Ligue d'Augsbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligue.

La ligue d'Augsbourg en 1686, est une alliance de la plus grande partie de l’Europe contre la France de Louis XIV alors au sommet de sa puissance.

La politique des Réunions (de 1678 à 1681), l’agression française contre les Pays-Bas espagnols (1683-1684), le Bombardement de Gênes (1684) par les Français, le soutien de Louis XIV à sa belle-sœur, la princesse Palatine lors de la succession de l'électeur Palatin en 1685, inquiètent les princes européens. La politique anti-protestante menée avec acharnement depuis 1676 et qui aboutit à la révocation de l'Édit de Nantes en 1685, soude le front des princes et des populations protestantes d'Europe. Guillaume III d'Orange qui vise le trône d'Angleterre de son beau-père Jacques II désire occuper Louis XIV sur le continent.

En 1686, la Hollande et la Suède renouvellent leur alliance défensive. Le 7 mai 1686, l'empereur et l'électeur de Brandebourg en font de même pour défendre les acquis du traité de Westphalie. Le 9 juillet à Augsbourg, en Bavière, Guillaume III, l'empereur, l'Espagne, la Suède, la Bavière, les ducs de Saxe, s'allient contre la France. En septembre, l'électeur palatin et le duc de Holstein-Gothorp rejoignent la ligue. En 1689, la ligue se renforce par l'alliance de l'empereur avec les Provinces-Unies (traité de Vienne) auxquels se joignent le Danemark, l’Angleterre du nouveau roi Guillaume III et l’Espagne. En 1690, Louis menace Victor-Amédée II de Savoie d'occuper les forteresses de Turin et Verrue ; il lui demande aussi d'envoyer trois régiments de dragons et 2000 soldats contre les Pays-Bas ou contre les Espagnoles à Milan. La Savoie refuse et se joint à la Ligue le [1], mais elle est défaite à la bataille de La Marsaille, le  ; plusieurs villes piémontaises sont occupées ou détruites. En 1691, la Suède se retire de la ligue, formant avec le Danemark une « ligue de neutralité armée[2] ».

L'échec de la tentative d'imposer au pape la nomination d'un archevêque pro-français à Cologne débouche sur l'occupation militaire de la ville par les Français (juin 1688). C’est le début de la guerre de la Ligue d'Augsbourg qui dure jusqu’en 1697.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clemente Solaro Della Margarita, Traités publics de la Royale Maison de Savoie avec les Puissances Étrangères: depuis la paix de Chateau Cambresis jusqu'à nos jours, Volume 6, Impr. Royale, 1844.
  2. Chronologie de l’histoire de Suède