Ligne du Havre-Graville à Tourville-les-Ifs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne du
Havre-Graville à Tourville-les-Ifs
{{{image-desc}}}
Pays Drapeau de la France France
Concessionnaire SNCF (depuis 1938)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 361 000
Écartement Voie normale (1,435 m)
Pente ou rampe maximale 20 ‰
Nombre de voies Voie unique
(Anciennement 2 entre Le Havre et Rolleville)
Trafic
Propriétaire RFF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER Haute-Normandie
Schéma de la ligne

La ligne du Havre-Graville à Tourville-les-Ifs est une ligne secondaire du réseau ferré français qui relie la gare du Havre-Graville à celle des Ifs, dans le département de la Seine-Maritime. Partiellement inexploitée, elle dessert principalement les communes péri-urbaines du Havre jusqu'à Rolleville.

Elle constitue la ligne 361 000[1] du réseau ferré national.

Historique de la ligne[modifier | modifier le code]

La loi du 17 juillet 1879 (dite plan Freycinet) portant classement de 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d’intérêt général retient en n° 41, une ligne de Dieppe au Havre[2].

La ligne est concédée à titre éventuel, dans le cadre d'un itinéraire de Dieppe au Havre, par l'État à la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest par une convention signée entre le Ministre des travaux publics et la compagnie le 17 juillet 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[3]. La ligne est déclarée d'utilité publique et concédée à titre définitif à la compagnie par une loi le 17 août 1885[4].

La fin du XIXe siècle voit l'arrivée du chemin de fer à Harquebosc en 1878. Le train allait jusqu'à Montivilliers. La ligne fut étendue jusqu'à Rolleville le 14 août 1896 puis jusqu'aux ifs le 24 décembre 1896, permettant ainsi des liaisons vers Étretat et Fécamp en évitant le détour par la gare de Bréauté-Beuzeville.

Pour rejoindre Fécamp, il en coûtait 2 francs. C'était une ligne très fréquentée. En 1892, on signale 6 aller & retour quotidiens Le Havre - Fécamp. Le dimanche, 22 trains circulaient jusqu'à Montivilliers dont 17 l'après-midi. Ces trains amenaient les Havrais dans les guinguettes le long de la Lézarde pour danser, prendre une collation et boire du "gros cidre", c'était la sortie dominicale. De nombreux couples se sont formés lors de ces escapades à la campagne. Il y avait une deuxième halte pour desservir "Harquebosc", elle se situait route de Rouelles. A Harquebosc, il y avait un café / épicerie / pension de famille, route de Rouelles, qui servait du cidre sous les tonnelles.

En 1936, 24 trains s'arrêtaient à la halte d'Harfleur, l'aller & retour Le Havre - Beaulieu coûtait 75 centimes. La ligne de chemin de fer n'a pas beaucoup changé dans son principe, maintenant elle est à voie unique alors qu'au début du XXe siècle, elle était à 2 voies.

En 1967, cette ligne reliant Fécamp au Havre était connue dans la région sous le nom "train des ouvriers". Elle transportait quotidiennement au Havre ou à Harfleur et en ramenait, à raison de un aller-retour par jour, des travailleurs résidant dans les localités desservies. À cette époque, le train comportait généralement en semaine 1 motrice diesel et 9 wagons de 2e classe pouvant accueillir 50 personnes chacun, mais occupés seulement à 20 % en moyenne en 1966. Un train de marchandise faisait également 3 allers et retours par semaine entre Les Ifs et Criquetot-l'Esneval[5].

La section entre les gares de Rolleville et Les Ifs fut définitivement fermée au trafic voyageurs le 6 avril 1970.

La ligne entre les gares de Le Havre et Rolleville a toujours fonctionné, les habitants de Beaulieu la surnomment "le p'tit train".

L'exploitation de la LER a commencé en septembre 2001. La ligne a reçu la certification NF Service.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Extrémité de la ligne à Rolleville. Au-delà la voie est neutralisée en direction de Tourville-les-Ifs.

La ligne est à l'heure actuelle limitée à la gare de Rolleville. Dotée d'une voie unique sur l'ensemble de son tracé, aucun croisement n'est possible entre les gares de Harfleur et celle de Rolleville. Son infrastructure a fait l'objet de travaux de renouvellement : voie et ballast, quais, signalétique, etc.

Exploitation[modifier | modifier le code]

Fréquences de circulation[modifier | modifier le code]

La fréquence maximale (de 7 h 10 à 17 h 40) est d'un train toutes les 30 minutes.

  • En semaine (25 trains par jour)
  • Samedi (23 trains par jour) :
  • Dimanche et jours fériés (5 trains par jour) :

En semaine, 5 trains continuent la ligne jusqu'à Rolleville via Epouville. Le samedi 4 trains et les dimanches & fêtes 3 trains.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Les trains affectés à cette ligne sont les autorails X 73500. Dotés de 80 places assises, ils possèdent une motorisation diesel car la ligne n'est pas électrifiée à l'heure actuelle.

Projets[modifier | modifier le code]

Une étude menée par la CODAH (Communauté d'Agglomération Havraise) et la Région Haute-Normandie est en cours pour mesurer la faisabilité d'une extension de la ligne LER jusqu'à Goderville, voire jusqu'à Fécamp, en passant par les gares de Turretôt et Criquetôt l'Esneval. Une ligne ferroviaire reliait autrefois ces communes mais celle-ci est désaffectée et doit être totalement réhabilitée. Le résultat de cette étude devrait être connu courant 2011[réf. souhaitée].

Une augmentation générale des cadences de train est prévue, notamment avec l'augmentation de la fréquence vers Rolleville (via Epouville) qui n'est aujourd'hui que de 4AR par jour en semaine.

La création du réseau de tramway du Havre en décembre 2012 pourrait conduire à un remaniement de la ligne de LER[réf. souhaitée]. Une des lignes du tramway havrais pourrait en effet devenir une ligne de tram-train et reprendre le tracé de l'actuelle Lézard' Expresse Régionale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, ISBN 978-2-918758-34-1, volume 1, page 135.
  2. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ 1879, p. 6 - 12 (lire en ligne)
  3. « N° 14218 - Loi qui approuve la convention passée le 17 juillet 1883, entre la Ministre des travaux publics, et la compagnie des chemins de fer de l'Ouest », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ 1884, p. 359 - 367 (lire en ligne)
  4. « N° 15774 - Loi ayant pour objet la déclaration d'utilité publique du chemin de fer de Dieppe au Havre et la concession définitive de cette ligne à la compagnie des chemins de fer de l'Ouest », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 31, no 949,‎ 1885, p. 467 - 468 (lire en ligne)
  5. Etude économique des problèmes posés par la fermeture éventuelle au trafic voyageurs des lignes de chemin de fer 1. Metz - Conflans Jarny, 2. Les Ifs - Rolleville, 3. Nantua - Bellegarde, mai 1967

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]