Ligne du Havre-Graville à Tourville-les-Ifs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne du
Havre-Graville à Tourville-les-Ifs
Navette TER X 73500 en gare d'Harfleur-Halte.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Le Havre, Harfleur, Montivilliers
Historique
Mise en service 1878 – 1896
Concessionnaires Ouest (1975 – 1883)
Ouest (1883 – 1908)
État (1908 – 1938)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (depuis 1997)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 361 000
Longueur 32,5 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

Non électrifiée

Pente ou rampe maximale 20 ‰
Nombre de voies Voie unique
(Anciennement 2 jusqu'à Rolleville)
Trafic
Propriétaire RFF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER Haute-Normandie
(LER Lézard'express régionale)
Schéma de la ligne

La ligne du Havre-Graville à Tourville-les-Ifs est une ligne secondaire du réseau ferré français qui relie la gare du Havre-Graville à celle des Ifs, dans le département de la Seine-Maritime. Partiellement inexploitée, elle dessert principalement les communes péri-urbaines du Havre jusqu'à Rolleville.

Elle constitue la ligne 361 000[1] du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Ouest : Harfleur à Montivilliers[modifier | modifier le code]

Le mémoire sur le projet d'un chemin de fer de Paris à Rouen au Havre et a Dieppe, présenté par l'ingénieur en chef Defontaine en 1837, intègre un embranchement à voie unique, long de 4 200 mètres, sur Montivilliers. Le projet prévoit son détachement à Harfleur de la ligne de Paris au Havre à une altitude de 31,50 m pour descendre en suivant le flanc des coteaux de la rive droite de la vallée de la Lézarde et rejoindre la station de Montivilliers établie dans la partie haute de la ville. Le coût estimé de l'embranchement, y compris la station, est de 630 000 francs[4]. D'autre projets en 1863 et 1865 n'ont pas de suites[5].

La gare de Montivilliers vers 1900.

La ligne « de Harfleur à Montivilliers » est concédée à la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest par une convention signée entre le ministre des Travaux Publics et la compagnie le 31 décembre 1875. La convention est approuvée à la même date par une loi qui déclare la ligne d'utilité publique[2]. Lors de la présentation du projet à l'assemblée, il a été précisé qu'elle est réclamée depuis longtemps par les populations et que la compagnie se propose d'organiser, entre Le Havre et Montivilliers, un service de type banlieue avec de nombreux trains[6].

La compagnie de l'Ouest ouvre la ligne, à double voies[7], à l'exploitation le 1er octobre 1878[3] et elle est inaugurée le 6 du même mois[8]. En 1882, entre les gares du Havre et de Montivilliers elle dessert les haltes : Gravilles-Sainte-Honorine, Harfleur, Rouelles et Demi-Lieue[9].

Ouest : Montivilliers aux Ifs[modifier | modifier le code]

La loi du 17 juillet 1879 (dite plan Freycinet) portant classement de 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d’intérêt général retient en n° 41, une ligne de « Dieppe au Havre »[10].

La ligne est concédée à titre éventuel, dans le cadre d'un itinéraire de Dieppe au Havre, par l'État à la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest par une convention signée entre le Ministre des travaux publics et la compagnie le 17 juillet 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[11]. La ligne est déclarée d'utilité publique et concédée à titre définitif à la compagnie par une loi le 17 août 1885[12].

La compagnie ouvre la ligne en 1896, en deux temps : le 14 août la section, à double voie[7], de Montivilliers à Rolleville et le 24 décembre celle, à voie unique[7], de Rolleville aux Ifs[3].

Ligne État : 1909-1937[modifier | modifier le code]

fiche horaire 1915 ligne Le Havre - Dieppe par Montivilliers et les Ifs
Fiche horaire 1915.

La ligne entre dans le réseau de l'Administration des chemins de fer de l'État le 1er janvier 1909, jour officiel de la remise de ses actifs par la compagnie de l'Ouest[13].

En juillet 1915, la fiche horaire, publiée dans « Le Petit Havre », du service des chemins de fer modifié au 10 juillet indique une utilisation de la ligne pour des relations avec Fécamp, Cany et Dieppe et un train ayant Montivilliers comme terminus. Les haltes d'Harfleur, Rouelles et Demi-lieue sont desservies part toutes les circulations (voir image ci-contre).

Le trafic subit une réduction sensible pendant la Première Guerre mondiale, en 1917 la ligne est parcourue quotidiennement, dans son intégralité par un train mixte de la relation Le Havre - Fécamp et par trois trains ouvriers sur la section jusqu'à Rolleville. Ces trains sont essentiellement tractés par des machines des dépôts du Havre et de Fécamp[14].

En 1937, à la veille du transfert des lignes à la nouvelle Société nationale des chemins de fer français (SNCF) le service ferroviaire quotidien sur la ligne est constitué, d'omnibus Le Havre - Fécamp (trois l'hiver et un supplémentaire durant la période estivale) et des navettes de trains ouvriers Le Havre - Rolleville (quatre à cinq)[14].

Ligne SNCF depuis 1938[modifier | modifier le code]

1938 à 2001[modifier | modifier le code]

Le 2 octobre 1938, un décret de coordination ferme la section de Rolleville aux Ifs et au-delà jusqu'à Fécamp[14].

La Seconde Guerre mondiale provoque une réduction du service sur la section exploitée, qui en 1940 n'est assuré que par deux à quatre navettes entre Le Havre et Rolleville. Néanmoins au printemps 1942 un train ouvrier est rétabli sur la relation Le Havre - Fécamp, qui circule donc sur la section coordonnée de Rolleville aux Ifs[14]. La deuxième voie de la section de Harfleur à Rolleville est déposée pendant la période de ce conflit[7].

En 1967, cette ligne reliant Fécamp au Havre était connue dans la région sous le nom « train des ouvriers ». Elle transportait quotidiennement au Havre ou à Harfleur et en ramenait, à raison de un aller-retour par jour, des travailleurs résidant dans les localités desservies. À cette époque, le train comportait généralement en semaine 1 motrice diesel et 9 wagons de 2e classe pouvant accueillir 50 personnes chacun, mais occupés seulement à 20 % en moyenne en 1966. Un train de marchandise faisait également 3 allers et retours par semaine entre Les Ifs et Criquetot-l'Esneval[15].

La section entre les gares de Rolleville et Les Ifs est définitivement fermée au trafic voyageurs le 6 avril 1970[16].

Le tronçon toujours exploité entre Le Havre et Rolleville voit sa fréquentation baisser, en 1994 une « étude d'évolution » conclut à la nécessité de sa modernisation, mais se projet sera sans suite. Face au risque de sa fermeture une « charte de coopération » pour son amélioration est signée le 2 décembre 1997 par la région, le département, le Syndicat Intercommunal des Transports de l’Agglomération Havraise (SITRAH) et la SNCF. Cela permet au SITRAH d'effectuer, entre 1998 et 1999, une étude ayant pour projet la promotion d'un réseau de transport en commun, de l'aire métropolitaine havraise, complémentaire entre les différents organismes partenaires. Pendant ce temps la baisse de fréquentation de la ligne a baissé de moitié depuis 1994 pour atteindre annuellement 42 000 voyageurs en 1999, ce qui représente une moyenne de 150 voyages quotidiens. L'étude a notamment permis d'aboutir à un protocole d'accord pour la « valorisation de la ligne ferroviaire Le Havre-Rolleville » signé en 2001, par la Communauté de l'agglomération havraise (CODAH), qui a succédé au SITRAH, en partenariat avec la Région, le Département, la SNCF et RFF[17].

Lézard'express régionale (LER) : depuis 2001[modifier | modifier le code]

En septembre 2001, le service sur la relation le Havre - Rolleville prend le nom de Lézard'express régionale (LER), et est assurée par des autorails cadencés (un train toutes les demi-heures en semaine aux heures de bureau)[16].

La ligne reçoit en octobre 2006 la certification NF (norme française), elle propose quotidiennement vingt cinq allers-retours, dont vingt et un sur la relation Le Havre - Montivilliers et quatre prolongés jusqu'à Rolleville[18].

Du 4 juillet au 28 août 2011 la ligne est fermée entre Harfleur et Rolleville pour des travaux de modernisation, le transport est assuré par un service de substitution en autocars. Le chantier principal, concerne le renouvellement des éléments de la voie sur plus de quatre kilomètres avec remplacement du ballast (2 000 tonnes), des traverses (3700 en béton) et des rails pour un coût de 1,4 millions d'euros, pris en charge en totalité par RFF, il inclut également la reprise des passages à niveau 1 bis et 2. Un deuxième chantier consiste à allonger de 30 mètres les quais de la halte de Montivilliers afin de permettre la desserte par des « rames TER en unité double », sont coût est de 200 000 euros financé intégralement par la région Haute-Normandie[19].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Extrémité de la ligne à Rolleville. Au-delà la voie est neutralisée en direction de Tourville-les-Ifs.

Tracé[modifier | modifier le code]

Section exploitée du Havre-Graville à Rolleville[modifier | modifier le code]

Après avoir quitté la gare du Havre-Graville, la voie unique se débranche sur la gauche des voies de la ligne de Paris-Saint-Lazare au Havre peu avant d'arriver à Harfleur. Elle traverse la gare d'Harfleur-Halte au passage à niveau avec la route départementale 231, puis prolonge sa courbe sur la gauche avant de rejoindre la Lézarde dont elle suit la vallée. Elle croise à niveau la rue Friedrich-Engels, puis poursuit vers le nord et passe sous la route départementale D6382 en parallèle avec le nouveau tracé de la route de Rouelles sur laquelle se trouvait l'ancienne halte de Rouelles. Maintenant dans une profonde tranchée elle arrive à la halte de Jacques-Monod-La Demi-Lieue qui dessert l'Hôpital Jacques Monod du groupe hospitalier du Havre situé sur la hauteur. Elle poursuit son parcours sur la rive droite de la rivière qu'elle côtoie en fonction de ses méandres et en arrivant sur Montivillers elle entame une grande courbe sur la droite, franchit la rivière, et entame la montée peut avant sont arrivée en gare de Montivilliers située dans la ville haute. Juste après la gare la voie passe sous les voies routières, en bordure du centre-ville, par un tunnel couvert long de 153 mètres.

Située maintenant sur la rive gauche, elle s'oriente sur un axe nord-est et franchit de nouveau la rivière juste avant le passage à niveau de la route de la Payennière. Sur une portion droite elle passe au PN de la rue du Val de la Drille, franchit encore une fois la Lézarde avant d'effectuer une courbe sur la gauche, passer le PN de la rue Aristide Briand et arriver en gare d'Épouville située sur un palier après une pente de 17/‰. Elle continue sa montée par une ligne droite sur un axe nord, côtoie de nouveau le cours de la Lézarde après une courbe sur la gauche et en direction du nord-ouest elle rejoint la gare de Rolleville dans laquelle un butoir marque la fin de la section exploitée. Les navettes repartent dans l'autre sens puisqu'il n'y a qu'une seule voie dans cette gare et pas de voies d'évitement dans les gares précédentes.

Section neutralisée de Rolleville aux Ifs[modifier | modifier le code]

Exploitation[modifier | modifier le code]

Fréquences de circulation[modifier | modifier le code]

La fréquence maximale (de 7 h 10 à 17 h 40) est d'un train toutes les 30 minutes.

  • En semaine (25 trains par jour)
  • Samedi (23 trains par jour) :
  • Dimanche et jours fériés (5 trains par jour) :

En semaine, 5 trains continuent la ligne jusqu'à Rolleville via Epouville. Le samedi 4 trains et les dimanches & fêtes 3 trains.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Le service d'exploitation de la ligne dispose d'un parc de onze autorails thermiques X 73500, de 82 places, achetés en 1997 et 2002. Huit de ces rames sont nécessaires pour assurer les relations, les trois autres sont « affectées au Technicentre du Havre ou de Sotteville » pour de la maintenance[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, vol. 1, La Vie du rail,‎ août 2011 (ISBN 978-2-918758-34-1), p. 135.
  2. a et b « N° 4907 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement de plusieurs chemins de fer et approuve la convention passée avec la compagnie de l'Ouest pour la concession desdits chemins de fer : 31 décembre 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 11, no 286,‎ 1875, p. 1310 - 1315 (lire en ligne).
  3. a, b, c, d et e Michel Boivin, Atlas historique et statistique de la Normandie Occidentale à l'époque contemporaine : Les communications, vol. 3, Université de Caen, Centre de recherche d'histoire quantitative,‎ 1994, 271 p. (ISBN 9782912468109, lire en ligne), p. 66
  4. Antoine Joseph Chrétien Defontaine, Mémoire sur le projet d'un chemin de fer de Paris à Rouen au Havre et a Dieppe : Avec embranchement sur Beauvais, Gournay, Meulan, Louviers, Elbeuf, Neufchatel, Fécamp, Montivilliers, et sur le chemin de fer de Paris à la frontière de Belgique par Creil, Paris, Direction générale des Ponts et chaussées et des mines,‎ 1837, 254 p. (lire en ligne), « Des embranchements secondaires », p. 137-138.
  5. France. Comité des travaux historiques et scientifiques. Section d'histoire moderne et contemporaine, Actes du ... Congrès national des sociétés savantes : Section d'histoire moderne et contemporaine, vol. 104, Paris, Bibliothèque nationale,‎ 1979 (lire en ligne)
  6. « 8 novembre 1875 », Journal officiel de la République française,‎ 1870-1880, A7/N306 (lire en ligne).
  7. a, b, c et d Banaudo, 2009, p. 27
  8. Gilbert Décultot, Montivilliers à travers les siècles : évocation & images, L. Durand,‎ 1973, 195 p., « Construction de la voie ferrée Le Havre - Dieppe », p. 184
  9. Victor Adolfe Malte-Brun, La France illustrée, géographie - histoire -administration - statistique, J. Rouff,‎ 1882 (lire en ligne), p. 5
  10. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général : 17 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ 1879, p. 6 - 12 (lire en ligne).
  11. « N° 14218 - Loi qui approuve la convention passée le 17 juillet 1883, entre la Ministre des travaux publics, et la compagnie des chemins de fer de l'Ouest : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ 1884, p. 359 - 367 (lire en ligne).
  12. « N° 15774 - Loi ayant pour objet la déclaration d'utilité publique du chemin de fer de Dieppe au Havre et la concession définitive de cette ligne à la compagnie des chemins de fer de l'Ouest : 17 août 1885 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 31, no 949,‎ 1885, p. 467 - 468 (lire en ligne).
  13. François Caron, Les grandes compagnies de chemin de fer en France : 1823-1937, Librairie Droz,‎ 2005, 411 p. (ISBN 9782600009423, lire en ligne), p. 305
  14. a, b, c et d Banaudo, 1982, p. 17
  15. M. Salem, Étude économique des problèmes posés par la fermeture éventuelle au trafic voyageurs des lignes de chemin de fer : I. Metz - Conflans Jarny, II. Les Ifs - Rolleville, III. Nantua - Bellegarde, Ministère de l'équipement et du logement, Ministère des transports,‎ mai 1967, 87 p. (lire en ligne [PDF])
  16. a et b Banaudo, 2009, p. 29
  17. CODAH, « Conseil communautaire, séance du 16 mai 2001 : 20010089 - CODAH - transports - ligne ferroviaire Le Havre/Rolleville - protocole d'accord - signature - autorisation », sur http://deliberations.codah.fr/,‎ 16 mai 2011 (consulté le 9 décembre 2014)
  18. Pascale Feugère (responsable de la publication), « Transports, ligne Le Havre-Montivilliers : certifiée de bonne qualité », Ma Région, journal d'information de la région Haute-Normandie, no 49,‎ janvier 2007, p. 7 (lire en ligne [PDF]).
  19. RFF, « Modernisation des lignes Paris Le Havre et Harfleur Rolleville » [PDF], sur http://www.rff.fr/,‎ 2011 (consulté le 9 décembre 2014), p. 5-8
  20. SNCF, Rapport 2013, p. 43

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • José Banaudo, Trains Oubliés, vol. 4 : L'État - Le Nord - Les Ceintures, Les éditions du Cabri, coll. « images ferroviaires »,‎ 1982, 223 p. (ISBN 2-903310-24-6), « (Le Havre) - Rolleville - Les Ifs - (Fécamp) », p. 16-18.
  • José Banaudo, Sur les rails de Normandie, Les éditions du Cabri, coll. « images ferroviaires »,‎ 2009, 287 p. (ISBN 9782914603430), « L'Étoile des Ifs », p. 27-31.
  • Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail,‎ 2011, 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « [361] Harfleur - Rolleville - Les Ifs (Fécamp) », p. 135.
  • SNCF, Lésard'Express régionale : Rapport annuel d'activité 2013,‎ 2014, 66 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]