Lignières-Châtelain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lignières.
Lignières-Châtelain
Vue partielle de l'église Saint-Barthélemy.
Vue partielle de l'église Saint-Barthélemy.
Blason de Lignières-Châtelain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Poix-de-Picardie
Intercommunalité Communauté de communes du Sud-Ouest Amiénois
Maire
Mandat
Hubert Avet
2014-2020
Code postal 80290
Code commune 80479
Démographie
Population
municipale
340 hab. (2011)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 46′ 32″ N 1° 51′ 49″ E / 49.7756, 1.863649° 46′ 32″ Nord 1° 51′ 49″ Est / 49.7756, 1.8636  
Altitude Min. 186 m – Max. 209 m
Superficie 6,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lignières-Châtelain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lignières-Châtelain

Lignières-Châtelain est une commune française, située dans le département de la Somme, en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par la RD 1029, la route de Normandie, qui en constitue l'axe principal.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Cliquer sur l'image pour agrandir.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Enguerrand, évêque d'Amiens en 1120, nous fournit la forme latinisée Linerii[1].

On relève Linière ou Linières en 1195 et 1386[2].

On ne sait pas si le nom de Lignières tient à la culture du lin ou si la famille de Lignières a apporté son nom au village[2].

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Lignières-en-Chaussée[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des objets datant de l'époque romaine ont été trouvés lors de fouilles réalisées, vers 1850, dans un champ près du cimetière, du côté de la chapelle dédiée à saint Clément[2].

À la Révolution, Lignières fut le chef-lieu d'un des 18 cantons de l'arrondissement d'Amiens[1].

Seul un ancien cadastre garde une trace écrite du château de la famille de Lignières. Ce château a été détruit vers 1894[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Alain Crété    
mars 2008[4] 2014 Pascal Demonchy    
2014[5] en cours
(au 6 mai 2014)
Hubert Avet    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 340 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
558 576 585 570 505 503 500 495 504
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
530 464 439 465 438 379 373 362 342
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
354 346 322 292 305 328 312 361 381
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
366 315 295 270 272 284 346 351 339
2011 - - - - - - - -
340 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Cultes[modifier | modifier le code]

  • En 2007, l'église Saint-Bathélemy est ouverte un dimanche matin par mois (environ) pour la célébration d'une messe. Le catéchisme est enseigné une fois par semaine dans le local proche du presbytère.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Barthélemy. Sa façade nord correspond, à cet endroit, à la limite de la zone bâtie du village. Elle est inaccessible puisque donnant sur un grand pré. Le clocher se dresse sur la partie sud du chœur. Une statue du saint surplombe l'entrée principale[2].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De gueules aux trois croissants d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Beaurain, Canton de Poix in Dictionnaire Historique et Archéologique de la Picardie - Tome 3 - Arrondissement d'Amiens, 721 pages, éd. Société des Antiquaires de Picardie (Fondation Ledieu), 1919 ; réimpression : éd. Culture et Civilisation, Bruxelles, 1979, p. 471-481.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, tome 1, page 512, Archives départementales de la Somme, Amiens, vue 260/269.
  2. a, b, c, d et e Site municipal.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. « Pascal Demonchy a décidé de rendre son écharpe », Le Réveil, édition Oise normande, no 3329,‎ 32 janvier 2014, p. 19 (ISSN 2268-0845)
  5. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011