynésie française AS Pirae North Shore City
2007 Drapeau : Nouvelle-Zélande Waitakere United 1-2, 1-0 Drapeau : Fidji Ba FC Ba, puis Auckland
2007-2008 Drapeau : Nouvelle-Zélande Waitakere United 1-3, 5-0 Drapeau : Îles Salomon Kossa FC Honiara, puis Waitakere
2008-2009 Drapeau : Nouvelle-Zélande Auckland City 7-2, 2-2 Drapeau : Îles Salomon Koloale FC Honiara, puis Auckland
2009-2010 Drapeau : Papouasie-Nouvelle-Guinée PRK Hekari United 3-0, 1-2 Drapeau : Nouvelle-Zélande Waitakere United Port Moresby, puis Auckland
2010-2011 Drapeau : Nouvelle-Zélande Auckland City 2-1, 4-0 Drapeau : Vanuatu Amicale FC Port Vila, puis Auckland
2011-2012 Drapeau : Nouvelle-Zélande Auckland City 2-1, 1-0 Drapeau : Polynésie française AS Tefana Auckland, puis Faaʻa
2012-2013 Drapeau : Nouvelle-Zélande Auckland City 2-1 Drapeau : Nouvelle-Zélande Waitakere United Auckland
2013-2014 Drapeau : Nouvelle-Zélande Auckland City 2-1, 1-1 Drapeau : Vanuatu Amicale FC Port Vila, puis Auckland

Bilan par club[modifier | modifier le code]

Rang Club Nombre de titres (Premier-Dernier) Nombre de finales perdues (Première-Dernière)
1 Drapeau : Nouvelle-Zélande Auckland City FC 6 (2006-2014) 0
2 Drapeau : Nouvelle-Zélande Waitakere United 2 (2007-2008) 2 (2010-2013)
3 Drapeau : Australie Adelaide City 1 (1987-1987) 0
- Drapeau : Australie South Melbourne FC 1 (1999-1999) 0
- Drapeau : Australie Wollongong Wolves 1 (2001-2001) 0
- Drapeau : Australie Sydney FC 1 (2005-2005) 0
- Drapeau : Papouasie-Nouvelle-Guinée PRK Hekari United 1 (2010-2010) 0
8 Drapeau : Vanuatu Amicale FC 0 2 (2011-2014)
9 Drapeau : Nouvelle-Zélande Mount Wellington AFC 0 1 (1987-1987)
- Drapeau : Fidji Nadi FC 0 1 (1999-1999)
- Drapeau : Vanuatu Tafea FC 0 1 (2001-2001)
- Drapeau : France AS Magenta 0 1 (2005-2005)
- Drapeau : Polynésie française AS Pirae 0 1 (2006-2006)
- Drapeau : Fidji Ba FC 0 1 (2007-2007)
- Drapeau : Îles Salomon Kossa FC 0 1 (2008-2008)
- Drapeau : Îles Salomon Koloale FC Honiara 0 1 (2009-2009)
- Drapeau : Polynésie française AS Tefana 0 1 (2012-2012)

Bilan par pays[modifier | modifier le code]

Rang Pays Nombre de titres (Premier-Dernier) Nombre de finales perdues (Première-Dernière)
1 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 8 (2006-2014) 3 (1987-2013)
2 Drapeau de l'Australie Australie 4 (1987-2005) 0
3 Drapeau de la Papouasie-Nouvelle-Guinée Papouasie-Nouvelle-Guinée 1 (2010-2010) 0
4 Drapeau du Vanuatu Vanuatu 0 3 (2001-2014)
5 Drapeau des Fidji Fidji 0 2 (1999-2007)
- Drapeau des Îles Salomon Salomon 0 2 (2008-2009)
- Drapeau de la Polynésie française Polynésie française 0 2 (2006-2012)
8 Drapeau de la Nouvelle-Calédonie Drapeau de la Nouvelle-Calédonie Nouvelle-Calédonie 0 1 (2005-2005)

Statistiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]